HomeThe city is never complete

HomeThe city is never complete

The city is never complete

La ville n’est jamais achevée

Exercice(s) d’architecture journal no.10

Revue « Exercice(s) d’architecture », n°10

*  *  *

Published on Monday, March 01, 2021 by João Fernandes

Summary

Si les crises que nous traversons aujourd’hui perturbent et bouleversent nos habitudes et nos modes de vie, elles paraissent aussi largement exacerber des problèmes préexistants de nos territoires. Les temporalités de ces crises sont extrêmement variables, de la brutalité d’une pandémie au temps long du changement climatique, on y entre et on en sort plus ou moins vite, ou du moins on essaye d’en sortir. Cependant ces crises partagent entre elles le fait qu’elles nous provoquent et interrogent notre aptitude au changement et nos capacités de résilience et d’adaptation à des circonstances nouvelles ou au moins modifiées. Cela recentre notre attention sur le rapport que nous entretenons avec des formes architecturales et urbaines devenues problématiques.

Announcement

Présentation

Exercice(s) d’architecture est la revue de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne. Support de diffusion de la culture architecturale et urbaine, elle rend compte chaque année des travaux et activités des enseignants et étudiants de l’école, tout en ouvrant un débat autour d’une grande thématique architecturale.

Après un dossier consacré aux relations entre patrimoine et écologie, puis à l’autonomie de l’architecture, le prochain grand thème de la revue interroge les formes architecturales et urbaines en temps de crise. La sélection s’effectue en deux temps, sur proposition succincte, puis après acceptation, sur article.Revue Exercice(s) d’architecture #9

Argumentaire

Si les crises que nous traversons aujourd’hui perturbent et bouleversent nos habitudes et nos modes de vie, elles paraissent aussi largement exacerber des problèmes préexistants de nos territoires. Les temporalités de ces crises sont extrêmement variables, de la brutalité d’une pandémie au temps long du changement climatique, on y entre et on en sort plus ou moins vite, ou du moins on essaye d’en sortir.

Cependant ces crises partagent entre elles le fait qu’elles nous provoquent et interrogent notre aptitude au changement et nos capacités de résilience et d’adaptation à des circonstances nouvelles ou au moins modifiées. Cela recentre notre attention sur le rapport que nous entretenons avec des formes architecturales et urbaines devenues problématiques. Leur réutilisation et leur évolution pour s’adapter à de nouvelles circonstances, parfois imprévisibles, interrogent les manières dont nous produisons ces formes. Pendant longtemps nous avons aménagé les cours d’immeubles, le fond des jardins ou surélevé les bâtiments, mais les problèmes actuels sont d’une autre ampleur.

Si nous sommes les héritiers du zoning fonctionnel et des projets conçus comme des totalités finies, aujourd’hui c’est bien notre capacité à inventer de nouveaux dispositifs formels qui est en question.

Parfois, certaines transformations peuvent sembler générer du chaos ; avant tout, elles mettent en cause un ordre des choses. Ce challenge à l’ordre paraît être plutôt un nouvel équilibre temporaire et instable. En effet, ne sommes-nous pas toujours à l’œuvre pour modifier, au moins partiellement, notre environnement ?

– Comment à l’échelle des formes urbaines et territoriales, renouveler nos pratiques d’aménagement en adéquation avec d’autres manières de les occuper et de s’y installer tout en intégrant de nouveaux rapports de proximité entre les usages ?

– Comment à l’échelle des formes architecturales, ménager la liberté de l’habitant pour qu’il puisse s’acclimater au monde et inventer de nouveaux types d’organisations formelles ?

Dans les deux cas, il s’agit d’adapter l’existant et d’inventer de nouvelles manières de faire plus respectueuses de notre environnement et plus en adéquation avec de nouvelles pratiques. Cela apparaît peut-être avec plus d’acuité aujourd’hui, mais pose à nouveau la question de l’évolution des usages et de la modification des formes architecturales et urbaines héritées du Mouvement moderne et de la période contemporaine. Beaucoup de projets ont été conçus comme des modèles finis. Il nous faut envisager aujourd’hui comment des territoires, des villes et des architectures peuvent intégrer de manière dynamique les modifications de notre quotidien et de nos manières de vivre au fil du temps et des crises. Ne nous faut-il pas imaginer une nouvelle alliance des usages et des formes qui, fondée sur des connaissances renouvelées, puisse nous permettre de penser que l’imprévisible est possible ?

Miquel Peiro, Nadia Sbiti, Frédéric Sotinel, le 10 février 2021

La revue

Comité de rédaction

  • Priscilla Bittencourt Biassi, Laëtitia Bouvier, Christophe Camus, Claire-Chantal Fouquet, Lise Gaillard, Vincent Gassin, Carole Loisel-Soyer, Miquel Peiro, Nadia Sbiti, Frédéric Sotinel

Contact

  • Béatrice Durand, coordinatrice éditoriale de la revue

Pour toute information et envoi des éléments : revue.ensab@rennes.archi.fr

Modalités de soumission et sélection des propositions

  • Lundi 15 mars 2021 : proposition d’article devant comprendre un titre provisoire, un résumé (500 à 1 000 caractères maxi, espaces comprises), un angle défini, les coordonnées des auteurs et un visuel libre de droits au format portrait. À envoyer à Béatrice Durand, à l’adresse suivante : revue.ensab@rennes.archi.fr
  • Vers le Vendredi 26 mars 2021 : acceptation ou non des propositions sur la recommandation du comité de rédaction.
  • Dimanche 16 mai 2021 (au plus tard) : soumission des articles dont les propositions ont été retenues. Jusqu’à mi-juillet, des corrections pourront être effectuées en accord avec les auteurs.
  • Décembre 2021 : parution prévue du numéro 10 de la revue Exercice(s) d’architecture.

Consignes éditoriales

Chaque article doit comporter les éléments suivants :

  •  un titre
  •  un chapeau (un court texte de 100 à 250 signes concentrant l’essentiel de l’information de l’article)
  •  le prénom et nom de l’auteur et ses activités avec une présentation synthétique

Exemples :

. Jean Martin, architecte, enseignant à l’ENSA Bretagne, doctorant au GRIEF

. Jeanne Martin, historienne de l’architecture, docteure en architecture, enseignante à l’université Rennes 2

  •  un article comportant entre 9 000 et 12 000 signes espaces comprises maximum, avec des intertitres (hors notes de bas de page)
  •  8 à 12 illustrations avec légendes et crédits (prénom et nom de l’auteur de la photo ou du projet, s’il s’agit de travaux d’étudiants)

Exemples :

  •  Hommage à Paul Virilio à la batterie Kora-Karola de l’île de Ré, 2 avril 2019 © Jean Richer
  •  Marte.Marte Architekten, chapelle funéraire et extension du cimetière de Batschuns, Autriche © Christophe Camus
  •  Évolution typologique et constructive par un processus de regroupement de trois maisons pour former un collectif et mutualiser des services. Étudiantes : Aurore Morel et Gwendoline Fournier © ENSAP Lille

Sans ces informations, les images ne pourront pas être publiées.

Les auteurs s’engageront sur des illustrations libres de droits.

Format des images : TIFF, JPEG (éventuellement PNG ou PSD)

Résolution : 300 dpi.

Format de la revue : 16 x 23 cm.

Recommandations sur le texte

Mise en page

  •  Ne pas commencer le propos par une citation
  •  Ne pas oublier que les guillemets, les parenthèses et les crochets s’utilisent toujours par paire

Titres et intertitres

  •  Un seul niveau de titre est admis (soit 1, 2, 3, mais non 1 puis a, b, c ; 2 puis a, b, c, etc.)
  •  Ne pas faire de renvois à des intertitres dans le texte (ex. : cf. I.1) car leur numérotation sera supprimée

Citations

  •  Courtes : en caractères romains (droits) et entre guillemets dans le corps du texte.

Utiliser les guillemets « à la française » (comme ici) ; les guillemets anglais étant réservés aux citations de second niveau (« exemple "concret" de leur emploi »).

  •  Longues : les extraire du texte, en caractères romains (droits) et entre guillemets. Les citations longues ne sont pas privilégiées.
  •  Toute coupure au sein d’une citation doit être signalée par […] ; de même tout raccord ou commentaire personnel doit être placé entre crochets.

Bibliographie

  •  Les articles n’ont pas de bibliographie spécifique. Toutes les références seront données dans les notes de bas de page.

Exemples :

. A. Gorz, Écologica, Paris, Éditions Galilée, 2008, p. 15.

. V. Picon-Lefebvre, « À la recherche de nouvelles formes urbaines », in V. Gaudard, F. Margo-Schwoebel et B. Pouvreau, 1945-1975, Une histoire de l’habitat : 40 ensembles « Patrimoine du XXe siècle », Paris, Beaux-Arts, 2010, p. 96.

. « Vendée : un blockhaus de la Seconde Guerre mondiale en cours de destruction sur la plage de Sauveterre », France Bleu, 19 février 2018.

Appels de notes

  •  L’appel de note se place avant tout signe de ponctuation.

Exemples :

Comment dois-je placer mon appel de note1 ?

Le placement de l’appel de note s’effectue ainsi2.

On me dit souvent : « Placez correctement votre appel de note3. »

Votre « appel de note4 » est bien placé.

➢ Ne pas placer d’appel de note dans la légende d’un tableau ou d’une illustration.

Notes de bas de page

  •  Les numéroter en continu par article.
  •  Ne pas faire de renvois à des numéros de notes (ils sont souvent incorrects ou non actualisés).
  •  Exemples de l’emploi d’ibidem et d’op. cit. dans des notes successives :

. Christophe Camus, Mais que fait vraiment l’architecte ?, Paris, l’Harmattan, 2016.

. Ibid., p. 54.

. Benoît Goetz, La dislocation, Paris, Édition de la Passion, 2001, p. 63.

. Christophe Camus, op. cit., p. 55.

. Vincent Gassin, « Le dessin pour quoi faire ? », Exercice(s) d’architecture #6, 2018, p. 23-31.

Sigles

  •  Ne pas mettre de points entre les lettres. Ex. : ENSAB (non E.N.S.A.B.).

Recommandations sur l’iconographie

  •  Fournir les fichiers sources et non des images dans le texte
  •  Formats pour les illustrations : les plus adaptés sont JPEG ou TIFF (possibilité également de recevoir les éléments en PNG ou PSD). Résolution de 300 dpi pour une impression à 100 % (format de la revue : 16 x 23 cm).
  •  Pour les plans vectoriels : il est préférable de les envoyer en version TIFF ou JPEG plutôt qu’en PDF pour réduire les risques d’erreurs à l’impression et faciliter la colorimétrie
  •  DONC, À PROSCRIRE :

– les illustrations insérées directement dans le fichier du texte ;

– les documents en basse résolution ;

– les documents de très petite taille.

Pour connaître la taille en cm d’une image affichée en pixels, il suffit de considérer le chiffre des centaines (le rapport réel étant de 0,008 47)

Exemples :

236 × 472 = 2 × 4 cm ; 591 × 709 = 5 × 6 cm ; 1063 × 1299 = 9 × 11 cm.

Recommandations sur les fichiers

  •  Illustrations : créer un dossier par auteur et y placer les illustrations associées au texte, avec légende raccourcie et copyright

Exemple :

Nom du répertoire : « Dupont »

« Dupont_001_bluemarble_nasa.tif », « Dupont_002_biosphere_fredericsotinel.tif », « Dupont_003_atelierenterre_christophecamus.tif », etc.

  •  Créer un document de légendes séparé, avec les images en vignettes, le numéro des fichiers, la légende associée et le copyright

Exemples :

001/ The Blue Marble, photo de la Terre par Apollo 17 en 1972 © Nasa

002/ Richard Buckminster Fuller, Biosphère, Montréal, Canada © Frédéric Sotinel

003/ Atelier en terre de Martin Rauch, Schlins, Autriche © Christophe Camus

Places

  • Rennes, France (35)

Date(s)

  • Monday, March 15, 2021

Keywords

  • architecture, ville

Contact(s)

  • Carole Loisel
    courriel : carole [dot] loisel [at] rennes [dot] archi [dot] fr

Reference Urls

Information source

  • Carole Loisel
    courriel : carole [dot] loisel [at] rennes [dot] archi [dot] fr

To cite this announcement

« The city is never complete », Call for papers, Calenda, Published on Monday, March 01, 2021, https://calenda.org/847853

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search