HomeArt and sharing

Art and sharing

L’art en partage

The Rioux report, 50 years on

Le Rapport Rioux 50 ans après

*  *  *

Published on Wednesday, July 15, 2020 by Anastasia Giardinelli

Summary

Globe. Revue internationale d’études québécoises sollicite des propositions d’articles en vue de la préparation d’un numéro thématique consacré à l’enseignement des arts au Québec.

Announcement

Coordination scientifique

Ce numéro thématique sera codirigé par :

Yves Jubinville, professeur à l’École supérieure de théâtre de l’UQAM 

Edith-Anne Pageot, professeure au département d’histoire de l’art de l’UQAM.

Argumentaire

Instituée par le gouvernement de Jean Lesage, la Commission d’enquête sur l’enseignement des arts au Québec (communément, le Rapport Rioux) dépose en 1969 un imposant rapport qui préconisait une réorganisation majeure des structures administratives et éducatives ainsi que l’élaboration d’une politique culturelle qui devait promouvoir la démocratisation de l’éducation artistique. Au-delà des recommandations pragmatiques, le Rapport Rioux défend l’idée que la créativité et l’imagination sont de véritables « modes de connaissance » ayant un impact sur toutes les sphères de l’activité humaine. En tant que vecteurs d’émancipation, tant personnelle que collective, la créativité et l’imagination sont donc envisagées comme moteurs de changement et de désaliénation. C’est à partir de ce postulat que la Commission Rioux recommande l’intégration des arts au système d’éducation et plaide en faveur de la reconnaissance du statut professionnel des artistes.

Les retombées du Rapport Rioux sur la formation artistique professionnelle, comme celles que l’on observe à l’échelle de l’enseignement des arts dans le réseau scolaire québécois, apparaissent très variables d’une discipline à l’autre (théâtre, arts visuels, musique, danse, cinéma, design, littérature). Au-delà des politiques publiques en matière culturelle, inspirées par des idéaux d’accessibilité et de démocratisation, les recommandations de la Commission Rioux n’ont pas suscité le même enthousiasme au sein des institutions de formation déjà établies, et se sont même heurtées à la réalité d’un champ artistique qui, au Québec comme ailleurs, s’est progressivement fondu à l’économie de marché en adoptant le modèle des industries culturelles.

Ce numéro thématique entend faire le point sur l’héritage du Rapport Rioux, en prenant en compte ce décalage, afin d’en interroger les causes et les conséquences et repenser le cadre et les finalités de la formation artistique à l’heure des défis technologique et environnemental, du brassage démographique, de l’hybridité des formes et du rôle changeant de l’artiste dans la société contemporaine que vient par ailleurs bouleverser la crise sanitaire de 2020 qui touche durement le monde de la culture et des arts. Ce numéro sera en ce sens l’occasion de mettre en lumière d’autres modèles, de confronter des pratiques, de mettre en question les fondements de la formation des artistes dans un contexte international en perpétuelle transformation. Il permettra aussi, à partir d’un regard critique mais constructif, d’interroger les limites ainsi que les angles morts du Rapport Rioux dans le but de poursuivre à nouveaux frais la réflexion sur le rôle de l’art et de l’artiste dans une société pluraliste confrontée plus que jamais aux défis du vivre-ensemble.

À cet égard, les auteurs.es invités.es à collaborer à ce dossier s’inscrivent à l’enseigne d’une diversité d’approches, de disciplines et d’épistémologies, que l’on souhaite pouvoir mettre au service d’un dialogue fécond entre des identités, des communautés et des savoirs différents. Au cœur de ce programme se pose la question de savoir si l’université, identifiée dans le Rapport Rioux comme un vecteur de développement et d’innovation pour la formation artistique dans la société québécoise contemporaine, peut répondre à cette même ambition aujourd’hui ? Dans un processus impliquant un décloisonnement des pratiques de même qu’une décolonisation des structures institutionnelles chargées d’assurer les fonctions de transmission, quelles formes peuvent ou doivent prendre les partenariats entre l’université et les acteurs des milieux artistiques ?

Modalités de proposition

La date limite pour proposer un article est le 15 octobre 2020.

Les articles doivent être d’une longueur de 20 à 25 pages à double interligne (pour un maximum de 8 000 mots, notes comprises). Les auteur-e-s doivent également joindre un résumé de 300 mots et une liste de mots-clés. Les textes doivent être acheminés à Globe : revue internationale d’études québécoises, par voie électronique (contact@revueglobe.ca). Ceux-ci seront soumis au processus habituel d’évaluation scientifique par les pairs. ​Les auteur-e-s sont priés de suivre le protocole de rédaction de la revue Globe.

Directrice de la revue

  • Anouk Bélanger,  Université du Québec à Montréal

Comité de rédaction

  • Pierre BARRETTE, École des médias, Université du Québec à Montréal
  • Micheline CAMBRON, Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises, Université de Montréal
  • Linda CARDINAL, École d’études politiques, Université d’Ottawa
  • Daniel CHARTIER, Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises, Université du Québec à Montréal
  • Karine COLLETTE, Département de lettres et communications, Université de Sherbrooke
  • Guy LACHAPELLE, Département de science politique, Université Concordia

Comité scientifique

  • Zila BERND, Université fédérale de Rio Grande del Sul
  • Gaétane DOSTIE, Université de Sherbrooke
  • Gilles DUPUIS, Université de Montréal
  • Euridice FIGUEIREDO, Université fédérale Fluminense
  • Andrée FORTIN, Université Laval
  • Gilles HAVARD, Centre national de la recherche scientifique
  • Rachel KILLICK, Université de Leeds
  • Ingo KOLBOOM, Université de Dresde
  • Józef KWATERKO, directeur, Centre de recherche en civilisation canadienne-française et en littérature du Québec, Université de Varsovie
  • Yvan LAMONDE, Université McGill
  • Jaap LINTVELT, directeur, Centre d'études canadiennes, Université de Groningue
  • Hans-Jürgen LÜSEBRINK, directeur, Institut d'études romanes et de communication interculturelle, Université de La Sarre
  • Bill MARSHALL, Université de Glasgow
  • Carmen MATA BARREIRO, Université autonome de Madrid
  • Ursula MATHIS-MOSER, Université Leopold-Franzens
  • Jane MOSS, Duke University
  • Yoshikazu OBATA, Université Meiji
  • Yannick RESCH, Université d'Aix-en-Provence
  • Christopher ROLFE, directeur, Centre d'études québécoises, Université de Leicester
  • John Kristian SANAKER, Université de BergenThérèse ST-GELAIS, Université du Québec à Montréal
  • Françoise SULE, Université de Stockholm

Subjects

Places

  • Montreal, Canada

Date(s)

  • Thursday, October 15, 2020

Keywords

  • art, enseignement, éducation, culture, pluralisme

Contact(s)

  • Astrid Tirel
    courriel : contact [at] revueglobe [dot] ca

Reference Urls

Information source

  • Astrid Tirel
    courriel : contact [at] revueglobe [dot] ca

To cite this announcement

« Art and sharing », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, July 15, 2020, https://calenda.org/790602

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal