HomeOn the margins of printing, printing in the margins

HomeOn the margins of printing, printing in the margins

On the margins of printing, printing in the margins

Aux marges de l’imprimé, l’imprimé à la marge

Popular cultures, minorities and the alternatives of printing, 1840-1940

Cultures populaires, minoritaires et alternatives de l'imprimé, 1840-1940

*  *  *

Published on Tuesday, December 08, 2020 by Céline Guilleux

Summary

Cette journée d’étude se propose de fédérer les chercheurs, chercheuses et étudiant·e·s francophones dont les travaux portent sur des objets, textuels ou iconiques, imprimés entre la décennie 1840 et la fin de l’entre-deux-guerres. Un des objectifs sera de réfléchir collectivement à la définition d’une culture de l’imprimé qui ne soit pas, ou pas uniquement, articulée autour du livre et des formes culturellement légitimes de l’imprimé. Les différentes interventions permettront d’explorer les matérialités diverses de l’objet imprimé et ses différentes fonctions ; les usages et pratiques d’appropriation qu’il génère ; les méthodes et objectifs de ses producteurs, y compris dans le cadre de situations de production innovantes, alternatives et/ou minoritaires. Ces contributions offriront non seulement un bref aperçu de la richesse de genres imprimés encore méconnus, mais permettront de dresser un état des lieux de la recherche actuelle sur cette ère de production et de consommation médiatique et d’envisager de futures perspectives théoriques et méthodologiques.

Announcement

Argumentaire

Depuis quelques décennies, les humanités anglophones ont intégré le concept de print culture ou « culture de l’imprimé », autour duquel s’est épanoui un écosystème de domaines d’études tels que les jeunes periodical studies. Employée en 1979 par Elizabeth Eisenstein dans son texte fondateur, The Printing Press as an Agent of Change, l’expression désignait avant tout un rapport nouveau au texte, rendu disséminable à grande échelle par le développement de l’imprimerie, et source supposée d’une transformation radicale de la civilisation occidentale. Cependant, comme ont pu le souligner les historiens du livre français depuis les années 1980, annonciateurs des travaux les plus récents consacrés à la littérature populaire ou à la culture matérielle, l’imprimé est loin d’être réductible au livre, de fait minoritaire, mais englobe un ensemble vaste d’objets éphémères ou périodiques, d’affiches, d’images, de billets, qui tous génèrent leurs propres usages, leurs propres pratiques, et contribuent à modifier profondément les perceptions du temps et de l’espace et les représentations du monde. La culture de l’imprimé est indissociable de l’entrée dans la modernité médiatique, et c’est en particulier le cas des pratiques et des usages qui se développent à la fin du XIXe siècle autour de nouveaux objets imprimés en masse, produits de l’industrialisation et de la mise au point de nouvelles techniques de reproduction, de la litho- et chromolithographie à l’offset.

Cette journée d’étude se propose de s’inscrire dans cette évolution et de fédérer les chercheurs, chercheuses et étudiant·e·s francophones dont les travaux portent sur des objets, textuels ou iconiques, imprimés entre la décennie 1840 et la fin de l’entre-deux-guerres. Un de ses objectifs sera de réfléchir collectivement à la définition d’une culture de l’imprimé qui ne soit pas, ou pas uniquement, articulée autour du livre et des formes culturellement légitimes de l’imprimé. Les différentes interventions permettront d’explorer les matérialités diverses de l’objet imprimé et ses différentes fonctions (Montigny, Gourbet, Agret, Contes, Bonhomme et Le Joly) ; les usages et pratiques d’appropriation qu’il génère (Gourbet, Crucifix, Piccolo) ; les méthodes et objectifs de ses producteurs, y compris dans le cadre de situations de production innovantes, alternatives et/ou minoritaires (Ellayah, Goupil-Lucas-Fontaine, Mulard, Le Joly, Savoie, Contes, Bonhomme). Ces contributions offriront non seulement un bref aperçu de la richesse de genres imprimés encore méconnus, mais permettront de dresser un état des lieux de la recherche actuelle sur cette ère de production et de consommation médiatique et d’envisager de futures perspectives théoriques et méthodologiques.

Comité d’organisation

  •   Nathalie Sebayashi (CRAL-CEHTA)
  •   Laura Truxa (CRAL-CEHTA)

Modalités de participation

Visioconférence, merci de prendre contact avec les organisatrices par mail pour les codes d’accès

Programme

09h00 Mots d’ouverture

09h15 Invitée spéciale : Séverine Montigny (Conservateur du Département des Documents éphémères de la BHVP) Présentation des collections d’éphémères de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris

10h00 Panel 1 - Nouveaux objets, nouveaux usages

  • Violaine Gourbet, Gravures et almanachs : la présence discrète de l’art anglais dans les foyers allemands (seconde moitié du XIXe siècle)
  • Delphine Mulard, L’image et son rapport illustratif au texte, les différents modes illustratifs du Recueil des choses vues et entendues de l’ère Ansei
  • Marie Goupil-Lucas-Fontaine, « Fixer l’air du temps » : L’éditeur Salabert et l’imprimé musical populaire dans l’Entre-deux-guerres
  • Benoît Crucifix, La bande dessinée après le quotidien. Découpages, scrapbooks et comic strips aux États-Unis

12h00 Pause déjeuner

13h30 Panel 2 - L’entre-deux-guerres : aux frontières des légitimités culturelles

  • Pamela Ellayah, William R. Scott Inc., imprimer l’album pour enfants autrement
  • Fiona Piccolo, Intermédiaire et intermédial : l’imprimé polyvalent à travers culture savante, culture populaire et culture de masse chez Stefan Eggeler (1894-1969)
  • Alix Agret, Mise en page/mise en scène : séduction cinématographique dans des revues érotiques des années 1930

14h50 Panel 3 - Pratiques militantes de l’imprimé

  • Julien Contes, L’émergence d’une nouvelle culture démocratique de l’imprimé périodique en France et en Italie au milieu du XIXe siècle
  • Max Bonhomme, Découpages du temps révolutionnaire : les almanachs anarchistes et communistes
  • Lou Le Joly, Le Suffrage Atelier : émancipation politique et économique des femmes par l’imprimé (Royaume-Uni, 1909-1914)

16h15 Pause café

16h30 Invitée spéciale : Alice Savoie (Designer typographique, chercheuse indépendante et enseignante) Présentation du projet de recherche Women in Type (University of Reading)

17h00 Discussion de fin de journée

Contacts

laura.truxa@ehess.fr et nathalie.sebayashi@ehess.fr

Date(s)

  • Wednesday, January 20, 2021

Attached files

Keywords

  • média, image, imprimé, culture visuelle, culture de l'imprimé

Contact(s)

  • Laura Truxa
    courriel : laura [dot] truxa [at] ehess [dot] fr
  • Nathalie Sebayashi
    courriel : nathalie [dot] sebayashi [at] ehess [dot] fr

Information source

  • Nathalie Sebayashi
    courriel : nathalie [dot] sebayashi [at] ehess [dot] fr

To cite this announcement

« On the margins of printing, printing in the margins », Study days, Calenda, Published on Tuesday, December 08, 2020, https://calenda.org/823517

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search