StartseiteLes dynamiques spatiales contemporaines de la Russie

Les dynamiques spatiales contemporaines de la Russie

The contemporary spatial dynamics of Russia

Revue EchOgeo

*  *  *

Veröffentlicht am Freitag, 03. Juli 2020 bei Anastasia Giardinelli

Zusammenfassung

La Russie est aujourd’hui un acteur international influent dans plusieurs parties du monde, même si elle présente de nombreux signes de fragilité. C’est surtout un pays qui continue de se transformer en profondeur et qui cherche toujours à renforcer la maîtrise et la desserte de son propre territoire. Ce dossier de la revue EchoGéo accordera une place importante à l’étude des dynamiques spatiales internes actuelles de la Fédération de Russie, à toutes les échelles et dans toutes les parties du territoire fédéral, afin de contribuer à la connaissance de ce pays.

Inserat

Coordination du dossier 

  • Yann Richard est Professeur des universités à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’UMR Prodig 
  • Sophie Hou est Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’UMR Prodig.

Argumentaire

Depuis l’éclatement de l’URSS, la Russie est passée par une phase de chaos (années 1990), puis de stabilisation et de rétablissement (Radvanyi, 2010 ; Radvanyi, Laruelle, 2016). Elle est aujourd’hui un acteur international influent dans plusieurs parties du monde, même si elle présente de nombreux signes de fragilité. C’est surtout un pays qui continue de se transformer en profondeur et qui cherche toujours à renforcer la maîtrise et la desserte de son propre territoire (Hou, 2011 ; Marchand, 2014 ; Radvanyi, 2017). L’économie de rente continue de jouer un rôle fondamental, mais la croissance des activités de service se poursuit de manière régulière depuis plus de deux décennies (67 % de la population active et 54 % du PIB en 2018 contre 56 % et 50 % en 1999). On observe par ailleurs de profondes transformations sociales, politiques et économiques qui ont nécessairement des effets sur la dynamique de l’espace russe à toutes les échelles. Même si le déclin démographique s’est ralenti au cours de la dernière décennie, la Russie, depuis les années 1990, est confrontée dans ce domaine à des problèmes qui affectent différemment les territoires. Ces transformations furent un objet privilégié d’étude dans les années 1990, en relation avec l’idée centrale de recomposition spatiale post-soviétique (Marchand, 2014). Mais elles attirent moins de chercheurs aujourd’hui. On peut regretter que les transformations géographiques de la fédération russe occupent une place somme toute limitée dans la production géographique académique, notamment en France. Ce champ est largement occulté par des analyses portant l’attention sur la géographie politique et surtout sur la géopolitique interne et externe. On peut rappeler à cet égard que les numéros spéciaux les plus récents dédiés à la Russie en France, au demeurant fort intéressants, ont été proposés par Hérodote en 2010 et 2017, revue de géopolitique.

Depuis la disparition de l’Union soviétique, les évolutions spatiales ont été très sensibles dans ce pays continent dont les grands caractères géographiques restent déterminés par quelques puissants facteurs. Il s’agit premièrement du poids de l’héritage soviétique, même presque trente ans après la disparition de l’URSS. De même que, deuxièmement, l’extraction et l’exportation de ressources naturelles, inégalement réparties sur le territoire et concentrées dans des régions éloignées du centre politique. Troisièmement, il n’est pas possible d’ignorer les conditions naturelles parfois contraignantes dans un pays immense dont la maîtrise reste un défi permanent : sans faire de déterminisme, l’éloignement vis-à-vis des régions centrales situées dans la partie européenne et les conditions de vie parfois difficiles, voire vraiment hostiles, de certaines parties du territoire continuent de peser sur leur accessibilité, sur leur géographie et sur la dynamique de leur peuplement. Ces facteurs sont exacerbés et/ou atténués par d’autres facteurs internes et externes. Il s’agit notamment des initiatives politiques de re-centralisation, de projets d’infrastructures, de mutations sociales internes favorisant une polarisation sociale accrue, de l’affermissement de l’économie de marché, de l’intégration dans la mondialisation et de l’évolution de la relation avec la Chine.…

Dans quelle mesure tous ces facteurs jouent-ils un rôle dans l’organisation de l’espace russe aujourd’hui ? On peut s’interroger sur leurs conséquences sur le fonctionnement de la Russie comme fédération (répartition des compétences et des pouvoirs, relations entre centre fédéral et autres échelons, découpages administratifs, spécificités régionales…), sur la dynamique du système de villes, sur la fabrique des espaces urbains, sur les évolutions des espaces ruraux, sur les disparités spatiales de la Fédération, etc. Comment par exemple mesurer, représenter et interpréter ces dernières à l’échelle du pays, à l’échelle des sujets fédéraux et au sein des espaces urbains ? Les écarts régionaux sont considérables  (Bradshaw, Vartapetov, 2003 ; Marchand, 2014 ; Rodriguez et Mekikhova, 2015) : on peut rappeler à cet égard que le PIB par habitant de Sakhaline est équivalent à celui de Singapour ; tandis que celui de la Tchétchénie est équivalent à celui du Myanmar, un des pays les plus pauvres du monde ; Moscou rassemble moins de 8 % de la population mais réalise entre un cinquième et un quart du PIB fédéral ; la pauvreté ne concerne que 10 % de la population à Moscou et Saint-Pétersbourg, mais 40 % dans le piémont caucasien et dans l’Extrême-Orient. Ces disparités géographiques, spectaculaires pour de très nombreux indicateurs, continuent-elles de croître ou bien assiste-t-on à une convergence entre les régions ? A leur sujet, il y a débat. Prenant le contre-pied d’une idée reçue, certains auteurs parlent d’une convergence d’indicateurs socio-économiques entre les sujets de la Fédération depuis 2000, tout en observant le creusement de disparités spatiales locales. Qu’en est-il exactement ? Quelles sont les échelles pertinentes pour saisir les fractures de l’espace russe ? La Russie est-elle un archipel juxtaposant des îles voire des îlots de prospérité et de croissance dans un océan de mal développement, de déclin socioéconomique et de marginalisation ?

Ce dossier de la revue EchoGéo accordera une place importante à l’étude des dynamiques spatiales internes actuelles de la Fédération de Russie, à toutes les échelles et dans toutes les parties du territoire fédéral, afin de contribuer à la connaissance d’un pays qui ne cesse de se transformer : - Comment la Russie fait-elle face à son immensité, notamment dans sa partie orientale ? Quelles sont les politiques mises en œuvre et les instruments utilisés au service de la maîtrise du territoire ? Le tropisme asiatique, notamment chinois, a-t-il quelque effet sur la géographie des efforts consentis par le pouvoir central et les pouvoirs régionaux ? - Quelles sont les évolutions de l’environnement en Russie, notamment en relation avec les dynamiques régionale économiques et avec les changements climatiques ? - Comment évoluent les inégalités régionales dont beaucoup d’auteurs disent qu’elles continuent de se creuser ? Dans un ouvrage récent, Marlène Laruelle et Jean Radvanyi rappellent par exemple que les dix régions les plus riches concentrent plus de la moitié de la valeur du produit régional total du pays. Observe-t-on les mêmes dynamiques à toutes les échelles ? Existe-t-il des liens avec les migrations intérieures ? - D’une façon générale, quelles sont les grandes dynamiques économiques de l’espace russe dans tous les secteurs ? Observe-t-on des évolutions communes ou différentes en fonction des régions ? - Quid de la géographie politique et de la géopolitique internes de la Russie ? Seront bienvenus des articles qui explorent les thèmes suivants : les relations (parfois teintées de colonialisme) entre le centre du pouvoir et les périphéries notamment en matière de développement régional, les relations entre les composantes ethniques, la géographie électorale. - Quelles sont les dynamiques urbaines récentes ? Comment évolue la trame urbaine de la Russie ? Comment évoluent les espaces intra-urbains ?

Modalités de soumission

Les articles, rédigés en français, en anglais ou en espagnol, comporteront environ 40 000 signes (plus les illustrations). Merci de vous reporter aux recommandations aux auteurs pour les normes de présentation du texte, de la bibliographie et des illustrations (https://journals.openedition.org/echogeo/1940).

Ils devront être envoyés avant le 10 décembre 2020 à :

Yann Richard (Yann.Richard@univ-paris1.fr) et Sophie Hou (Sophie.Hou@univ-paris1.fr) coordonnateurs du dossier avec copie à Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr), secrétaire éditoriale, qui les transmettra aux évaluateurs. Le dossier sera publié dans le n° 56 d’EchoGéo (avril-juin 2021).

Daten

  • Donnerstag, 10. Dezember 2020

Schlüsselwörter

  • Russie, espace, dynamique, fracture

Kontakt

  • Yann Richard
    courriel : Yann [dot] Richard [at] univ-paris1 [dot] fr
  • Sophie Hou
    courriel : Sophie [dot] Hou [at] univ-paris1 [dot] fr

Informationsquelle

  • Karine Delaunay
    courriel : karine [dot] delaunay [at] ird [dot] fr

Zitierhinweise

« Les dynamiques spatiales contemporaines de la Russie », Beitragsaufruf, Calenda, Veröffentlicht am Freitag, 03. Juli 2020, https://calenda.org/788456

Beitrag archivieren

  • Google Agenda
  • iCal