HomeUrban services in networks through the prism of interdependencies

Urban services in networks through the prism of interdependencies

Les services urbains en réseaux au prisme des interdépendances

Flux journal

Revue « Flux »

*  *  *

Published on Thursday, July 09, 2020 by Céline Guilleux

Summary

Dans le domaine des services urbains en réseaux (eau potable, assainissement, déchets, électricité, télécommunication, transport…), la question des « interdépendances » – entendues globalement comme des relations mutuelles, produisant des effets de réciprocité – est longtemps restée secondaire. Elle n’intervenait de manière explicite le plus souvent que pour analyser la vulnérabilité des services et des réseaux et les effets en cascade engendrés lors de crises (Toubin et alii, 2013). Néanmoins, depuis une dizaine d’années, cette notion connaît une acuité accrue, eu égard à la montée en puissance des approches transversales depuis la fin du XXe siècle, en remplacement des logiques sectorielles à l’origine de ces services (Renaud-Hellier, 2007 ; Caillaud, 2013). Cet état de fait se trouve aujourd’hui renforcé par la montée en puissance des changements globaux (démographie, socio-économie, climat-environnement…) dans les discours scientifiques, politiques et médiatiques, et dans leurs traductions en termes de politiques publiques (Salles, Le Treut, 2017).

Announcement

Coordination

  • Kevin Caillaud (INRAE, UR ETBX),
  • Bénédicte Rulleau (INRAE, UR ETBX),
  • Hélène Nessi (Université Paris Nanterre, LAVUE UMR 7218 CNRS)

Argumentaire

Dans le domaine des services urbains en réseaux (eau potable, assainissement, déchets, électricité,télécommunication, transport…), la question des « interdépendances » – entendues globalement comme desrelations mutuelles, produisant des effets de réciprocité – est longtemps restée secondaire. Elle n’intervenait demanière explicite le plus souvent que pour analyser la vulnérabilité des services et des réseaux et les effets encascade engendrés lors de crises (Toubin et alii, 2013). Néanmoins, depuis une dizaine d’années, cette notionconnaît une acuité accrue, eu égard à la montée en puissance des approches transversales depuis la fin du XXesiècle, en remplacement des logiques sectorielles à l’origine de ces services (Renaud-Hellier, 2007 ; Caillaud,2013). Cet état de fait se trouve aujourd’hui renforcé par la montée en puissance des changements globaux(démographie, socio-économie, climat-environnement…) dans les discours scientifiques, politiques etmédiatiques, et dans leurs traductions en termes de politiques publiques (Salles, Le Treut, 2017).

Malgré cette mise en avant plutôt récente du thème des interdépendances dans la littérature académique (Newell,Goldstein, Foster, 2019), les services urbains et leurs infrastructures de réseau n’ont pas été exempts d’analysess’en approchant, comme en témoigne la diversité lexicale autour de cette question. « Interconnexions »,« interactions » (Dupuy, 1993), « imbrications » (Tabourdeau, Debizet, 2017), « gestion intégrée » (Rocher,2008), « systèmes urbains » (Dupuy, 1984), « métabolisme urbain » (Barles, 2019), « nexus » (Newell,Goldstein, Foster, 2019), etc., sont des termes et expressions régulièrement employés pour analyser lefonctionnement des services en réseaux, et l’ensemble des relations réciproques qui les entourent. Cela en faitmême une constante des études urbaines, qui voient la « ville des réseaux » comme un modèle d’explication destransformations urbaines (Florentin, 2019).

Dans cette perspective, les services urbains en réseaux constituent une organisation sociotechnique structurée ensous-ensembles en interactions (i.e. entre les différentes composantes humaines, techniques, environnementalesd’un même service d’eau, d’assainissement, de déchets, d’énergie, etc.). Cette organisation entretient à différentsniveaux des relations avec son environnement (qu’on considère relever du milieu et des ressources naturels, duclimat, du marché, de l’État ou bien encore des utilisateurs du service comme d’autres services urbainsconnexes) au travers de processus d’échanges (notamment des flux). Le tout est enfin régulé par diversmécanismes (réglementations, tarifications, consentement à payer, entretien-maintenance, offre et demande, etc.)favorisant un certain équilibre local (Dupuy, 1984), et par conséquent une stabilité des systèmes. Encomplément, six attributs ressortent classiquement des services urbains en réseaux (Florentin, 2019) : (i) uneforte centralisation de l’organisation ; (ii) une empreinte matérielle combinée à une emprise au sol ; (iii) un effetde solidarisation des territoires ; (iv) une inertie des réseaux ; (v) une gestion linéaire des flux ; (vi) une logiquede fonctionnement liée à la demande. Ces attributs sont néanmoins progressivement remis en question avec lamontée en puissance des approches transversales, dans le but de maîtriser davantage les interactions. Celles-cipeuvent intervenir au moins à cinq échelles : intra-service (e.g. au sein de l’organisation d’un opérateur, entre leservice clientèle et les utilisateurs…) ; inter-service (e.g. entre deux opérateurs) ; intra-sectorielle (e.g. entrel’agriculture et l’eau potable) ; intersectorielle (e.g. entre l’alimentation, l’eau, les déchets et l’énergie) ; interréseau (i.e. sur un plan plus technique, entre les canalisations d’eau potable, d’assainissement et la voirie parexemple, ou entre le réseau souterrain de la RATP et celui des télécommunications essentiel à la régulation dutrafic). Cela se traduit alors par des dynamiques de reconfiguration des systèmes d’acteurs et des organisationssociotechniques soumises à diverses tensions (Monstadt, Coutard, 2019), notamment politiques, sociales, 2techniques ou bien encore spatiales. Ce constat éclaire d’une part la variété et la multiplicité des paramètres liésaux services et aux réseaux, et aux ensembles qu’ils forment, et dont la cohérence est de plus en plus discutéedans la sphère académique (Le Bris, Coutard, 2008 ; Coutard, Rutherford, 2009). D’autre part, cela révèle la complexité des situations, dont les interrelations et les effets ne se limitent pas aux échelles locale et méso, maispeuvent s’encastrer jusque dans des dynamiques macro-structurelles (e.g. règlementations et accords européens /internationaux, évolution planétaire des ressources naturelles et du climat, mondialisation du marché, etc.). Parconséquent, appréhender les services urbains en réseaux et leurs évolutions peut également impliquer des intéresser aux « structures » qui sous-tendent nos sociétés (Maresca, 2017) et sur lesquelles reposent en partieles services jusque dans leurs dimensions techniques.

La question des interdépendances propose donc une heuristique particulièrement intéressante pour comprendre lesens des relations complexes qu’entretiennent les acteurs, les ressources, les services, les infrastructures etl’environnement au sens général du terme, dans le cadre de systèmes urbains. Nous postulons qu’elle constitueaussi un angle d’approche extrêmement fécond pour appréhender les dynamiques de changement et/ou d’inertie à l’œuvre dans le domaine des services urbains en réseaux.

Axes de travail envisagés

Le présent appel à contribution entend approfondir ces réflexions, en se concentrant autour des quatre questionssuivantes :

1. En quoi une lecture par les interdépendances permet-elle de penser les trajectoires des villes et desréseaux dans leurs complexités ? Quels sont les apports et les limites de cette notion comparés auxautres concepts évoqués – système, imbrication, métabolisme, nexus, etc. ? Comment une approche parles interdépendances permet-elle d’objectiver, de structurer et de clarifier les relations systémiques quitraversent les services urbains en réseaux et leurs infrastructures, et leurs transformations(sociopolitiques, techniques, environnementales, gestionnaires…) ?

2. Comment se structurent les interdépendances au sein des organisations sociotechniques ? Quelles sontles dimensions (les objets / outils / services, les territoires, les institutions, les individus…), les formes(systémiques vs sectorielles, nœuds, linéarité…) et les natures (fonctionnelles, matérielles,sociopolitiques, symboliques, spatiales, temporelles, instrumentales…) des interdépendances liées auxservices urbains en réseaux ? Comment se matérialisent-elles ? Comment s’articulent-elles entre elles ?Comment évoluent-elles (stabilité, renforcement, disparition, substitution, etc.), et selon quellestemporalités ?

3. Comment les interdépendances sont-elles pensées, prises en compte et gérées au cours du temps ? Quelssont les acteurs, les outils (plans / schémas, dispositifs de concertation, cadres de régulation, systèmesd’informations et de connaissances…), les processus, les leviers, les obstacles et les risques intervenantdans la maîtrise des interdépendances ? Qu’induisent les interdépendances dans la gestion des services(économies d’échelle, coûts de transaction et de coordination, référentiel commun, prise de décision,partage des responsabilités, temporalités d’action, tensions…)?

4. Quels sont les effets et les contraintes des interdépendances sur les services et les infrastructures, entermes : de performance et de résilience du système ; d’inertie ou de faculté d’évolution ; d’arbitragespolitiques et techniques ; d’opportunités et de contraintes ; de paradoxes et d’innovations (techniques /numériques, organisationnelles, sociales…) ; d’aménagement du territoire et de gouvernance ; demultifonctionnalité ; de transition énergétique ; etc. ?

L’ensemble des réseaux pourra être traité dans ce numéro. Une perspective inter-service / inter-réseaux, voiremulti-échelle sera tout particulièrement appréciée. Les auteurs inscriront leur travail dans des approches (pluri-)disciplinaires relevant des sciences humaines et sociales : aménagement de l’espace-urbanisme, économie,sociologie, science politique, géographie, etc.

Modalités de contribution

Un résumé pour le 30 octobre 2020

Dans un premier temps, les auteurs enverront une proposition d’article sous forme de résumé (4000 caractèresmaximum), accompagnée d’un bref curriculum vitae mentionnant leurs coordonnées complètes et leur affiliationinstitutionnelle.

Elles sont à adresser avant le 30 octobre 2020

à kevin.caillaud@inrae.fr,benedicte.rulleau@inrae.fr et nessi.h@parisnanterre.fr. Une réponse sera adressée aux auteurs mi-décembre2020.

Article complet pour le 30 mars 2021

Dans un second temps, sur la base des résumés pré-validés par les membres du comité de rédaction de la revue Flux, les auteurs auront jusqu’au 30 mars 2021 pour envoyer la version complète de leur article. Celui-cicorrespondra aux standards de la revue Flux, à savoir un texte de 50 000 caractères maximum, un résumé de1000 à 1500 caractères en français et en anglais, ainsi qu’une notice biographique du ou des auteurs de 600caractères environ (pour plus d’informations).

La publication du numéro thématique est programmée dans l’année 2021.

Bibliographie

Barles S., 2019, L’autonomie métabolique urbaine, un oxymore, une gageure ?, in : Lopez F., Pellegrino M.,Coutard O. (dir.), Les territoires de l’autonomie énergétique, Londres : éditions ISTE, p. 357-375.

Caillaud K., 2013, Vers une gouvernance territoriale de l’environnement ? Analyse comparée des politiquesdépartementales de gestion de l’eau destinée à la consommation humaine et des déchets municipaux,Thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de Rémi Barbier, Université de Strasbourg.

Coutard O., Rutherford J., 2009, Les réseaux transformés par leurs marges : développement et ambivalence destechniques « décentralisées », Flux, 2009/2-3 (n°76-77), p. 6-13. DOI : 10.3917/flux.076.0006

Dupuy G., 1984, Villes, systèmes et réseaux. Le rôle historique des techniques urbaines, Les annales de larecherche urbaine, n°23-24, p. 231-241.

Dupuy G., 1993, Géographie et économie des réseaux, L’espace géographique, Vol. 22, n°3, p. 193-209.

Florentin D., 2019, Vers la ville sobre des réseaux ? L’urbanisme des réseaux face aux transitions, L’informationgéographique, vol. 83, n°2, p. 58-71.

Le Bris C., Coutard O., 2008, Les réseaux rattrapés par l'environnement ? Développement durable ettransformations de l'organisation des services urbains, Flux, 2008/4 (n°74), p. 6-8. DOI :10.3917/flux.074.0006

Maresca B., 2017, Mode de vie : de quoi parle-t-on ? Peut-on le transformer ?, La pensée écologique, vol. 1, n°1,p. 233-251.

Monstadt J., Coutard O., 2019, Cities in an era of interfacing infrastructures: Politics and spatialities of the urbannexus, Urban studies, Vol. 56, n°11, p. 2191-2206.

Newell J., Goldstein B., Foster A., 2019, A 40-year review of food-energy-water nexus literature with a focus onthe urban, Environmental Research Letters, Vol. 14, n°7. DOI: 10.1088/1748-9326/ab0767

Renaud-Hellier E., 2007, La gestion urbaine des services d’eau potable est-elle durable ? Réflexion sur le« modèle français » et pistes de recherche sur le terrain rennais, ESO, n°26, p. 67-78.

Rocher L., 2008, Les contradictions de la gestion intégrée des déchets urbains : l'incinération entre valorisationénergétique et refus social, Flux, 2008/4 (n°74), p. 22-29. DOI : 10.3917/flux.074.0022

Salles D., Le Treut H., 2017, Comment la région Nouvelle Aquitaine anticipe le changement climatique ?,Sciences Eaux & Territoires, vol. 1, n°22, p. 14-17.

Tabourdeau A., Debizet G., 2017, Concilier ressources in situ et grands réseaux : une lecture des proximités parla notion de nœud socio-énergétique, Flux, 2017/3-4 (n°109-110), p. 87-101. DOI :10.3917/flux1.109.0087

Toubin M., Diab Y., Laganier R., Serre D., 2013, Les conditions de la résilience des services urbains parisienspar l’apprentissage collectif autour des interdépendances, VertigO, vol. 13, n°3 [consulté le 26 mai 2020].DOI : 10.4000/vertigo.14568

Date(s)

  • Friday, October 30, 2020

Contact(s)

  • Kévin Caillaud
    courriel : kevin [dot] caillaud [at] inrae [dot] fr
  • Hélène Nessi
    courriel : nessi [dot] h [at] parisnanterre [dot] fr
  • Bénédicte Rulleau
    courriel : benedicte [dot] rulleau [at] inrae [dot] fr

Reference Urls

Information source

  • Aurélie Bur
    courriel : aurelie [dot] bur [at] enpc [dot] fr

To cite this announcement

« Urban services in networks through the prism of interdependencies », Call for papers, Calenda, Published on Thursday, July 09, 2020, https://calenda.org/789831

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal