Página inicialUne histoire de la concurrence : champs d’études et interprétations historiennes

Une histoire de la concurrence : champs d’études et interprétations historiennes

A history of competition: fields of historical studies and interpretations

Numéro thématique de la revue « Cahiers du Framespa »

Cahiers du Framespa journal theme issue

*  *  *

Publicado segunda, 06 de julho de 2020 por Anastasia Giardinelli

Resumo

Les Cahiers de Framespa, revue d’histoire sociale éditée par l’UMR 5136 FRAMESPA (université Toulouse-Jean Jaurès/CNRS) lancent un appel à contribution pour le dossier thématique Concurrence, portant sur l’analyse du concept et des situations de concurrences dans les différents champs de l’histoire économique, politique, sociale, religieuse et culturelle du Moyen Âge et de l’Époque moderne.

Anúncio

Coordination du Dossier 

  • Sandrine Victor (FRAMESPA, U. Champollion d’Albi)
  • Alexandra Beauchamp (Criham-FRAMESPA, U. de Limoges)

Présentation

Les historiens ne se privent pas, avec profit, de travailler des concepts contemporains et de les questionner dans leur historicité. Quelle place peut donc trouver, dans les recherches actuelles en histoire médiévale et moderne, une réflexion envisagée sous l’angle de la concurrence ? Quelles situations et quels contextes médiévaux ou modernes sont vécus ou décrits comme concurrentiels par leurs contemporains ? Quelle valeur accordent-ils aux dynamiques qu’ils engendrent ? Quels critères l’historien du XXIe siècle prend-il en compte pour considérer que la concurrence est à l’œuvre dans la période, la situation qu’il analyse ? Concurrence, rivalités, émulation, coopétition (Le Jan, Bürher-Thierry, Gasparri- 2018) se distinguent-elles selon les situations ou procèdent-elles des mêmes mécanismes ?

Si l’emploi du terme concerne prioritairement de nos jours le champ économique, force est de constater que la concurrence s’applique et se pense aussi bien à la cour, dans le monde politique et diplomatique, mais également dans la société au sens large (course à la dot, distinctions et honneurs ; trafic de reliques et influences des paroisses ; rivalités artistiques ; concurrences symboliques…). L’acception communément retenue aujourd’hui du concept de concurrence retient plus le « fait de se trouver en opposition, le plus souvent d’intérêt dans la poursuite d’un même but, chacun visant à supplanter son rival » (2e sens défini par le dictionnaire du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, https://www.cnrtl.fr/definition/concurrence) que le « fait d’être ensemble, d’agir de concert, conjointement, à égalité dans la poursuite d’un même but » (1er sens défini par ce même dictionnaire). La rivalité, la compétition, l’émulation, qu’elles sous-tendent une appréciation positive ou négative, semblent donc aujourd’hui avoir pris le pas dans le sens donné au concept de concurrence sur les formes les plus anciennes et les premiers usages latins et vernaculaires du substantif concurren(cia) qui privilégiaient les sens de rencontre, d’accord, de convergence, que l’on trouve dans le verbe latin concurrere et qui demeurent actuellement dans l’expression française « jusqu’à concurrence de ».

Sans rejeter ni l’approche nominaliste et les enquêtes qui se centreraient sur le vocabulaire et la formulation de l’idée de concurrence au Moyen Âge et à l’Époque moderne, ni une démarche de reconstruction, qui pisterait dans les sources les critères et caractéristiques témoignant d’une forme historique de concurrence, ce dossier cherche à encourager les travaux visant à interroger le regard porté historiquement sur la concurrence, sous toutes ses formes, et ses évolutions. Dans quelle mesure, entre le Ve et le XVIIIe siècle, les formes de concurrence sont-elles dénigrées ou au contraire valorisées ? Est-ce alors un concept positif ou négatif ? L’appréciation de la concurrence fait-elle systématiquement intervenir un critère moral ? La concurrence est-elle alors interdite, rendue possible ou même encouragée ? Observe-t-on des démarches volontaires de mise en concurrence ? La concurrence a-t-elle donc une fonction sociale, économique, politique ? Quel rôle et quels discours tiennent respectivement les individus, les groupes sociaux, les états de la société, les entreprises et les pouvoirs envers la concurrence, ses différentes formes et évaluations ? Étudier la concurrence, est-ce étudier une vision de la société médiévale et moderne ?

Calendrier

Le calendrier de publication est le suivant :

Envoi des propositions : 15 septembre 2020

Merci d’adresser un résumé en français de 500 mots, explicitant l’enjeu de l’étude proposée, son angle méthodologique et échelle d’analyse, l’espace étudié et le spectre chronologique retenu, accompagné d’une biographie de 100 mots aux adresses suivantes : sandrine.victor@univ-jfc.fr et alexandra.beauchamp@unilim.fr.

- Notifications aux auteur.e.s : 15 octobre 2020

Les propositions seront sélectionnées par les coordonnatrices du dossier et validées par le comité de rédaction de la revue.

- Envoi de l’article : 15 janvier 2021

Les articles feront l’objet d’une évaluation en double aveugle ; ils devront respecter les normes éditoriales de la revue.

- Publication septembre 2021

Datas

  • terça, 15 de setembro de 2020

Palavras-chave

  • concurrence, rivalité, compétition, histoire politique

Contactos

  • Sandrine Victor
    courriel : sandrine [dot] victor [at] univ-jfc [dot] fr
  • Alexandra Beauchamps
    courriel : alexandra [dot] beauchamp [at] unilim [dot] fr

Fonte da informação

  • Sandrine Victor
    courriel : sandrine [dot] victor [at] univ-jfc [dot] fr

Para citar este anúncio

« Une histoire de la concurrence : champs d’études et interprétations historiennes », Chamada de trabalhos, Calenda, Publicado segunda, 06 de julho de 2020, https://calenda.org/788826

Arquivar este anúncio

  • Google Agenda
  • iCal