HomeIl n’y a pas si longtemps, il n’y a pas si loin : camps de concentrations et espaces de ségrégation dans la Méditerranée et dans ses environs

*  *  *

Published on Friday, February 14, 2020 by Elsa Zotian

Summary

L'objectif de ce colloque est de proposer une analyse comparée des formes d'internement établies par les métropoles coloniales du Sud de l'Europe (France, Espagne, Italie, Portugal) à leur intérieur et au sein de leurs empires et de les relier aux morphologies des différentes méthodes de réclusion contemporaines visant en particulier les migrants et les réfugiés. L’hypothèse qui sera mise en débat au cours du colloque est que la combinaison de la mise en place de dispositifs de contrôle contraignants avec l’identification de catégories considérées « dangereuses » que les autorités souhaitent limiter dans leur action, crée un système de pouvoir et de contrôle des États sur les populations qui devient paradigmatique avec la consolidation des empires coloniaux modernes au XIXe siècle.

 

Announcement

Ce colloque aura lieu à Tours,  Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire, les 15 - 17 juin 2020.

Argumentaire

Depuis les années 1990, les flux migratoires vers l’Europe ont conduit à un recours généralisé à l’internement, justifié avec la nécessité de contrôler les populations qui arrivent sur les côtes européennes. Bien que chaque pays adopte sa propre législation et ait une histoire différente en ce qui concerne ses propres structures de détention, la logique qui les sous-entend semble être partagée : concentrer dans les lieux de détention une masse humaine qui doit être identifiée, régulée et, finalement, admise ou expulsée du territoire européen. Cette logique trouve sa légitimité politique dans les principes énumérés par la Commission européenne elle-même à l'occasion de l'adoption des accords de Schengen en 1985 relativement au contrôle des frontières extérieure de l’«Espace Schengen »  (https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CELEX:42000A0922(02):fr:HTML).

Quelles qu'en soient les raisons, l'existence de ces lieux de détention, véritables camps d’internement où les migrants sont maintenus pendant des mois dans un état de privation de liberté et de violation des droits qui n'est pas la conséquence judiciaire d'un acte criminel, rappelle d'autres formes de détention du passé. Elle évoque instinctivement un univers concentrationnaire (Rousset, 1945) qui a, parmi ses prédécesseurs, les différentes typologies de camps d’internement créés dans les territoires coloniaux (Agamben, 1996, Kramer, 2018).

Par ailleurs, dans certains pays, les camps ne sont pas officiellement établis, mais ils ressemblent plutôt à des espaces délimités qui peuvent être soit détachés des zones peuplées, soit difficilement séparables des espaces environnants. En ce sens, le confinement se produit toujours à travers des espaces qui sont pensés comme exceptionnels, souvent autour comme d’une ville ou d’un village plutôt que physiquement configurés comme tels (Carpi, 2017).

Ces réflexions sont le point de départ de la structuration d’un projet financé par la MSH Val de Loire de Tours pour la constitution d’un réseau scientifique. Ce colloque s’inscrit donc au sein de ce projet qui se veut interdisciplinaire et international et qui se propose de réunir des chercheur.es travaillant à la fois sur une perspective historique et sur la contemporanéité. L’objectif est celui de proposer une analyse comparée des formes d'internement établies par les métropoles coloniales du sud de l'Europe (France, Espagne, Italie, Portugal) à leur intérieur et au sein de leurs empires et de les relier aux morphologies des différentes méthodes de réclusion contemporaines visant en particulier les migrants et les réfugiés.

L’hypothèse qui sera mise en débat au cours du colloque est que la combinaison de la mise en place de dispositifs de contrôle contraignants avec l’identification de catégories considérées « dangereuses » que les autorités souhaitent limiter dans leur action, crée un système de pouvoir et de contrôle des Etats sur les populations qui devient paradigmatique avec la consolidation des empires coloniaux modernes au 19e siècle (Forth, 2017). C'est dans cette mesure que les discussions engendrées par la notion de « colonialité » trouvent toute leur place, là où avec ce terme on désigne non seulement une forme particulière de domination politique et économique exercée sur les « autres » sociétés, mais aussi un projet d’hégémonie intellectuelle et symbolique qui tend à déshumaniser ses membres afin de justifier leur soumission.

Les propositions de communication devront se rattacher de manière prioritaire à l’un de ces axes :

a) Histoires et mémoires des régimes d’enfermements coloniaux

La communication devra aborder une étude de cas portant sur la morphologie des systèmes de ségrégation en tant qu’expression ultime de la violence coloniale. Il s’agira aussi d’analyser l'impact social de ces systèmes sur les territoires et les populations, ainsi que l'empreinte qu'ils ont laissée sur la configuration de la mémoire locale et régionale ; il faudra, là où il sera possible, mettre en exergue les caractérisations d’âge et de genre des enfermements, y compris dans l’élaboration des mémoires et, d’un autre côté, prendre en considération celle qu’on pourrait définir une « économie des confinements » à la fois du point de vue micro-historique et globale.  

b) L’héritage colonial dans la conception des centres d’internement pour migrants

Les pratiques contemporaines de rétention des migrants dans l'ensemble du bassin méditerranéen répondent à la nécessité présumée de maîtriser les flux de population vers l'Europe. En réalité, elles finissent souvent pour être des espaces de longue ségrégation dont l’analyse de l’impact sur les réalités locales est négligée – à savoir : quels sont les réactions des populations qui vivent autour de ces espaces, sans y être confinés ? Quels types de changements ces espaces produisent dans leur environ, à la fois sous l’aspect social et économique ?  Il semble ainsi indispensable de s'interroger sur les héritages possibles légués par les systèmes de ségrégation coloniaux dans la configuration de ces instruments de contrôle, souvent punitifs et répressifs. L’objectif est donc de mettre au jour les logiques répressives déployées au sein de ces mécanismes d’internement et d’analyser des morphologies sociales et politiques des centres de rétention pour migrants éparpillés tant dans les pays maghrébins que dans la plupart des pays européennes du bassin de la Méditerranée, souvent à l’aide des financements provenant de l’UE.

c) Juridictions des lieux d'internement passés et contemporains

S'il semble important d'analyser l'appareil juridique qui a légitimé les systèmes de concentration à l'époque coloniale, il est d'autant plus décisif d'analyser l'héritage de ces corpus sur les pratiques contemporaines d'internement. Ainsi, il faudra : vérifier si les dispositifs de confinement mis en place par les autorités coloniales après la Grande Guerre ont adapté leur réglementation au traitement des prisonniers civils et militaires prévu par la Convention de Genève de 1949 ; vérifier s’il existe une caractérisation de genre dans l’élaboration des instruments juridiques qui déterminent les pratiques d’internement, prêter attention à la généalogie de la législation existante et notamment à celle qui régit le système Frontex et ses liens avec le Bureau européen d'appui en matière d'asile et l'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne.

d) Transfert de connaissances et globalisation de l’internement

Les modalités des politiques d’internement changent de pays en pays et d’une époque à l’autre, jusqu’à nos jours. Cependant, il semble important de porter l’attention sur celle qu’on pourrait définir la « circulation de techniques d’internement transnationales », à savoir : est-il possible d’identifier une continuité et des liens entre les stratégies d’internement mise en œuvre dans un pays déterminé et un autre ? Existe-t-il des personnages, des institutions publiques ou privées que facilitent les échanges entre les différents pays, et à différentes époques, le transfert des savoirs qui accompagnent la mise en œuvre d’une politique d’internement ? Existent-elles des pratiques partagées qui caractérisent l’établissement des politiques d’internements ? Quels sont les canaux de transmission de ces connaissances et comment changent-ils au fil du temps ? 

e) Théorie de l’internement

La pratique des internements suivait – et suit encore – des logiques qui traversent l’ensemble des sociétés et qui ne se limitent pas au consensus pour la création des formes de réclusion pour les « délinquants ». Si dans la création des premiers camps de concentration à la fin du 19e siècle les raisons de leur établissement semblent retomber essentiellement dans le domaine des stratégies militaires (Hyslop, 2011), il n’en reste pas moins que leur institution porte aux conséquences les plus extrêmes une hiérarchie sociale et politique dans laquelle se reflet la relation entre dominateurs et dominés. Dans les sociétés colonisées cet archétype semble être évident ; mais dans les sociétés colonisatrices – pendant et après les décolonisations - il est souvent maquillé avec le paradigme sécuritaire qui s’accompagne avec celui d’une prétendue modernisation modelant, ainsi la structuration même des Etats. Cet axe vise donc à mettre en exergue : 1) celle qu’on pourrait définir une véritable « philosophie » de l’internement, ses origines et ses évolutions ainsi qu’à définir le rôle qu’elle joue non seulement à l’égard des espaces de confinement, mais aussi à leur extérieur – à savoir en tant que levier des dispositions de répression sociale et politique mises en œuvre par les gouvernements ; 2) celle qu’on pourrait appeler « l’ontologie » des internés, à savoir les formes de classification des catégories sociales visées par les stratégies d’internement (rebelles, soulevés, homosexuels, prostitués, migrants clandestins, terroristes, etc.) ainsi que leur changement dans l’espace et dans le temps.

Conditions de soumission

Les propositions - 4000 caractères en français, espagnol ou anglais (langues officielles du colloque) - devront parvenir

le 15 mars 2020 dernier délai,

accompagnées d’un CV de 2 pages maximum, à l’adresse e-mail ilnyapaslongtemps@free.fr La réponse sera donnée au plus tard le 30 mars 2020.

Comité scientifique

  • Estella Carpi, University College, Londres
  • Francesco Correale, CNRS, UMR 7324 CITERES, Tours
  • Eduardo González Calleja, Université Carlos III, Madrid
  • Mercedes Gema Jimenez Alvarez, Univ. Complutense Madrid/Centre ACRES, Tanger
  • Miguel Hernando de Larramendi, Université de Castilla-La Mancha, Tolède
  • Alberto López Bargados, Univ. Barcelone
  • Anna Madoeuf, Univ. Tours, UMR 7324 CITERES, Tours
  • Antonio M. Morone, Italie, Univ. Pavie
  • Anna Perraudin, CNRS, UMR 7324 CITERES, Tours
  • Mathilde Pette, Université de Perpignan, ART-Dev, IC Migrations
  • Luca Queirolo Palmas, Italie, Univ. Gênes
  • María Ángeles Ramírez Fernández, Univ. Autonome de Madrid
  • Fabien Sacriste, Univ. Toulouse, FRAMESPA, Toulouse
  • Andreas Stucky, Univ. Berne, Berne
  • Sylvie Thénault, CNRS, UMR 8058 CHS, Paris

Organisation

Francesco Correale: francesco.correale@univ-tours.fr

Références bibliographiques

AGAMBEN, Giorgio (1996), Mezzi senza fine. Note sulla politica, Turin, Bollati-Boringieri.

AGIER, Michel (2002), « Between war and city. Towards an urban anthropology of refugee camps », Ethnography, 3 (3), p. 317-341.

AGIER, Michel (2008), Gérer les indésirables. Des camps des réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion.

AGIER, Michel (2014) (dir.), Un monde de camps, Paris, La Découverte.

BALFOUR, Sebastian (2002), Abrazo mortal. De la Guerra colonial a la Guerra Civil en España y Marruecos (1909-1939), Barcelone, Ediciones Península

BARROS Víctor Baptista Varela de (2009), Campos de concentração em Cabo Verde. As ilhas como espaços de deportação e de prisão no Estado Novo, Coimbra, Imprensa da Universidade de Coimbra, Coimbra.

BAYART Jean François , BERTRAND, Romain (2006), « De quel «legs colonial» parle-t-on? », Esprit, p. 134-160.

BENEDUCE, Roberto, QUEIROLO PALMAS, Luca, ODDONE, C. (2014, dir.), Loro dentro. Giovani, migranti, detenuti, Trente, Professionaldreamers.

BOURDIER, Pierre, SAYAD Abdelmalek (1964), Le déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Les Editions de Minuit.

CAPOGRECO, Carlo Spartaco (2004), I campi del duce. L'internamento civile nell'Italia fascista (1940-1943), Turin, Giulio Einaudi Editore.

CARPI, Estella (2017), Learning and Earning in Constrained Labour Markets: The Politics of Livelihoods in Lebanon's Halba, in Fiori, J. and Rigon, A. (dir.) Making lives. Refugee Self-Reliance and Humanitarian Action in Cities", Londres, Save the Children Press.

CLANCY-SMITH, Julia, GOUDA, Frances (dir.) (1998), Domesticating the Empire: Race, Gender, and Family Life in French and Dutch Colonialism, Charlottesville, University of Virginia Press.

CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME DE L’ONU – MISSION AU PORTUGAL (2017), Rapport de la Rapporteuse spéciale sur le logement convenable en tant qu’élément de droit à un niveau de vie suffisant ainsi que sur le droit à la non-discrimination à cet égard, A/HRC/34/51/Add.2, en ligne : https://ap.ohchr.org/documents/dpage_e.aspx?si=A/HRC/34/51/Add.2

DAL PONT, Adriano, CAROLINI Simonetta (1983), L'Italia al confino 1926 – 1943. Le ordinanze di assegnazione al confino emesse dalle Commissioni provinciali dal novembre 1926 al luglio 1943, Milan, La Pietra, 4 vol.

DE MIGUEL, Carlos H. (2019), Los campos de concentración de Franco. Sometimiento, torturas y muerte tras las alambradas, Barcelone, Penguin Random House, Grupo Editorial, S.A.U. 

FERNANDEZ DIAZ, María Elena (2016), Violencia política y represión. Melilla después del alzamiento: el campo de concentración de Zeluán, thèse de doctorat, inédite (http://e-spacio.uned.es/fez/view/tesisuned:GeoHis-Mefernandez)

FORTH, Aidan (2017), Barbed-Wire Imperialism: Britain's Empire of Camps, 1876–1903, Berkeley, University of California Press.

FOSSIER, Arnaud (2002), “Le grand renfermement”, Tracés. Revue de Sciences humaines : http://journals.openedition.org/traces/4130  ; DOI : 10.4000/traces.4130

FOUCAULT, Michel (1972), Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard.

FOUCAULT, Michel (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

GAIDA, Peter (2014), Les camps de Vichy en Afrique française du Nord, Raleigh, Lulu.

GARCÍA LAFUENTE, María Isabel (2017), « La represión franquista en el Protectorado español de Marruecos: la depuración de maestros y maestras nacionales», Alegre Lorenzo, D., Alonso Ibarra, M., Castillo Cañiz, A. (dir.), Mirar al pasado en tiempos de crisis. Historia social, conflicto y cultura de masas. Actas del V Encuentro de Jóvenes Investigadores en Historia Contemporánea, Barcelone, Ed. Bellaterra, 2017, p. 227-239.

GARRISON, Tim Alan (2009), “On the Trail of Tears: Daniel Butrick’s Record of the Removal of the Cherokees”, Bessel R., Haake C. B.  (dir.), Removing Peoples. Forced Removal in the Modern World, Oxford, Oxford University Press, pp. 35-78.

GRYNBERG, Anne (1991), Les camps de la honte. Les internés juifs des camps français (1939-1944), Paris, Ed. La Découverte.

HSYLOP, Jonathan (2011), « The invention of the Concentration camp : Cuba, Southern Africa and the Philippines, 1896-1907 », South African Historical Journal, 63 :2, p. 251-276.

KRAMER, Alain (2018), « The World of Camps. A Protean Institution in War and Peace », Feindt, Gregor, Hilbrenner, Anke, Dahlmann, Dittmar (dir.),  Sport under Unexpected Circumstances Violence, Discipline, and Leisure in Penal and Internment Camps, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

JIMENEZ ALVAREZ, Mercedes Gema (2015), « Autonomous Child Migration at Southern European Border », Ní Laoire, C., White, A., Movement, Im/Mobilities and Journeys, p. 1-23.

JURGENSON, Luba, WERTH, Nicolas (2017), Le Goulag. Témoignages et archives, Paris, Editions Robert Laffont, SAS.

LOPES, J. V. (2010), Tarrafal – Chão Bom: Memórias e Verdades, Praia – Instituto de Investigação e do Património Culturais.

LOPEZ BARGADOS, Alberto, RAMIREZ Angeles (2015), « Europa. Un decálogo a contracorriente sobre la islamofobia », Viento sur. Por una izquierda alternativa, 138, p. 19-26.

MATHIEU, Jean, MAURY, P.-H. (2004), Bousbir. La prostitution dans le Maroc colonial. Ethnographie d’un quartier réservé, Paris, IREMAM/Paris Méditerranée.

MIJARES MOLINA Laura, RAMIREZ Ángeles (2005), « Gestión del Islam y de la inmigración en Europa. Tres estudios de caso », Migraciones, 18, p. 77-104.

MORONE, Antonio (2015), “L’Italianità degli altri. Le migrazioni degli ex sudditi coloniali dall’Africa all’Italia”, Altreitalie, n. 50, p. 71-86.

MORRO CASAS, José Luís (2012), Campos Africanos. El exilio Republicano en el Norte de Africa, Fuenlabrada, Memoria Viva.

MUNOZ CONGOST, José (1989), Por tierra de Moros (el exilio español en el Magreb), Móstoles, Ediciones Madre Tierra. 

MURPHY, Mahon (2018), Colonial Captivity during the First World War. Internment and the Fall of the German Empire, 1914–1919, Cambridge, Cambridge University Press.

OTTOLENGHI, Gustavo (1997), Gli italiani e il colonialismo. I campi di detenzione italiani in Africa, Milan, Sugarco.

PAVAN, Camillo (2001), I Prigionieri italiani dopo Caporetto, Trévise, Camillo Pavan Editore

PESCHANSKI, Denis (2002), La France des camps : l'internement, 1938-1946, Paris, Gallimard.

ROCARD, Michel (2003), Rapport sur les camps de regroupement et autres textes sur la guerre d'Algérie, Paris, Mille et Une Nuits.

RODRIGO, Javier (2003), Los campos de concentración franquistas entre la historia y la memoria, Madrid, Siete Mares, S.L.

RODRIGO, Javier (2005), Cautivos. Campos de concentración en la España franquista, 1936-1947, Barcelone, Critica, S.L.

ROUSSET, David (1945), L’univers concentrationnaire, Paris, Editions du Pavois.

SANTILLI, Anthony (2018, dir.), Biografia di una prigione. L'Ergastolo di Santo Stefano in Ventotene (XVIII-XX secc), Ventotene, Centro di ricerca e documentazione sul confino politico e la detenzione – Isole di Ventotene e Santo Stefano.

STUCKI, Andreas (2017), Las guerras de Cuba. Violencia y campos de concentración (1868-1898), Madrid, La esfera de los Libros, S.L.

STUCKI, Andreas (2018), « Frequent Deaths”: The Colonial Development of Concentration Camps Reconsidered, 1868–1974 », Journal of Genocide Research, 20, 3, p. 305-326. DOI: 10.1080/14623528.2018.1429808

SULPIZI Francesco, SURI Salah al-Din Hasan (2002 dir.), Gli esiliati libici nel periodo coloniale. Primo convegno (28-29 ottobre 2000, Isole Tremiti), Rome, ISIAO-Centro Libico per gli studi storici.

TARAUD, Christelle (2003), La prostitution coloniale. Algérie, Maroc, Tunisie (1830-1962), Paris, Éditions Payot & Rivages

THENAULT, Sylvie (2012), Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob.

TORTATO, Alessandro (2011), La prigionia di guerra in Italia (1915-1919), Milan, Ugo Mursia Editore.

WERTH, Nicolas (2007), La Terreur et le désarroi : Staline et son système, Paris, Perrin.

Places

  • MSH Val de Loire - 33-35 allée Ferdinand de Lesseps
    Tours, France (37200)

Date(s)

  • Sunday, March 15, 2020

Keywords

  • camps de concentration, camps de retention, colonialité, migrants, ségrégation, enfermement

Contact(s)

  • Francesco Correale
    courriel : francesco [dot] correale [at] univ-tours [dot] fr

Information source

  • Francesco Correale
    courriel : francesco [dot] correale [at] univ-tours [dot] fr

To cite this announcement

« Il n’y a pas si longtemps, il n’y a pas si loin : camps de concentrations et espaces de ségrégation dans la Méditerranée et dans ses environs », Call for papers, Calenda, Published on Friday, February 14, 2020, https://calenda.org/744735

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal