HomeThe production of sexually differentiated morphologies throughout life

HomeThe production of sexually differentiated morphologies throughout life

The production of sexually differentiated morphologies throughout life

La production des morphologies sexuellement différenciées tout au long de la vie

Building reinforcing, and transforming gendered anatomies

Construire, renforcer, transformer les anatomies genrées

*  *  *

Published on Wednesday, March 03, 2021Wednesday, March 03, 2021 by João Fernandes

Summary

Ce dossier aimerait regrouper des travaux qui s’intéressent aux processus de production des corporéités genrées à l’âge adulte dans toute leur diversité avec une attention particulière pour les recherches centrées sur la production sociale de la dimension anatomique du corps. L’objectif de ce numéro est ainsi de mettre en évidence des logiques de façonnage anatomique de corps d’adultes pour renforcer, moduler ou rompre avec les signes d’appartenance – ou de non appartenance – aux catégories et hiérarchies de sexes.

Announcement

Argumentaire

Depuis les années 1980, la sociologie a montré l’importance du corps dans la production et la reproduction des différences et de la hiérarchie entre les sexes (Delphy, 1991 ; Guillaumin, 1992 ; Tabet,1998), (Bourdieu, 1980 ; Foucault, 1975 ; Gardey et Löwy, 2000 ; Laqueur, 1992 ; McCall, 1992). Les corporéités sexuées « dynamisent tous les champs du social » (Kergoat, 2012, p. 100) dans la mesure où être identifié·e comme « homme » ou « femme » – entendu au sens de catégories dominantes de classement sexué dans les sociétés fondées sur la binarité sexuelle – revient avant tout à présenter un corps avec les marqueurs physiques légitimes d’apparence d’une ou l’autre des catégories de sexe. La biologisation du social et plus spécifiquement de l’ordre de genre prend ainsi largement appui sur le postulat d’une apparence anatomique différente « par nature » entre les corps féminins et masculins (Löwy et Rouch, 2003). Or, les nombreux travaux historiques ou sociologiques consacrés à la fabrique des corporéités montrent combien les corps sont « à la fois supports et objets […] d’opérations normatives multiples » conduisant à la construction d’une « bicatégorisation sexuée et hiérarchisée du social » (Boni-LeGoff, 2016, p. 159).

Le façonnage des corporéités sexuées enfantines et adolescentes – par l’entourage familial et scolaire (Court, 2010), les modèles et discours auxquels ils et elles sont confronté·e·s (Détrez, 2005) – a été l’objet d’une attention particulière dans la sociologie francophone qui depuis plusieurs années. Ces travaux ont contribué à mettre minutieusement en évidence les processus de socialisations à l’œuvre dans la fabrication genrée des « corps en devenir ». Les procédures de façonnage et modelage des corps physiques (chaires, muscles, ligaments, squelettes, etc.) à l’âge adulte sont moins explorées. Ainsi, l’analyse de la fabrication sociale du dimorphisme sexuel – bastion de la domination masculine – tout au long de la vie par des procédés concrets d’action sur et par le corps mérite d’être développée et approfondie.

Les travaux portant sur l’âge adulte se sont en grande partie focalisés sur la construction des corps genrés dans l’espace professionnel. L’espace du sport professionnel a notamment donné lieu à de nombreuses études (Bohuon et Gimenez, 2019 ; Cholley-Gomez et Perera, 2017 ; Saouter, 2015). Mais d'autres espaces professionnels où le corps et son apparence sont au cœur de l’activité ont également fait l’objet de travaux analysant le façonnage des corporéités (voir par exemple Clair et Tafferant, 2006 ; Gallot, 2013 ; Goff, 2020 ; Mensitieri, 2018 ; Schütz, 2018). Ils pointent généralement les menaces de « disqualification professionnelle » (Boni-LeGoff, 2016, p. 166) que font planer les désajustements entre les corporéités des professionnel·le·s et l’ordre de genre dominant à l’œuvre sur leur lieu de travail. Ils montrent comment que les individus en situation de « désajustement » sont conduits à opérer un travail sur eux-mêmes pour remplir des attendus de genre, au risque d’être évincé·e·s de leur lieu de travail ou marginalisé·e·s à l’intérieur de celui-ci. Les autres sphères d’activité – loisir, conjugale, amicale,… – restent pour le moment relativement peu explorées sous cet angle à l’exception de certains travaux récents (Beaubatie, 2019a ; Jarthon et Durand, 2017 ; Villani et Andro, 2010) ; et a fortiori lorsqu’il s’agit de mettre en évidence non seulement le travail des apparences corporelles (Liotard, 2016) mais aussi le travail de l’anatomie : faire, défaire, transformer des tissus, des fibres, des organes selon des logiques de mise en conformité avec l’ordre de genre dominant, des régimes de genre spécifiques ou encore de rupture ou distanciation avec les représentations dominantes des corps genrés.

Partant de l’idée que la socialisation est un processus qui se déploie sur un plan diachronique (tout au long de la vie) et synchronique (ses legs sont le produit de l’incorporation de savoir/faire/être dans plusieurs sphères d’activité parallèles) (Darmon, 2007), ce dossier aimerait regrouper des travaux qui s’intéressent aux processus de production des corporéités genrées à l’âge adulte dans toute leur diversité avec une attention particulière pour les recherches centrées sur la production sociale de la dimension anatomique du corps. L’objectif de ce numéro est ainsi de mettre en évidence des logiques de façonnage anatomiques de corps d’adultes pour renforcer, moduler ou rompre avec les signes d’appartenance – ou de non appartenance – aux catégories et hiérarchies de sexes. Nous invitons également les contributrices et contributeurs à analyser la production des anatomies genrées du point de vue de la classe et de la race (au sens de processus sociaux de racialisation). Toutes les pratiques sociales (chirurgicales, médicales, physiques et sportives, esthétiques, usages de prothèses, etc.) directement dédiées à la reproduction, au renforcement, au changement ou à l’annulation de l’anatomie genrée analysées sous l’angle des socialisations et des appartenances sociales constituent des terrains pertinents pour ce numéro.

Basées sur des études empiriquement fondées et originales, les contributions porteront sur la France ou d’autres pays, permettant ainsi de comparer des contextes différents de production de corps genrés. Les propositions se focalisant sur l’articulation du produit des socialisations à l’échelle de plusieurs sphères d’activité retiendront particulièrement notre attention.

Axes thématiques

Deux axes thématiques seront privilégiés :

  1.  La question du renforcement ou de la reproduction des normes corporelles dominantes féminines ou masculines à l’intersection des systèmes de genre, de classes et de race. Ici pourront par exemple être analysés le façonnement genré des corps par le vecteur de l’alimentation (Diasio et Fidolini, 2019), par l'encadrement du corps procréatif et hormonal (Charlap 2019 ; Roca i Escoda, 2016), par l'entraînement et/ou la pratique sportive (Vallet, 2014 ; Jarthon, 2018) en lien avec les rapports à l’âge (Rennes, 2019) ou encore à la sexualité (Trachman, 2011 ; Martin, Bendjama, Bessette-Viens, 2017 ; Brasseur et Finez, 2020).
  1.  La question de la rupture avec le système de genre ou le système hétéronormatif par des transformations de l’anatomie. Les articles inscrits dans cet axe peuvent porter, à titre d’exemple, sur le traitement des personnes qui vivent une mobilité sociale de sexe (Beaubatie, 2019b) ; les pratiques de transformations des corps fondées sur la reconnaissance d’un « troisième genre » (Saladin d’Anglure, 2012) ou liées à l’affirmation d’identités homosexuelles (Le Talec, 2018) ; les socialisations corporelles trans et intersexes (Espineira, 2015).

Modalités de propositions

Les propositions d’articles, en français, devront présenter le projet d’article en environ 4.000  signes, espaces compris, soit environ 500 mots ou une page. La proposition comprendra : 

  • Le titre : de 70 signes maximum (avec possibilité d’ajouter un sous-titre)
  • Un résumé de l’article détaillant la question de recherche, le cadre théorique, le terrain et l'enquête empirique, les principaux résultats
  • Quelques références bibliographiques (hors du décompte des signes)

Chaque proposition doit également inclure les noms et prénoms des auteur·e·s, leur statut et leur rattachement institutionnel, ainsi que l’adresse courriel de l’auteur·e correspondant·e. 

Les propositions d’articles sont à envoyer pour le 15/03/2021 aux organisatrices.teur du dossier :

  • Marie-Carmen Garcia: marie-carmen.garcia@univ-lyon1.fr
  • Mélie Fraysse : melie.fraysse@univ-tlse3.fr
  • Pierre Bataille : pierre.bataille@univ-grenoble-alpes.fr

Les premières versions des articles sont attendues pour le 15/06/2021

Les articles définitifs sont attendus pour le 30/09/ 2021

Calendrier

  •  Envoi des propositions d'article : 15 Mars 2021

  •  Réponse des coordinatrices-teur : 15 avril 2021
  •  Envoi de la première version de l’article : 15 juin 2021
  •  Envoi de l’article définitif : 30 septembre 2021

Coordination scientifique

  • Marie-Carmen Garcia (sociologue, L-Vis, Université Lyon 1)
  • Mélie Fraysse (sociologue, CRESCO, Université Toulouse 3)
  • Pierre Bataille (sociologue, LaRAC, Université Grenoble Alpes ).

Bibliographie

Beaubatie E. (2019a), « Changer de sexe et de sexualité », Revue française de sociologie, vol. Vol. 60, n°4, pp. 621‑649.

Beaubatie, E. (2019b). « L’aménagement du placard. Rapports sociaux et invisibilité chez les hommes et les femmes trans’ en France », Genèses, vol. 114, no. 1, 2019, pp. 32-52.

Bohuon A. & I. Gimenez (2019), « Performance sportive et bicatégorisation sexuée », Genèses, vol. n° 115, n°2, pp. 9‑29.

Boni-LeGoff I. (2016), « Corps légitime », dans Rennes J. (éd.), Encyclopédie critique du genre, Paris, La Découverte, pp. 159‑169.

Boni-LeGoff I. (2020), « Parler en expert·e·s », Sociétés contemporaines, n°117, pp. 73‑97.

Bourdieu P. (1980), Le sens pratique, éd. de Minuit, Paris, Éditions de Minuit.

Brasseur P. & J. Finez (2020), « Performing Amateurism: A Study of Camgirls’ Work », dans Naulin S., & Jourdain A. (éd.), The Social Meaning of Extra Money: Capitalism and the Commodification of Domestic and Leisure Activities, Cham, Springer International Publishing, Dynamics of Virtual Work, pp. 211‑237.

Cholley-Gomez M. & E. Perera (2017), « Le muscle au féminin : définition et négociation de l’identité genrée des femmes culturistes », Movement & Sport Sciences - Science & Motricité, n°96, pp. 5‑18.

Clair I. & N. Tafferant (2006), « Les femmes dans la médiation de sécurisation : une remise en question de l’ordre des sexes ? », Genèses, vol. no 64, n°3, pp. 26‑45.

Court M. (2010), Corps de filles, corps de garçons: une construction sociale, Paris, La Dispute, Corps, santé, société, 241 p.

Darmon M. (2007), La socialisation, Paris, Armand Colin. C.

Détrez Ch. (2005), « Il etait une fois le corps... », Sociétés contemporaines, vol. no 59-60, n°3, pp. 161‑177.

Delphy Ch. (1991), « Penser le genre : Quels problème ? », in Hurtig M.C., M. Kail & H. Rouch (dir.), Sexe et genre, de la hiérarchie entre les sexes, CNRS Éditions, Paris.

Diasio N. & V. Fidolini (2019), « Garder le cap. Corps, masculinité et pratiques alimentaires à « l’âge critique » », Ethnologie francaise, vol. Vol. 49, n°4, pp. 751‑767.

Espineira K. (2015), « Le sein dans une perspective transgenre & intersexe ». Laboratoire Babel. Le Sein : des mots pour le dire, pp. 179-198, 2015.

Foucault M. (1975), Surveiller et punir. Naissance de laprison, Paris, Gallimard.

Charlap C. (2019), La fabrique de la ménopause, Paris, CNRS, coll. « Corps ».

Gallot F. (2013), « La revanche du soutien-gorge. Le corps des ouvrières de la lingerie (1968-2012) », Clio. Femmes, Genre, Histoire, n°38, pp. 61‑78.

Gardey D. & I. Löwy (éd.) (2000), L’invention du naturel (les sciences et la fabrication du féminin et du masculin), Paris, Éditions des archives contemporaines.

Jarthon J.-M. & C. Durand (2017), « Identités féminines et vieillissement : le fitness entre revendication d’une volonté personnelle et soumission à des normes sociales ? » Boiché J., &

Bodin D. (éd.), Movement & Sport Sciences - Science & Motricité, n°96, pp. 85‑96.

Jarthon J.-M. (2018), « Essai de typologie des corps à partir de la pratique du bodybuilding », STAPS, n°118, pp.47-64.

Kergoat D. (2012), Se battre, disent-elles..., Paris, La Dispute.

Laqueur T.W. (1992), Making sex: Body and gender from the Greeks to Freud, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Le Talec, J-Y. (2018) « Les Ours et la Lady. Ethnographie d’un rassemblement bear à Sitges (Espagne) », L'Homme & la Société, vol. 208, no. 3, pp. 117-141.

Liotard Ph. (2016), « Le corps punk, de la transgression à l’innovation (1976-2016) », Volume !, 13 : 1, pp.123-139.

Löwy I. & H. Rouch (2003), « Genèse et développement du genre : les sciences et les origines de la distinction entre sexe et genre », Cahiers du Genre, vol. n° 34, n°1, pp. 5‑16.

McCall L. (1992), « Does gender fit? Bourdieu, feminism, and conceptions of social order », Theory and society, vol. 21, n°6, pp. 837–867.

Martin H., R. Bendjama & R. Bessette-Viens (2017), « Performer son sexe  », GLAD! [En ligne], 02 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 08 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/glad/435 

Mensitieri G. (2018), «  Le plus beau métier du monde »: dans les coulisses de l’industrie de la mode, La Découverte.

Rennes J (2019), « Femmes et hommes, égaux devant l’âge ? », Fondation Copernic éd., Manuel indocile de sciences sociales. Pour des savoirs résistants. La Découverte, pp. 763-772.

Roca I Escoda M. (2016), « La procréation partagée des couples lesbiens en Catalogne », Journal des anthropologues, pp.147-168.

Saladin d’Anglure, B. (2012) « Le « troisième genre », Revue du MAUSS, vol. 39, no. 1, pp. 197-217.

Saouter A. (2015), « Ordre sportif et police de genre », Revue du MAUSS, vol. n° 46, n°2, pp. 204‑218.

Schütz G. (2018), Jeunes, jolies et sous-traitées: les hôtesses d’accueil. Paris, La Dispute.

Trachman M. (2011), « Le métier de pornographe : rhétorique, contrôle et savoirs d’un groupe professionnel discrédité », Sociologie du Travail, vol. 53, n°4, pp. 444‑459.

Vallet G. (2014), Le sens sexué d’une pratique sportive extrême: le cas des pratiquants de bodybuilding,Thèse de doctorat, Université de Genève; Faculté des sciences de la société; Département de sociologie.

Date(s)

  • Monday, March 15, 2021Monday, March 15, 2021

Information source

  • Bataille Pierre
    courriel : pierre [dot] bataille [at] univ-grenoble-alpes [dot] fr

To cite this announcement

« The production of sexually differentiated morphologies throughout life », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, March 03, 2021Wednesday, March 03, 2021, https://calenda.org/850813

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search