HomeThe age of lockdown: careers, social relations and daily temporalities confronted by the social and health crisis

HomeThe age of lockdown: careers, social relations and daily temporalities confronted by the social and health crisis

The age of lockdown: careers, social relations and daily temporalities confronted by the social and health crisis

Temps confinés : parcours de vie, relations sociales et temporalités quotidiennes face à la crise sanitaire et sociale

*  *  *

Published on Wednesday, January 20, 2021 by Céline Guilleux

Summary

En nous intéressant aux parcours de vie, aux relations sociales et à la vie quotidienne face à la pandémie, nous souhaitons analyser ce que l’on pourrait appeler les « temps confinés ». Le confinement renvoie à des expériences exceptionnelles vécues au printemps et à l’automne, différentes pour l’une et l’autre période, et bien sûr marquées par des différenciations sociales bien mises en évidence par les enquêtes menées en 2020 sur ces épisodes et qui sont appelées à alimenter ce dossier. Son caractère singulier dit pourtant beaucoup des manières d’articuler ses sphères d’activité et d’organiser sa vie ; il réfléchit en ce sens la structuration temporelle de nos existences, de nos sociabilités et de notre quotidien.

Announcement

Coordination

Dossier coordonné par Michel Grossetti (LISST, UT2J) et Marc Bessin (IRIS, EHESS)

Argumentaire

La pandémie de Covid-19 a créé dans le monde une situation inédite, moins par la nature du virus et des pathologies qu’il provoque que par les réactions que la pandémie a suscitées dans les systèmes de santé et dans les milieux politiques. Les historiens ont rappelé l’existence de pandémies à certains égards assez comparables en 1956-1958 et 1968-1969, ainsi que l’épidémie de SRAS en 2002-2003. La spécificité de la pandémie de 2020-2021 tient évidemment à son ampleur et sa répartition géographique, tous les continents étant affectés, mais aussi à la caractérisation très rapide du virus et la mise au point de tests, puis l’expérimentation tout aussi rapide de thérapies et de vaccins. Mais surtout, cette crise sanitaire se caractérise par le fait que les pouvoirs publics ont pris des mesures souvent inédites pour éviter l’engorgement des systèmes de santé : restrictions des déplacements, isolement de personnes porteuses du virus, dépistages (variable selon les pays), et notamment, dans plusieurs pays, des formes variables de confinement général de la population ou de couvre-feu. Ces mesures n’ont pas été sans conséquences sur les temporalités habituelles et ont bouleversé les habitudes et les perceptions.

En situation « ordinaire », le système de santé prend en charge les pathologies et les épidémies (y compris mondiales comme la grippe dite « saisonnière »). Ses « débordements » sur d’autres sphères d’activité se font essentiellement sur le registre des revendications relatives au financement des systèmes de santé. Dans le cas des pandémies de 1956-1958 et 1968-1969, il a fallu du temps pour comprendre la nature du virus et les autorités publiques n’ont pas mis en place des mesures particulières visant à ralentir la propagation du virus et à limiter le nombre de personnes hospitalisées.

La pandémie actuelle est manifestement plus grave par le nombre de décès (plus de 60 000 annoncés en France fin décembre 2020, 20 000 en Belgique, 40 000 en Allemagne, 80 000 au Royaume-Uni… et près de deux millions à l’échelle de la planète) et le nombre de personnes hospitalisées dans tous les pays du monde. Cette gravité, ainsi que la caractérisation assez précoce du virus et les analyses épidémiologiques disponibles, peut-être aussi les menaces pénales croissantes pesant sur les responsables politiques en charge de la gestion de ce type de crise, ont conduit plusieurs gouvernements à adopter des mesures importantes de ralentissement de l’épidémie pour limiter la surcharge du système de santé.

Les mesures destinées à contrôler la propagation du virus ont pour effet de faire déborder la crise, et l’incertitude qui lui est associée, sur d’autres sphères d’activité. Dans bien des pays, le confinement du printemps 2020 a touché toutes les activités : vie familiale, consommation, associations, travail, culture, etc. Cette montée en généralité radicale fait qu’il s’agit d’un événement majeur qui interroge l’ensemble des sciences sociales, lesquelles se sont d’ailleurs beaucoup mobilisées pour l’observer et l’analyser. Le premier confinement généralisé a été suivi de mesures plus locales et d’un retour à un régime plus ordinaire dans beaucoup de domaines : reprise des activités économiques, des réunions familiales, des écoles et universités, etc. Puis, avec un accroissement du nombre de cas et de personnes hospitalisées, les systèmes de santé se sont trouvés une nouvelle fois en difficulté, au point que les gouvernements ont à nouveau pris des mesures visant à ralentir l’épidémie. En France, les autorités ont choisi dans un premier temps d’établir un couvre-feu dans les grandes villes les plus touchées, puis à partir du 31 octobre un deuxième confinement général, plus souple que le précédent, avant de revenir à un couvre-feu. Dans d’autres pays, les gouvernements ont eu recours à différentes contraintes visant souvent à éviter de bloquer fortement les sphères économique et éducative pour se concentrer sur les activités de loisir et de sociabilité. Ces dispositifs organisent un nouveau débordement, plus limité, mais qui a tout de même des effets importants sur de nombreuses activités sociales.

Cette chronologie succincte fait apparaître des temporalités particulières d’une crise sanitaire, ses accélérations (les « vagues » de contamination et les mesures qu’elles ont suscitées) et ses ralentissements (les « décrues » et « plateaux » des courbes épidémiques, le « relâchement » ou « desserrement » des contraintes décidées par les pouvoirs publics). Le débordement de la crise sanitaire sur l’ensemble des activités sociales produit des incertitudes en cascade qui bousculent toutes les temporalités sociales.

Ce dossier de Temporalités se centrera plus particulièrement sur trois aspects des effets sur les temporalités sociales de la crise liée à l’épidémie de Covid-19 et aux mesures qui visent à la contenir. En nous intéressant aux parcours de vie, aux relations sociales et à la vie quotidienne face à la pandémie, nous souhaitons donc analyser ce que l’on pourrait appeler les « temps confinés ». Le confinement renvoie à des expériences exceptionnelles vécues au printemps et à l’automne, différentes pour l’une et l’autre période, et bien sûr marquées par des différenciations sociales bien mises en évidence par les enquêtes menées en 2020 sur ces épisodes et qui sont appelées à alimenter ce dossier. Son caractère singulier dit pourtant beaucoup des manières d’articuler ses sphères d’activité et d’organiser sa vie ; il réfléchit en ce sens la structuration temporelle de nos existences, de nos sociabilités et de notre quotidien. Le confinement se traduit par un rétrécissement et une limitation des espaces de vie et de circulation, et il révèle les usages très inégalement répartis des dispositifs de communication à distance. Les moyens de reconfigurer ses activités en s’employant à de nouvelles occupations ont parfois permis de redéployer les horizons. L’approche par les temporalités, en ce qu’elles sont observées et vécues subjectivement, permet de cerner ces tensions du confinement, que l’on suggère d’aborder par l’un ou l’autre des trois niveaux suivants : celui des parcours de vie, celui des relations sociales et celui des temporalités quotidiennes.

Au niveau des parcours de vie, la crise globale se combine avec les changements concernant les activités professionnelles, les configurations de logement, avec l’accueil de personnes ou des changements de résidence pour les confinements, le report de projets. Certaines personnes ont connu des changements majeurs dans leur travail (pertes d’emplois, chômage partiel, passage en télétravail, etc.), d’autres ont vu leur situation familiale se modifier (mise en couple accélérée par le confinement, ou séparation) et, bien sûr, les personnes ont pu être affectées dans leur santé. Des projets ont été suspendus ou abandonnés, d’autres au contraire accélérés. La crise et le confinement ont très fortement rappelé que le parcours de vie est également un processus genré d’attentes de care et d’assignations au care, à différents moments de la vie. Si les choix politiques de gestion de la pandémie ont traduit des priorités générationnelles, cet ordre des valeurs ne s’est pas toujours observé dans les pratiques durant les confinements. D’une façon générale, les horizons temporels se sont raccourcis et obscurcis, alors que d’autres attentes se sont intensifiées. Comment les temporalités des parcours de vie ont-elles été affectées par cette crise ? Celle-ci a-t-elle engendré des bifurcations biographiques, dans quelle mesure et pour quels types de personnes ? Quelles incidences ces épisodes ont-ils eues sur les rapports intergénérationnels ?

Au niveau des relations sociales, la restriction des rencontres en face-à-face a mis à l’épreuve les liens entre les personnes, bousculé les formes de sociabilité et les modes de communication. Des liens forts anciens ont été remobilisés dans le contexte de la crise, d’autres liens, plus faibles mais très présents en situation ordinaire (relations de travail ou de sociabilité, par exemple) ont été mis en retrait, d’autres encore se sont renforcés à travers cette épreuve. Quelle place a pris la sociabilité orientée par les solidarités et l’attention aux autres ? Peut-on voir des évolutions entre les deux confinements ? Comment les temporalités des liens sociaux interpersonnels ont-elles été affectées par les restrictions de contact et par les situations variées des personnes concernées ?

Au niveau des temporalités quotidiennes, les situations de confinement ont modifié pour beaucoup de personnes les activités et les conditions de vie. Comment les inégalités dans la gestion du temps qui sont liées au niveau d’études, à la situation professionnelle, aux revenus, au sexe ou à l’âge se sont-elles reconfigurées durant ces périodes où de nombreuses personnes ont dû cesser de travailler, ou travailler à domicile, alors que d’autres ont été amenées à travailler dans des conditions modifiées ? Comment le recours massif aux technologies de l’information, même inégalement distribué, modifie-t-il les temps du quotidien ? Comment s’est reconfigurée l’articulation des temps professionnels et familiaux pour celles et ceux qui ont fait l’expérience recluse du télétravail et de l’entre-soi au foyer ? Dans quelle mesure les rythmes de vie ont-ils été remis en cause avec un retour pour certains de la valeur de la lenteur ou de la maîtrise temporelle par rapport à la vitesse comme mesure des engagements professionnels ? Comment les individus ont-ils réintroduit des manières différentes de rythmer leurs journées en l’absence de ce qui les structure d’ordinaire (transport, restauration collective, etc.) ?

Le dossier privilégiera les articles mobilisant des données empiriques constituées durant la crise sanitaire et sociale de 2020-2021, sans se limiter à la situation des pays européens.

Envoi des projets d’articles

Les auteurs devront envoyer leur proposition d’article aux coordinateurs du numéro (michel.grossetti[at]univ-tlse2.fr et marc.bessin[at]ehess.fr , avec copie au secrétariat de rédaction de la revue (temporalites[at]revues.org).

Cette proposition, composée d’un titre et d’un résumé d’une page en français ou en anglais du projet d’article (5 000 signes maximum), ainsi que du nom, des coordonnées et de l’affiliation institutionnelle de l’auteur ou autrice, est attendue

d’ici le 23 février 2021.

Les auteurs sont invités à consulter :

Calendrier récapitulatif et échéances

  • Réception des propositions (résumés de 5 000 signes maximum) : 23 février 2021

  • Réponse des coordinateurs : 9 mars 2021
  • Réception des articles (50 000 signes maximum) : 25 mai 2021
  • Retour des expertises des évaluateurs : 29 juin 2021
  • Version révisée : 10 septembre 2021
  • Remise des versions définitives : 2 novembre 2021
  • Sortie du numéro : 15 décembre 2021

Date(s)

  • Tuesday, February 23, 2021

Keywords

  • covid19, pandémie, confinement, réclusion, temps, temporalité

Contact(s)

  • Marc Bessin
    courriel : marc [dot] bessin [at] ehess [dot] fr

Reference Urls

Information source

  • François Théron
    courriel : francois [dot] theron [at] uvsq [dot] fr

To cite this announcement

« The age of lockdown: careers, social relations and daily temporalities confronted by the social and health crisis », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, January 20, 2021, https://calenda.org/832677

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search