AccueilFigures et aspects de la masse et de l’individu dans la modernité capitaliste (XIXe-XXIe siècle)

AccueilFigures et aspects de la masse et de l’individu dans la modernité capitaliste (XIXe-XXIe siècle)

Figures et aspects de la masse et de l’individu dans la modernité capitaliste (XIXe-XXIe siècle)

Figures and Perspectives on the Mass and the Individual in Capitalist Modernity (19th-21st century)

Figuren und Perspektiven auf die Masse und das Individuum in der kapitalistischen Moderne (XIX-XXI Jh.)

*  *  *

Publié le mercredi 19 août 2020 par Elsa Zotian

Résumé

Comment parler de masse sans retomber dans une condamnation sans réserve de l’action collective ni dans une pure exaltation de la foule ? À partir de là, le rapport entre masse et individu peut être abordé dans plusieurs directions : y a-t-il des modalités d’organisation propres aux masses comme sujets politiques ? Par quels moyens et selon quelles perspectives les œuvres artistiques représentent et transforment les liens entre masse et individu ? Quelles sont les mutations de la masse en tant qu’objet des sciences sociales ? Ou encore, comment la modernité capitaliste affecte l’autonomie morale et psychique des individus ?

Annonce

Présentation

Ce Junges Forum, qui se tiendra le 26 et 27 février 2021 au Centre Marc Bloch (Berlin), se propose d’explorer la pertinence des figures littéraires, politiques et conceptuelles de l’opposition entre la « masse » et l’individu. En réunissant de jeunes chercheuses et chercheurs notamment en sociologie, littérature, histoire, philosophie, psychologie et sciences politiques, l’événement sera l’occasion d’actualiser et de discuter des multiples dimensions de cette problématique.

Argumentaire

Au moins à partir du Printemps arabe (2011), les figures de la masse, la multitude ou encore le « peuple » ont acquis une nouvelle actualité. Que ce soit dans les manifestations populaires dans la rue ou sur les réseaux sociaux, on assiste à la multiplication des occasions où les destins politiques d’un pays ou d’une région sont fortement influencés par l’action de grands contingents de population, de manière plus ou moins imprévue. Si, d’une part, le concept de masse implique, depuis son émergence au début de la modernité capitaliste, une certaine conception réactionnaire de l’action collective – où, soi-disant, la rationalité de l’individu est éclipsée au profit d’un comportement irrationnel –, d’autre part, il continue de porter jusqu’à nos jours aussi des espoirs révolutionnaires.

Comment parler de masse sans retomber dans une condamnation sans réserve de l’action collective ni dans une pure exaltation de la foule ? À partir de là, le rapport entre masse et individu peut être abordé dans plusieurs directions: y a-t-il des modalités d’organisation propres aux masses comme sujets politiques ? Par quels moyens et selon quelles perspectives les œuvres artistiques représentent et transforment les liens entre masse et individu ? Quelles sont les mutations de la masse en tant qu’objet des sciences sociales ? Ou encore, comment la modernité capitaliste affecte l’autonomie morale et psychique des individus ?

Les interventions pourront s’insérer dans un ou plusieurs des axes suivants, mais aussi proposer des réflexions et recherches dans d’autres directions :

Peuple, masse, multitude, et État

Il s’agit de faire le point sur le rapport entre la masse et le politique. Il faudra ainsi s’interroger sur le rapport entre masse, classe, peuple et des modalités de gouvernement spécifiques. Quelles sont les différences entre les concepts de « masse » et de « peuple » ? En même temps, il faudra se demander sur les modalités que la multitude se donne à elle-même pour s’organiser au-delà (ou en-deçà) des régimes de gouvernement particuliers. Peut-on dire qu’il existe une puissance autonome de la masse pour s’auto-organiser ? Quelles sont les modalités que la multitude peut utiliser pour résister aux pouvoirs politiques déjà constitués ?

Singularité de l’artiste et masse anonyme

La révolution industrielle, l’essor des marchés de consommation et l’urbanisation ont entraîné des changements fondamentaux dans l’activité artistique. La fascination ou la hantise de la masse s’étend sur des centaines d’œuvres artistiques à travers les siècles. Leurs représentations soulignent aussi bien leur aspect régressif que leur aspect émancipateur, ce qui inclut les artistes eux-mêmes et leur public. Alors, quelles sont les relations possibles entre la figuration et le phénomène historique dans les œuvres artistiques ? Comment les écrivains, les peintres et les cinéastes peuvent-ils nous aider à mieux comprendre ce phénomène et à refléter leurs représentations ?

Formation de la masse et chute de l’individu

Face à la vie atomisée des grandes villes et à l’anéantissement total de la guerre, comment la catégorie de l’individu peut-elle encore être pensée ? La guerre et la révolution engendrent-elles de nouvelles relations de l’individu avec lui-même et avec le collectif ? Peut-on déceler des rapports psychiques particuliers pour mieux dépasser les déviations autoritaires ou « mouvementistes » qui parfois s’emparent des projets collectifs ? Ou est-ce qu’au contraire la psychologie est finalement un cadre inapproprié pour aborder ces problématiques ?

Masses révolutionnaires, masses fascistes, gouvernement des masses

L’ambiguïté qui accompagne l’émergence de la masse dans la modernité, en même temps sujet de l’histoire et objet des sciences sociales, n’a pas fini de travailler les représentations de celle-ci. Comment a évolué la représentation de la masse ? Quelles transformations ont eu lieu dans les manières de faire « foule », à l’époque des réseaux sociaux et des individualismes ? Les approches historiques et sociologiques sont encouragées, qui prennent pour objet des événements afin de dégager la figure de la masse et de l’individu qui y émerge.

Qu’elles soient synchroniques ou diachroniques, les études comparatives sont les bienvenues. Les interventions pourront aussi se situer à un niveau méta-théorique, où il s’agit de réfléchir les utilisations par les sciences des concepts de « masse », « foule », « individu ».

Conditions de soumission

Des interventions (d’environ 30 min) peuvent être proposées par des étudiant.e.s en master, en doctorat ou en post-doctorat.

Elles pourront être en français, allemand et anglais.

Les propositions de max. 300 mots, avec une courte notice biographique, sont à envoyer à l’adresse suivante : jfmasseindividu@gmail.com

avant le 31 octobre 2020

Les frais de déplacement ainsi que les frais d’hébergement pendant la durée du colloque, pourront être pris en charge par le Centre Marc Bloch.

Comité d'organisation

  • Yasmin Afshar (Humboldt-Universität/Centre Marc Bloch),
  • Nicolas Lema (Université Paris 1),
  • Sara Minelli (Universität Kiel/Centre Marc Bloch),
  • Ernesto Ruiz-Eldredge (Université de Poitiers/Goethe-Universität Frankfurt).

Conseil scientifique

  • Paula Diehl (CAU Universität Kiel),
  • Irina Feldman (Middlebury College),
  • Katia Genel (Université Paris 1/Zentrum Marc Bloch),
  • Christoph Menke (Goethe-Universität Frankfurt).

Lieux

  • Centre Marc Bloch - 191 Friedrichstraße
    Berlin, Allemagne (10117)

Dates

  • samedi 31 octobre 2020

Mots-clés

  • masse, individu, société

Contacts

  • Sara Minelli
    courriel : saraminelli55 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Sara Minelli
    courriel : saraminelli55 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Figures et aspects de la masse et de l’individu dans la modernité capitaliste (XIXe-XXIe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 19 août 2020, https://calenda.org/794903

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search