HomeAu croisement des savoirs. L’implication des acteurs de la recherche dans la production et la transmission des savoirs

HomeAu croisement des savoirs. L’implication des acteurs de la recherche dans la production et la transmission des savoirs

*  *  *

Published on Monday, January 11, 2021 by Céline Guilleux

Summary

Dans un contexte social qui devient toujours plus complexe et producteur de divers symptômes sociaux et de violences sous ses différentes formes, l’intervention sociale se voit confrontée à subir et parfois même à produire des écarts de logiques avec les bénéficiaires de son action. Ainsi, on assiste à un éloignement progressif mais néanmoins marqué entre la capacité d’agir et la capacité d’analyser les réalités sociales et leurs enjeux sociaux et sociétaux et le rapport aux savoirs s’en retrouve affecté. Le premier axe de publication est celui du dialogue et de l’articulation entre le savoir conceptuel et le savoir expérientiel. Le deuxième axe propose de questionner les enjeux méthodologiques et éthiques de la production et de la transmission des savoirs expérientiels aux côtés des savoirs dits « académiques ».

Announcement

Revue Pensée Plurielle

Argumentaire

Dans un contexte social qui devient toujours plus complexe et producteur de divers symptômes sociaux et de violences sous ses différentes formes, l’intervention sociale se voit confrontée à subir et parfois même à produire des écarts de logiques avec les bénéficiaires de son action. Ainsi, on assiste à un éloignement progressif mais néanmoins marqué entre la capacité d’agir et la capacité d’analyser les réalités sociales et leurs enjeux sociaux et sociétaux et le rapport aux savoirs s’en retrouve affecté.

Le premier axe est celui du dialogue et de l’articulation entre le savoir conceptuel et le savoir expérientiel.

Ces deux supports du savoir que sont la conceptualisation et l’expérimentation sont très souvent mis en tension et polarisés. Or le chercheur, l’intervenant de terrain sont eux aussi traversés par des expériences sur le terrain, le bénéficiaire de l’action sociale est quant à lui producteur de concepts issus de sa longue expérience. Quels sont les articulations systémiques entre les savoirs théoriques et conceptuels dans la recherche, l’action sociale, sanitaire ou éducative ?

La posture de praticien-chercheur ouvre un débat au sujet de la production de savoirs métissés, au pouvoir métissant, des connaissances qui se lovent dans les interstices[1] de l’action et de l’intervention sociale, de la recherche et de l’expérience sociale.

Le deuxième axe propose de questionner les enjeux méthodologiques et éthiques de la production et de la transmission des savoirs expérientiels aux côtés des savoirs dits « académiques ».

Quelle est la place des acteurs dans le processus de recherche, quels retours faisons-nous envers eux des analyses produites ? Quel est le statut de la parole des bénéficiaires de l’action sociale et quelle forme de pouvoir leur propose t’on sur le processus de recherche ? Quid également d’une écriture à six mains (chercheur, bénéficiaires de l’action, intervenants sociaux) ? Que faisons-nous des formes d’écritures produites par les acteurs de terrain et quelle place donner à ces productions dans nos recherches ?

Nous pouvons envisager alors les enjeux sociaux et sociétaux de la production et de l’usage de savoirs alternatifs, davantage ancrés dans des logiques de co-construction.

En effet, à l’instar de ce qu’il en est dans la tension entre le travail prescrit (ce qu’on attend de nous) et le travail effectif (ce que nous mettons en œuvre pour tenter d’y parvenir)[2], nous pouvons constater une dialectique entre ce qu’il convient d’appeler les savoirs prescrits et les savoirs effectifs, davantage intersticiels.

Des expériences existent et il nous paraît opportun de mettre en tensions les pratiques et leurs enjeux, les angles morts de ces processus de recherche et d’actions sociales. La pair-aidance en est une illustration dans le secteur de la santé mentale et de la grande précarité. D’autres approches davantage collectives et communautaires produisent ces savoirs et ceux-ci ne sont pas toujours mis en valeur. Or, « donner de la valeur à » est l’essence même de l’évaluation. Un des enjeux alors est de pouvoir questionner la valeur donnée aux savoirs et de la manière dont les sujets de l’action sociale au sens large, se réapproprient les savoirs produits sur eux, notamment au travers de des logiques de transmission[3] : le parcours personnel avec l’immigration, l’exil mais aussi aux expériences de vulnérabilités sociales et de la précarité sont autant porteurs d’enjeux scientifiques que méthodologiques. Comment évaluer la plus value pour chacun des acteurs de ce processus de transmission et quels sont les impacts sur le terrain ?

Modalités de contribution

La contribution attendue suivra le calendrier et répondra aux critères ci-dessous :

  • 1/03/2021: réception des articles

par Emmanuel NICOLAS (nicolase@helha.be Tél : 0032486432105) 

  • 20/03/2021: Avis du Comité de lecture et prise en compte des remarques (pour une éventuelle publication)
  • 10/04/2021: Envoi des versions définitives

Texte de 40.000 à 50.000 signes, espaces compris, Times new roman 11. Normes bibliographiques APA

Comité de lecture

  • Emmanuel JOVELIN, Université de Lorraine, CNAM, Institut Social Lille 
  • Patrice BRACONNIER, Institut Régional de Travail Social Poitou Charentes 
  • Yves LACASCADE, Institut Méditerranéen de Formation et Recherche en Travail Social, Aix Marseille 
  • Anne-Françoise DEQUIRE, Institut Social Lille 
  • Valérie WOLF, ESEIS, CERADIS, Strasbourg 
  • Emmanuel NICOLAS, Département Social de Charleroi  Haute Ecole Louvain en Hainaut  

Notes

[1] Au sens donné par LAPLANTINE F. et NOUSS A., Le métissage , Ed. Téraèdre, Coll. Ré édition, Paris, 2008

[2] Voir travaux de Christophe DEJOURS

[3] La Haute Ecole développe depuis plusieurs années la co-intervention entre enseignants-professionnels et pairs aidant dans la formation des assistants sociaux. Force est de constater que les processus de transmission et de « métabolisation » des savoirs en tirent des bénéfices directs et indirects comme celui de pouvoir questionner le parcours personnel des futurs assistants sociaux dans l’identité professionnelle, de mettre en perspective la valeur de la souffrance au travail et des résonnances inhérentes au vécu expérientiel individuel et collectif.

Subjects

Date(s)

  • Monday, March 01, 2021

Keywords

  • savoir

Contact(s)

  • Emmanuel Nicolas
    courriel : nicolase [at] helha [dot] be

Information source

  • Emmanuel Nicolas
    courriel : nicolase [at] helha [dot] be

To cite this announcement

« Au croisement des savoirs. L’implication des acteurs de la recherche dans la production et la transmission des savoirs », Call for papers, Calenda, Published on Monday, January 11, 2021, https://calenda.org/827331

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search