HomeCombat Sports, Martial Arts and Societies

Calenda - The calendar for arts, humanities and social sciences

Combat Sports, Martial Arts and Societies

Sports de combat, arts martiaux et sociétés

Special issue of STAPS journal

Numéro spécial de la revue Staps

*  *  *

Published on Thursday, August 27, 2020 by Anastasia Giardinelli

Summary

Ce numéro spécial de la revue Staps vise à articuler les problématiques qui traversent les sports de combat et les arts martiaux (SCAM), avec les enjeux et changements socioculturels marquant les sociétés contemporaines. Si les SCAM ont suscité depuis plus d’une décennie de nouvelles recherches – tant sur le plan national qu’international – dont témoignent les questionnements et cadres théoriques mobilisés, ce numéro spécial se centre sur plusieurs thématiques.

This special issue focuses on combat sports and martial arts (CSMA) and the socio-cultural challenges and changes linked to them. CSMAs have given rise to more than a decade of innovative national and international research, as evidenced by their diverse research questions and theoretical frameworks. This special issue wants to explore several themes related to this rapidly expanding body of knowledge.

Announcement

Coordinateurs

  • Haimo Groenen, MCU, URePSSS (ULR 7369), Université de Lille
  • Alessandro Porrovecchio, MCU, URePSSS (ULR 7369), Université du Littoral Côte d’Opale

Problématique et intérêt du numéro spécial

Ce numéro spécial vise à articuler les problématiques qui traversent les sports de combat et les arts martiaux (SCAM), avec les enjeux et changements socioculturels marquant les sociétés contemporaines. Si les SCAM ont suscité depuis plus d’une décennie de nouvelles recherches – tant sur le plan national qu’international – dont témoignent les questionnements et cadres théoriques mobilisés[1], ce numéro spécial se centre sur plusieurs thématiques.

Les crises récentes, économiques, sociales, et bien sûr celle liée au Covid-19, n’ont pas épargné le sport et l’activité physique[2]. À la suite de la pandémie, de nombreux aspects de la pratique des SCAM sont affectés : les praxis de contact et d’entrainement, les compétitions, les règlements, ainsi que leurs perceptions et usages en tant que pratiques de santé, de prévention ou activité physique adaptée[3].

La diffusion, la règlementation et l’institutionnalisation de nouvelles disciplines, et l’hybridation qui les sous-jacent parfois[4] modifie l’espace concurrentiel des activités de combat, en lien notamment avec l’enjeu spécifique de l’efficacité combattive, et des particularités nationales. Le succès du MMA en témoigne de façon notable[5], tout en interrogeant les normes morales ou les formes de violences acceptées dans la société[6], comme dans le contexte singulier français par exemple[7].

L’émergence d’une « culture du risque », la recherche accrue de sécurité et l’omniprésence du principe de responsabilité, se manifeste également à l’échelle des SCAM. D’un côté, certaines pratiques et disciplines peuvent être associées à des activités risquées, impactant potentiellement l’engagement des pratiquants et des professionnels. D’un autre côté, des considérations sécuritaires sont manifestes à travers le regain d’intérêt pour différentes formes de self-défense[8], les processus d’implantation et de diffusion des SCAM dans diverses institutions, la re-problématisation de la culture scolaire en matière d’activités de combat[9], ou la promotion de l’éducation à la sécurité. Tandis que la pandémie COVID 19 reproblématise cette dialectique risque/sécurité.

Un enjeu de santé publique est manifeste à travers la recherche (voire la « privatisation ») de santé et de bien-être au sein de différentes populations, en lien avec des mesures de prévention ou l’éducation à la santé, et plus largement les transformations des politiques publiques (sport sur ordonnance par ex.). Ceci peut réorienter notamment les stratégies de développement de certaines institutions des SCAM[10], l’utilisation de ces dernières à des fins éducatives voire thérapeutiques[11], ou l’engagement dans les pratiques[12].

Des transformations identitaires et relatives au corps sont tout d’abord traversées par la question du genre : la place croissante des femmes dans les pratiques physiques et sportives et la nature évolutive de leurs pratiques, en lien avec des changements socioculturels plus larges, en sont un aspect significatif visible également en SCAM. Ces pratiques sont riches sur le plan symbolique des rapports sociaux de domination entre les sexes. Elles peuvent constituer à la fois des vecteurs d’émancipation et des espaces de reproduction ou de déconstruction des rapports de genre établis[13]. Ces transformations sont ensuite à relier à l’émergence d’un nouveau rapport au corps, à la société et à la nature, dans lequel les arts martiaux et les disciplines orientales jouent un rôle majeur[14], parallèlement à la perte de vitesse du modèle sportif compétitif fédéral au bénéfice d’autres modalités de pratique.

L’évolution des technologies numériques facilite la médiatisation de certaines pratiques de combat, en particulier chez les publics les plus jeunes (catch, MMA par ex.), et l’émergence et l’institutionnalisation des e-sports. Parallèlement, ces progrès technologiques renouvellent les possibilités d’étude des techniques[15] ou encore des stratégies d’entrainement.

Ces éléments soulignent la pluralité des transformations et des enjeux contemporains (sociaux, culturels, technologiques, sanitaires, corporels, etc.) qui traversent les SCAM dans différents contextes nationaux, et l’intérêt d’approches compréhensives et critiques. Finalement, ce numéro spécial vise à identifier, à travers l’éclairage d’une pluralité de thématiques et de sciences humaines et sociales, dans quelle mesure les SCAM sont à la fois le témoin des changements des sociétés contemporaines, et un élément moteur – voire spécifique – de ces derniers. Les propositions de contribution sont appelées à se positionner au sein des thématiques présentées plus hauts, tout en pouvant dépasser celles-ci.

Modalités de soumission et de sélection des articles

  • 1er temps : soumission d’un résumé qui fera l’objet d’une expertise
  • 2e temps : les contributions retenues donneront lieu à la soumission d’un article qui fera l’objet d’une expertise

Format du résumé : maximum 500 mots, times new roman, interligne simple, titre en gras, auteur(s) et institution(s) de rattachement. Pas de sous-titres, pas de notes de bas de page.

Le résumé, à adresser aux deux adresses suivantes : haimo.groenen@univ-lille.fr et alessandro.porrovecchio@univ-littoral.fr, fera apparaître clairement l’objet d’étude, la problématique, les hypothèses éventuelles, les données recueillies/analysées, les méthodologies employées, les principaux résultats, et au maximum 5 références bibliographiques.

Echéancier

  • Date limite d’envoi des résumés : 13 septembre

  • Retour des experts sur les contributions sélectionnées : au plus tard 27 septembre
  • Date limite d’envoi des articles rédigés :  20 décembre :
  • Retour aux auteurs des expertises : au plus tard fin février 2021
  • Réception des articles révisés : au plus tard, mi juillet 2021
  • Parution du numéro spécial prévue pour décembre 2021

Comité scientifique

  • Monica Aceti, Université de Genève
  • Gilles Bui-Xuan, Professeur Emérite, Université d’Artois
  • Geneviève Cogérino, Université Claude-Bernard Lyon 1
  • Jacques Crémieux, Professeur Université de Toulon
  • Aurélie Epron, Université Claude-Bernard Lyon 1
  • Emerson Franchini, Université de Sao Paulo
  • George Jennings, Université de Cardiff
  • Denis Loizon, Université de Bourgogne
  • Jean-François Loudcher, Université de Bordeaux
  • Eric Margnes, Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Bianca Miarka, Université fédérale de Rio de Janeiro
  • Nicola Porro, Université de Cassino
  • Haimo Groenen, Université de Lille
  • Alessandro Porrovecchio, Université du Littoral Côte d’Opale

[1] Voir par exemple Paul Bowman (2019), Deconstructing martial arts, Cardiff: Cardiff University Press.

[2] Voir par exemple Evans AB, Blackwell J, Dolan P, Fahlén J, Hoekman R., Lenneis V, McNarry G, Smith M, & Wilcock L. Sport in the Face of the COVID-19 Pandemic: Towards an Agenda for Research in the Sociology of Sport. European Journal for Sport and Society 2020; Online Editorial: 1-11.

[3] Feng F, Tuchman S, Denninger JW, Fricchione GL, Yeung A. Qigong for the Prevention, Treatment, and Rehabilitation of COVID-19 Infection in Older Adults [published online ahead of print, 2020 May 15]. Am J Geriatr Psychiatry. 2020;10.1016

[4] Voir par exemple Quidu, M. (2019), « Le Mixed Martial Arts, entre innovation et hybridation : genèse et développement techniques d’un sport de combat de synthèse. Étude empirique de la diversité des techniques victorieuses à l’Ultimate Fighting Championship », Sciences sociales et sport, 13(1), 137-185.

[5] Delfavero, T., Nuytens, W. & Penin, N. (2019), « Exister malgré les résistances institutionnelles : observer le mixed martial arts dans sa dimension associative », Staps, 124(2), 7-22.

[6] Vannier, J. (2014). Les « Mixed Martial Arts » sont-ils solubles dans la pulsion sexuelle de mort ?. Le Carnet PSY, 179(3), 30-38.

[7] Loudcher, J. & Aceti, M. (2018). « MMA, « procès » de civilisation et sportivisation : repenser la théorie éliasienne pour mieux s’en émanciper ? », Corps, 16(1), 371-382.

[8] Visible par exemple au sein de la Fédération française de judo à travers la promotion de la self-défense, mais aussi plus largement la sportivisation du jiu-jitsu au plan international.

[9] Groenen H. & Ottogalli-Mazzacavallo C. (2011), « Les activités de combat au sein de l’éducation physique en France depuis le XIXe siècle : entre pertinences éducatives et résistances scolaires », STAPS, 94, pp. 103-120.

[10] La Fédération française de judo a ainsi développé depuis les années 2000 le taïso, une forme de pratique finalisée par la santé, avant de faire la promotion du « judo santé ».

[11] Larose, P. (2018). « L’atelier Corps et Parole ; une application singulière du judo pour favoriser l’émergence d’une parole sur ce qui fait violence ». Enfances & Psy, 78(2), 142-151. Voir également par exemple les pratiques développées par l’Institut National de psychoboxe.

[12] Jennings, G. (2015), “Transmitting health philosophies through the traditionalist Chinese martial arts in the UK”, Societies, 4(4), 712-736.

[13] Channon, A. (2014), Towards the ‘undoing’ of gender in Mixed-Sex Martial Arts and combat sports. Societies 2014, 4, 587–605.; Miarka, B., Marques, J.-B. & Franchini, E. (2011), “Reinterpreting the History of Women’s Judo in Japan”, The International Journal of the History of Sport 7: 1016-1029;

[14] Brown, D., Jennings, G. & Sparkes, A.-C. (2014). Taijiquan the ‘Taiji World’ way: Towards a cosmopolitan vision of ecology. Societies, 4(3), 380-398 ; Porrovecchio A. (2017), « Sport, corps sexué et immortalité. Une expérience de recherche dans le monde des disciplines orientales », SociologieS [Online], Files, Eros et Thanatos, URL : http://journals.openedition.org/sociologies/6326

[15] Terret, C., Morlier, J. & Mikulovic, J. (sous presse, 2020), « La biomécanique au service de la formation du judoka ». Etat des lieux, questionnements et perspectives. In Heuser, F., Terrisse, A. (Eds.). Formation, sports de combat et arts martiaux. Toulouse: Presses universitaires Toulouse 1.

Editors

  • Haimo Groenen, Lecturer, URePSSS (ULR 7369), Univ. Lille,
  • Alessandro Porrovecchio, Lecturer, URePSSS (ULR 7369), Univ. Littoral Côte d’Opale

Main objectives of the special issue

This special issue focuses on combat sports and martial arts (CSMA) and the socio-cultural challenges and changes linked to them. CSMAs have given rise to more than a decade of innovative national and international research, as evidenced by their diverse research questions and theoretical frameworks[1]. This special issue wants to explore several themes related to this rapidly expanding body of knowledge.

The recent economic, social and health crises have not spared sporting and physical activities[2]. The COVID-19 pandemic, for example, has affected many aspects of the CSMAs’ practice: contact and training praxis; competitions; regulations, as well as the perceptions and uses of CSMAs as health and prevention or adapted physical activities[3].

The diffusion, the regulation and the institutionalization of new fighting disciplines, and the hybridization which sometimes underlies them[4], modifies the competitive space of combat activities in connection with the specific stake of the combative efficiency and some national features. The success of MMA remarkably[5]evidences this while questioning the moral norms or forms of violence accepted in society[6], as in the specific French context[7].

The emergence of a “risk culture”, the increased search for security and the omnipresence of the principle of responsibility also emerge at the level of CSMAs. On the one hand, some practices and disciplines can be perceived as risky activities, potentially impacting the engagement of practitioners and professionals. On the other hand, security considerations emerge through the renewed interest in different forms of self-defence[8], the processes of development and dissemination of CSMA in various institutions, the re-problematization of the place of these martial activities in school curricula[9], or the promotion of safety education. Once again, the COVID 19 pandemic problematises this risk/security dialectic.

A public health issue emerges through the quest (or even “privatization”) of health and well-being within different populations, which is linked to prevention strategies and health education. More broadly, CSMA emerge through the transformation of public policies (e.g. sport and exercise as medical prescription). This can redirect the development strategies of some CSMAs’ institutions[10] and their use for educational or even therapeutic means[11], or engagement in their practice[12].

Identity and bodily transformations are crossed by the issue of gender: the growing place of women in physical and sporting activities and the evolving nature of their practices, in connection with broader socio-cultural changes, are a significantly evident in CSMAs too. These practices are symbolically rich from the perspective of the social relations of gender domination. They are both vectors of emancipation and spaces for the reproduction or deconstruction of established gender relations[13]. These transformations are then linked to the emergence of new relations between bodies, society and nature, in which martial arts and Asian mind-body disciplines play a major role[14]. This is accompanied by the loss of speed of the federal competitive sports model, for the benefit of other kinds of practice.

The evolution of digital technologies helps the media coverage of some combat practices, especially among younger audiences (e.g. WWE wrestling, MMA), and the emergence and institutionalization of e-sports. At the same time, these technological advances are renewing the possibilities for studying techniques[15] and training strategies.

These elements underline the plurality of transformations and contemporary challenges (social, cultural, technological, health, physical, etc.) which cross the CSMA in different national contexts, and the importance of comprehensive and critical approaches. Finally, this special issue aims to identify, through the illumination of a plurality of themes and human and social sciences, to what extent the CSMA are both a witness to changes in contemporary societies and a specific driving force for changing society.

Proposals should position themselves within the above mentioned themes, which are not exclusive.

Paper submission and selection process

  1. Abstract submission and selection through peer review
  2. Full paper submission and second peer review.

Abstract format: 500 words max., Times New Roman, single spaced, title in bold, author(s) and related institution(s). No subtitles, no footnotes.

Abstracts should be sent to haimo.groenen@univ-lille.fr and alessandro.porrovecchio@univ-littoral.fr. They should show clearly the object of study, the issue, the possible hypotheses of theoretical framework, the data collected/analysed, the methodologies used, the main results, and a maximum of five bibliographical references.

Timeline

  • Deadline for sending abstracts: September 13th.

  • Reviewers’ feedback on selected contributions: no later than September 27th.
  • Deadline for sending full papers: December 20th.
  • Reviewers’ feedback: at the end of February 2021 at the latest.
  • Receipt of revised full papers: mid July 2021 at the latest.
  • Special issue scheduled for December 2021.

Scientific committee 

  • Monica Aceti, Université de Genève
  • Gilles Bui-Xuan, Professeur Emérite, Université d’Artois
  • Geneviève Cogérino, Université Claude-Bernard Lyon 1
  • Jacques Crémieux, Professeur Université de Toulon
  • Aurélie Epron, Université Claude-Bernard Lyon 1
  • Emerson Franchini, Université de Sao Paulo
  • George Jennings, Université de Cardiff
  • Denis Loizon, Université de Bourgogne
  • Jean-François Loudcher, Université de Bordeaux
  • Eric Margnes, Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Bianca Miarka, Université fédérale de Rio de Janeiro
  • Nicola Porro, Université de Cassino
  • Haimo Groenen, Université de Lille
  • Alessandro Porrovecchio, Université du Littoral Côte d’Opale

[1] See, for example, Paul Bowman (2019), Deconstructing martial arts, Cardiff: Cardiff University Press.

[2] See, for example, Evans AB, Blackwell J, Dolan P, Fahlén J, Hoekman R., Lenneis V, McNarry G, Smith M, & Wilcock L. Sport in the Face of the COVID-19 Pandemic: Towards an Agenda for Research in the Sociology of Sport. European Journal for Sport and Society 2020; Online Editorial: 1-11.

[3] Feng F, Tuchman S, Denninger JW, Fricchione GL, Yeung A. Qigong for the Prevention, Treatment, and Rehabilitation of COVID-19 Infection in Older Adults [published online ahead of print, 2020 May 15]. Am J Geriatr Psychiatry. 2020;10.1016

[4] See for example Quidu, M. (2019), « Le Mixed Martial Arts, entre innovation et hybridation : genèse et développement techniques d’un sport de combat de synthèse. Étude empirique de la diversité des techniques victorieuses à l’Ultimate Fighting Championship », Sciences sociales et sport, 13(1), 137-185.

[5] Delfavero, T., Nuytens, W. & Penin, N. (2019), « Exister malgré les résistances institutionnelles : observer le mixed martial arts dans sa dimension associative », Staps, 124(2), 7-22.

[6] Vannier, J. (2014). Les « Mixed Martial Arts » sont-ils solubles dans la pulsion sexuelle de mort ?. Le Carnet PSY, 179(3), 30-38.

[7] Loudcher, J. & Aceti, M. (2018). « MMA, « procès » de civilisation et sportivisation : repenser la théorie éliasienne pour mieux s’en émanciper ? », Corps, 16(1), 371-382.

[8] Visible for example within the French Judo Federation through the promotion of self-defense, but also more broadly the sportivization of jiu-jitsu at the international level.

[9] Groenen H. & Ottogalli-Mazzacavallo C. (2011), « Les activités de combat au sein de l’éducation physique en France depuis le XIXe siècle : entre pertinences éducatives et résistances scolaires », STAPS, 94, pp. 103-120.

[10] Since the 2000s, the French Judo Federation has developed taïso, a form of practice finalized by health, before promoting “judo health”.

[11] Larose, P. (2018). « L’atelier Corps et Parole; une application singulière du judo pour favoriser l’émergence d’une parole sur ce qui fait violence ». Enfances & Psy, 78(2), 142-151. See also, for example, the practices developed by the National Psychoboxe Institute.

[12] Jennings, G. (2015), “Transmitting health philosophies through the traditionalist Chinese martial arts in the UK”, Societies, 4(4), 712-736.

[13] Channon, A. (2014), Towards the ‘undoing’ of gender in Mixed-Sex Martial Arts and combat sports. Societies 2014, 4, 587–605.; Miarka, B., Marques, J.-B. & Franchini, E. (2011), “Reinterpreting the History of Women’s Judo in Japan”, The International Journal of the History of Sport 7: 1016-1029;

[14] Brown, D., Jennings, G. & Sparkes, A.-C. (2014). Taijiquan the ‘Taiji World’ way: Towards a cosmopolitan vision of ecology. Societies, 4(3), 380-398 ; Porrovecchio A. (2017), « Sport, corps sexué et immortalité. Une expérience de recherche dans le monde des disciplines orientales », SociologieS [Online], Files, Eros et Thanatos, URL : http://journals.openedition.org/sociologies/6326

[15] Terret, C., Morlier, J. & Mikulovic, J. (2020), « La biomécanique au service de la formation du judoka ». Etat des lieux, questionnements et perspectives. In Heuser, F., Terrisse, A. (Eds.). Formation, sports de combat et arts martiaux. Toulouse: Presses universitaires Toulouse 1.

Date(s)

  • Sunday, September 13, 2020

Keywords

  • sport, art martial, sport de combat, staps, santé, éducation, boxe, karate, scam, judo

Contact(s)

  • Alessandro Porrovecchio
    courriel : alessandro [dot] porrovecchio [at] gmail [dot] com

Information source

  • Alessandro Porrovecchio
    courriel : alessandro [dot] porrovecchio [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Combat Sports, Martial Arts and Societies », Call for papers, Calenda, Published on Thursday, August 27, 2020, https://calenda.org/796516

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search