HomeLanguages, Translation and Society

Calenda - The calendar for arts, humanities and social sciences

Languages, Translation and Society

Langues, traduction et société

“Al-Kīmiyā”, the Journal of the Faculty of Languages and Translation at the Saint-Joseph University of Beirut (issue20)

« Al-Kīmiyā », la revue de la faculté de langues et de traduction de l’université Saint-Joseph de Beyrouth (numéro 20)

*  *  *

Published on Tuesday, February 09, 2021 by Céline Guilleux

Summary

The theme chosen for issue 20 of Al-Kīmiyā, the Journal of the Faculty of Languages ​​and Translation (FdLT – Faculté de langues et de traduction) of Saint Joseph University of Beirut (USJ – Université Saint-Joseph) is “Languages, translation and society”. The relationship between these three concepts is undeniable, not to say obvious. It refers to a certain interdisciplinarity displayed by the emergence, for quite a long time, of new disciplines and fields of research. Sociolinguistics dates back to the fifties of the last century, and the calls for the institution of a sociology of translation or a sociology of translation studies trace their roots back to some twenty years. Indeed, Jean-Marc Gouanvic's work Sociologie de la traduction, la science-fiction américaine dans l’espace culturel français des années 1950 was published in 1999. It is therefore a question of revisiting these more or less established fields in an attempt to reflect the current state of research or research perspectives in today's social contexts.

Le numéro 20 d’Al-Kīmiyā, la revue de la faculté de langues et de traduction de l’université Saint-Joseph de Beyrouth, interroge les relations indéniables qu’entretiennent les concepts de langue, de traduction et de sociétés. Elles font référence à une certaine interdisciplinarité qui s’est manifestée par l’émergence, depuis assez longtemps, de nouvelles disciplines et domaines de recherche. La sociolinguistique date des années cinquante du siècle dernier et les appels à l’institution d’une sociologie de la traduction ou d’une socio-traductologie remontent déjà à une vingtaine d’années. En effet, l’ouvrage de Jean-Marc Gouanvic, Sociologie de la traduction, la science-fiction américaine dans l’espace culturel français des années 1950, fut publié en 1999. Il s’agit donc de revisiter ces domaines plus ou moins établis pour tenter de rendre compte de l’état actuel des recherches ou perspectives de recherche dans les contextes sociaux d’aujourd’hui.

Announcement

Argumentaire

La thématique choisie pour le numéro 20 d’Al-Kīmiyā, la Revue de la Faculté de langues et de traduction de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth est « Langues, traduction et société ».

Les relations qu’entretiennent ces trois concepts sont indéniables, voire évidentes. Elles font référence à une certaine interdisciplinarité qui s’est manifestée par l’émergence, depuis assez longtemps, de nouvelles disciplines et domaines de recherche. La sociolinguistique date des années cinquante du siècle dernier et les appels à l’institution d’une sociologie de la traduction ou d’une socio-traductologie remontent déjà à une vingtaine d’années. En effet, l’ouvrage de Jean-Marc Gouanvic Sociologie de la traduction, la science-fiction américaine dans l’espace culturel français des années 1950 fut publié en 1999.

Il s’agit donc de revisiter ces domaines plus ou moins établis pour tenter de rendre compte de l’état actuel des recherches ou perspectives de recherche dans les contextes sociaux d’aujourd’hui.

La sociologie a très tôt considéré la langue comme un fait social (Durkheim cité par Wald, 2012). De son côté, le linguiste E. Benveniste a adopté une vision inverse assurant que « la société n’est possible que par la langue » (1962, p.376), ou même que « seule la langue permet la société. La langue constitue ce qui tient ensemble les hommes, le fondement de tous les rapports qui à leur tour fondent la société » (1974, cité par Boulet et Heller, 2007, p.309). Les recherches se sont alors multipliées considérant la langue comme une pratique sociale non figée, soumise aux interactions entre les acteurs de cette pratique dans le temps et dans l’espace. Cette approche parfois ethnographique s’intéresse à divers phénomènes sociaux comme le bilinguisme et le plurilinguisme mais aussi aux variations au sein d’une même langue. Loin d’être dépassées, ces thématiques de recherche méritent d’être revisitées à l’infini, au regard d’un monde où les sociétés sont en continuelles mutations. À l’air du numérique et des communications à distance, ne serait-il pas intéressant de voir ou de revoir de plus près le métissage des langues ou même la transgression de toutes les normes linguistiques surtout chez les jeunes? Quelle serait l’influence de l’émigration intensifiée ces dernières années? Quelles en sont les complications à l’intérieur des familles? L’enseignement/apprentissage des langues ne devient-il pas un défi encore plus grand? Ces questions et bien d’autres pourraient être traitées dans ce numéro. À noter aussi l’apport de la pensée de Pierre Bourdieu qui suscite l’intérêt des chercheurs depuis la publication de son ouvrage illustre sur la langue Ce que parler veut dire en 1982 . Les études ne cessent de reprendre les concepts de base qu’il a forgés tels que l’habitus, le champ, le capital symbolique entre autres.

Modalités de contribution

Les chercheurs désireux de soumettre leur contribution sont priés de l’envoyer à l’adresse suivante : may.haddad@usj.edu.lb,

avant le 10 avril 2021.

Des propositions d’articles traitant de problématiques diverses pour la section Varia et les comptes rendus d’ouvrages seront également reçues.

La mise en forme

La rédaction se chargera du stylage des articles. Toutefois, les auteurs sont priés de respecter les consignes formelles suivantes :

  • Police : Times New Roman, Titre : 14 points en gras (en lettres majuscules). Nom de l’auteur : 10 points, nom suivi du titre académique et fonction. Résumé : 10 points. Texte: 12 points avec interligne simple. Notes de bas de page: 10 points. Pour les textes en arabe: Simplified Arabic. Titre : 16 points en gras. Nom de l’auteur: 12 points, nom suivi du titre académique et fonction. Résumé : 12 points. Texte : 14 points avec interligne simple. Notes: 10 points.
  • Les mots-clés (3 à 5) sont séparés par une virgule.
  • Les titres secondaires sont marqués en caractère gras en tête de paragraphe.
  • Les citations courtes (moins de 3 lignes) dans le corps du texte entre guillemets, les citations longues en exergue du texte en 10 points.
  • Les références bibliographiques dans le corps du texte suivent les normes : (Nom de l’auteur, date, page)
  • Les notes de bas de page sont réservées aux commentaires substantiels et informations complémentaires. Elles sont numérotées en continu.
  • La bibliographie placée en fin d’article suit les normes APA, 7ème édition. Les références doivent être romanisées. La revue adopte les règles ALA-LC (American Library Association- Library of Congress): https://www.loc.gov/catdir/cpso/roman.html 

Exemple pour les monographies :

Nom de l’auteur, Initiale du prénom. (Année). Titre du livre : sous-titre. Maison d’édition.

Exemples pour les articles :

Nom de l’auteur, Initiale du prénom. (Année). Titre de l’article. Titre de la revue, volume (numéro), page de début-page de la fin.

Exemple pour les articles en ligne :

Nom de l’auteur, Initiale du prénom. (Année). Titre de l’article. Titre de la revue, volume (numéro), page de début-page de la fin. Adresse URL / DOI (le cas échéant)

Présentation de la revue

Al-Kīmiyā est une revue publiée par la Faculté de langues et de traduction (FdLT) de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ). 

La revue Al-Kīmiyā, fondée en 2001-2002 sous cette appellation à partir des annales de l’Institut de langues et de traduction (ILT), publie principalement les recherches en traduction, en interprétation et en langues : traductologie, terminologie, histoire de la traduction, communication interculturelle, enseignement de la traduction, enseignement des langues et sciences du langage.

C’est une revue biannuelle plurilingue recevant des articles originaux en français, en arabe, en anglais, en espagnol, en italien et en allemand. Chaque numéro comprend un dossier thématique centré sur un sujet spécifique pouvant être commun aux disciplines propres à la traduction et aux langues, une section Varia et une section de comptes rendus d’ouvrages récents dans les domaines de la revue.

Al-Kīmiyā se veut un espace de réflexion donnant la parole aux chercheurs, enseignants, doctorants et professionnels des métiers de traduction et de langues.

Type de support : papier

ISSN : 2410-3128

En ligne : https://journals.usj.edu.lb/al-kimiya

Comité scientifique

  • Bert Barry (Saint Louis University- USA)
  • Christian Balliu (ISTI- Université Libre de Bruxelles-Belgique)
  • Enrico Monti (Université de Haute Alsace- France)
  • Gina Abou Fadel Saad (FdLT- Université Saint-Joseph de Beyrouth, Liban)
  • Hannelore Lee-Jahnke (Ex directrice de l’ETI, FTI- Université de Genève-Suisse)
  • Jean Soubrier (Université Lumière Lyon 2- Professeur émérite-France)
  • Julio Murillo (Universitat  Autónoma de Barcelona -Espagne)
  • Marianne Lederer (ESIT- Université Sorbonne Nouvelle-Paris3-Professeur émérite-France)
  • May Hobeika Haddad (FdLT- Université Saint-Joseph de Beyrouth, Liban)
  • Nadine Riachi Haddad (FdLT- Université Saint-Joseph de Beyrouth, Liban)
  • Nicolas Froeliger (Université Paris Diderot-Paris7-France)
  • Stéphanie Schwerter (Université Polytechnique- Hauts-de-France- France)

Rédactrice en chef

May Hobeika Haddad

Politique éditoriale

Les appels à contribution pour le dossier thématique sont lancés deux fois par an. Cependant, les contributions traitant de problématiques diverses et originales peuvent être reçues à tout moment de l’année pour une publication éventuelle dans la section Varia.

Al-Kīmiyā n’accepte que les articles originaux en français, en arabe, en anglais, en espagnol, en italien et en allemand, non publiés et non soumis à une autre revue. Le plagiat aboutit à un rejet automatique de l’article.

Toutes les contributions sont soumises à un processus d’évaluation :

  • Les auteurs envoient leur texte par courriel comportant :
  • Le titre de la contribution
  • Deux résumés de l’article : l’un dans la langue de l’article et l’autre en anglais, de 600 à 800 signes chacun.
  • 3 à 5 mots-clés dans les deux langues des résumés
  • Le texte :
    • L’article : 25000 à 35000 signes, espaces compris
    • Les comptes rendus : 7000 à 10000 signes, espaces compris.
  • Une notice biobibliographique de l’auteur (500 à 800 signes)
  • L’article est examiné d’abord par le rédacteur en chef qui le soumet à l’évaluation en double aveugle par deux experts du comité de lecture.
  • Les experts complètent et signent un formulaire donnant leurs avis et recommandations.
  • Les auteurs sont avertis des résultats de l’évaluation dans un délai de 6 semaines et peuvent apporter les modifications demandées dans un délai de 20 à 30 jours.
  • Le manuscrit est réexaminé par le comité de rédaction et éventuellement par un troisième expert.
  • La décision finale prise par le comité de rédaction est transmise à l’auteur.

La liste des membres du comité de lecture formé des évaluateurs est clairement mentionnée à la publication de chaque numéro.

Références indicatives

Benveniste É. (1962). Coup d'œil sur le développement de la linguistique. Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. 106ᵉ année, (2), 369-380. doi: https://doi.org/10.3406/crai.1962.11477

Boutet, J. & Heller, M. (2007). Enjeux sociaux de la sociolinguistique : pour une sociolinguistique critique. Langage et société, 121-122(3-4), 305-318. https://doi.org/10.3917/ls.121.0305

Flynn, P. (2018). Ethnography. Dans L. D’hulst et Y. Gambier (dir.), A history of Modern Translation Knowledge, (p. 325-330). John Benjamins Publishing.

Froeliger. N. (2018). Pergnier, Maurice (2017) : Fondements sociolinguistiques de la traduction. Paris :Les Belles lettres (Collection Traductologiques)- Compte rendu. Sociolinguistica, 32 (1), 285-288.

Gambier, Y. (2007). Pour une socio-traduction. Dans J, F. Duarte. A. Assis Rosa et T. Seruya (dir.), Translation Studies at the Interface of Disciplines, (p.29-42).  John Benjamins Publishing.

Gambier, Y. (2007). Y a-t-il place pour une socio-traductologie? Dans M. Wolf et A. Fukari (dir.), Constructing a Sociology of Translation, (p.205-217). John Benjamins Publishing.

Gouanvic, J-M. (1999). Sociologie de la traduction : La science-fiction américaine dans l’espace culturel français des années 1950. Artois Presses Université. doi: 10.4000/books.apu.6046

Grenfell, M. (2009). Bourdieu, Language, and Literacy. Reading Research Quarterly, 44 (4), 38-448. https://ezproxy.usj.edu.lb:2134/10.1598/RRQ.44.4.8

Hanks, W. (2005). Pierre Bourdieu and the Practices of Language. Annual Review of Anthropology, 34, 67-83. http://www.jstor.org/stable/25064876

Le Manchec, C. (2002). Le langage et la langue chez Pierre Bourdieu. Le français aujourd'hui, 139(4), 123-126. https://doi.org/10.3917/lfa.139.0123

Pergnier, M. (2017). Fondements sociolinguistiques de la traduction. Les Belles Lettres.

Wald, P. (2012). « La langue est un fait social ». Rapports entre la linguistique et la sociologie avant Saussure: Conférence à l'Université de Tunis (décembre 1999). Langage et société, 142(4), 103-118. https://doi.org/10.3917/ls.142.0103

Wolf, M. et Fukari, A. (dir.). (2007). Constructing a Sociology of Translation. John Benjamins Publishing.

Argument

The theme chosen for issue 20 of Al-Kīmiyā, the Journal of the Faculty of Languages ​​and Translation (FdLT – Faculté de langues et de traduction) of Saint Joseph University of Beirut (USJ – Université Saint-Joseph) is "Languages, Translation and Society".

The relationship between these three concepts is undeniable, not to say obvious. It refers to a certain interdisciplinarity displayed by the emergence, for quite a long time, of new disciplines and fields of research. Sociolinguistics dates back to the fifties of the last century, and the calls for the institution of a sociology of translation or a sociology of translation studies trace their roots back to some twenty years. Indeed, Jean-Marc Gouanvic's work Sociologie de la traduction, la science-fiction américaine dans l’espace culturel français des années 1950 was published in 1999.

It is therefore a question of revisiting these more or less established fields in an attempt to reflect the current state of research or research perspectives in today's social contexts.

Sociology has very early on considered language as a social fact (Durkheim cited by Wald, 2012). For his part, the linguist E. Benveniste has adopted a reverse vision assuring that society is only possible through language (1962, p.376), or even that only language enables society. Language is what holds humans together, the basis of all the relationships which form the foundation of society (1974, cited by Boulet and Heller, 2007, p.309). Much research has been then conducted considering language as an evolving social practice, subject to interactions between the actors in time and space. This approach, sometimes ethnographic, is concerned with various social phenomena such as bilingualism and plurilingualism, but also with variations within the same language. Far from being outdated, these research themes deserve to be revisited ad infinitum in view of a world where societies are constantly changing. In the light of digital technology and remote communications, wouldn't it be interesting to see or revisit more closely all sorts of mixed languages ​​or even the transgression of all linguistic norms, especially among young people? What would the influence of the intensified emigration be in recent years? What are the complications within families? Doesn't language teaching/learning become an even bigger challenge? These questions and many more could be addressed in this issue. It is also worth mentioning the contribution of Pierre Bourdieu's thought, which has aroused the interest of researchers since the publication of his illustrious work on language Ce que parler veut dire (published in French in 1982) translated into English along with other essays by Bourdieu in Language and Symbolic Power in 1991. Studies keep taking up the basic concepts he forged such as habitus, field, symbolic capital among others.

In the area of Translation Studies, the social perspective is also present. Translation is certainly a social activity in which the translator sees herself/himself as an agent of cultural mediation and/or transfer in a determined social context. It was perhaps Maurice Pergnier who was one of the first to openly express this relationship in his Fondements sociolinguistiques de la traduction (1978). Whereas ‘antilinguistic’ theories have hardly seen the light of day, as Nicolas Froeliger (2018) remarks, Pergnier emphasizes the communicative component of language and considers that the meaning, the messages produced by individuals in a given context (ibid.), are in fact the object of the act of translating. But since then, and especially during the last decades, the examination of extralinguistic and social issues in translation has grown considerably. Bourdieu's influence is also more than visible. After Gouanvic (1999), conferences, publications and empirical studies are multiplying. Questions of strategy, transfer, power, market and reception as well as the role of the translator are central concerns but often seen from the angle of sociological and ethnographic theories. Yves Gambier (2007) advocates socio-translation and socio-translation studies, others prefer to speak of sociology of translation (Wolf & Fukari, 2007). We must not forget either that this dimension allows a new look at the history of translation which in a way reflects the history of societies. Interaction with social phenomena is becoming even more specific with the recent increase of field studies that favor ethnographic approaches. Peter Flynn (2018) for example, considers that ‘ethnography can offer a sound basis for studying various forms of translation in their social contexts’. Finally, let us not forget, on a practical level, the impact of migration on the profession and upstream on training and university programs which must now turn to " Public Service Interpreting and Translation" (PSIT).

Submission guidelines

Researchers wishing to submit their contribution are requested to send it to the following address: may.haddad@usj.edu.lb, before April 10, 2021.

Proposals for Varia section and book reviews will also be received.

Editorial Policy

Calls for contributions for the thematic section are launched twice a year. However, contributions dealing with various and original issues may be received at any time of the year for possible publication in the Varia section.

Al-Kīmiyā only accepts original, unpublished articles in French, Arabic, English, Spanish, Italian and German, not submitted to another journal. Plagiarism results in an automatic rejection of the article.

All contributions are subject to an evaluation process:

  1. The authors send their text by email including:
    • The title of the contribution
    • Two abstracts of the article: one in the language of the article and the other in English, 600 to 800 characters each
    • 3 to 5 keywords in both languages of the abstracts
    • The text:
      • The article: 25000 to 35000 characters (with spaces)
      • The book review: 7000 to 10000 characters (with spaces)
    • Biobibliographic note of the author (500 to 800 characters)
  2. The article is first examined by the editor-in-chief and then submitted to a double-blind peer review by two experts of the reading committee.
  3. The experts complete and sign a form giving their opinions and recommendations.
  4. Authors are notified of the results of the evaluation within 6 weeks and can make the requested changes within 20 to 30 days.
  5. The manuscript is reviewed by the editorial committee and possibly by a third expert.
  6. The final decision taken by the editorial committee is transmitted to the author.

The members of the reading committee are clearly listed on each issue published.

Formatting

  • The editors will take care of the styling of the articles. However, authors are requested to respect the following formal instructions:
  • Font: Times New Roman, Title: 14 points in bold (in capital letters). Name of the author: 10 points, name followed by the academic title and function. Abstract: 10 points. Text: 12 points with single spacing. Footnotes: 10 points. For Arabic texts: Simplified Arabic. Title: 16 points in bold. Name of the author: 12 points, name followed by the academic title and function. Abstract: 12 points. Text: 14 points with single spacing. Notes: 10 points.
  • The keywords (3 to 5) are separated by a comma.
  • Headings are marked in bold at the beginning of the paragraph.
  • Short quotations (less than 3 lines) in the body of the text between inverted commas, long quotations indented in 10 points.
  • The bibliographical references in the body of the text follow the norms: (Name of the author, date, page)
  • Footnotes, numbered continuously, are reserved for substantial comments and additional information.
  • References placed at the end of the article follows the APA style, 6th or 7th edition (https://www.mendeley.com/guides/apa-citation-guide).
  • References must be romanized. The journal adopts the ALA-LC (American Library Association- Library of Congress) rules: https://www.loc.gov/catdir/cpso/roman.html

Indicative References

Benveniste É. (1962). Coup d'œil sur le développement de la linguistique. Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. 106ᵉ année, (2), 369-380. doi: https://doi.org/10.3406/crai.1962.11477

Boutet, J. & Heller, M. (2007). Enjeux sociaux de la sociolinguistique : pour une sociolinguistique critique. Langage et société, 121-122(3-4), 305-318. https://doi.org/10.3917/ls.121.0305

Flynn, P. (2018). Ethnography. Dans L. D’hulst et Y. Gambier (dir.), A history of Modern Translation Knowledge, (p. 325-330). John Benjamins Publishing.

Froeliger. N. (2018). Pergnier, Maurice (2017) : Fondements sociolinguistiques de la traduction. Paris :Les Belles lettres (Collection Traductologiques)- Compte rendu. Sociolinguistica, 32 (1), 285-288.

Gambier, Y. (2007). Pour une socio-traduction. Dans J, F. Duarte. A. Assis Rosa et T. Seruya (dir.), Translation Studies at the Interface of Disciplines, (p.29-42).  John Benjamins Publishing.

Gambier, Y. (2007). Y a-t-il place pour une socio-traductologie? Dans M. Wolf et A. Fukari (dir.), Constructing a Sociology of Translation, (p.205-217). John Benjamins Publishing.

Gouanvic, J-M. (1999). Sociologie de la traduction : La science-fiction américaine dans l’espace culturel français des années 1950. Artois Presses Université. doi: 10.4000/books.apu.6046

Grenfell, M. (2009). Bourdieu, Language, and Literacy. Reading Research Quarterly, 44 (4), 38-448. https://ezproxy.usj.edu.lb:2134/10.1598/RRQ.44.4.8

Hanks, W. (2005). Pierre Bourdieu and the Practices of Language. Annual Review of Anthropology, 34, 67-83. http://www.jstor.org/stable/25064876

Le Manchec, C. (2002). Le langage et la langue chez Pierre Bourdieu. Le français aujourd'hui, 139(4), 123-126. https://doi.org/10.3917/lfa.139.0123

Pergnier, M. (2017). Fondements sociolinguistiques de la traduction. Les Belles Lettres.

Wald, P. (2012). « La langue est un fait social ». Rapports entre la linguistique et la sociologie avant Saussure: Conférence à l'Université de Tunis (décembre 1999). Langage et société, 142(4), 103-118. https://doi.org/10.3917/ls.142.0103

Wolf, M. et Fukari, A. (dir.). (2007). Constructing a Sociology of Translation. John Benjamins Publishing.

Places

  • Université Saint-Joseph de Beyrouth. Campus des Sciences humaines, rue de Damas
    Beirut, Lebanon

Date(s)

  • Saturday, April 10, 2021

Keywords

  • langue, traduction, société, culture

Contact(s)

  • Hobeika Haddad May
    courriel : may [dot] haddad [at] usj [dot] edu [dot] lb

Information source

  • Hobeika Haddad May
    courriel : may [dot] haddad [at] usj [dot] edu [dot] lb

To cite this announcement

« Languages, Translation and Society », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, February 09, 2021, https://calenda.org/839545

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search