HomeMultilinguisme, médiation interculturelle et gestion non violente des conflits en Afrique

HomeMultilinguisme, médiation interculturelle et gestion non violente des conflits en Afrique

*  *  *

Published on Friday, December 11, 2020 by Céline Guilleux

Summary

L’ouvrage se propose d’examiner les rapports entre le multilinguisme, la médiation interculturelle et la gestion non violente des conflits en Afrique. Les problématiques auxquelles l’ouvrage souhaite répondre sont de divers ordres. Comment décomplexifier la pratique régulatrice des discordes pour un rendement idéologique meilleur à travers les langues ? Comment faciliter le dialogue entre les parties dans les zones conflictogènes ? Quels sont les mécanismes susceptibles de restaurer le dialogue en se fondant sur les valeurs socio-culturelles ? Comment rassembler les points discordants de manière à en faire une force pacifique ? Quels sont les facilitateurs susceptibles d’intervenir, et quels en sont leurs approches ?

Announcement

Argumentaire

Doté par essence d’une diversité linguistico-culturelle remarquable, l’Afrique est un vaste continent constamment à l’épreuve des situations conflictuelles. Les foyers de tensions sont nombreux et vont de son versant Est à sa corne, des territoires maghrébins à sa région australe en passant par ses turbulentes zones sahéliennes et des Grands Lacs.

Qu’il s’agisse des conflits dus à des insurrections, des gestions malheureuses de la diversité ethnique, des déficits de gouvernance, des insuffisances dans le contrôle des frontières, du trafic illégal d’armes , de l’exploitation illégale des ressources naturelles, les migrations, des difficultés économiques, de la lutte pour le pouvoir et les ressources, la fragilité de l’Etat et la faiblesse des institutions, des espaces non gouvernés ouvrant la voie aux activités illégales, la prolifération la corruption. De plus, le non-respect des droits de l’homme et de l’état de droit, l’inexistence des programmes de prévention, de gestion et règlements des conflits, ou encore la promotion et le maintien de la paix, de la sécurité et de la stabilité en Afrique ouvrent davantage la voie à ces situations inconfortables.

Comment décomplexifier la pratique régulatrice des discordes pour un rendement idéologique meilleur ? Comment faciliter le dialogue entre les parties dans ces zones conflictogènes ? Quels sont les mécanismes susceptibles de restaurer le dialogue en se fondant sur les valeurs socio- culturelles ? Comment rassembler les points discordants de manière à en faire une force pacifique ? Quels sont les facilitateurs susceptibles d’intervenir, et quels en sont leurs approches ?

Si le multilinguisme est la cohabitation de plusieurs langues aussi différentes les unes des autres dans un même espace, la médiation interculturelle est une pratique innovante des processus relationnels perçue comme la résolution d’un conflit par les parties en présence. Cette dernière activité met au centre de son action la culture dans un processus dynamique d’interaction entre individus et groupes porteurs de représentations et de valeurs différentes. Dans un monde globalisé, multiculturel, et soumis aux exigences de l’ouverture à l’altérité, la médiation interculturelle apparaît comme l’une des réponses aux conflits inhérents à la diversité. Ainsi, dans le souci de faire dialoguer les intérêts antagonistes dans un pan du contexte psychosocial où il faut prévenir, restaurer ou instaurer des relations qui veulent se distendre, une place centrale est réservée au médiateur qui, par sa neutralité, doit être doté d’une compétence interculturelle reposant sur sa capacité de se décentrer et de comprendre l’autre afin de responsabiliser les parties afin de parvenir à une action non violente. Ce dernier syntagme vise la résolution pacifique des conflits entre les communautés par le dialogue intercommunautaire qui trouve ici un climat propice fondé sur le respect mutuel et l’écoute. En outre, il s’agit de développer une culture de la non-violence et des moyens d’action non – violents en garantissant le respect des droits et principes internationaux humanitaires et en tenant compte des spécificités des différentes identités culturelles en présence.

Coordinatrice

Amina GORON, Université de Maroua, Cameroun

Calendrier

Les résumés (300 mots) de communications en français ou en anglais suivis de cinq mots clés et d’une bibliographie sélective de cinq entrées sont attendus

au plus tard le 31 mars 2021

à l’adresse suivante : aminagoron@gmail.com yosephum@yahoo.fr

Autres dates importantes

  • 30 avril 2021 : réponse du Comité Scientifique
  • 30 juillet 2021 : envoi des textes définitifs
  • Décembre 2021 : Publication de l’ouvrage

Comité Scientifique

  • Pr ISSA SAIBOU (Université de Maroua)
  • Pr Edmond BILOA (Université de Yaoundé I) Pr Clément DILI PALAI (Université de Maroua)
  • Pr VATZ LAAROUSSI (Université de Sherbrooke, Canada)
  • Pr Bernard MULO FARENKIA (Cape Breton University, Canada)
  • Pr AKISSI BOUTIN, Université Félix Houphouët-Boigny, Cote d’ivoire) Pr AMADOU Sall, (Université de Nouakchott, Mauritanie)
  • Pr AGBEFLE KOFFI GANYO (Université de Legon, Accra, Ghana) Pr Georges ECHU (Université de Yaoundé I)
  • Pr Gratien ATINDOGBE (Université de Buea) Pr Adder Abel GWODA (Université de Maroua)
  • Pr Raymond MBASSI ATEBA (Université de Maroua) Pr Jean Claude ABADA MEDJO (Université de Maroua) Pr François WASSOUNI (Université de Maroua)
  • Pr MESSINA ETHE MDIBNU Julia (Université de Yaoundé I) Pr Pierre FANDIO (Université de Buea)
  • Pr NKOLO FOE (Université de Yaoundé I)
  • Pr Joseph Vincent NTUDA EBODE (Université de Yaoundé II) Pr Bienvenu-Alexis BELIBI (Université de Yaoundé I)
  • Pr CALAINA Théophile (Université de Ngaoundere) Pr MAÏRAMA Rosalie (Université de Maroua)
  • Pr Jean Paul BALGA (Université de Maroua) Dr BANA BARKA (Université de Maroua)
  • Dr Adam MAHAMAT (Université de Maroua)
  • Dr Joseph AVODO AVODO (Université de Maroua)

Bibliographie indicative

Abolou, C. R. 2008. « La bouche qui mange parle : langues, développement et interculturalité en Afrique noire », L’anthropologue africain 15 (1 et 2) : 21-38

Abolou, C.R. 2008. Langues africaines et développement, Paris : Paari.

Adama, O et C, Glanz. 2010. Pourquoi et comment l’Afrique doit investir dans les langues africaines et l’enseignement multilingue. Unesco, ADEA.

Buttjes, D. & Byram, M. 1991. Mediating Languages and Cultures. Toward an Intercultural Theory of Foreign Language Education. Clevedon : Multilingual Matter.

Byram, M., Zarate, G.1996. Les jeunes confrontés à la différence. Des propositions de formation. Strasbourg : Conseil de l’Europe.

CECR. 2000. Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer, Paris, Didier.

De Pietro. J-F, Mathey. M, Conti. V. 2012. Langue, intégration et cohésion sociale…Quel rôle pour les politiques linguistiques ? In Conti. V, De Pietro, Mathey. M. Langue et cohésion sociale ; des réponses de terrain. Neuchâtel, 3-33.

Dieng, M. 2015. Maintien de la paix : Apports et limites de l’action diplomatique sud-africaine.

Études internationales, 45 (2), 207-227.

Dieng. M. 2015. Divergences linguistiques et processus de paix en Afrique : Une étude à partir de l’interaction entre l’Afrique du Sud et la France. International Multilingual Journal of Contemporary Research, 3, (2), 1-12.

Echu, G .1999. Historique du bilinguisme officiel au Cameroun » in Mendo Ze, Le français langue africaine : enjeux et atouts pour la Francophonie. Paris : PLUBLISUD, 96-111.

Neuner, G. & al. (2003). La compétence interculturelle. Strasbourg : Éditions du Conseil de l’Europe.

Nguebou, J. D. 2002. Résolution pacifique des conflits et respect des droits coutumiers au sein des communautés villageoises du Cameroun : Cas du groupement Ndong Ngond face à la crise de Maholé, août 2002.

UNESCO, Les fondements endogènes d’une culture de la paix en Afrique : Mécanismes traditionnels de prévention et de résolution des conflits, Paris, UNESCO ; 2003.

UNESCO. 2003. Le dialogue entre les civilisations. Actes de la Conférence internationale sur le dialogue interculturel et la culture de la paix en Afrique Centrale et dans la région des Grands Lacs. Libreville, Gabon 18,19 et 20 novembre 2003.

Vatz Laaroussi, M. Pratiques sociales dans la diversité culturelle : et la formation ? Revue internationale Les Sciences de l’Education pour l’ère nouvelle, vol. 40, N0 1, Caen, France, (RAC)

Weissmann D. 2012. La médiation linguistique à l’université : propositions pour un changement d’approche. Études de linguistique appliquée, 167, 313-32.

Zang Zang, P., 2019. Cohabitation de français et des langues partenaires dans les médias au Cameroun. In Politique linguistique, didactique des langues et panafricanisme. Hommage au Professeur Jean Tabi Manga, Tempere, Atramenta, 29-53.

Zarate G., Gohard-Radenkovic A., Lussier D., Penz H. 2003. Médiation culturelle et didactique des langues. France : Conseil de l’Europe, CELV.

Autres lectures conseillées : publications de l’Institut de Recherche sur la Résolution Non violente des conflits (IRNC).

Subjects

Date(s)

  • Sunday, January 31, 2021

Keywords

  • multilinguisme, médiation interculturelle, conflit, interaction et action non violente

Contact(s)

  • Amina Goron
    courriel : aminagoron [at] gmail [dot] com

Information source

  • Amina Goron
    courriel : aminagoron [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Multilinguisme, médiation interculturelle et gestion non violente des conflits en Afrique », Call for papers, Calenda, Published on Friday, December 11, 2020, https://calenda.org/818131

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search