StartseiteStratégies de commercialisation des produits de terroir

StartseiteStratégies de commercialisation des produits de terroir

Stratégies de commercialisation des produits de terroir

Strategies for the commercialisation of products of the terroir

Construire des alliances territoriales à travers l’implication des parties prenantes

Building territorial alliances through the implication of stakeholders

*  *  *

Veröffentlicht am Montag, 09. März 2020 bei Anastasia Giardinelli

Zusammenfassung

Les produits de terroir incarnent un modèle de développement alimentaire « durable », respectueux de l’équité sociale, de la viabilité économique et écologique et de la gouvernance participative. Dans les pays du Nord, le grand marché a fait une place privilégiée aux produits de terroir. Des coopératives et des PME de terroir ont tissé des relations de partenariat avec des parties prenantes comme la grande surface, les collectivités locales, la société civile, les acteurs locaux pour faciliter la commercialisation de ces produits et démocratiser leur consommation. Au Maghreb et partout ailleurs dans les pays de la rive sud méditerranéenne, des coopératives et des PME ont valorisé des produits de terroir et concrétisé ainsi un projet de développement économique, social et territorial de taille. Toutefois, la commercialisation de ces produis reste le goulot d’étranglement des stratégies des coopératives et des PME de terroir. La non maîtrise du mix de la communication, du marketing digital, l’inefficacité des réseaux de distribution et l’inexistence de la stratégie CRM restent les principaux handicaps à leur commercialisation.

Inserat

ENCG Agadir (Maroc), le colloque aura lieu les 26,27 et 28 octobre 2021.

Présentation générale

Ces dernières décennies, du moins dans les pays industrialisés, les consommateurs prennent de plus en plus conscience que le modèle de consommation des produits alimentaires dit « occidental » est nocif au plan personnel et sociétal. Les efforts et les réflexions se sont donc orientés vers la recherche d’un modèle de développement alimentaire « durable », respectueux de l’équité sociale, de la viabilité économique et écologique et de la gouvernance participative. Les produits de terroir incarnent ce modèle alternatif de proximité compatible avec la vision de durabilité. Ils constituent une variété de produits sollicités par les consommateurs. Ambassadeurs de tout un territoire, les produits de terroir sont porteurs de valeurs d'authenticité, de santé et de bien-être. Dans les pays du Nord, le grand marché a fait une place privilégiée à ces produits. En effet, les grandes enseignes leur consacrent une place dans leurs rayons via les Marques des distributeurs (MMD) ; les relations entre les producteurs de terroir et les MDD ont évolué pour offrir aux consommateurs des plats et des recettes inspirés du patrimoine culinaire. La communication autour des produits de terroir conjugue la qualité, le terroir d’origine et les savoir-faire traditionnels de producteurs locaux.

Les coopératives et les PME de terroir ont également développé une relation commerciale sans intermédiaire avec les consommateurs finaux : vente directe à la ferme, magasins de producteurs et comptoirs locaux, sites de vente en ligne, place du marché, Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne (AMAP). Les alliances des coopératives et des PME  de terroir avec les administrations locales, la société civile, les collectivités locales et avec les acteurs locaux ne sont pas en reste ; elles ont instauré des évènements dédiés aux produits de terroir, comme les salons, les foires, les fêtes, qui ont octroyé à cette innovation sociale le statut de patrimoine.

Au Maghreb et partout ailleurs dans les pays de la rive sud méditerranéenne, les produits de terroir sont souvent associés à l’évolution des arrière-pays. Ils deviennent de plus en plus un produit identitaire des contrées présahariennes, des oasis et des zones rurales. Portée par des initiatives locales, souvent féminines, la valorisation des produits de terroir a permis aux consommateurs de renouer simultanément avec des produits marchands et « des objets patrimoniaux ». L’Economie Sociale et Solidaire (ESS) accorde un intérêt particulier aux produit de terroir, car ils constituent un projet de développement économique, social et territorial de taille. Il s’agit de créer des Activités Génératrices de Revenus (AGR) pour des populations pauvres et de promouvoir et consolider une intégration territoriale destinée à réduire les inégalités entre les zones rurales et les zones urbaines. Au-delà de cette dimension financière, les produits de terroir sont des facteurs et des indicateurs d’évolution sociétale, de revitalisation des territoires et de rétention des jeunes en milieu rural. Au demeurant, les chaînes de valeur des produits de terroir ambitionnent la découverte et le partage de produits authentiques, des savoir-faire ancestraux et la promotion des territoires à travers d’autres activités comme le tourisme et la gastronomie.  

Les engagements des Etats, l’accompagnement et les aides des ONG ont activement appuyé la valorisation des produits de terroir. Aujourd’hui, certaines coopératives et PME de terroir ont mis sur pied des unités de production modernes et ont intégré des normes de qualité dans le processus de production, comme le label BIO, AOP, IGP. Leurs produits sont dotés d’ADN comme l’authenticité, l’efficacité, la durabilité. Des produits comme le safran, l’huile d’argan, l’huile d’olive, la datte, le miel, la figue de barbarie, le couscous  sont au cœur de l’activité entrepreneuriale de plusieurs coopératives et PME et s’affichent, par ailleurs, comme des marques territoriales qui sont l’emblème et la fierté de certaines régions. Toutefois, même si le bilan de certaines coopératives et PME de terroir est jubilatoire, tous les intervenants dans l’ESS reconnaissent que la commercialisation est le parent pauvre des activités des coopératives et des PME de terroir. Elles peinent à concevoir et à mettre en œuvre une stratégie de commercialisation qui puisse leur assurer un retour sur investissement à la hauteur des efforts fournis et de la qualité des produits. Elles ne réussissent pas à construire la notoriété de leurs marques et à rivaliser avec les entreprises industrielles, qui disposent de moyens financiers et marketing dédiés au développement de leurs images de marque. La non maitrise des  techniques marketing, comme le mix de la communication, le marketing digital, l’inefficacité des réseaux de distribution et l’inexistence de la stratégie CRM restent les principaux handicaps à leurs commercialisation. À ces lacunes se rajoute la méconnaissance des principes de calcul du prix de revient qui handicape lourdement la rentabilité de ces productions. Par ailleurs, les produits de terroir sont souvent commercialisés par des intermédiaires, des courtiers, des imitateurs et mêmes des fraudeurs qui lèsent les paysans et les coopératives et instaurent un climat de méfiance, voire un frein majeur à leur commercialisation. Ces dysfonctionnements s’expliquent par la rareté de formes de collaboration avec des parties prenantes comme les collectivités locales, les particuliers, les acteurs privés, les grands distributeurs et les autres organisations susceptibles de faciliter la commercialisation de leurs produits.

Aujourd’hui, au Nord comme au Sud, la commercialisation des produits de terroir est au cœur d’un dispositif d’alliances prometteuses pour l’ESS; des parties prenantes œuvrent pour faciliter l’accès des produits de terroir aux marchés et pour démocratiser ainsi leurs consommations. Certes l’expérience des coopératives et PME de terroir de la rive nord méditerranéenne est exemplaire, mais elle est confrontée à des contraintes édifiantes pour leurs homologues du Sud. En effet, même dans le cadre d’alliances entre les parties prenantes, la coordination pour commercialiser les produits de terroir n’est pas simple et se déroule souvent sur fond de controverses. Pour les coopératives et les PME de terroir, les investissements en termes d’innovation, de réputation, de communication et des coûts croissants en information expliquent le niveau de leurs prix très élevés et justifie également le recours des consommateurs à l’achat des mêmes  produits non garantis ni sur l’origine ni sur la qualité mais à des prix très bas.  Les gouvernements et les collectivités quant à eux  sont dans l’obligation de mettre en place des politiques d’information, de traçabilité et des campagnes de promotion territoriales pour lutter contre la fraude et l’usurpation des noms. Pour le consommateur, les dispositifs mis en place sont garants de l’origine et de la qualité des produits ; mais l’asymétrie de l’information, la multiplication des acronymes et des logos créent la confusion chez le consommateur et  l’incite parfois à se méfier et à douter de l’authenticité des produits mis sur le marché.

A travers une approche pluridisciplinaire intégrant entre autres les études rurales, la sociologie, l’histoire, les sciences de la gestion dont le marketing, la stratégie, l’entrepreneuriat et l’économie de l’entreprise, la finance et les sciences de l’information et de la communication, le présent colloque vise à capitaliser sur les expériences et les parcours des coopératives et des PME de terroir du Nord et du Sud qui ont mis en place des démarches de commercialisation viables et durables. Il s’agit surtout de croiser les expériences des uns et des autres pour repenser les difficultés commerciales des coopératives et des PME, afin de développer des stratégies d’intéressement destinées à impliquer davantage les parties prenantes dans la commercialisation des produits de terroir. 

Les axes du colloque

1- Le comportement du consommateur vis-à-vis des produits de terroir : motivations/freins d’achat, perception/représentations des produits de terroir, la consommation engagée etc.

2- Les expériences d’alliances avec des parties prenantes pour la commercialisation des produits de terroir :

  • La grande distribution, les aéroports, les ONG etc. 
  • Le tourisme : les hôtels, les restaurateurs, les recettes des chefs étoilés etc.
  • La filière agrotouristique ;
  • La vente aux particuliers : vente directe à la ferme, magasins de producteurs et comptoirs locaux, sites de vente en ligne, place du marché, paniers bio etc.
  • Les exportations : grands distributeurs étrangers, ventes directes groupées par internet etc.

3- Les politiques étatiques et gouvernances du marché des produits de terroir ;

4- Les démarches de certification et de labélisation des produits de terroir et leurs incidences sur la commercialisation : IGP, AOP, AB, AOC, commerce équitable etc.

5- La mutualisation de la force de vente ;

6- Les leviers financiers pour les entreprises individuelles et collectives du secteur ;

7- La patrimonialisation des produits de terroir : les recettes culinaires, les Indications Géographiques ;

8- Stratégie de communication pour développer l’image de marque des produits et des territoires de terroir :

  • La communication marketing des coopératives et des PME de terroir,
  • La communication publique et territoriale,
  • La communication touristique,
  • Les Technologie digitales,
  • La communication événementielle : foires, salons, festivals, moussems et fêtes ;

9- Détermination de la rentabilité et viabilité des produits du terroir :

  • Estimation et calcul du prix de revient ;
  • Estimation du prix réel de vente par diverses approches, dont la création de bourses pour le pricing de produits tel que l’argan à l’image de celle du safran ;

10- L’entrepreneuriat en relation avec le terroir.

11- Cas pédagogiques traitant l’un des thèmes du colloque ; les cas soumis doivent être accompagnés d’une note pédagogique.

Calendrier

  • Le 30 mars 2021 : date limite de réception des intentions de communication

  • Le 15 Avril 2021 : réponse du comité scientifique
  • Le 30 Juin 2021 : Date limite de réception des textes définitifs
  • Le 30 juillet 2021 : réponse du comité scientifique
  • Le 30 septembre: réception des textes définitifs qui seront publiés dans les actes du colloque
  • Les 26, 27 et 28 Octobre 2021 : Dates du congrès

 Un atelier doctoral sur la rédaction d’articles scientifiques sera organisé la journée du 26 octobre au profit des doctorants.

Modalités de participation

Les contributeurs sont invités à soumettre une proposition en français ou en anglais à l’adresse suivante : colloqueterroir2020@gmail.com

Elle sera évaluée en double aveugle. Elle comportera :

  • la problématique, le cadre théorique, la méthodologie, les principaux résultats, et les principales références bibliographiques ;
  • Le format de soumission des communications doit respecter les instructions suivantes : 2500 signes, Times New Roman 12, interligne simple ;
  • Sur la première page figurent les noms et qualités du ou des auteurs, l’adresse électronique, le titre de la communication, et 4 à 5 mots-clés.

Comité d’organisation

  • HAMRI Hicham (Directeur et Professeur, ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • LOUX Kamal (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • SOUAF Malika (Directrice du laboratoire MAPES, ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • ANGADE Khadija (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • EL WAZANI Youssef (ENG, UIZ Agadir, Maroc)
  • BOUHOUILI Mbarka (FSJES, Ait Melloul, UIZ Agadir, Maroc)
  • BOUMESKA Mustapha ( FSJES,UIZ Agadir, Maroc)
  • MEKKAOUI Soumiya (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • AIT HEDA Abdellatif (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • SOUSSI Noureddine (FSJES, Ait Melloul, UIZ Agadir, Maroc)
  • ELFATHAOUI Habib (FSJES, Ait Melloul, UIZ Agadir, Maroc)
  • RAIF Maha (Doctorante MAPES, ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • BOUCHRA EL Bakkouri (Doctorante MAPES, ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • OUBOUTAIB Fatima Ezzahra (Doctorante MAPES, ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • SADKI Assia (Doctorante MAPES, ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • RECHIDI Soraya (Doctorante MAPES, ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • IRBAH Jihad (Doctorante MAPES, ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • MENGUET Khadija (Doctorante MAPES, ENCG, UIZ Agadir, Maroc)

Président du comité scientifique

  • Dr AIT HEDA Abdellatif (ENCG, UIZ Agadir, Maroc) ; courriel : aaitheda@gmail.com

Comité scientifique

  • ABIL Abdallah (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • ACHABA Allal (ENCG, Agadir, Maroc)
  • ADRDOUR Mohamed (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • AHROUCH Said (FSJES, UIZ Agadir, Maroc)
  • ALAMI Asmae (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • ANGADE Khadija (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • BELLIHI Hassan (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • BENBOUZID Ahmed (Réseau du microcrédit Entrepreneurial, Québec, Canada)
  • BENDOU Aziz (UIZ Agadir, Maroc)
  • BENSLIMAN Syrine (Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Mahdia, Tunisie)
  • BENWAKRIM Hind (FSJES, Ait Melloul, UIZ Agadir, Maroc)
  • BILLET Jeanine (ESC PAU, France)
  • BOUHOUILI Mbarka (FSJES, Ait Melloul, UIZ Agadir, Maroc)
  • BOUMESKA Mustapha (FSJES, UIZ Agadir, Maroc)
  • CHAHID Mohammed (Université Clermont Auvergne, France)
  • CHAKOR Abdellatif (FSJES, Rabat, Maroc)
  • EDDAHIBI Mustapha (ENCG, Agadir, Maroc)
  • EL ABBOUBI Manal (FSJES, UM5 Rabat, Maroc)MITES
  • ELFATHAOUI Habib (FSJES, Ait Melloul, UIZ Agadir, Maroc)
  • ELHAMIDI Saadia (Université Mohammed V, Rabat)
  • ELKANDOUSSI Fatima (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • EL WAZANI Youssef (ENG, UIZ Agadir, Maroc)
  • ESSAOUSSANI Amina (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • HAMRI Hicham (Directeur et Professeur, ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • HMAITTANE Abdelamajid (ENG, UIZ Agadir, Maroc)
  • HNAKA Zineb (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • JAUFFRIT Marc (ESC PAU, France)
  • JAYED Abdelkhaleq (FLSH, UIZ Agadir, Maroc)
  • KOUAYEP Bertin Léopold (ESCG de Yaoundé Cameroun)
  • LABARI Brahim (FLSH, UIZ Agadir, Maroc)
  • LAGDIM L.Hind (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • MERAH Aissa (Université de Béjaïa, Algérie)
  • MEYER Vincent (Université Côte d’Azur, France)
  • MEKKAOUI Soumiya (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • M’ZALI Bouchra (ESG, UQAM, Canada)
  • OUMLIL Rachid (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • OUAHRAOUI Fatima (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • RIEUTORT Laurent (Université Clermont Auvergne, France)
  • SAIR Aziz ( ENCG Dahkla, UIZ Agadir, Maroc)
  • SGHAIER Mongi (Institut des Régions Arides, Tunisie)
  • SGUENFEL Mohamed (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • SKOURI Hassan (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • SOUAF Malika (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • SOUSSI Noureddine (FSJES, Ait Melloul, UIZ Agadir, Maroc)
  • ZEROUALI Hayat (ESI, Rabat, Maroc)
  • ZEROUALI OUARITI Ouafae (ENCG, UIZ Agadir, Maroc)
  • ZOUITEN Said (Ecole de Gestion, UQTR, Canada)

Frais d’inscription et de participation

Les participants doivent être préalablement inscrits et la présence d'au moins un des auteurs est requise par communication. 

  • Chercheurs et Professionnels : 1500 MAD (150 euros)
  • Étudiants : 700 MAD (70 euros)
  • Accompagnant : 700 MAD (70 euros)

 L'inscription inclut :

  •  Accès aux différentes sessions du Congrès + Documentation + actes du colloque ;
  • Déjeuners et pause-café.

Des frais additionnels pourront être requis pour les activités optionnelles (dîner, Visites de coopératives etc.)

Un atelier doctoral sur la rédaction d’articles scientifiques sera organisé la journée du 27 octobre au profit des doctorants.

Pour l’hébergement à Agadir et le transport de l’aéroport à Agadir, des prix préférentiels seront négociés avec des hôtels et une agence de transport.  


Daten

  • Dienstag, 30. März 2021

Schlüsselwörter

  • produits de terroir, commercialisation, partie prenante, alliance territoriale, information, communication, marketing, entrepreneuriat

Kontakt

  • Abdellatif Aitheda
    courriel : aaitheda [at] gmail [dot] com

Informationsquelle

  • ABDELLATIF AIT HEDA
    courriel : aaitheda [at] gmail [dot] com

Zitierhinweise

« Stratégies de commercialisation des produits de terroir », Beitragsaufruf, Calenda, Veröffentlicht am Montag, 09. März 2020, https://calenda.org/754510

Beitrag archivieren

  • Google Agenda
  • iCal
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search