HomeBolivia 2006-2019. What change?

Bolivia 2006-2019. What change?

Bolivie 2006-2019. Quel(s) changement(s) ?

*  *  *

Published on Tuesday, March 10, 2020 by Céline Guilleux

Summary

Entre 2006 et 2019, les gouvernements successifs d’Evo Morales ont promu un « processus de changement » de la société bolivienne. Ce processus a comporté différentes dimensions, plus ou moins valorisées par l’actualité politique et plus ou moins étudiées par la recherche académique en sciences humaines et sociales. Sans chercher à dresser des bilans définitifs de la période considérée, et avec le recul qui s’impose face à une actualité souvent pressée, ce numéro spécial vise à revenir sur ces treize années pour tâcher de mieux les comprendre, en croisant des regards inédits et pluridisciplinaires, fondés empiriquement sur des dimensions généralement moins étudiées du « processus de changement ».

Announcement

Appel à contribution d'articles scientifiques pour la revue Cahiers des Amériques latines, 2021/1 n° 96 

Coordination

Dossier coordonné par Françoise Martinez (Professeure, université Paris 8) et Franck Poupeau (Directeur de recherche CNRS au Creda UMR 7227)

Argumentaire

Entre 2006 et 2019, les gouvernements successifs d’Evo Morales ont promu un « processus de changement » de la société bolivienne. Ce processus a comporté différentes dimensions, plus ou moins valorisées par l’actualité politique et plus ou moins étudiées par la recherche académique en sciences humaines et sociales. L’adoption d’une nouvelle Constitution a promulgué un État plurinational reconnaissant formellement les populations dites « originaires » ; la structure de l’État a été modifiée avec la consolidation d’une administration publique destinée à inclure les secteurs sociaux qui, pendant des siècles, ont été marginalisés ou subordonnés à l’exercice des oligarchies coloniales et néocoloniales. Dans l’exercice de la politique, les formes de participation ont été renforcées, liant les organisations populaires au contrôle du parti officiel et de la structure étatique, tandis que divers niveaux d’autonomie politique étaient formellement reconnus. D’un point de vue économique, l’obtention de nouveaux revenus avec la rente des hydrocarbures a permis de soutenir la croissance du PIB, tandis qu’une logique de distribution a été mise en œuvre, en faveur notamment de la lutte contre la pauvreté. Ce « modèle bolivien » de gestion économique a été présenté comme favorable à l’émergence de nouvelles élites économiques d’origine populaire. Des politiques publiques multisectorielles ont été mises en place en faveur du développement productif, en matière agricole ou industrielle.

En dépit de ces résultats manifestes, la légitimité de l’action des gouvernements Morales a été remise en question, et la destitution forcée de novembre 2019 semble le confirmer, au-delà des controverses sur le « coup d’État » et ses fondements « démocratiques » dans une ample mobilisation urbaine. En dépit des promesses de nouvelles pratiques politiques, les logiques clientélistes, qui caractérisaient l’exercice du pouvoir antérieur, n’ont pas pour autant disparu ; les grands secteurs bancaires ont maintenu leur influence et le secteur de la construction a augmenté ses investissements dans des espaces urbains échappant encore à tout contrôle public ; le soutien aux petits producteurs et aux formes d’auto-organisation de l’économie, solidaire ou communautaire, apparaît encore embryonnaire tandis que la part de l’économie dite « informelle » et donc des formes d’exploitation de la main-d’œuvre familiale reste forte.

Sans chercher à dresser des bilans définitifs de la période considérée, et avec le recul qui s’impose face à une actualité souvent pressée, ce numéro spécial vise à revenir sur ces treize années pour tâcher de mieux les comprendre, en croisant des regards inédits et pluridisciplinaires, fondés empiriquement sur des dimensions généralement moins étudiées du « processus de changement ».

Il interrogera les transformations des rapports sociaux et des styles de vie, qu’il s’agisse de rapports de sexe, des effets de l’amélioration éventuelle des conditions d’éducation, de consolidation d’une « nouvelle classe moyenne » bénéficiant à la fois de l’abandon de la subordination instituée des secteurs populaires et de l’accès à un style de vie caractéristique des « sociétés de consommation » à l’occidentale. Il s’agira aussi de revenir sur les relations entre organisations sociales, parti de gouvernement et structure étatique, et d’analyser leurs effets sur les pratiques politiques, sur la configuration des élites du pouvoir et sur la répartition des dépenses publiques. À travers la diversité des relations d’enquête et des sources confrontées et à partir d’analyses mêlant les points de vue méthodologiques et disciplinaires, ce seront à la fois les réalisations et les difficultés du « processus de changement » qui seront ainsi questionnées.

Modalités de soumission

Les propositions peuvent être soumises en français, espagnol ou anglais. Elles devront contenir les informations suivantes :

  • nom, prénom ;
  • université ou laboratoire de rattachement ;
  • court CV (3-4lignes) avec adresse e-mail ;
  • titre de l’article (en français, anglais et espagnol)
  • résumé de 1 500 signes maximum précisant le contenu du projet d’article (en français, anglais et espagnol)

La date limite impérative de soumission des d’articles est fixée au 10 mai 2020

 à l’adresse suivante : cal96bolivie@gmail.com

Le comité de rédaction de Cahiers des Amériques latines informera de l’acceptation ou non des propositions dans les plus brefs délais.

Les articles de 50 000 signes maximum (espaces, notes, bibliographie, résumés et mots-clés compris) devront être envoyés au coordinateur pour le 10 mai 2020. Ils seront soumis à une double évaluation anonyme.

La publication du dossier est prévue pour février-mars 2021.

Merci de bien vouloir consulter les instructions aux auteur-e-s : https://journals.openedition.org/cal/2324

Les articles ne répondant pas à ces instructions ne pourront être pris en compte.

Places

  • Campus Condorcet
    Paris, France (75)

Date(s)

  • Sunday, May 10, 2020

Keywords

  • Bolivie, Evo Morales, gouvernement, politique

Contact(s)

  • Marie Morel
    courriel : editions [dot] iheal [at] gmail [dot] com

Information source

  • Cahiers des Amériques latines Editions de l'IHEAL
    courriel : editions [dot] iheal [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Bolivia 2006-2019. What change? », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, March 10, 2020, https://calenda.org/755832

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal