HomeReading and writing among adults in a precarious situation: interactions, research, ethics and politics

Reading and writing among adults in a precarious situation: interactions, research, ethics and politics

Lecture et écriture chez les adultes en situation de précarité: interactions, recherches, éthique et politiques

Nouveaux cahiers de la recherche en éducation journal

Revue « Nouveaux cahiers de la recherche en éducation »

*  *  *

Published on Monday, July 06, 2020 by Anastasia Giardinelli

Summary

La revue Nouveaux cahiers de la recherche en éducation lance un appel de propositions pour un numéro thématique sur les processus d’écriture et de lecture chez les adultes en situation de précarité. 

Announcement

Coordination thématique

  • Jean-Pierre Mercier (Université du Québec à Montréal)
  • Isabelle Rioux (Université de Sherbrooke)
  • Charline Vautour (chercheuse indépendante)
  • Audrey Dahl (Université du Québec à Montréal)

Présentation de la thématique

Ce numéro thématique s’intéresse aux interactions entre les travaux scientifiques, incluant les discours qu’ils contribuent à élaborer, l’éthique et les politiques lorsqu’il est question de lecture et d’écriture des adultes en situation de précarité. Quelles relations les recherches entretiennent-elles avec les populations étudiées sur le plan de l’éthique ou encore les politiques en matière de lecture et d’écriture? Quels sont les enjeux éthiques et politiques soulevés par les recherches en matière de lecture et d’écriture des adultes en situation de précarité? Inversement, comment l’éthique et les politiques en cette matière influencent-elles ces recherches?

Toute recherche comporte en effet des enjeux éthiques et politiques qu’elle contribue à façonner. Ces enjeux sont exacerbés par le travail avec les personnes en situation de précarité. Lorsqu’ils sont repris par les milieux de pratique ou dans la sphère publique, ces enjeux sont abordés à travers le filtre des catégories intellectuelles des personnes chercheuses et influencent le regard de la société, notamment lorsqu’il est question de lecture et écriture et des personnes en situation de précarité.

Parce que l’écrit trame toutes les sphères de la vie sociale (Fabre, 1997; Lahire, 2006), lire et écrire, individuellement et collectivement, dans différentes situations, par exemple dans la vie domestique, communautaire, religieuse ou spirituelle, en santé mentale ou physique, au travail, dans la recherche d’emploi, dans la formation ou les moments de détente, etc., sont incontournables et deviennent un enjeu social majeur pour les adultes en situation de précarité. Par situation de précarité, on entend toute situation d’insécurité et d’incertitude (Barbier, 2005) changeante et plus ou moins intense dans le temps et d’une sphère de vie à l’autre (Bourdon et Bélisle, 2015). Être en mesure de lire et d’écrire individuellement, mais aussi collectivement ou de faire appel à des intermédiaires de l’écrit (Papen, 2010) peut contribuer à atténuer les précarités dans les innombrables situations où les personnes doivent faire appel à l’écrit, c’est-à-dire lorsqu’elles utilisent tout système langagier de codes graphiques sur un support. Que l’on pense aux formulaires administratifs, aux demandes d’emploi, d’inscription à une formation, aux ressources communautaires de santé, de logement, d’alimentation, d’aide financière de dernier recours, voire d’urgence, comme dans le cas de la crise sanitaire de la COVID-19. Alors que les situations de précarité confluent davantage vers certains groupes que vers d’autres, notamment vers les femmes, les personnes issues de l’immigration, itinérantes, autochtones, en situation de handicap, non diplômées, il convient de se préoccuper scientifiquement de ces groupes qui, pour s’en sortir, sont confrontés à l’écrit, entre autres.

Cependant, dès qu’on s’intéresse à la lecture et à l’écriture des adultes, on entre dans un vaste champ de pratiques et de recherches au sein duquel semble régner une forme de division du travail scientifique où ces questions sont non seulement souvent abordées de façon séparée, mais encore reçoivent un traitement contrasté selon les perspectives à travers lesquelles elles sont traitées.

Les distinctions entre les perspectives, approches ou modèles de recherche sur la lecture et l’écriture des adultes exigent, non seulement une analyse critique de la littérature scientifique, mais aussi l’orchestration d’un débat entre ces perspectives de façon à délimiter leurs topos et à mettre en lumière les présupposés qu’elles véhiculent ainsi que les enjeux éthiques et politiques qu’elles soulèvent pour les populations étudiées. Ces distinctions conduisent par conséquent à problématiser les recherches sur le plan des enjeux éthiques et politiques qu’elles façonnent en matière de lecture et d’écriture des adultes. En effet, ces perspectives ne sont pas neutres. Elles sont porteuses de conceptions différentes. Par exemple, envisager la lecture et l’écriture sous l’angle de compétences individuelles transférables d’une situation à l’autre est une chose. Les envisager sous l’angle des pratiques situées et comportant leurs formes spécifiques de relations sociales faisant appel à l’écrit en est une autre. Ces perspectives sont aussi porteuses de représentations, parfois limitantes ou déficitaires, des populations étudiées.

Il nous semble intéressant dès lors de mettre à plat les perspectives (manières théoriques et méthodologiques de concevoir l’objet et de l’appréhender empiriquement), car elles ont des implications éthiques, notamment lorsqu’il est question des adultes en situation de précarité. Selon leurs perspectives, les recherches représentent différemment les adultes aux prises avec les exigences d’activités diverses d’écriture et de lecture. En outre, lorsqu’elles sont reprises dans le champ des interventions éducatives, ces représentations influencent significativement les manières de concevoir l’éducation et la formation des adultes, ainsi que les programmes et politiques.

Lire et écrire: de compétence individuelle à pratique sociale

Un premier axe autour duquel nous souhaitons organiser ce numéro thématique concerne la manière de concevoir et d’étudier la lecture et l’écriture. La distinction de Street (1984, 2003) entre un modèle autonome et un modèle idéologique s’avère ici utile.

Le modèle autonome découle, notamment, du domaine scolaire et du développement de programmes. Sa perspective est celle des compétences en littératie, considérées transférables à toutes les situations de la vie et comportant, en soi, des effets sur les compétences cognitives des personnes, ainsi que sur leurs conditions de vie (Street, 1984, 2003). Cette perspective structure les enquêtes socioéconomiques internationales sur la littératie des adultes, dont le Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA) est la plus récente et sera mise à jour en 2021.

Dans cette enquête, lire au travail ou dans la vie courante est considéré égal à lire à l’école lorsqu’il faut répondre correctement – « 1 if correct and 0 if incorrect » (Organisation de coopération et de développement économique, 2013, p. 3) – à des questions sur un texte, seul et sans aide (Desrosiers, Nanhou, Labrie et Ducharme, 2015). En plus d’occulter le contexte dont font partie les personnes à qui demander ou donner de l’aide est possible, cette situation évaluative calque la situation scolaire d’évaluation lorsqu’une personne fait un examen et peut être non familière à bon nombre de personnes répondantes. Aussi, il n’est pas surprenant que celles performant le moins à l’évaluation de leurs compétences en littératie soient, le plus souvent, les personnes ayant le moins performé au plan scolaire, par exemple les adultes en situation de précarité, dont les adultes non diplômés.

Quant au modèle idéologique, il prend pour point de départ que la lecture et l’écriture sont indissociables des pratiques, situées dans leur contexte social et culturel, et de l’idéologie qu’elles véhiculent, fût-elle dominante ou de faible légitimité. Cette perspective peut inclure des préoccupations sur la littératie des adultes, ainsi que les manières d’utiliser le langage écrit, inséparables de l’usage du langage oral. Elle dépasse largement l’étude des compétences, sans toutefois l’exclure. Les recherches s’inspirant ou proches du modèle idéologique documentent les pratiques de l’écrit, entre autres par observation directe, entretiens longs et collecte de documents dans le contexte où la lecture et l’écriture sont utilisées. Toutefois, elles tendent à occulter les compétences individuelles en lecture et écriture, compétences dont les adultes en situation de précarité peuvent avoir besoin à bien des occasions. De plus, ces recherches nous en apprennent moins sur le processus d’apprentissage de la lecture et de l’écriture que sur les contextes permettant tout apprentissage et sur la description des traces de cet apprentissage. Néanmoins, elles suivent la trace de ce que les personnes font avec l’écrit et comment elles le font dans les situations très diversifiées qu’elles rencontrent, soit une manière de faire voir ce qu’elles sont capables de faire.

Le long de cet axe, cet appel à contributions invite donc à remettre en question de façon critique les perspectives théoriques et méthodologiques mobilisées dans l’étude de la lecture et de l’écriture des adultes. Deux sens sont ici donnés au questionnement critique: analyse critique et réflexive de la littérature scientifique ou analyse critique par les personnes chercheuses de leur propre perspective et de la façon dont elles font fonctionner différentes conceptions, plus ou moins implicites, plus ou moins conscientes, par rapport aux processus de lecture et d’écriture et aux populations avec lesquelles elles travaillent. Quelles représentations de la lecture et de l’écriture et des adultes en situation de précarité ces perspectives conduisent-elles à reconstituer? Comment ces représentations sont-elles reconstituées théoriquement, méthodologiquement, empiriquement? En quoi perpétuent-elles, ou non, l’un ou l’autre des modèles de la littératie des adultes? En quoi permettent-elles de le nuancer? Quels sont les apports de ces perspectives? Comment sont-elles appelées à changer?

De l’éthique aux politiques

Un deuxième axe est celui des enjeux éthiques de la recherche dans ses rapports avec les politiques et pratiques de formation. Il s’agit d’analyser l’interrelation entre les recherches, les politiques et pratiques d’intervention ciblant spécifiquement les questions de lecture et d’écriture auprès des populations adultes vivant en situation de précarité, ainsi que les répercussions des recherches sur le plan des politiques, au sens large du terme (politiques, programmes, mesures, stratégies, etc.).

Cette interrelation est complexe et source de tensions. Elle touche souvent l’élaboration des discours liés à la lecture et à l’écriture qui sont repris sur la place publique (Lahire, 2005; Leclercq, 2008). Dans l’élaboration des politiques publiques, on constate une nette prédominance du modèle autonome (Boughton, 2016). Depuis plus de 25 ans, ce modèle se retrouve à la base des enquêtes socioéconomiques internationales sur les compétences en littératie des adultes. La promotion de ce modèle s’accompagne d’enjeux éthiques à première vue des plus nobles. Au nom de l’atteinte d’une certaine équité sociale, ce modèle est repris par les pouvoirs publics et économiques, en misant sur la défense des groupes en situation de précarité dont les compétences en littératie sont jugées faibles et sur la nécessité d’élaborer des politiques publiques et une offre de formation appropriée au développement, au maintien et au rehaussement de leurs compétences. Toutefois, ce modèle ne conduit-il pas à une valorisation des pratiques de formation calquées sur la forme scolaire de relation d’apprentissage et à une sous-estimation des pratiques de lecture et d’écriture se déployant dans les diverses situations de la vie courante ou au travail? 

En même temps, l’adhésion à un modèle plutôt qu’à un autre n’est pas toujours très nette. Par exemple, on retrouve les traces du discours issu du modèle autonome au sein des groupes d’éducation populaire, particulièrement afin d’obtenir du financement et de maintenir leurs services auprès des populations en situation de précarité. Mais ce modèle et le discours qui en émane sont souvent sources de tensions pour ces groupes, car à l’interne, nombre de ces groupes, notamment au Québec ceux du Regroupement des groupes populaires en alphabétisation (RGPAQ), se réclament pourtant d’un modèle d’alphabétisation conscientisante où l’accent est plutôt mis sur les conditions sociales favorisant le rehaussement et le maintien des capacités à lire et à écrire des adultes en situation de précarité. Ainsi, les enjeux liés à la coexistence de différents modèles concernant la lecture et l’écriture des adultes en situation de précarité, tant dans les milieux de recherche que dans l’arène publique, sont à la fois d’ordre éthique et politique.

Le long de cet axe se dessine la question des interrelations entre recherches, pratiques d’intervention et politiques et de la façon dont certaines perspectives théoriques infléchissent les politiques et les pratiques tout en soulevant différents enjeux éthiques, sociaux et politiques pour les populations adultes vivant dans la précarité. Quelles sont les interactions entre les discours produits par les recherches et les politiques en matière de lecture et d’écriture des adultes en situation de précarité? Quels sont les facteurs qui jouent sur l’adoption par le politique d’un discours plutôt qu’un autre? Quelles sont les répercussions des recherches sur les politiques? En quoi les politiques infléchissent-elles les recherches? Quels sont les impacts de l’un ou l’autre des modèles de la lecture et de l’écriture sur les politiques en cette matière? Comment l’un ou l’autre des modèles pénètre-t-il les milieux de recherche ou de pratique? Sur le plan de l’éthique, comment les recherches et les politiques influencent-elles les groupes d’adultes en situation de précarité et les représentations qu’elles renvoient de ces groupes dans la sphère publique?

En somme, ce dossier thématique invite à la proposition de textes issus de recherches sur la lecture et l’écriture qui:

  • ont été conduites dans des contextes francophones ou anglophones de formation structurée (formelle ou non formelle) ou d’apprentissage informel (implicite, par socialisation, etc.) des adultes en situation de précarité;
  • adoptent une perspective critique par rapport à la littérature scientifique ou à leurs propres travaux, construits scientifiques et manières d’envisager les populations étudiées, tout en ajoutant de nouveaux arguments pour l’étude de la lecture et de l’écriture des adultes;
  • reconstituent les interactions entre les travaux scientifiques, l’éthique et les politiques lorsqu’il est question de lecture et d’écriture chez les adultes en situation de précarité, tant sur le plan de l’éthique que sur celui des politiques.

Il interpelle les chercheuses et chercheurs qui s’intéressent à la littératie ou aux pratiques de lecture et d’écriture des adultes dans les contextes divers d’éducation, de formation, de la vie courante ou au travail. La priorité sera accordée aux articles issus d’études ou de recherches empiriques qui s’intéressent aux adultes en situation de précarité.

Modalités de proposition

Les intentions (3 000 signes maximum, espaces compris), incluant un titre préliminaire, une présentation de la problématique (problème, contexte et positionnement dans les écrits scientifiques), d’un angle d’attaque et de ses implications au niveau méthodologique et les principaux résultats, doivent être adressées à ncre.education@usherbrooke.ca

au plus tard le 31 août 2020

Les auteurs dont les intentions seront retenues seront avisés autour du 15 septembre 2020. L’acceptation de l’intention ne présume pas de l’acceptation de l’article, lequel sera soumis à la procédure d’évaluation habituelle de la revue (évaluation par les pairs). Les articles complets (en français, maximum 50 000 signes espaces compris ou 25 pages, références incluses, accompagnés d’un résumé de 120 mots maximum) devront être soumis avant le 15 décembre 2020 en version électronique par courriel (ncre.education@usherbrooke.ca). Les auteurs sont invités à consulter les normes éditoriales de la revue pour la rédaction des textes finaux. La revue n’accepte que les textes originaux et inédits qui ne sont pas en évaluation par une autre revue. Pour obtenir des renseignements supplémentaires, contacter ncre.education@usherbrooke.ca.

À propos de la revue

La revue Nouveaux cahiers de la recherche en éducation (NCRÉ) est une revue scientifique québécoise couvant le champ des sciences de l’éducation. Soutenue par la faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke, elle est actuellement sous la responsabilité scientifique de Frédéric Saussez.

Elle a pour ambition d’être à la fine pointe de l’actualité de la recherche en éducation et de se situer au carrefour de sensibilités disciplinaires et de traditions théoriques diverses.La revue Nouveaux cahiers de la recherche en éducation est qualifiante pour la section CNU 70 (Sciences de l’éducation et de la formation).

Références bibliographiques

Barbier, J.-C. (2005). La précarité, une catégorie française à l’épreuve de la comparaison internationale. Revue française de sociologie, 46(2), 351-371. 

Boughton, B. (2016). Popular education and mass literacy campaigns. Beyond “new literacy studies”. In K. Yasukawa et S. Black (dir.), Beyond Economic Interests: Critical Perspectives on Adult Literacy and Numeracy in a Globalised World (p. 149-164). Rotterdam: Sense Publishers. 

Bourdon, S. et Bélisle, R. (2015). Passage à l’âge adulte et précarités dans un monde incertain. Dans S. Bourdon et R. Bélisle (dir.), Les précarités dans le passage à l’âge adulte au Québec (p. 9-26). Québec: Presses de l’Université Laval. 

Desrosiers, H., Nanhou, V., Labrie, M.-P. et Ducharme, A. (2015). Aspects conceptuels et méthodologiques. Dans H. Desrosiers (dir.), Les compétences en littératie, en numératie et en résolution de problèmes dans des environnements technologiques: des clefs pour relever les défis du xxie siècle. Rapport québécois du Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA) (p. 39-68). Québec: Institut de la statistique du Québec. 

Fabre, D. (1997). Introduction. Seize terrains d’écriture. Dans D. Fabre (dir.), Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes (p. 1-56). Paris: Éditions de la Maison des sciences de l’homme. 

Lahire, B. (2005). «L’invention de l’illettrisme». Rhétorique publique, éthique et stigmatismes. Paris: La Découverte.

Lahire, B. (2006). Cartographie de la pluralité des mondes de l’écrit. Dans R. Bélisle et S. Bourdon (dir.), Pratiques et apprentissage de l’écrit dans les sociétés éducatives (p. 31-51). Québec: Presses de l’Université Laval. 

Leclercq, V. (2008). Introduction. Connaître les adultes peu scolarisés et peu qualifiés: des recherches pour comprendre et agir. TransFormations. Recherches en éducation des adultes, 1, 3-18. 

Organisation de coopération et de développement économique (2013). Chapter 17: Scaling PIAAC Cognitive Data. Technical Report of the Survey of Adult Skills (PIACC). Paris: Éditions OCDE. Repéré à https://www.oecd.org/site/piaac/_Technical%20Report_17OCT13.pdf 

Papen, U. (2010). Literacy mediators, scribes or brokers? The central role of others in accomplishing reading and reading. Langage et société, 133(3), 63-82. 

Street, B. (1984). Literacy in theory and practice. Cambridge, MA: Cambridge University Press.

Street, B. (2003). What’s “new” in new literacy studies? Critical approaches to literacy in theory and practice. Current Issues in Comparative Education, 5(2), 77-91. 

Subjects

Date(s)

  • Monday, August 31, 2020

Attached files

Keywords

  • éducation

Contact(s)

  • Frédéric Saussez
    courriel : ncre [dot] education [at] usherbrooke [dot] ca
  • David Reneault
    courriel : ncre [dot] education [at] usherbrooke [dot] ca

Information source

  • David Reneault
    courriel : ncre [dot] education [at] usherbrooke [dot] ca

To cite this announcement

« Reading and writing among adults in a precarious situation: interactions, research, ethics and politics », Miscellaneous information, Calenda, Published on Monday, July 06, 2020, https://calenda.org/788558

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal