StartseiteArticuler l’histoire sociale et environnementale

StartseiteArticuler l’histoire sociale et environnementale

Articuler l’histoire sociale et environnementale

Articulating social and environmental history

Proche-Orient, Maghreb, Afrique (XIXe-XXIe siècle)

Near-East, Maghreb, Africa (19th-21st century)

*  *  *

Veröffentlicht am Montag, 25. Januar 2021 bei Céline Guilleux

Zusammenfassung

Cette journée d’étude a pour objectif de rassembler des historien·ne·s contemporanéistes spécialistes du Proche-Orient, du Maghreb et de l’Afrique travaillant dans une optique environnementale. Si la trame politique globale de l’histoire moderne et contemporaine de ces régions est bien connue (domination impériale ottomane ou monarchique locale, tutelle coloniale européenne, accession à la souveraineté nationale), les dynamiques sociales, juridiques et environnementales sont sous-documentées. Cette rencontre ambitionne de renforcer les liens entre des « aires » habituellement séparées tout en englobant une diversité de zones climatiques et d’écosystèmes, des côtes méditerranéennes aux forêts tropicales, en passant par les milieux désertiques. Afin de permettre un dialogue heuristique, il s’agira de réfléchir plus particulièrement aux manières d’articuler histoire sociale et environnementale, à partir de cas précisément situés et dans une approche comparatiste attentive aux sources mobilisées.

Inserat

Lieu et date

Aix-en-Provence, vendredi 20 mai 2022 (date à confirmer)

Organisateurs 

  • Antonin Plarier (Université Lyon 3 / LARHRA)
  • Iris Seri-Hersch (Aix-Marseille Université / IREMAM)

Argumentaire

Depuis les années 1950, les recherches sur les sociétés du Proche-Orient, du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne à l’époque contemporaine ont été façonnées par un découpage des savoirs selon des aires culturelles ou « aréales ». Cet ordonnancement des connaissances -dont la généalogie complexe passe par les travaux des Orientalistes et Africanistes européens de la période coloniale et le développement institutionnel des Middle East Studies et African Studies sur fond de guerre froide- demeure prégnant jusqu’à aujourd’hui, malgré des initiatives visant au décloisonnement géographique des réflexions scientifiques. Cette dernière tendance concerne notamment la conceptualisation du Sahara ou de la mer Rouge comme des espaces d’échanges et de circulations plutôt que des barrières naturelles ou des frontières géopolitiques. Parallèlement, l’histoire environnementale en tant que discipline scientifique s’est considérablement développée depuis les années 1970. La prise de conscience globale du réchauffement climatique contribue à alimenter ce champ depuis le début du XXIe siècle. Or, l’histoire environnementale ne semble pas échapper aux relations asymétriques qui caractérisent les sciences humaines et sociales en général. La plupart des travaux portent en effet sur l’Europe et l’Amérique du Nord. Encore rares et éparpillées sont les études portant sur les questions environnementales au Moyen-Orient et en Afrique, bien que différents projets aient vu le jour récemment, tels que l’ANR « PAtrimoine Naturel aux Suds : une histoire globale à Échelle Réduite » (2018-2021).

Cette journée d’études a pour objectif de rassembler des historien-ne-s contemporanéistes spécialistes du Proche-Orient, du Maghreb et de l’Afrique travaillant dans une optique environnementale. Si la trame politique globale de l’histoire moderne et contemporaine de ces régions est bien connue (domination impériale ottomane ou monarchique locale, tutelle coloniale européenne, accession à la souveraineté nationale), les dynamiques sociales, juridiques et environnementales sont sous-documentées. Cette rencontre ambitionne de renforcer les liens entre des « aires » habituellement séparées tout en englobant une diversité de zones climatiques et d’écosystèmes, des côtes méditerranéennes aux forêts tropicales, en passant par les milieux désertiques. Afin de permettre un dialogue heuristique, il s’agira de réfléchir plus particulièrement aux manières d’articuler histoire sociale et environnementale, à partir de cas précisément situés et dans une approche comparatiste attentive aux sources mobilisées. Les processus historiques et concepts suivants pourront nourrir cette réflexion collective (liste non exclusive) :

  • les interactions sociales au quotidien
  • la citoyenneté entendue comme l’appartenance des individus à une communauté d’ayants droit (communauté qui peut avoir comme socle la confession, la tribu, le voisinage, la ville, la profession, la nationalité, etc.) ; la variabilité de l’accès aux ressources, l’absence ou le déni de citoyenneté
  • les usages de la terre et les droits fonciers formels et informels
  • les politiques et transformations environnementales (aménagement du paysage, exploitation des ressources, catastrophes « naturelles ») et leurs répercussions socioéconomiques
  • le travail, les pollutions industrielles et la santé
  • le tourisme, le sport et les loisirs
  • les pratiques cartographiques et toponymiques
  • la succession et/ou juxtaposition de souverainetés politiques, juridiques et matérielles

La journée vise à faire dialoguer des recherches en cours, non encore publiées, dans l’optique d’une publication commune.

Modalités de contribution

Les propositions de communication, en français ou en anglais, comprenant un titre provisoire et limitées à 3 000 signes (espaces compris), sont à envoyer simultanément aux adresses suivantes : antonin.plarier@univ-lyon3.fr et iris.seri-hersch@univ-amu.fr

avant le 30 avril 2021.

Bibliographie indicative

Ax Christina F. et al. (éds.), Cultivating Colonies: Colonial States and Their Environmental Legacies. Athens: Ohio University Press, 2011.

Bargaoui Sami, Cerutti Simona et Grangaud Isabelle (éds.), Appartenance locale et propriété au nord et au sud de la Méditerranée. Aix-en-Provence, Livres de l’IREMAM/Open Edition Books, 2015.

Blanc Guillaume, Une histoire environnementale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France. Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.

Chouquer Gérard, « Nature, environnement et paysage au carrefour des théories », Études rurales, Vol. 157-158, 2001, p. 235-251.

Davis Diana K. et Burke Edmund (éds.), Environmental Imaginaries of the Middle East and North Africa. Athens, Ohio University Press, 2011.

Davis Diana K., The Arid Lands: History, Power, Knowledge. Cambridge (Mass.), The MIT Press, 2016.

Fitzmaurice Andrew, Sovereignty, Property and Empire, 1500-2000. Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

Fressoz Jean-Baptiste et al., Introduction à l’histoire environnementale. Paris, La Découverte, 2014.

Guignard Didier (éd.), Propriété et société en Algérie contemporaine. Quelles approches ?Aix-en-Provence, Livres de l’IREMAM/Open Edition Books, 2017.

Guignard Didier et Seri-Hersch Iris (éds.), Spatial Appropriations in Modern Empires, 1820-1960: Beyond Dispossession. Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2019.

Hodge Joseph M., Colonial Experts, Developmental and Environmental Doctrines, and the Legacies of Late British Colonialism. Athens, Ohio University Press, 2011.

Isin Engin F. et Nielsen Greg M. (éds.), Acts of Citizenship. Chicago, Chicago University Press, 2008.

Lefebvre Henri, La production de l’espace. Paris, Anthropos, 1974.

Lemire Vincent. La soif de Jérusalem. Essai d'hydrohistoire (1840-1948). Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

Le Roy Étienne, La terre de l’autre. Une anthropologie des régimes d’appropriation foncière. Paris, LGDJ / Lextenso Éditions, 2011.

Lilti Antoine, Loriga Sabrina et Sebastiani Silvia, « Introduction. Que reste-t-il de ‘l’histoire sociale’ ? », in Lilti Antoine et al (éds.), L’expérience historiographique. Autour de Jacques Revel. Paris, Éditions de l’EHESS, 2016, p. 7-14.

Lund Christian, “Rule and Rupture: State Formation through the Production of Property and Citizenship”, Development and Change 47, no. 6, 2016, p. 1199-1228.

Mikhail Alan (éd.), Water on Sand: Environmental Histories of the Middle East and North Africa. Oxford, Oxford University Press, 2013.

Mundy Martha et Smith Richard S., Governing Property, Making the Modern State: Law Administration and Production in Ottoman Syria. Londres, I.B. Tauris, 2007.

Owen Roger (éd.), New Perspectives on Property and Land in the Middle East. Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2000.

Quenet Grégory, « L’Anthropocène et le temps des historiens », Annales. Histoire, Sciences Sociales, Vol. 72, 2017, p. 267-299.

Rackham Oliver, “Prospects for Landscape History and Historical Ecology”, Landscapes, Vol. 1(2), 2000, p. 3-17.

Seri-Hersch Iris, “Arabes des vallées (ʿarab al-ghawārneh)”, in Cerutti Simona et al. (éds.), Matérialités citoyennes : un projetd’abécédaire augmenté (Méditerranée, XVIe-XXIe s.), publication numérique du programme PALOMED, 2019. https://palomed.hypotheses.org/524

Testart Alain, “Propriété et non propriété de la terre. L’illusion de la propriété collective archaïque (1re partie)”, Études rurales 165-166, 2003, 209-242.

Torre Angelo, “Un ‘tournant spatial’ en histoire? Paysages, regards, ressources”, Annales. Histoire, Sciences Sociales 63, no. 5, 2008, 1127-1144.

Trivellato Francesca, “Microstoria/Microhistoire/Microhistory”, French Politics, Culture & Society 33, no. 1, 2015, 122-134.

Zytnicki Colette, L’Algérie, terre de tourisme. Histoire d’un loisir colonial. Paris, Vendémiaire, 2016.

Orte

  • Aix-en-Provence, Frankreich (13080)

Daten

  • Freitag, 30. April 2021

Schlüsselwörter

  • histoire environnementale, histoire sociale

Kontakt

  • Antonin Plarier
    courriel : antonin [dot] plarier [at] gmail [dot] com

Informationsquelle

  • Antonin Plarier
    courriel : antonin [dot] plarier [at] gmail [dot] com

Zitierhinweise

« Articuler l’histoire sociale et environnementale », Beitragsaufruf, Calenda, Veröffentlicht am Montag, 25. Januar 2021, https://calenda.org/833301

Beitrag archivieren

  • Google Agenda
  • iCal
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search