HomeWomen and development in subSaharan Africa: perspectives and comparative perspectives

HomeWomen and development in subSaharan Africa: perspectives and comparative perspectives

Women and development in subSaharan Africa: perspectives and comparative perspectives

Femme et développement en Afrique subsaharienne : regards et actions croisés

*  *  *

Published on Wednesday, January 20, 2021 by Céline Guilleux

Summary

L’objectif de ce colloque est d’analyser de façon ciblée, la place et le rôle des femmes dans le processus de développement en Afrique subsaharienne, dans une synergie de réflexions scientifiques, d’actions et de stratégies. Cette rencontre scientifique, initiée par un groupe de chercheurs, intègre une approche pluridisciplinaire en associant des chercheurs et experts de diverses spécialités dans une plateforme de réflexions croisées. Elle est ouverte aux décideurs, aux entreprises, aux ONG et au monde scientifique.

Announcement

Contexte et justification

Les différences structurelles, idéologiques et culturelles expliquent le développement inégalde l’histoire économique, sociale et politique des femmes et du genre dans le monde (Schwartz, 2002 : p. 15). Celles-ci ont constitué pendant longtemps les fondements de l’invisibilité des femmes dans la participation au développement économique et social des pays entendu comme « l’ensemble des mutations positives à plusieurs niveaux : techniques, démographiques, sociales, sanitaires que peut connaître une zone géographique donnée ». Depuis la deuxième moitié du XXe siècle, à la faveur de la diffusion de principes fondamentaux internationaux basés sur l’égalité des genres, il est de plus en plus admis qu’il ne peut y avoir ni démocratie ni développement viable sans la participation de la femme. Le terme "genre" traduit de l’anglais "gender" s’est progressivement imposé pour évoquer la problématique homme-femme ainsi que les conditions de vie des femmes qui assument souvent un "triple rôle" : producteur, reproducteur et communautaire. Le genre a pu bénéficier d’un ancrage institutionnel et scientifique grâce aux « women’ studies » à partir de 1970 avec le début des mouvements féministes en Amérique du Nord et en Europe du Nord avant d’atteindre les pays francophones. Le concept s’est cristallisé avec la première conférence mondiale sur le statut des femmes, organisée à Mexico en 1975, sous l’égide des Nations Unies. Ce sommet comme un marqueur permit à la communauté internationale de sensibiliser les gouvernements sur le phénomène des discriminations à l'égard des femmes, persistant presque partout dans le monde. Dès les années 1990, les « gender’s studies » ont constituésdes leviers conceptuels et méthodologiques de renouvellement du paysage épistémologiquedes sciences humaines et sociales (Berger, 2019 : p. 59 ; Levet., 2014 : pp. 20-21). La lutte pour l’égalité des genres est longue, éprouvée et fait date. Le fameux mot d’ordre des années 1970 « le privé est politique » relevait de revendications socio-économiques pour séparer les sphères productives de celles reproductives, et elles ont « permis notamment d’extraire le travail domestique de l’invisibilité et le corps de l’intimité » (Clair, 2015 : p. 13). Cependant, pendant longtemps l’amalgame selon lequel les études féminines étaient seulement et simplement des études de femmes sur les femmes ont prévalu. Ce qui fut le fondement du rebut de la théorie de genre par les hommes. Aussi, les travaux relatifs à l’égalité des genres, justifiés essentiellement par les discriminations socio-économiques subies par les femmes dans le monde furent-ils inscrits dans une mouvance identitaire (Berger, 2008 : p. 84). On retiendra que les « women’studies », les « gender studies » et tous les travaux postérieurs ontnon seulement permis une clarification épistémologique et conceptuelle mais ont contribué àla clarification de l’objet prédominant dans la lutte féminine depuis des décennies. De ces acquis ont renforcé l’intérêt pour les femmes, et que systématisera la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) du Caire en 1994 ; celle-ci étant sanctionnée par l’adoption d’un Programme d’action révolutionnaire pour le respect des droits des femmes et de leur santé reproductive dans le monde. La Conférence de Pékin en 1995 a réaffirmé l'égalité des sexes et le respect des droits des femmes comme droits fondamentaux conduisant de fait à la reconnaissance de la place et du rôle des femmes dans le travail, dans sa segmentation, son organisation et son fonctionnement et par ricochet la reconnaissance des femmes comme actrices de développement. En s’en tenant aux médias et aux travaux de recherches, les inégalités homme-femme restent visibles, dans les pays développés et plus encore dans les pays en développement (Berger,2019 : p. 60-63). Le genre offre donc des outils pour une analyse critique des systèmes de discrimination fondés sur le sexe. Il permet aux catégories dominées et marginalisées, en particulier les femmes mais pas seulement, de faire entendre leurs voix.

Dans le contexte actuel de crise globale et d’accroissement des inégalités (Verchuur et al. 2015 : pp. 25-39), nous adoptons l’analyse des inégalités hommes-femmes privilégiant une approche par le genre. Si, à l’origine, la notion de genre, opposée à celle de sexe, visait à mettre fin audéterminisme biologique, à éviter l’enfermement des femmes ou des hommes dans unedéfinition sexuelle biologique et à contourner un déterminisme biologique au nom de laliberté, il n’en va plus de même aujourd’hui. Cette approche a ainsi l’avantage de dépasser lesseules considérations de sexe et d’interroger les inégalités dans une perspective plus ouverte intégrant différentes facteurs sociaux, culturels à l’échelle des sociétés. La réflexion sur le développement en Afrique subsaharienne, renouvellement de la pensée, ainsi que les stratégies et les actions en la matière s’en trouveraient reformulés. Plus spécifiquement, pourquoi ne pas agir autrement à partir des cultures situées, des représentations et surtout des perceptions locales ? Nous faisons l’option de centrer la réflexion sur la place et le rôle des femmes comme actrices de développement en Afrique subsaharienne. Cette entrée s’appuie sur le discours des agences onusiennes, dont le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). D’après celui-ci, les disparités entre les genres masculins et fémininscoûtent des milliards de dollars US par an en moyenne à l’Afrique subsaharienne et culminentà des centaines de milliards de dollars de pertes depuis plusieurs années, compromettant de ce fait les efforts du continent en faveur d’un développement humain et une croissance économique inclusive. Les Nations Unies promettent de pallier aux déperditions économiques, financières et diverses, en mettant en place en priorité des programmes et actions en vue d’accélérer les progrès en faveur de l’égalité homme-femme et de l’autonomisation des femmes en Afrique.

Cependant, elles occultent le contexte de leurs interventions ainsi que celles des autres bailleurs de fonds en Afrique. En effet, il existe un parallèle entre la dégradation quasi générale de la condition économique, sociale et politique des femmes dans le contexte de la globalisation et l’accent mis sur le genre (Querrien et Selim, 2015 : pp. 2-3). Les recherches «de genre » sont institutionnalisées dans une position autocentrée, voire ethnocentrique et conformiste, alignée sur les normes politiques du moment. Ce qui ne permet pas de différencier le regard politique de celui scientifique. Le genre constitue certes « un blocage sur la route de l’émancipation des femmes » enfermant les femmes dans une catégorie qui fonctionnerait désormais comme une identité sexuelle donnée à la naissance, les assignant « à la reproduction, aux soins et au sein de la famille, et qui, sous une apparence modernisatrice, les confirme dans leur rôle traditionnel ». (Querrien et Selim, 2015 : p. 80-100). Cependant, « il n’est pas possible, pour comprendre les mécanismes et le fonctionnement de la société, d’ignorer la reproduction. La communauté domestique est le seul système économique etsocial qui régente la reproduction physique des individus, la reproduction des producteurs et la reproduction sociale sous toutes ses formes par un ensemble d’institutions, et qui la domine par la mobilisation ordonnée des moyens de la reproduction humaine, c’est-à-dire les femmes (Meillassoux 1980, p. 9). Dans ce dernier cas de figure, le genre s’impose comme unoutil d’analyse du développement. Au demeurant, l’évolution de l’analyse des rapports complexes homme-femmes en tantqu’acteurs sociaux et de développement fonde notre volonté de réfléchir et proposer des idées innovantes de développement de l’Afrique subsaharienne avec des lunettes de genre. Il s’agit par cette approche d’extraire d’une part l’invisibilité du monde social longtemps maintenue dans l’indifférence scientifique et d’autre part, proposer un champ d’action stratégique et politique pour réduire les inégalités de genre.

Objectifs et axes de réflexion

En dépit des nombreuses initiatives à l’échelle régionale ou sous-régionale, les conditions socio-économiques difficiles des femmes en Afrique subsaharienne persistent. Trop souvent, les critères démographiques sont insuffisants pour considérer la dynamique d’évolution plurielle de l’Afrique subsaharienne, et ne pourraient permettre de mettre en place un référentiel d’actions, favorable au bien-être humain. Les actions en faveur du développement entrent souvent en contradiction, et un progrès dans un domaine n’en induit pas nécessairement dans d’autres. Tous les secteurs d’activités méritent donc d’être convoqués pour penser leur place dans le développement en Afrique subsaharienne. La progression des niveaux nationaux de richesses est à penser au même titre qu’une amélioration des conditions de vie et qu’un respect des écosystèmes pour suivre l’ensemble des logiques de la durabilité du développement. La participation des femmes au développement passe par une prise de conscience et des actions collectives et individuelles. L’objectif de ce colloque est d’analyser de façon ciblée, la place et le rôle des femmes dans le processus de développement en Afrique subsaharienne, dans une synergie de réflexions scientifiques, d’actions et de stratégies. Cette rencontre scientifique, initiée par un groupe de chercheurs, intègre une approche pluridisciplinaire en associant des chercheurs et experts de diverses spécialités dans une plateforme de réflexions croisées. Elle est ouverte aux décideurs, aux entreprises, aux ONG et au monde scientifique pour échanger sur les axes suivants :

Axe 1 : Les femmes et l’accès aux ressources

Pour cet axe, les contributions prendraient en compte l’agriculture (de la terre au financementet autres intrants), le numérique et les facteurs indispensables à l’accès aux ressources, lamain-d’œuvre agricole et industrielle qui implique la formation et le niveau d’instruction des femmes.

Axe 2 : Les pathologies spécifiques et la question de l’accès aux soins par les femmes

La santé globale définit comme « le domaine d'étude, de recherche et de pratique qui accorde la priorité à l'amélioration de la santé et à l'équité en matière de santé pour tous les peuples du monde » (OMS, 2006, p. 62–72) est plus vaste que les programmes d'aide internationale mis en place par les pays industrialisés pour soutenir les pays en voie de développement. Elle peut être mesurée en fonction des maladies qui influencent la santé de populations entières. La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si de ce paradigme, toujours en vigueur, peut découler l’élaboration de politiques de santé et de stratégies de coopération pertinentes pour l’Afrique subsaharienne eu égard aux transformations et enjeux en cours ou à venir. Les contributions s’attarderont sur les pathologies particulières des femmes dont l’éradication passe par des stratégies nécessaires ou encore la question de l’accès aux soins.

Axe 3 : Les femmes et la migration

En Afrique subsaharienne plus particulièrement, la participation accrue des femmes aux flux migratoires internationaux reste à vérifier, les données étant parcellaires ou indisponibles.Les contributeurs s’efforceront d’apporter des éclairages sur la féminisation de la migration en Afrique subsaharienne singulièrement à travers les flux et leurs orientations, les processus sociaux et économiques qui structurent les trajectoires sociales et migratoires des femmes, et les différents problèmes rencontrés dans les régions d’accueil. Les analyses donneront la priorité à des critères fondés sur l’originalité de la contribution, la pertinence scientifique des idées et la clarté rédactionnelle des propositions de contribution.

Axe 4 : La recherche sur le genre, les politiques du genre au niveau institutionnel et gouvernemental

La recherche sur le genre dans le monde est multiforme et a connu des changements considérables selon des époques. Dans cet axe, les contributions traiteront de l’évolution de la recherche sur le genre dans l’espace africain, ses outils d’analyse, la question de l’approche comparative intrarégionale ou intracontinentale. Les politiques relatives au genre à l’échelle institutionnelle et gouvernementale et leur évaluation pourraient également être visitées.

Résultats attendus

A l’issue de ce colloque, les enjeux de l’approche genre en tant qu’outil de développement, depouvoir et de transformation des représentations en Afrique subsaharienne seront analysés ; des stratégies nécessaires et urgentes aux transformations et enjeux de santé seront élaborées; des réflexions sur l’aide à la production de denrées alimentaires de première nécessité d’unepart destinées à la consommation des ménages et à la vente sur les marchés locaux (riz, blé,mais) et également à la production à grande échelle pour l’industrie ou pour destransformations artisanales ou pour le PME industrielle ou commerciale seront menées ; l’adoption de mesures visant à combler les disparités fondées sur le genre en vue de générerdes retombées profondes et durables pour l’autonomisation et le développement de la femmes sera envisagée ; le dynamisme féminin dans le secteur informel sur le continent africain plusieurs fois évalué sera mis à jour ; le rôle du numérique dans les activités génératrices derevenus des femmes en Afrique subsaharienne sera décrit et mis en exergue et desclarifications seront apportées sur la féminisation de la migration en Afrique subsaharienne.

Participants cibles

Nous attendons 200 personnes en provenance de divers pays d’Afrique d’ailleurs :

  • Communauté scientifique (universités, centres et instituts de recherche), technique (ONG,Associations, bureaux d’étude) et grand public ayant pour centres d’intérêt des questionssoulevées par le colloque.
  • Décideurs et services techniques des ministères publics et des structures privées impliquées dans la lutte contre la pauvreté, pour l’autonomisation des femmes, pour l’équité des genres, pour la prise en compte de la participation des femmes au développement du continent africain. 
  • Bailleurs de fonds ; agences de coopération et acteurs de l’assistance technique quis’intéressent aux programmes d’égalité des genres en Afrique subsaharienne, de réduction de la pauvreté, de la scolarisation des filles, et aux plans d’action relatifs à l’autonomisation des femmes africaines.

Modalités de contribution

Les propositions de communications de 300 mots maximum (titre, résumé et mots clés) sont à envoyer à l’adresse suivante : colloquefemme2021@gmail.com

La date limite pour la soumission des résumés est fixée au samedi 30 juin 2021.

Dates importantes

  • Ouverture des soumissions des résumés : 20 mars 2020
  • Date limite de réception des résumés : 30 janvier 2021

  • Notification de l’acceptation ou non du résumé : 15 février 2021

Les propositions de communications de 300 mots maximum (titre, résumé et mots clés) sont à envoyer àl’adresse suivante : colloquefemme2021@gmail.com

  • Soumission de l’article entièrement rédigé : 15 mars 2021

Les frais de participation

  • Etudiants participants : 10000 FCFA soit 15,5 euros
  • Etudiants communicants : 25000 FCFA soit 38,5 euros
  • Enseignants-chercheurs, chercheurs, représentants des institutions, des entreprises et autres professionnels :100000 FCFA soit 153 euros (inclus : inscription + 1 repas/participant + kit pédagogique + certificat).

Ces frais de participation sont à envoyés, incluant les frais d’envoi, à AKE DJALIAH FLORENCE EpouseAWONON :

  • Par Western Union,- Par Moov Money au numéro (+225)01198103 et ;
  • Par Orange Money au numéro (+225)87284293

INFOLINE: (+225) 51501500 / (+225)57680761

Organisation

Haut-patronage 

  • Professeur Adama Diawara, Ministre de l’Enseignement supérieuret de la Recherche scientifique

Présidence effective

  • Professeur Ly Ramata Bakayoko, Ministre de la famille, de laFemme et de l’Enfant

Parrain

  • Professeur SIDIBE VALY, Directeur général de l’Ecole NormaleSupérieure d’Abidjan

Comité scientifique

  • Présidente : Prof. Koffié-Bikpo Céline Yolande (Géographie des pêches, sécurité alimentaire,Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)

Membres :

  • Prof. Affou Yapi Simplice (Socio-économie, Université Félix Houphouët-Boigny, Côted’Ivoire)
  • Prof. Allou Kouamé René (Histoire des peuples AKAN, Université Félix HouphouëtBoigny,Côted’Ivoire)
  • Prof. Aloko-N’Guessan Jérôme (Géographie du développement, Université FélixHouphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)
  • Prof. Anoh Kouassi Paul (Géographie de la santé, Université Félix Houphouët-Boigny, Côted’Ivoire) - Prof. Assako-Assako René-Joly (Géographie et aménagement du territoire, Université deDouala, Cameroun)
  • Prof. Assi-Kaudjhis Joseph-Pierre (Géographie et Aquaculture, Université AlassaneOuattara, Côte d’Ivoire)
  • Prof. Azoh François-Xavier (Psychologie clinique, Ecole Normale Supérieure d’Abidjan,Côte d’Ivoire)
  • Prof. Esoh Elamé (Géographie et Développement Durable, Université de Padoue, Italie)
  • Prof. Hauhouot-Asseypo Célestin (géographie physique, Université Félix HouphouëtBoigny,Côted’Ivoire)
  • Prof.KoffiBrou Emile(Aménagementurbain,UniversitéAlassaneOuattara,Côted’Ivoire)
  • Prof. Koudou Opadou (Psychologie de l’éducation, Ecole Normale Supérieure d’Abidjan,Côte d’Ivoire)
  • Prof. Lezou Koffi Aimée-Danielle (Sciences du Langage (Analyse du Discours), UniversitéFélix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)
  • Pr Nassa Dabié Désiré Axel, Maître de Conférences (Géographie urbaine, Université FélixHouphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)
  • Prof. Nebout-Arkhust Patricia (Didactique des Disciplines, Ecole Normale Supérieured’Abidjan, Côte d’Ivoire)
  • Prof. Sokemawu KoudzoYves (Géographie rurale, Université de Lomé, Togo)
  • Prof. Gabriel Tati (Démographie du développement, Université de Western Cape, Afriquedu Sud)
  • Prof. Tchotsoua Michel (Géomatique et Analyse de l’assainissement, Université deNgaoundéré, Cameroun)
  • Prof. Yapi-Diahou Alphonse (Géographie et aménagement du territoire, Université Paris 8,France)- Professeur Anvilé-Yapo Elise (Philosophie et Genre, Ecole Normale Supérieure d’Abidjan,Côte d’Ivoire)
  • Dr Cissé Chikouna, Maître de Conférences (Histoire de l’Afrique contemporaine, UniversitéFélix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)
  • Dre Doubogan Onibon Yvette, Maître de Conférences (Sociologie du développement,Université d’Abomey-Calavi)
  • Dr Gnamian Bi Eric Arnaud, Maître de Conférences (Grammaire française, Ecole NormaleSupérieure d’Abidjan, Côte d’Ivoire)
  • Dr Inanan Kouéiwon Gaspard, Maître de Conférences (Sociologie de l’éducation, EcoleNormale Supérieure d’Abidjan, Côte d’Ivoire)
  • Dr Kablan N’guessan Hassy Joseph Maître de Conférences (Géographie des Transportsmaritimes, Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)
  • Dr Kadet Gahié Bertin, Maître de Conférences (Géographie urbaine, Ecole NormaleSupérieure d’Abidjan, Côte d’Ivoire)
  • Dr Kambiré Bébé, Maître de Conférences (Géographie et environnement, Université FélixHouphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)
  • Dr Konan Kouadio Eugène, Maître de Conférences (Biogéographie, Université FélixHouphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)
  • Dr Kouman Koffi Mouroufié, Maître de Conférences (Géographie des pêches, EcoleNormale Supérieure d’Abidjan, Côte d’Ivoire)
  • Dr Loba Akou Don Franck Valéry, Maître de Conférences (Géographie de la population,Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)
  • Dre Doubogan Onibon Yvette, Maître de Conférences (Sociologie du développement,Université d’Abomey-Calavi)
  • Dr Opély Djellé Patrick-Aimé, Maître de Conférences (Psychologie de l’éducation, EcoleNormale Supérieure d’Abidjan, Côte d’Ivoire)
  • Dr Touré Mamoutou, Maître de Conférences (Géographie aménagement et société,Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)
  • Dr Yassi Gilbert Assi, Maître de Conférences (Géographie de l’Environnement, EcoleNormale Supérieure d’Abidjan, Côte d’Ivoire)
  • Dre Dibi Agoh Pauline, Maître de Conférences (Climatologie, Université Félix HouphouëtBoigny,Côted’Ivoire)
  • Dre Kassi-Djodjo Irène, Maître de Conférences (Géographie des Transports, UniversitéFélix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)
  • Dre Koffi-Didia Adjoba Marthe, Maître de Conférences (Géographie rurale, Université FélixHouphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)
  • Dre Okome-Beka Véronique Solange, Maître de Conférences (Langues et CulturesAfrohispanistes, Ecole Normale Supérieure de Libreville-Gabon)

Comité d’organisation

Présidente et Coordonnatrice de la publication des résultats du colloque :

  • Dre Anne Marilyse KOUADIO, Maître de Conférences (Géographie sociale, EcoleNormale Supérieure d’Abidjan, Côte d’Ivoire).

Secrétariat technique du colloque :

  • Dr Tuo Pega, Maître-assistant (Géographie de la santé, Université Félix HouphouëtBoigny,Côted’Ivoire)
  • Dre Ymba Maimouna, Maître-assistant (Géographie de la santé, Université FélixHouphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)
  • Dr N’Doli Stéphane, Assistant (Géographie de la santé, Université Félix HouphouëtBoigny,Côted’Ivoire)
  • Dr Niamké Mathieu, Assistant (Géographie de la santé, Université Félix HouphouëtBoigny,Côted’Ivoire)
  • Dr Sylla Yaya, Assistant (Géographie de la santé, Université Félix Houphouët-Boigny,Côte d’Ivoire)

Membres du Secrétariat

  • Dr Adoni Kpélé Hervé Maître-assistant (Histoire Moderne et Contemporaine, EcoleNormale Supérieure d’Abidjan, Côte d’Ivoire)
  • Dre Adayé Assunta, Maître-assistant (Géographie rurale, sécurité alimentaire, UniversitéFélix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)
  • Dre Ikossié-Kouakou Seiba Alexise Véronique, Maître-assistant (Langue et CivilisationHispaniste, Ecole Normale Supérieure d’Abidjan, Côte d’Ivoire)
  • Dre Namoi Ahiza Célestine, Maître-assistant (Histoire Moderne et Contemporaine, EcoleNormale Supérieure d’Abidjan, Côte d’Ivoire)
  • Dre Awonon Florence, Assistant (Géographie de la santé, Université Félix HouphouëtBoigny,Côted’Ivoire)
  • Dr Eba Arsène, Assistant (Géographie de la santé, Université Jean Lorougnon Guédé deDaloa, Côte d’Ivoire)
  • Dr Kabran Estelle, Assistant (Géographie des transports, Université Félix HouphouëtBoigny,Côted’Ivoire)
  • Dr Tanoh Anicet Jean-Philippe, Assistant (Géographie rurale, Ecole Normale Supérieured’Abidjan)
  • Dre Tape-Koné Fatoumata, Assistant (Océanographie, Ecole Normale Supérieured’Abidjan)

Subjects

Places

  • Université Félix Houphouët-Boigny
    Abidjan, Côte d'Ivoire

Date(s)

  • Saturday, January 30, 2021

Keywords

  • femme, développement

Information source

  • Anne Marilyse Kouadio
    courriel : kamarilyse [at] yahoo [dot] fr

To cite this announcement

« Women and development in subSaharan Africa: perspectives and comparative perspectives », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, January 20, 2021, https://calenda.org/836571

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search