HomePractical philosophy and the decolonisation of knowledge

HomePractical philosophy and the decolonisation of knowledge

Practical philosophy and the decolonisation of knowledge

Philosophie pratique et décolonisation des savoirs

*  *  *

Published on Wednesday, February 10, 2021 by João Fernandes

Summary

Ce colloque annuel en philosophie pratique souhaite rassembler des philosophes et des étudiantes aux cycles supérieurs et chercheurses en sciences humaines de tous horizons intéresséses par la philosophie pratique. Les contributions peuvent ainsi s’inscrire dans différentes disciplines, traditions et courants de pensée, et ce, bien que la présente édition accorde une attention particulière  à la décolonisation des savoirs.

Announcement

Colloque international virtuel, Juin 2021

Argumentaire

Au Canada et au Québec, comme dans le monde académique occidental en général, l’heure est à la représentativité des corps enseignants et des cohortes étudiantes eu égard à la pluralité ethnoculturelle. Il s’agit de corriger diverses formes de sous-représentation affectant les disciplines traditionnelles (et la philosophie plus que les autres), en introduisant des mesures d’inclusion, de discrimination positive ou encore des quotas. Dans cette perspective, que l’on peut appeler ‘libérale’, la cible de ces mesures concerne l’accès et le maintien aux études, l’équité dans l’accès à l’emploi et à la recherche, pour réparer diverses formes de discrimination systémique anciennes ou plus récentes. Ces mesures prennent rarement en compte les pratiques et les idéaux internes de la discipline (rationalité, objectivité, universalité, spécialisation, professionnalisation) : il s’agit d’ajouter de la diversité parmi les philosophes, pas dans la discipline ou de questionner ce que fait le ‘canon’ traditionnel (“add-X-and-stir” problem : Warren 2009).

Les critiques postcoloniales/décoloniales des dernières décennies vont au contraire dans ce dernier sens (Mbembe 2006), tout comme les critiques féministes d’aujourd’hui (Hasslanger 2008). La revendication et le projet de ‘décoloniser’ la philosophie, ainsi que les autres disciplines et le monde universitaire plus largement, s’attardent aux méthodes, valeurs et institutions générant en philosophie une injustice, voire une violence épistémique, ainsi qu’une dévalorisation durable des corps et des subjectivités (Godrie et Dos Santos 2017). Ce genre d’injustice concerne moins l’accès aux études et l’équité en emploi que la production du savoir dans des contextes de pouvoir défavorables aux penseurs.es des pays anciennement colonisés (De Sousa Santos 2017), aux groupes minoritaires et aux personnes racisées en Occident (Hamrouni et Maillé 2105). Les enjeux soulevés par ces questions ne sont pas seulement académiques et locaux, mais historiques, socio-politiques et globaux, aussi bien dans l’espace (géopolitique des connaissances, Kavwahirehi 2008, Kisukidi 2015) que dans le temps (histoire de la philosophie, Diagne 2017, König-Pralong 2019).

Que signifierait réparer cette injustice, ouvrir la philosophie aux autres expériences de la modernité et aux autres types de savoirs (Grosfoguel 2010) ? Quels moyens (épistémologiques, méthodologiques, pédagogiques, curriculaires, interdisciplinaires, institutionnels, sociaux) mettre en œuvre pour opérer cette décolonisation ? Et qui en portera la responsabilité ? Les groupes et personnes qui estiment en faire les frais, bien sûr, en proposant une critique du racisme et en proposant des voies épistémiques nouvelles, mais aussi les praticiens.nes de la philosophie en posture  privilégiée (Bessone 2015, Abadie 2018), et cela, non par paternalisme, mais par souci de « désapprentissage … de l’esprit spontané de domination » (Williams 1958).

Nous vous invitons donc à venir partager vos expériences, vos démarches et vos résultats lors de ce colloque - un des premiers du genre au Québec - organisé par les doctorants.es en philosophie pratique de l’Université de Sherbrooke.

Axes thématiques

Quelques axes principaux peuvent être suggérés :

  • Quels sont les facteurs d’exclusion ayant conduit à la philosophie dominante aujourd’hui, à son hégémonie épistémologique ?
  • Qu’est-ce que la réparation de l’injustice épistémique modifierait dans cette philosophie ?
  • Quels exemples de pratiques et de stratégies de décolonisation sont les plus prometteuses ?
  • Quelles objections et résistances rencontre ce projet, que valent-elles, et comment y répondre?
  • Les critiques postcoloniales sont diversifiées : des études d’auteurs.es sont aussi bienvenues.

Sont également bienvenues les contributions développant des aspects plus théoriques de la philosophie pratique en philosophie fondamentale, philosophie politique et philosophie féministe tout comme des courants philosophiques plus récents tels que la philosophie organisationnelle, la philosophie de la communication, la philosophie en entreprise, l’éthique appliquée, l’éthique des affaires, la bioéthique, pour ne nommer que celles-là. Les contributions peuvent aussi provenir d’autres disciplines, dans la mesure où elles permettent de réfléchir à la dimension pratique de la philosophie et/ou à la décolonisation des savoirs ainsi que leurs différents champs d’applications.

Modalités pratiques d'envoi de propositions

Les propositions de communication doivent contenir un titre et un résumé d’un maximum de 250 mots et doivent être soumises

au plus tard le 19 mars 2021

au lien suivant : https://www.sondageonline.com/s/Colloque2020

Conférencières et conférenciers invités.es

(confirmés.es jusqu’à présent)

  • Achille Mbembé (University of the Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud)
  • Niamkey Koffi (Université Felix Houphouet-Boigny, Abidjan, Cote divoire)
  • Mark Maesschalck (Université catholique de Louvain, Belgique)
  • Elsa Dorlin (Université Paris VIII, France)
  • Hourya Bentouhami-Molino (Université Toulouse-Jean-Jaures, France)
  • Delphine Abadie (Université de Montréal)
  • Ryoa Chung (Université de Montréal)
  • André Duhamel (Université de Sherbrooke) 

Dates importantes

  • Dépôt des propositions : jusqu’au 19 mars 2021
  • Réponse aux auteurs.es : 5 avril 2021
  • Colloque : 16-17-18 juin 2020

Organisateur

  • Hyacinthe Amour Gnahy (tinne.nebomin.amour.gnahy@usherbrooke.ca)

Comité scientifique

  • Hyacinthe Amour Gnahy
  • Nicolas Bernier
  • Marie-Claude Beaudin
  • Maxime Tremblay

Organisé avec l’appui de l’Association étudiante des étudiants en philosophie et en éthique appliquée de l’Université de Sherbrooke.

Date(s)

  • Friday, March 19, 2021

Keywords

  • philosophie pratique, décolonisation des savoirs, éthique, bioéthique, politique

Contact(s)

  • Hyacinthe Amour Gnahy
    courriel : tinne [dot] nebomin [dot] amour [dot] gnahy [at] usherbrooke [dot] ca
  • Nicolas Bernier
    courriel : nicolas [dot] bernier [at] usherbrooke [dot] ca

Information source

  • Hyacinthe Amour Gnahy
    courriel : tinne [dot] nebomin [dot] amour [dot] gnahy [at] usherbrooke [dot] ca

To cite this announcement

« Practical philosophy and the decolonisation of knowledge », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, February 10, 2021, https://calenda.org/840380

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search