InicioCultures des sciences au théâtre

Cultures des sciences au théâtre

Scientific cultures in theatre - doctrines, intentions, audiences and practices

Doctrines, intentions, publics et pratiques

*  *  *

Publicado el lunes 06 de julio de 2020 por Anastasia Giardinelli

Resumen

Le spectacle vivant apparaît depuis quelques années comme le lieu d’une rencontre renouvelée sur scène des sciences et du théâtre. Chercheur∙e∙s et praticien∙ne∙s sont invité·e·s à proposer de courtes interventions et partager lors de cette journée leurs visions et leurs expériences personnelles en vue d’une réflexion sur l’évolution des modes de pensée et d’action dans le champ de la médiation par la culture de la fabrication conjointe des sciences et de la société. À partir d’une sélection des résumés et textes attendus, nous souhaitons mettre en discussion critique les manières de faire, engager le bilan de la diversité des conceptions et des réalisations, le tout en vue de la publication d’un ouvrage collectif à paraître au premier semestre 2021.

Anuncio

Argumentaire

« Les théâtres de science notamment se développent actuellement sur tout le territoire ». Cette affirmation de 2017 émane d’une instance publique chargée de dire les orientations à donner aux actions de diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle en France [1]. Aux côtés d’autres dispositifs institutionnels plus inédits tels que l’animation de tiers lieux ou celle d’espaces dédiés au sein des pôles de compétitivité, la scène du théâtre est en effet considérée par ces experts comme ce lieu et ce moment devant permettre de renouer le contact avec des publics réputés bouder les cadres traditionnels de la culture scientifique. Aux dires de quelques-uns de ses promoteurs, le théâtre permettrait de « questionner la science grâce à la mise en relation des chercheurs avec les artistes, de revisiter la place qu'elle prend dans nos vies et nos choix de société à travers les arts de la scène [2] ». Rien de nouveau pourtant, le théâtre est le plus ancien des dispositifs de la culture savante ou de l’éducation populaire. Ce qui l’est un peu plus en revanche est l’engouement dont il fait l’objet avec l’émergence en France à partir des années 2000 des projets arts-science [3].

Le théâtre serait ainsi non seulement un vecteur d’évolution des pratiques de médiation mais également un moyen de fidéliser ou d’atteindre de nouveaux publics, d’actualiser le regard porté sur la vocation de la culture des sciences, considérant la complexité des relations entre science et société. Les sciences sont en effet devenues un théâtre des controverses sociotechniques et des questions dites socialement vives [4]. Il n’est plus un objet de science en général et des technosciences en particulier dont les liens avec la société ne soient un impératif d’interrogation. La mise en culture des sciences procède de leur mise en politique [5]. Leurs enjeux se confondent, redéfinissant depuis les années 1970 le statut des sciences dans leurs dimensions à la fois culturelle, politique et économique [6].

En quoi cependant le théâtre serait-il une voie plus pertinente d’association sur scène des sciences, des technosciences et de la société ? C’est ce que nous souhaitons savoir partant de l’exploration des pratiques du théâtre à caractère scientifique. Nous employons cette formulation « à caractère scientifique » afin d’englober la grande variété non seulement des réalisations contemporaines et plus anciennes, mais aussi des doctrines, des intentions et des publics qui les sous-tendent. Un de nos objectifs est en effet de catégoriser pour les comparer les créations foisonnantes selon ces principaux critères pour dire ce que sont les sciences au théâtre et ce que le théâtre autorise d’innovation des modes de pensée et d’action en matière de médiation culturelle des sciences à l’heure de la société technoscientifique et de ses controverses.

Une hypothèse à éprouver est que le théâtre est un compromis permettant de concilier nombre des tensions qui traversent aujourd'hui le champ de la culture scientifique. Tension d’abord entre les justifications d’un rapprochement des arts et des sciences. Si leur association peut paraître relativement consensuelle dans les discours incantatoires au motif que les sciences sont une part intégrante et fondamentale de la culture commune, elle peine encore à se réaliser sereinement.  Ces deux champs de l’intervention publique que sont la promotion des sciences et celles des arts cultivent encore à ce jour des fonctions et des missions dans une ignorance sinon une défiance mutuelle. Tension également entre objectifs assignés aux actions de la culture scientifique. Entre désir de faire aimer les sciences pour elles-mêmes et volonté d’interroger leur statut culturel et leur fonction politique dans l’organisation économique de la société technoscientifique, il y a place pour bien des frictions. Tension enfin entre culture savante et culture populaire, entre érudition et divertissement.

Le théâtre permet-il ainsi de concilier nombre de ces contradictions ? Une de nos intuitions est que la scène devient ce lieu où s’élabore avec une plus grande liberté qu’ailleurs une offre étendue tout en pérennisant un dispositif parmi les plus traditionnels de la culture légitime. La scène nous paraît être en effet en mesure de faire exister aujourd'hui cet espace hybride de médiation entre culture et politique des sciences. Le théâtre devient un terrain politiquement découvert des sciences dans ce qu’elles comportent de liens avec la société. Il reste bien sûr à en faire la démonstration.

Chaque type de proposition théâtrale impliquant les sciences doit donc pouvoir être interrogée suivant un cadre de questionnement que l’on propose dans ce qui suit.  Il s’articule autour de quelques questions basiques mais d’importance permettant de préciser les motifs d’engagement, d’orientation et de pratique du théâtre en matière d’association explicite avec les sciences. Il est question d’évocations de postures qui permettent de situer les termes aux limites d’un spectre large de ce qui se fait dans ce domaine. Pas de catégorisation à ce stade donc puisque c’est l’un des objectifs fixés mais une invitation à explorer les motifs aux sources d’un intérêt pour la réflexion et/ou le travail de création théâtrale qui aboutit sur scène à cette association avec les sciences, et de façon plus générale avec les questions touchant aux intrications des technosciences et de la société.

Doctrines

Le théâtre fabrique son monde. Les sciences y ont aujourd'hui de plus en plus leur place, écho de l’intérêt croissant que leurs portent les publics en rapport avec les questions sociétales. Ainsi l’association des sciences et du théâtre (et inversement) témoigne d’une grande variété de réalisations. Toutes sont portées par des individus ou des collectifs dont les modes de pensée et d’action sont susceptibles de diverger sur bien des points. D’une façon ou d’une autre cependant, ils se réfèrent à des ordres de justification de ce qu’ils font et de ce pourquoi ils le font. Ces justifications peuvent être similaires d’une catégorie à l’autre mais aussi s’opposer en tout point. C’est que comme bien d’autres dispositifs culturels, le théâtre est profondément politique dans son fond et sa forme. Il vise des objectifs plus ou moins assumés sinon revendiqués, des intentions parfois conflictuelles suivant la conception que l’on a à la fois du théâtre et des sciences en société. En cela, la scène de théâtre est toujours un espace de débat voire de controverse suivant ce qui se donne à voir et à entendre sur les sciences, sur les rapports mutuels qu’entretiennent sciences et société.

Une première interrogation légitime est donc celle de la conception que l’on a des sciences et des technosciences elles-mêmes et de ce qu’elles font à la société, et réciproquement. Quels sont leur statut culturel, la fonction sociale et le rôle politique des sciences ? La question est simplement posée mais elle fonde toute la justification d’une association sur scène des sciences et du théâtre. Il ne s’agit bien entendu non de répondre strictement à la question mais de s’interroger sur ce qu’elle évoque. La démarche permet d’explorer pour les expliciter quelques considérations tacites sur la place des sciences dans l’organisation aujourd'hui du monde de demain. Cet examen peut être rudimentaire ou plus élaboré. Dans tous les cas, il a pour but de situer un premier cadre réflexif des pratiques et des publics auxquels les dispositifs théâtraux sont destinés. Les sciences sont-elles le fondement de la rationalité et de la vérité sur toute chose ? On imagine dans ce cas un théâtre des sciences axé sur cette conviction, déterminant son expression. Les sciences sont-elles des instances de pouvoir à déconstruire ? On imagine alors un théâtre comme un moyen de questionner la fabrication conjointe des sciences et des rapports sociaux. À chacun de formuler, à sa façon, ce que sont les sciences, depuis un point de vue singulier, la société et leurs rapports mutuels, entre harmonie et conflit. En parallèle de ces considérations doctrinales peut devoir s’articuler celles sur le spectacle vivant lui-même, ce qu’il apporte de spécificité dans la réalisation des objectifs d’association sur scène des sciences et du théâtre.

Intentions

De là découle des intentions directrices que l’on suppose plus facile à expliciter. Pour le théâtre dit des sciences ou scientifique la chose semble entendue. La scène est un lieu et un temps privilégié d’exposition de ce que sont les sciences et/ou de ce comment elles devraient être considérées dans leurs relations avec la société. Les vertus supposées du théâtre sont alors de l’ordre de la pédagogie, de la didactique, de la transmission de valeurs cardinales, de l’inculcation d’évidences, pour ne citer que ces quelques cas de justification des buts fixés par la mise en œuvre concrète de l’association des sciences et du théâtre. Les missions dont s’investit vraisemblablement le théâtre sont alors peu ou prou de contribuer à l’éducation et à l’instruction des publics, de former le jugement et de travailler à leur adhésion aux formes de rationalités jugées les plus essentielles. Ce théâtre peut jusqu’à afficher une volonté militante, par exemple chercher à atténuer de cette façon la défiance ou à rétablir une confiance supposée perdue des publics à l’égard des professionnels de la production des connaissances scientifiques et des experts. De la même façon, le théâtre est pensé comme un dispositif culturel parmi d’autres de l’éducation populaire aux sciences ou de l’initiation ludique à la formation de l’esprit scientifique.

D’un autre côté, un théâtre faisant place aux sciences doit pouvoir de la même façon expliciter les raisons de sa nécessité. S’agit-il de saisir les sciences dans leurs dimensions plus spécifiquement culturelles, sociales, éthiques, épistémologiques, politiques ou même suivant tout ça à la fois ? Les intentions comme point de départ sont dans tous les cas à interroger selon un regard que l’on porte sur les sciences et leur place dans la société. Comme pour le théâtre des sciences, ce théâtre focalisant son attention sur l’intrication des technosciences et de la société sera le plus souvent militant, en ce sens qu’il défend un point de vue fort, souhaite sinon « faire passer un message » au moins inciter le public à s’interroger lui-même. Au demeurant, ce théâtre est moins une occasion de transmettre des contenus de savoirs scientifiques plus ou moins vulgarisés que de partager des interrogations, des espoirs comme des inquiétudes au travers desquelles se nouent technosciences et questions sociétales sous la forme le plus souvent de controverses sociotechniques. Ce qui donne parfois un théâtre critique ou un théâtre de plaidoyer : un théâtre pour alerter, pour dénoncer, un théâtre qui met les sciences sur la sellette.

On imagine le contraste entre un théâtre apologétique [7] des sciences devant sauver le monde et celui plus critique dénonçant leur responsabilité dans sa destruction. Glorification ou condamnation des sciences telles qu’elles se font aujourd'hui, le théâtre est en réalité beaucoup plus subtil. Quelle que soit la façon de situer ses propres ordres de priorité et valeurs, la formulation des intentions portées par l’association des sciences et du théâtre est toujours forcément partiale, sa traduction profondément politique. C’est pourquoi il convient de l’interroger, de préciser en toute circonstance ses intentions directrices, de dire la nature des missions dont on s’investit partant du théâtre.

Publics

Suivant les ordres de considération qui précèdent, l’association des sciences et du théâtre détermine en grande partie le type de publics auxquels elle s’adresse. Alors qu’un théâtre des sciences vu comme un auxiliaire culturel pour la transmission de notions fondamentales scientifiques ciblera un jeune public de type scolaire ou le cadre de l’éducation populaire, l’abord des sciences d’un point de vue épistémologique, philosophique ou franchement politique visera un public d’adultes plus avertis. Entre ces deux propositions règne la majeure partie des réalisations dont le public visé est une justification de son existence. Quelle place pour le public entre délectation passive du résultat et participation directe à la production même de ce qui se passe sur la scène ? Que le public soit considéré comme une population inerte qui se contente de consommer un produit culturel pour satisfaire des besoins de divertissement ou comme un ensemble d’individus doués de la capacité de raisonner, d’une liberté d’action et de valeurs, il est toujours pris à parti. Il convient dès lors de préciser qui il est afin de saisir plus justement les choix des formes d’association pratiquées entre sciences et théâtre.

Pratiques

Conception, intentions et publics visés supposent une réalisation. Dans cette dernière partie, il est suggéré de raffiner la description du cadre des pratiques concrètes, des moyens mis en œuvre, de la variété des lieux au sein desquels se déroulent les performances, sont utilisées des techniques particulières, se consolident des principes et des protocoles, etc. Bref, l’agrégation de l’ensemble constitue le dispositif théâtral lui-même, entre cadre traditionnel du répertoire et scènes nomades constamment ajustées selon les circonstances. Il convient ici de dire ce que l’on fait et comment on le fait mais aussi de faire part de ses retours d’expérience et de ce qui pourrait être. La variété contemporaine des dispositifs témoigne d’un besoin d’innovation jouant avec les contraintes habituelles du théâtre. L’objet de notre réflexion collective est bien de confronter les pratiques et leurs justifications. Dans cette perspective, il s’agit aussi de faire le point lors de cette journée sur les recherches auxquelles cet « objet » – les relations entre sciences et théâtre, spectacle vivant – a donné lieu ces dernières années.

Aucune pratique théâtrale n’est évidemment égale ou assimilable à une autre. Chacune est singulière. C’est vrai de façon générale mais plus encore au regard de l’association des sciences et du théâtre, de l’idée même d’explorer la question de l’intrication des sciences et de la société. La scène est un laboratoire. Peuvent s’y expérimenter des entrelacements et agencements complexes plus vraies que nature afin d’inviter à la controverse. La présente invitation est ainsi de discuter le sens et la pertinence de l’association des sciences et du théâtre au travers de la diversité des expériences. Elle a entre autre vocation de conforter la conviction que le théâtre, s’il est assurément le plus ancien des outils de la médiation culturelle, constitue aujourd'hui un dispositif parmi les plus judicieux pour engager avec les publics la réflexion sur la fabrication conjointe des sciences et de la société.

Modalités de proposition

Afin d’échanger sur les points de vue comme sur les expériences concrètes, le présent appel sollicite les propositions de textes courts à présenter lors d’une journée organisée le 1er décembre 2020 à l’Université de Paris (Grands Moulins, Paris 13ème).

Vous êtes invité.e.s à soumettre un résumé d’intervention (10 min. en table ronde ou 20 minutes en format conférence) portant sur une réflexion théorique ou sur une expérience pratique.

Une sélection des textes et des présentations sera proposée en vue de l’édition d’un ouvrage collectif sur les cultures des sciences au théâtre, à paraître au premier semestre 2021.

La dernière session de la journée sera consacrée à une discussion collective portant sur la confection de l’ouvrage, la rédaction des textes et le cas échéant sur ceux déjà disponibles.

Les propositions de contributions pourront aborder, notamment mais pas seulement, les thématiques suivantes :

  • La place des sciences au théâtre entre passé et présent.
  • Réflexions théoriques sur le théâtre scientifique ou scènes de science.
  • Sciences dans le spectacle vivant (clown, cirque, théâtre de rue, etc.).
  • L’adaptation au théâtre des œuvres de la littérature scientifique ou de science-fiction.
  • Rôle et statut du théâtre dans la diffusion de la culture scientifique.
  • Évolution institutionnels des cadres de création et de réalisation.
  • Études de cas (pièce, œuvre, dispositif, auteur∙rice, etc.).
  • Le théâtre dans la mouvance art-science.
  • Témoignages et retour d’expérience.
  • L’éducation populaire aux sciences par le théâtre.
  • Devenir du théâtre scientifique en régime de controverse sociotechnique.
  • Théâtre d’objets et art de la marionnette.
  • Le travail dramaturgique et la science.
  • Théâtre des sciences destiné au jeune public, etc.

Les propositions de résumés sont attendues au plus tard pour le 21 septembre 2020

Un recueil des résumés sera mis à disposition des participants lors de la journée du 1er décembre 2020.

Vous pouvez le cas échéant nous envoyer un texte plus complet en vue d’une seule contribution à l’ouvrage collectif.

Calendrier

Les propositions sont à envoyer directement aux organisateurs sous la forme de leur résumé ou d’un texte plus complet le cas échéant au plus tard le 21 septembre 2020 à michel.lette@lecnam.net et frederic.tournier@univ-paris-diderot.fr

Notification par le Comité scientifique aux soumissionnaires le 12 octobre 2020

Retour des résumés définitifs et textes complets (le cas échéant) le 16 novembre 2020

Tenue de la journée le 1er décembre 2020

Inscriptions sur : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeXZ8FmMSoqusENBlDdac2IfVJtdZWeyxZc0Ro9wEq8PhNKEA/viewform?usp=pp_url

Comité scientifique 

  • Arborio Sophie
  • Bouillaguet Emilie
  • Chifflet Stéphanie
  • Cyrulnik Natacha
  • Fix Florence
  • Las Vergnas Olivier
  • Le Pors Sandrine
  • Paquet Dominique
  • Raichvarg Daniel
  • Simon Emmanuelle
  • Wind Priscilla

Organisateurs 

  • Letté Michel
  • Tournier Frédéric

Pour plus de détails sur cette journée, ne pas hésiter à contacter l’un des organisateurs

Bibliographie

Aboudarham Norbert (2008) « Théâtre de science ou science du théâtre ? », La Lettre de l’OCIM, 118 : 33-37.

Bacon Elizabeth (dir.) (1993) Les Scientifiques et le spectacle de la science (actes de la 4e Rencontre internationale du Groupe d'Etude et de Recherche sur la Science de l'Université Louis Pasteur [GERSULP], Strasbourg : Finkmatt Impr.

Baillon Jacques (2000) Théâtre et sciences: Le double fondateur, Paris, L'Harmattan.

Banu Georges (dir.) (2009) « Côté sciences », Alternatives théâtrales, 102-103.

Bionda Romain (2019) « Où est passé le théâtre de science-fiction ? Histoire et historiographie d’un genre inaperçu », Revue d'Histoire du Théâtre, 282 : 119-138.

Birringer Johannes H. (2007) "Performance and Science", A Journal of Performance and Art, 29 (1) : 21-35.

Bollack Jean et Peyret Jean-François (2000) « Le théâtre et la science », Les Cahiers de la Comédie-Française, 34 : 47-62.

Bradburne James et al. (1996) La science en scène, Paris, Presses de l'ENS et Palais de la Découverte

Campos Liliane (2012) Sciences en scène. Dans le théâtre britannique contemporain, Rennes : https://books.openedition.org/pur/52998?format=toc

Campos Liliane (2008) « Le modèle scientifique dans le théâtre de Tom Stoppard », Épistémocritique, Revue d'études et de recherches sur la littérature et les savoirs, 2 : https://epistemocritique.org/le-modele-scientifique-dans-le/

Cardot Fabienne (1989) « Le théâtre scientifique de Louis Figuier », Romantisme, 65 : 59-68.

Chaumier Serge (2000) « La Science sur le pavé, ou une approche des sciences au travers de quelques spectacles de rue », dans Garbagnati Lucile (dir.) Quel répertoire théâtral traitant de la science ?, Paris, L'Harmattan.

Dahan-Gaïda Laurence (1996) « Dürrenmatt et le théâtre », Coulisses, 13 : 12-20.

Dowell Ellen et Weitkamp Emma (2012) “An exploration of the collaborative processes of making theatre inspired by science", Public Understanding of Science, 21 (7): 891-901.

Figuier Louis (1882) (2e ed.) Le Théâtre scientifique, Paris, E. Dentu.

Fix Florence (dir.) (2018), Théâtre et science, Paris, Orizons.

Fourmentraux Jean-Paul (dir.) (2012) Art et science, Paris, CNRS, coll. « Les Essentiels d'Hermès ».

Garbagnati Lucile (2001) Temps scientifique, temps théâtral, Besançon, Canopé - CRDP de Franche-Comté.

– (2000) « Théâtre et sciences », Coulisses, 22 : 118-127.

– (dir.) (2000) Quel répertoire théâtral traitant de la science ?, Paris, L'Harmattan.

Giuliani Alessandro (2011) “Science as Theater: Too Obvious to Be Appreciated”, Topoi: An International Review of Philosophy, 30 (2): 165-171.

Hilgartner Stephen (2000) Science on Stage. Expert Advice as Public Drama, Standford, Standford university press.

Jourdheuil Jean, George David E.R., Dasgupta Gautam et Lépinois Gérard (1995) « Les sciences (“dures”) comme défi lancé au théâtre de renouveler son appréhension du monde et de lui-même », Théâtre / Public, n°26.

Jürgens Anna-Sophie (2020) « Science on show: Exploring science, performance and spectacle », Journal of Science & Popular Culture, 3(1) : 3-6.

Klein Alexandre (2016) « Le théâtre comme laboratoire des sciences de l’esprit : Alfred Binet, psychologue dramatique et dramaturge amateur », L'Esprit Créateur, 56 (4) : 132-145.

Knapp Alain, Barbaud Jean-Christophe, Jappelle Hubert et Lépinois Gérard (1995) « Théâtre et science, quelques questions », dans Lépinois Gérard et al. (dir.) « Théâtre, Science, Imagination-2 », Théâtre / Public, n°126 :

Lachapelle Sofie (2009) "La science en scène : physique amusante et étonnement scientifique dans le théâtre français du xixe siècle", History of science, 47(157) : 297-315.

Lustig Harry et Shepherd-Barr Kirsten (2002) “Science as Theater: From physics to biology, science is offering playwrights innovative ways of exploring the intersections of science, history, art and modern life”, American Scientist, 90(6): 550-555.

Mamczarz Irène et al (dir.) (1992) Création théâtrale et savoir scientifique en Europe : [actes du 3e Séminaire international, organisé sous le haut patronage du Conseil de l'Europe, Paris, C.N.R.S. - Sorbonne, 10-28 septembre 1987], Paris. – Klincksieck.

Mirval Jean (1879) Théâtre scientifique, Paris, C. Lévy.

Peyret Jean-François (2015) « Le théâtre et la recherche scientifique (entretien) », Hermès, 72(2) : 139-142.

– et Alain Prochiantz (2005) Les variations Darwin, Paris, Odile Jacob.

Raichvarg Daniel (1993) Science et spectacle. Figures d'une rencontre, Nice, Z'Editions.

– et Valmer Michel (2001) « Figures de cirque versus figures de science », Études de communication, 24 : 41-55 : http://edc.revues.org/979

Rushforth Alex (2012) “The Theatre of Scientific Advice”, Science as Culture, 21(1): 123-128.

Sheperd-Barr Kirsten (2006) Science on Stage: From Doctor Faustus to Copenhagen, Princeton: Princeton University Press.

Sylvos Françoise (2015) « Théâtre et utopie (introduction) », Tropics, 2 : 1-12.

Triffaux Jean-Pierre (1999) « La science au théâtre : une relation ambiguë », Revue d'histoire du théâtre, 203 : 197-210.

Tzung-De Lin (2015) “Theater as a Site for Technology Demonstration and Knowledge Production: Theatrical Robots in Japan and Taiwan”, East Asian Science, Technology and Society, 9 (2) : 187-211.

Valéro Julie (2015) "Le théâtre : « cuisine nocturne » de la science ?", Les Enjeux de l’information et de la communication, 16/3A : 115-125.

Valmer Michel (2006) Le théâtre de sciences, Paris, CNRS éditions.

– (2001) « Armand Gatti : un théâtre de la science pour les temps à venir », Les cahiers de Coulisses, HS n°1 : 9-10.

– (2002) « Armand Gatti - Chapitre 12 - Michel Valmer: De la science comme champ d’inspiration et mode de subversion poétique », Revue Europe, 877 : ??.

– (2007) « « Scènes de méninges » », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 18 : http://journals.openedition.org/histoire-cnrs/4591.

– (2009), « Le Fou et le Savant, culbuto théâtral d'une société en équilibre instable », Psychologie Clinique, 27 (1) : 76-91.

– (2002) « Convoquer la science au théâtre », La Lettre de l’OCIM, 82 : 11-16.

Vingler Danielle (1996) « A propos d'Équations ou plaidoyer pour un théâtre scientifique », Coulisses, 13 : 8-11.

Vitse Virginie (2015) « Sciences en scène », Cahiers pédagogiques, 519 : https://www.cahiers-pedagogiques.com/Sciences-en-scene

Willis Martin (2016) (dir.) Staging Science. Scientific Performance on Street, Stage and Screen, Palgrave.

Zehelein Eva-Sabine (2012) Science: Dramatic: Science Plays in America and Great Britain, 1990-2007, Heildelberg, Universitätsverlag Winter.

Références

[1] Stratégie nationale de culture scientifique technique et industrielle : 56.

[2] Arnaud Zohou et Théo Drieu, Bulletin de l’Amcsti, n° 38 : 23.

[3] Molinari Cassandre (2016) Approche communicationnelle des rapports entre arts et sciences : le cas des résidences et des festivals (thèse)

[4] Albe Virginie (2009) Enseigner des controverses, Rennes, PUR.

[5] Levy-Leblond Jean-Marc (1984) L'esprit de sel (science, culture, politique), Paris, Seuil.

[6] Schiele Bernard (2005) « Publiciser la science ! Pour quoi faire ? (revisiter la notion de culture scientifique et technique) », dans Isabelle Pailliart (dir.), La publicisation de la science. Exposer, communiquer, débattre, publier, vulgariser – Hommage à Jean Caune, Grenoble, PUG

[7] apologie : discours, écrit visant à défendre, à justifier et par extension à louer une personne, une doctrine.

Fecha(s)

  • lunes 21 de septiembre de 2020

Palabras claves

  • théâtre, science, culture, culture scientifique, médiation, scène, spectacle vivant, éducation populaire

Contactos

  • Michel Letté
    courriel : michel [dot] lette [at] lecnam [dot] net
  • Frédéric Tournier
    courriel : frederic [dot] tournier [at] univ-paris-diderot [dot] fr

Fuente de la información

  • Michel Letté
    courriel : michel [dot] lette [at] lecnam [dot] net

Para citar este anuncio

« Cultures des sciences au théâtre », Convocatoria de ponencias, Calenda, Publicado el lunes 06 de julio de 2020, https://calenda.org/788756

Archivar este anuncio

  • Google Agenda
  • iCal