HomeUn siècle d’« ethno-machins »

Calenda - The calendar for arts, humanities and social sciences

Un siècle d’« ethno-machins »

1921-2021 - De la « Revue de Botanique Appliquée » à la « Revue d'Ethnoécologie »

*  *  *

Published on Friday, February 19, 2021 by Céline Guilleux

Summary

Le 15 mai 1921, Auguste Chevalier lançait le premier numéro du premier volume de la Revue de botanique appliquée et d’agriculture coloniale. Roland Portères a repris sa publication en 1954 sous le nom de Journal d'agriculture tropicale et de botanique appliquée, qui paraît jusqu’en 2000. L'entreprise s'est poursuivie en 2012 par le lancement de l’actuelle Revue d’ethnoécologie, qui veut s'inscrire dans cette longue lignée scientifique replacée dans le mouvement international des sciences humaines. Plus que des choix éditoriaux, les modifications successives du titre reflètent le glissement des champs de recherche : botanique appliquée (dite Economic botany dans le monde anglophone), agronomie coloniale, agronomie tropicale, agriculture traditionnelle, ethnobotanique et ethnozoologie, ethnobiologie, ethnoécologie. Nous avons là un siècle d’une pensée singulière d’études renouvelées des relations au vivant qui, d’un point de vue éditorial, a su s’épanouir au Muséum national d’histoire naturelle.

Announcement

Argumentaire

Le 15 mai 1921, Auguste Chevalier lançait le 1er numéro du 1er volume de la Revue de botanique appliquée et d’agriculture coloniale. Il concluait sa déclaration Au lecteur par ces lignes : « Cette revue nous paraît répondre à un besoin : dans le domaine de la génétique et de la sélection, des cultures coloniales, et même dans celui de la botanique appliquée aux cultures tempérées, il n'existe pas encore dans la littérature française de périodique spécialisé. Aussi nous chercherons à grouper autour de la Revue de Botanique appliquée les travailleurs français épars qui par leurs travaux ou leurs explorations, s'efforcent de dégager des méthodes scientifiques pour les appliquer à la culture ou à l'exploitation des plantes utiles. »

La RBA a été publiée durant 32 années sous la direction d’Auguste Chevalier, jusqu’en 1953. Roland Portères a repris sa publication en 1954 sous le nom de Journal d'agriculture tropicale et de botanique appliquée, après le décès de Chevalier. Avec ce titre peu à peu légèrement modifié, le JATBA paraît pendant 42 ans, jusqu’en 2000[1]. Pour saluer le changement de siècle, nous avons pu poursuivre cette entreprise en 2012, en lançant l’actuelle Revue d’ethnoécologie, qui veut s'inscrire dans cette longue lignée scientifique replacée dans le mouvement international des sciences humaines. Plus que des choix éditoriaux, les modifications successives du titre[2] reflètent le glissement des champs de recherche : botanique appliquée (dite Economic botany dans le monde anglophone), agronomie coloniale, agronomie tropicale, agriculture traditionnelle, ethnobotanique et ethnozoologie, ethnobiologie, ethnoécologie. Nous avons là un siècle d’une pensée singulière d’études renouvelées des relations au vivant qui, d’un point de vue éditorial, a su s’épanouir au Muséum national d’histoire naturelle.

Nous souhaitons saluer dignement le centenaire de la RBA par un numéro spécial auquel nous vous proposons de participer.

Le but est de commenter et analyser les évolutions et transformations des champs de recherche que la RBA, le JATBA et la Revue d’ethnoécologie ont reflété depuis un siècle : que sont devenues la botanique appliquée, l’agriculture traditionnelle, l’ethnobotanique, l’ethnobiologie, l’ethnoécologie ? Comment ont-elles évolué ? Quelles écoles ? A-t-on des différences nationales, entre académies ? Ces termes ont-ils encore un usage, une actualité, une signification, des programmes ? Y a-t-il une transmission entre les générations, réappropriation de ces champs (enseignement, thèses, pratique professionnelle de jeunes chercheurs/enseignants-chercheurs) ? Quelles recherches sont aujourd’hui menées, dans quelles directions ? Les cercles non-académiques s’en sont-ils emparés ? Et les communautés locales ou bien celles faisant l’objet des recherches ? Quel est le futur de ces domaines intellectuels ?

Les contributions attendues peuvent être brèves ; elles peuvent refléter votre opinion, votre parcours, votre expérience personnelle. Elles peuvent prendre la forme d’un entretien avec un « grand témoin ». Elles peuvent se baser sur des bilans bibliographiques. Elles peuvent aussi être des évocations biographiques ou personnelles de grands acteurs disparus de l’ethnobiologie (Jacques Barrau, Lucien Bernot, Ralph Bulmer, Hal Conklin, Claudine Friedberg, A.-G. Haudricourt, François Sigaut…).

Vous avez compris que ce ne sont pas forcément des résultats de recherche spécifiques que nous attendons de vous, mais il en résultera un ensemble de contributions qui formeront un panorama d’un siècle d’histoire de l’étude des relations entre les sociétés et leur environnement.

Les textes peuvent être rédigés en français, en anglais ou en espagnol.

Modalités de contribution

Nous souhaitons recevoir les propositions (titre, bref résumé) avant le 15 juin 2021,

et les textes définitifs le 30 septembre 2021.

Les articles doivent être soumis à l’adresse suivante : ethnoecologie@revues.org

Ils seront en français, ou en anglais ou en espagnol.

Coordination 

  • Serge Bahuchet, directeur de la publication de la Revue d'Ethnoécologie, professeur, Muséum national d'Histoire naturelle,
  • Françoise Aubaile (Attachée du Muséum National d'Histoire Naturelle)
  • Vincent Battesti (Chargé de recherche, CNRS)
  • Rebecca Hardin (Associate Professor, Universy of Michigan)

Évaluation

Tous les articles, à l'exception des contenus dits éditoriaux, sont soumis à une évaluation par des pairs. Les rapports d'évaluation sont reçus par le rédacteur en chef. Sa décision est sans appel : publication de l'article, publication avec corrections mineures, publication avec corrections majeures, refus. Un courriel est envoyé à l’auteur afin de lui signifier cette décision.

Les auteurs ont deux semaines pour procéder aux corrections.

La nouvelle version est alors transmise au rédacteur en charge de l’article, qui évalue une seconde fois le texte. Les auteurs peuvent alors être invités à procéder à de nouvelles corrections. Si les corrections ne sont pas apportées, le comité de rédaction se donne le droit de ne pas publier le texte concerné.

Critères de sélection

Concernant le fond : leur valeur scientifique, c'est-à-dire la présence d'un cadre théorique pertinent, la qualité méthodologique lorsqu'il s'agit d'une contribution fondée sur des résultats de recherche, l’adéquation avec les thèmes de la revue ;

Concernant la forme : la qualité de l’illustration, la qualité de la bibliographie (toutes les références du texte sont citées en bibliographie et inversement toutes les données bibliographiques sont appelées dans le corps de l’article) dans un souci de clarté ; la correction de la langue.

Originalité des contenus

Les auteurs sont seuls responsables de l'originalité de l'article.

Pour tout matériel pour lesquels les auteurs ne sont pas les détenteurs des droits, les auteurs doivent obtenir la permission explicite des détenteurs des droits du matériel repris, et en citer la source dans l'article.

Notes

[1] - L’ensemble des numéros des revues (RBA et JATBA) de 1921 à 2000 est accessible en ligne sur Persée : https://www.persee.fr/collection/jatba

[2] - Voir Hoare (2012 https://doi.org/10.4000/ethnoecologie.673) pour l’évolution de la RBA et ses titres successifs.

Argument

On May 15th, 1921, Auguste Chevalier launched the 1st issue of the 1st volume of the Revue de botanique appliquée et d’agriculture coloniale. He concluded his statement To the reader with these lines: “This journal seems to address a necessity: in the field of genetics and selection, colonial cultures, and even in botany applied to temperate cultures, there is no specialised journal in French literature. That is why we are looking to gather around the Revue de Botanique appliquée the scattered French workers who, with their work or explorations, are trying to bring out the scientific methods to use them on culture or the cultivation of useful plants.”

The RBA was published for 32 years, edited by Auguste Chevalier until 1953. Roland Portères took over the publication in 1954 under the name Journal d’agriculture tropicale et de botanique appliquée after the death of Chevalier. With this slightly modified name, the JATBA was published for 42 years until 2000[1]. As a salute to this new century, we were able to carry on this initiative in 2012 by launching the current Revue d’ethnoécologie, which aims to follow the footsteps of this long scientific line in the international human sciences movement. More than editorial choices, the successive modifications of the title[2] reflect the shift in the research fields: economic botany, colonial agronomics, tropical agronomics, traditional agriculture, ethnobotany and ethnozoology, ethnobiology, ethnoecology. Here is a century of unique thinking, of renewed studies of the relationships with living systems which, from an editorial standpoint, was able to blossom within the Muséum national d’histoire naturelle.

We would like to give a proper salute to the RBA’s 100th birthday with a special issue to which we would like you to contribute.

The purpose is to comment and analyse the evolutions and transformations in the research fields that the RBA, the JATBA and the Revue d’ethnoécologie have reflected for a century: what happened with economic botany, traditional agriculture, ethnobotany, ethnobiology, ethnoecology? How did they evolve? Which schools? Are there differences from one nation to another, from one academy to the other? Do these words still have functions, topicality, meaning, programmes? Is there a transmission among generations, a re-appropriation of these fields (education, theses, professional practices from young researchers/university lecturer and researchers)? Which researches are currently being led and in which direction? Have the non-academic circles taken possession of these researches? How about local communities or the communities that are the subject of researches? What is the future of these intellectual areas?

The expected contributions can be brief; they may reflect your opinion, your history, your personal experience. They can take the form of an interview with a “great witness”. It could be biographical or personal evocations of past famous actors of ethnobiology (e.g. Jacques Barrau, Lucien Bernot, Ralph Bulmer, Hal Conklin, Claudine Friedberg, A.-G. Haudricourt, François Sigaut…). They can be based on bibliographical summaries. They do not have to be specific research results, but we rather expect it to result in to a set of contributions that will shape an overview of a century of study of the relationships between societies and their environment.

Submission guidelines

The texts can be written in French, English or Spanish.

We would like to receive proposals (title, abstract) by 15th June 2021

and the final texts by 30th September 2021.

Editors

  • Serge Bahuchet, directeur de la publication de la Revue d'Ethnoécologie, professeur, Muséum national d'Histoire naturelle,
  • Françoise Aubaile (Attachée du Muséum National d'Histoire Naturelle)
  • Vincent Battesti (Chargé de recherche, CNRS)
  • Rebecca Hardin (Associate Professor, Universy of Michigan)

Notes

[1] All issues of both journals (RBA and JATBA) from 1921 to 2000 are available on-line: https://www.persee.fr/collection/jatba

[2] See Hoare (2012 https://doi.org/10.4000/ethnoecologie.673) for the evolution of RBA and successive titles.

Argumentos

El 21 de mayo de 1921, Auguste Chevalier lanzó el primer volumen de la Revista de botánica aplicada y de agricultura colonial. En su declaración Al lector, concluía con estas líneas: “Esta revista nos parece responder a una necesidad: en el campo de la genética y la selección de los cultivos coloniales, y hasta en el de la botánica aplicada a los cultivos de tierras templadas, no existe todavía un periódico especializado dentro de la literatura francesa. Por eso, buscaremos agrupar en la Revista de botánica aplicada, a los investigadores franceses diseminados que, con sus estudios o exploraciones, se empeñan por desarrollar métodos científicos aplicables al cultivo o a la explotación de plantas útiles”

La RBA se publicó durante 32 años bajo la dirección de Auguste Chevalier, hasta1953. Roland Portères reanudó su publicación en 1954 bajo en nombre de Diario de agricultura tropical y de botánica aplicada, tras el fallecimiento de Auguste Chevalier. Bajo este título, poco a poco modificado ligeramente, el JATBA[1], se publicó durante 42 años, hasta el año 2000[2]. Para festejar el cambio de siglo, hemos podido continuar esta empresa, y en 2012, lanzamos la actual Revista de Etnoecología, la cual desea inscribirse en esta larga línea científica situada en el movimiento internacional de ciencias humanas. Más que las preferencias editoriales, las modificaciones sucesivas de los títulos[3] reflejan el deslizamiento de los campos de investigación: botánica aplicada (Economic botany en el mundo anglosajón), agronomía colonial, agronomía tropical, agricultura tradicional, etnobotánica y etnozoología, etnobiología, etnoecología. Tenemos aquí un siglo de un pensamiento singular de estudios renovados de las relaciones con lo vivo, que desde un punto de vista editorial, ha sabido florecer en el Muséum national d’histoire naturelle.

Queremos festejar dignamente el centenario de la RBA con un número especial del cual les proponemos ser parte.

La meta es comentar y analizar las evoluciones y las transformaciones de los campos de investigación que la RBA, el JATBA et la RevEthnoécol, han reflejado desde hace un siglo: ¿en qué se han convertido la botánica aplicada, la agricultura tradicional, la etnobotánica, la etnobiología, la etnoecología? ¿Como han evolucionado? ¿Qué escuelas existen? ¿Se notan diferencias nacionales, y entre academias? ¿Esos términos, siguen teniendo un uso, una actualidad, una significación, suscitan programas nuevos? ¿Existe una transmisión entre generaciones, una reapropiación de esos campos (enseñanza, tesis, práctica profesional de jóvenes investigadores /profesores-investigadores)? ¿ Cuáles son las investigaciones que hoy se llevan a cabo, en qué direcciones? ¿Se han apoderado de ellas los centros no académicos? Y qué sucede con las comunidades locales, o bien aquellas que son el objeto de estudio? ¿ Cuál es el futuro de esos campos intelectuales?

Las contribuciones que esperamos pueden ser breves; pueden reflejar su opinión, su trayectoria, su experiencia personal. Pueden tomar la forma de una entrevista con un “gran testigo”. Tambien pueden ser evocaciones biográficas o personales de grandes autores desaparecidos (por ejemplo Jacques Barrau, Lucien Bernot, Ralph Bulmer, Hal Conklin, Claudine Friedberg, A.-G. Haudricourt, François Sigaut…). Pueden basarse en un balance bibliográfico. Habrán entendido que no son necesariamente resultados de investigación específicos, lo que esperamos de vosotros, más bien el resultado será un conjunto de contribuciones que formarán un panorama de un siglo de historia de los estudios de las relaciones entre las sociedades y su medio ambiente.

Modalidades de proposiciones de ponencias

Los textos pueden ser redactados en francés, inglés o español.

Deseamos recibir las propuestas (título y resumen) antes del 15 de junio,

y los textos definitivos el 30 de septiembre 2021.

Coordinación

  • Serge Bahuchet, directeur de la publication de la Revue d'Ethnoécologie, professeur, Muséum national d'Histoire naturelle,
  • Françoise Aubaile (Attachée du Muséum National d'Histoire Naturelle)
  • Vincent Battesti (Chargé de recherche, CNRS)
  • Rebecca Hardin (Associate Professor, Universy of Michigan)

Notes

[1] - Diario de agricultura tradicional y de botánica aplicada.

[2] - El conjunto de los números de las revistas RBA y JATBA, de 1921 a 2000, son accesibles en línea, en Persée : https:/www.persee.fr/collection /jatba :

[3]  Ver Hoare (2010 https:/doi.org/10.4000/ethnoecologie.673) para la evolución de la RBA y sus títulos sucesivos.

Date(s)

  • Tuesday, June 15, 2021

Keywords

  • ethnobiologie

Contact(s)

  • Catherine Hoare
    courriel : catherine [dot] hoare [at] mnhn [dot] fr
  • Serge Bahuchet
    courriel : serge [dot] bahuchet [at] mnhn [dot] fr

Reference Urls

Information source

  • Catherine Hoare
    courriel : catherine [dot] hoare [at] mnhn [dot] fr

To cite this announcement

« Un siècle d’« ethno-machins » », Call for papers, Calenda, Published on Friday, February 19, 2021, https://calenda.org/842716

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search