HomeSharing Canaan: from the State's private domain to inhabitant initiatives in the construction of living spaces

HomeSharing Canaan: from the State's private domain to inhabitant initiatives in the construction of living spaces

Sharing Canaan: from the State's private domain to inhabitant initiatives in the construction of living spaces

Canaan en partage : du domaine privé de l’État aux initiatives habitantes dans la construction des espaces de vie

*  *  *

Published on Friday, November 13, 2020 by Elsa Zotian

Summary

Cette journée doctorale vise à commémorer le séisme du 12 janvier 2010 en Haïti en proposant un espace de discussion et de réflexion aux doctorants et jeunes chercheurs travaillant sur l’espace urbain haïtien. En 2020, cela fait 10 ans depuis que le quartier de Canaan a été créé pour héberger les sans-abris du séisme du 12 janvier 2010. Le quartier est habité par plus de 250 000 habitants. Il constitue un terrain de recherche pour beaucoup de chercheurs en sciences sociales (géographe, sociologue, anthropologue, économiste) et ceux des domaines de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire).

Announcement

Journée doctorale CRAPU / UniQ et LADMA/Ueh

Argumentaire                      

En 2020, cela fait 10 ans depuis que le quartier de Canaan a été créé pour héberger les sans-abris du séisme du 12 janvier 2010. Le quartier est habité par plus de 250 000 habitants. Il constitue un terrain de recherche pour beaucoup de chercheurs en sciences sociales (géographe, sociologue, anthropologue, économiste) et ceux des domaines de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire). Or pour les décideurs politiques nationaux (les gouvernements successifs en Haïti) et internationaux (les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, les ONG, etc.), il fait l’objet des discussions constantes de réaménagement et d’intégration économique et politique. La forte extension de Canaan au Nord de la région métropolitaine de Port-au-Prince (RMP) et sa composition urbaine ainsi que le temps relativement court (10 ans) de son évolution font  de lui un quartier particulier. Géré par la Mairie de Croix-des-Bouquets, ce quartier devient un véritable laboratoire pour de nombreuses recherches en études urbaines. C’est pourquoi, il fait l’objet du choix d’une journée doctorale dans le champ de l’urbain organisé par le Centre de Recherche et d’Appui aux Politiques Urbaines (CRAPU)[1] et le Laboratoire Dynamiques des Mondes Américains (LADMA)[2] le 12 janvier 2021. La thématique retenue sera : « Canaan en partage : du domaine privé de l’Etat aux initiatives habitantes dans la construction des espaces de vie».

D’un espace inhabité à la fabrication d’un quartier dont le profil urbain tend vers une « ville informelle », Canaan suscite des interrogations multiples dans le champ des sciences humaines et sociales. On s’interroge sur les mécanismes d’accéder aux fonciers, de distribution des services. Les modalités de fabrication des espaces de vie et l’évolution des infrastructures font aussi l’objet de différentes questions. Ainsi l’objectif de cette journée est d’apporter une réflexion sur la fabrication de ce quartier saisie  par de multiples thématiques de recherche à partir des témoignages et d’expériences collectés auprès des habitants. De façon innovante, la journée doctorale vise à combiner des réflexions théoriques et empiriques co-construites avec les habitants dans le quartier en conjuguant une approche interdisciplinaire (géographie, anthropologie, sociologie, droit, histoire, économie, etc.).Cette interdisciplinarité constitue un réel cadre de réflexion, de partage et de restitution d’un savoir qui se doit d’être partagé avec ceux qui le vivent au quotidien via le processus de cofabrication du quartier. Ainsi, les échanges attendus s’inscrivent dans des thématiques diverses parmi lesquelles le foncier, l’habitat, l’accès aux services urbains, la cogouvernance, la formalisation de l’économie informelle ou encore la résilience territoriale. Cette journée de discussion sur ces thématiques sera une opportunité pour les doctorants et des jeunes chercheurs de discuter de leurs travaux avec le public. Ainsi, elle permettra de créer un espace de partage entre les doctorants de différents laboratoires en Haïti et à l’étranger.

Présentation

Canaan se situe sur un site de 27 km2 à 18 km du centre de Port-au-Prince. Ce site a été déclaré d’utilité publique (DUP) le 22 mars 2010, puis le 12 décembre 2012. Les habitants continuent à morceler les terres dans les périphéries de l’espace préalablement découpé. C’est dire que l’espace dont il faut tenir compte fait l’objet d’un triple zonage : le premier est celui lié à la DUP de 2010, le second correspond au zonage de la DUP de 2012, et enfin le troisième fait référence à l’expansion des taches urbaines. En effet, les initiatives habitantes accroissent de plus en plus la tache urbaine : les 27 km2 du zonage en 2010 passent à plus de 45 km2 en 2020 (Prince, 2020). Dans ce contexte, la propriété foncière constitue l’un des enjeux majeurs de cette journée sur Canaan. 

En outre, puisque la reconstruction d’Haïti après 2010 et la « relocalisation des sans-abris du séisme » restent majoritairement l’affaire des habitants, l’initiative citoyenne est un point incontournable dans les questionnements sur la fabrication du quartier. Contrairement aux discours politiques tant à l’échelle nationale qu’à l’échelle internationale qui avaient permis aux sans-abris de nourrir l’espoir d’un nouveau mode d’habiter, notamment dans la RMP, les habitants sont au cœur de la croissance du quartier (Prince, 2020). Les acteurs des pouvoirs publics haïtiens, les membres de la communauté internationale à travers la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH)[3], les professionnels de la presse parlée et écrite, la communauté universitaire haïtienne ont eu un discours quasiment unanime : relocaliser les sans-abris dans le court terme et reconstruire Haïti à long terme. Deux mois après le séisme du 12 janvier 2010, dans un document présenté par le gouvernement Haïtien ; le mot « reconstruction » apparaît quatre-vingt-douze fois (MPCE, 2010). Quant à l’expression de « relocalisation des sans-abris », elle apparaît quarante fois dans le Journal le Nouvelliste pendant le mois de mars 2010. Dans le plan d’action du gouvernement haïtien pour le mois de mars de cette même année, le terme « refondation » est utilisé quarante fois et celui de « reconstruction » cinquante-huit fois (Gilles, 2014). Entre temps, de l’installation des habitats provisoires (tentes) aux habitats permanents, l’effectif de la population du quartier de Canaan a augmenté au fur et mesure que la population des camps d’hébergement a été déguerpie. En effet, si pour les décideurs « la refondation devait être « territoriale », « économique », « sociale » et « institutionnelle »; pour les « sans abris », le besoin d’habiter a été urgent (Ibid p.193). C’est dire qu’une analyse des acteurs et jeux d’acteurs est aussi significative dans les réflexions de la journée.   

Pour aborder ces aspects et biens d’autres, les questionnements en géographie, sociologie, anthropologie, droit, économie, urbanisme et aménagement, architecture et sciences politiques sont fondamentaux pour mettre en évidence la complexité de la formation du quartier.

A ce jour, outre les articles scientifiques et les rapports de recherche qui font de Canaan un objet privilégié de recherche, le quartier est le terrain d’études d’au moins 5 doctorants haïtiens, 2 belges, 1 allemand, 2 canadiens. Ainsi, une journée doctorale sur le quartier fera émerger un espace commun où les jeunes chercheurs (doctorants et jeunes docteurs) trouveront un lieu de rencontre et d’échange. Et in fine, un cahier thématique pourra réunir les présentations pour le lancement d’un ouvrage collectif sur le quartier.    

Nous nous attacherons, lors de cette rencontre, à définir une modalité d’habiter liée au processus de fabrication du quartier et à établir la place que tiennent les initiatives habitantes dans la construction des espaces de vie dans les contextes post-catastrophes. Ainsi dans le cadre de cette rencontre certaines questions resteront au cœur de nos réflexions :

  • Dans quelle mesure l’appropriation du domaine privé de l’Etat participe à la l’augmentation des territoires précaires dans la RMP ?
  • Comment les initiatives habitantes sont contreproductives à la politique publique de l’habitat et assure pourtant une forte proportion du problème de logement en Haïti ?
  • Quelles sont les mécanismes qui assurent le passage du domaine privé de l’Etat à la propriété foncière privée individuelle ?
  • Comment l’évolution du tissu de bâtis à Canaan participe-t-elle à un nouveau profil urbain du quartier ?
  • Quels sont les mécanismes de cogouvernance des services urbains qui assurent l’accès à l’eau et l’électricité ?

Ces questions et sûrement bien d’autres alimenteront nos réflexions et nos débats au cours la journée doctorale. Les contributions nous permettront d’éclairer ces problématiques ou des problématiques conjointes dans le but de parvenir à l’ouvrage collectif.

[1] Le CRAPU est laboratoire de recherche évoluant dans le champ de l’urbain depuis 4 ans. Il est localisé à la faculté du génie et architecture de l’université Quisqueya en Haïti.  

[2] Le LADMA est un laboratoire de recherche localisé à l’Ecole Normale de Port-au-Prince, une entité de l’Université d’Etat d’Haïti. Son champ de recherche est la dynamique des territoires  en milieu urbain.

[3]La CIRH est une commission composée de 26 membres dont 13 nationaux et 13 internationaux. Elle est créée par le décret du 9 septembre 2010 avec pour mission d’assurer la collecte et la gestion des fonds destinés aux sinistrés et à la reconstruction de la RMP. 

Modalités de contribution

Les doctorants et chercheurs intéressés à aborder l’un des aspects de cette problématique sont invités à fournir une proposition d’intervention d’environ 300 mots + une courte bibliographie + présentation autobiographique avec son affiliation institutionnelle

au plus tard le 10 décembre 2020

via cet email « neptune.uniqcrapu@gmail.com ». 

Les propositions seront analysées par le comité scientifique de la journée et une réponse sera donnée après le 20 décembre 2020.

Les interventions devraient durer 15 à 20 minutes, suivies d’un échange avec les auditeurs.

Le français est la langue souhaitée pour les interventions.

Celles-ci auront lieu à l’Universités Quisqueya et l’Université d’Etat d’Haïti (adresse et salle à communiquer deux jours avant les présentations).

Les participants peuvent participer à distance via des mediums virtuels. Les participants de l’étranger indiqueront leurs adresses Skype pour pouvoir assister et participer. Un lien Zoom sera aussi communiqué aux participants.   

Comité scientifique

  • Laënnec Hurbon, Professeur de l’Université d’Etat d’Haïti et de Quisqueya
  • Evens Emmanuel, Professeur et Vice-Recteur à la recherche et à l’innovation de l’Université Quisqueya
  • Chantal Berdier, Maîtres de conférences-HDR, Directrice adjointe de l’Ecole doctorale ED483, chercheure au laboratoire Environnement-ville-société composante de l’INSA de Lyon.
  • Anie Bras, Directrice du CRAPU, Enseignante-chercheure de l’Université Quisqueya
  • Eddy Lucien, Directeur du LADMA, enseignant-chercheur de l’Université d’Etat d’Haïti  
  • Abigaïl Kern, Directrice adjointe du CRAPU, chercheure au Programme leader Essential Tech Centre (EPFL)
  • Michelet Clerveau, membre du LADMA, enseignant-chercheur à l’Université d’Etat d’Haïti

Comité organisationnel

  • Neptune Prince, doctorant du CRAPU de l’Université Quisqueya et de l’EVS, UMR-5600-CNRS, Composante de l’INSA de Lyon, Enseignant de l’Université d’Etat d’Haïti.
  • Vosh Dathus, doctorant de LADMA, Enseignant de l’Université d’Etat d’Haïti
  • Anne Laurence Verret, doctorante du CRAPU, Architecte et enseignante de l’Université Quisqueya
  • Fabrice Sobczak, doctorant du laboratoire de la Mixité de l’Université de Mons, Faculté d’Architecture et d’Urbanisme, Composition architecturale Résilience.
  • Yolette Jérôme, doctorante du CRAPU, architecte et cadre du Ministère de la Culture

Bibliographie

Bras A., Kern A.-L. et al. (2016) “Poor Neighbourhood and Natural Disaster,” in Learning from the Slums for the Development of Emerging Cities, ed. Bolay, Chenal, and Pedrazzini (Cham: Springer International Publishing, P. 81-91.

BRAS, A., Prince, N., Joseph O.et Telcy D. (2017), Approvisionnement en eau à Carrefour-Feuilles: entre informalité et violence urbaine, Pré-Actes du Colloque internationale. Quel développement urbain pour la ville post-crise? Editions Pédagogie Nouvelle S. A., Pétion-Ville, Haïti

Gilles A. (2014). « Les défis de la reconstruction ». In Laënnec Hurbon. Catastrophes et environnement. Haïti, séisme du 12 janvier 2010. Paris : éditions des Hautes écoles de Paris. p. 194-217.

Kern A.-L., Bolay J.-C., (2013) “Participatory processes in urban planning project in China : the example of Cayoang Village, Shanghai” in Jean-Claude Bolay, Silvia Hostettler, Eileen Hazboun, ed “ Technologies for Sustainable Development, a way to reduce poverty?, Springer : Paris, Heidelberg, New York, Dordrecht, London.

Michelet C., (2016) Gestion de catastrophes et évolution des vulnérabilités, retour sur les catastrophes des années 2000 en Haïti, Thèse de doctorat, Université de Poitiers, Laboratoire Ruralités.

Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE). (2010). Planification stratégiques de la région métropolitaine de Port-au-Prince. Résultats de l’atelier de lancement n°1 - 29-31 juillet 2010.

Prince N., Verret, A.-L., Jérôme Y. et Bras, A. (2018). Gestion environnementale dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince: Entre le droit et la participation citoyenne. Cas de Canaan. Haïti-Perspective, no. 4. Vol. 6. 

Prince N. (2020). « Violence(s) urbaine(s), entre reconnaissance sociale et jeux d’acteurs : le cas du quartier de Canaan (Port-au-Prince/Haïti ». Urbia. Urbanisme et aménagement des territoires. Un aperçu de la jeune recherche francophone. No. 6.                                                                                                                                                 

Places

  • Université Quisqueya, Batiment B, salle CCC - 218, Avenue Jean Paul II, Port-au-Prince Haïti
    Port-au-Prince, Haiti (HT6110)

Date(s)

  • Thursday, December 10, 2020

Keywords

  • initiative habitante, habitat, foncier, services urbains, Canaan, et Haïti

Contact(s)

  • Neptune Prince
    courriel : neptune [dot] uniqcrapu [at] gmail [dot] com
  • Anie Bras
    courriel : aniebrasjoseph [at] gmail [dot] com

Information source

  • Neptune Prince
    courriel : neptune [dot] uniqcrapu [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Sharing Canaan: from the State's private domain to inhabitant initiatives in the construction of living spaces », Study days, Calenda, Published on Friday, November 13, 2020, https://calenda.org/815131

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search