HomeLa juvénilisation des politiques publiques : engagements, gouvernances et territoires

HomeLa juvénilisation des politiques publiques : engagements, gouvernances et territoires

*  *  *

Published on Monday, March 15, 2021Monday, March 15, 2021 by Céline Guilleux

Summary

Si l’existence de politiques de la « jeunesse » n’est pas en tant que telle une nouveauté, comme en témoigne du reste l’ancienneté de l’existence d’un ministère consacré à cette catégorie en France, cette tendance s’est notamment concrétisée par une multiplication depuis les années 1980 de ce qu’on peut qualifier de « politiques publiques juvénilisées », au sens de programmes d’action publique qui mettent en avant la catégorie « jeunesse », par ailleurs vigoureusement discutée. Au point que l’existence d’une spécificité de politiques dédiées à une catégorie « jeunesse » peut sembler relever de l’évidence. Cette évolution n’est pas sans soulever un certain nombre de questions. D’abord, la sociologie de la jeunesse n’a cessé de démontrer qu’il n’existe pas de définition consensuelle de la catégorie « jeunesse », que cette catégorisation est tributaire de représentations voire de stigmatisation.

Announcement

Présentation

Depuis des décennies, se sont succédé en Europe et au-delà, des générations de politiques publiques visant à intervenir sur ou en accompagnement des jeunes, autour de thématiques comme l'insertion, l'accès à l'emploi, l'éducation, les pratiques médiatiques, informationnelles et numériques, la citoyenneté. Ces politiques se sont déclinées autour trois principaux modèles : soit des programmes d'action (planification) thématiques ou stratégies jeunesse de niveau étatique sous l'impulsion de Ministères nationaux et/ou fédéraux, soit des dispositifs inspirés de l'affirmative action (Blanchard 1989) ciblant des populations et/ou territoires spécifiques, soit celui de politiques de jeunesses dites intégrées dans le cadre d'une régionalisation, d'une décentralisation de l'action publique. Toutes ces politiques sont restées caractérisées par un relatif flou, et de fortes fluctuations dans la définition même de ces jeunesses, qualifiant parfois des classes (d'âge), des générations (Moreno et Mariano 2018) ou encore des problèmes spécifiques. C'est en particulier le cas en France où la remise en question, dans les années 1980, d'une approche sectorielle et centralisée des politiques publiques (Muller 1990), s'est traduite dans les premiers temps de la décentralisation, par la mise en place de politiques qui ne ciblent plus tant des « problèmes » spécifiques que des catégories spécifiques ou des zones spécifiques, et qui croisent de façon orthogonale une territorialisation progressive des politiques publiques (Warin 2004). Si l’existence de politiques de la “jeunesse” n’est pas en tant que telle une nouveauté (Loncle 2003), comme en témoigne du reste l’ancienneté de l’existence d’un Ministère consacré à cette catégorie en France, cette tendance s’est notamment concrétisée par une multiplication depuis les années 1980 de ce qu’on peut qualifier de « politiques publiques juvénilisées », au sens de programmes d’action publique qui mettent en avant la catégorie « jeunesse », par ailleurs vigoureusement discutée (Barry 2005). Ceci étant avéré pour la France, mais aussi au niveau européen (Oberti et Richez 2006 ; Chevalier 2015 ; Loncle 2017), voire au-delà (Williamson 2006 ; Williamson 2017), à une échelle nationale autant que dans le champ local (Halter 2007 ; Loncle 2011). Au point que l’existence d’une spécificité de politiques dédiées à une catégorie « jeunesse » peut sembler relever de l’évidence. Cette évolution n’est pas sans soulever un certain nombre de questions. D’abord, la sociologie de la jeunesse n’a cessé de démontrer qu’il n’existe pas de définition consensuelle de la catégorie « jeunesse » (Mauger 2010), que cette catégorisation est tributaire de représentations voire de stigmatisation (Gauthier 2008). En outre, les dispositifs marqués du sceau des “politiques de jeunesse” se caractérisent par leur grande variété tant dans leur contenu que dans leurs objectifs, leurs méthodes et leurs populations cibles (Becquet, Loncle, Van de Velde, 2012). Dans quelle mesure cette catégorie fait-elle sens, pour qui et dans quels contextes ? La mise au pluriel de la catégorie a-t-elle un quelconque impact ou n’est-elle qu’un effet de langage ? Elle pose aussi les questions des effets attendus de ces politiques lorsqu’elles convergent, et de leurs référents idéologiques : s’agit-il de renforcer la citoyenneté, l’esprit critique, la créativité, de lutter contre des mécanismes de désinsertion sociale, ou, d’appuyer sous des formes plus normative l’encadrement des conduites, renforcer les effets de stigmatisation des « déviances » ou de « désengagement » ? De « mettre en capacité » réelle d’action, d’émanciper ou de conforter une vision néo-libérale de l’employabilité derrière des dispositifs de développement des compétences y compris les compétences numériques de l’“e-administré” ? Par ailleurs, la définition d’une population par classes d’âge, outre le fait de masquer une grande hétérogénéité (genre, classe, lieu d’habitation, capital culturel, etc.), peut aussi être prétextes à d’autres enjeux intéressant les institutions elles- mêmes, parfois davantage que les objets auxquels leur politique sont censées s’intéresser. La mise en place d’un réseau d’acteurs, le travail de consolidation de partenariats autour des thématiques « jeunesse », en constituent aussi les attentes et possibles résultats tangibles. Les espaces nouveaux de collaboration ainsi créés deviennent porteurs d’enjeux politiques pouvant dépasser les effets attendus auprès des populations bénéficiaires de ces programmes. Dans cette optique, la « juvénilisation des politiques publiques » voit dédier explicitement à certains dispositifs d’accompagnement, de mise à l’emploi etc. le rôle de laboratoires de redéfinition de la conduite de l’action publique. Il s’agirait donc d’éclairer dans quelle mesure la « jeunesse » joue-t-elle aussi ce rôle de catégorie d’action politique ? Entourée de représentations positives, elle accompagne de ce fait aussi des formes évidentes de quête institutionnelle de rationalisation des moyens, de « meilleure » gestion, de communication vertueuse, voire éventuellement des visions à très court terme de l’action politique... Enfin, derrière l’acception du terme générique de « territoire » des politiques de jeunesses se profilent des situations fortement différenciées au sein des métropoles autant qu’à distance de celle-ci dans les territoires de faibles densités (périurbain, rural...). C’est d’abord la tension classique entre actions ciblant des périmètres (discrimination positive) et des territoires qui est aujourd’hui à réinterroger par l’entrée croissante dans la société des réseaux (Vanier 2015, Estèbe 2008). Mais aussi la situation des jeunesses que les politiques abordent par périmètres ou par classements d’urbanité (territoire ruraux, périurbains). Quel sens, pour des « jeunesses » qui s’affranchissent allègrement des compartiments spatiaux ? Qu’attendre par ailleurs de dispositifs d’exception dit « sur mesure » ou de l’affirmation de principes de différenciation territoriale ?

Modalités de participation

L'inscription au colloque se fait via le lien suivant : http://forms.gle/XKYiQe8PU3BdpBCd9

Le lien pour participer au colloque sera le suivant : https://univ-lille-fr.zoom.us/j/95784063292?pwd=V3pPS3hXelNMU3o3aVU4K3J6UCtpUT09

Programme

Mercredi 17 mars  

  • 9h00 à 9h20 - Introduction par E. Skyronka, Vice-Président Jeunesse et Sport à la Métropole Européenne de Lille  
  • 9h20 - 10h30 - Keynote Speaker - Howard Williamson, Professor of European Youth Policy, South Wales Business School: “Understanding youth policy development – challenges and complexities”  

Session 1 - 10h40 à 12h40 – Politiques de la jeunesse et représentations de la jeunesse

Président de session : Jean Gabriel CONTAMIN, CERAPS, Université de Lille

Discutante : Anne-Cécile DOUILLET, CERAPS, Université de Lille

  • CHEVALIER Tom - Science politique, Université de Rennes, ARENES (UMR CNRS 6051) D’un RSA absent à la Garantie Jeunes : L’évolution de l’accès des jeunes Français au revenu minimum en perspective comparée.
  • GOURLAND Natacha - Géographie, Université Paris-Est Créteil, LAB'URBA "L’art, ça éveille les jeunes et les consciences populaires" - Politiques culturelles pour les jeunes et discours autour des conservatoires de musique et de danse en banlieue parisienne".
  • ANDRE Maxime - Science Politique, Sciences Po Lyon, Triangle (UMR CNRS 5206) (Re)Mettre sur le métier : la genèse d’une politique partenariale pour l’emploi des jeunes aux États- Unis dans les années 1930.
  • JOUANNO Aubrie - Sociologie politique, Université Paris 8, CRESPPA-LabTop (UMR CNRS 7217) Quand l’enfant devient « un jeune » : L’évolution de la prise en charge des mineurs confiés à l’Aide sociale à l’enfance.  

Session 2 - 13h40 à 15h10 - Les politiques en direction des « jeunes invisibles' » : de quoi parle-t-on ?

Président de session : Alexis ALAMEL, TVES, Université de Lille

Discutante : Aude SEURRAT, LabSIC, Université de Paris 13

  • BERTRON Anaïs - Science Politique, Université de Lille, CERAPS (UMR CNRS 8026) Les "jeunes invisibles" : genèse, réappropriations et usages d’une nouvelle catégorie d'action publique.
  • DEFACQUES-CROUTELLE Émilie - Sociologie, Université de Picardie-Jules-Verne, CURAPP-ESS (UMR CNRS 7319) La mise en œuvre d’une politique de repérage et de mobilisation des jeunes invisibles : indices d’une reconfiguration du champ de l’insertion professionnelle et sociale des jeunes ?
  • GUATIERI Quentin, Sociologie, Université de Montréal (Canada) Le « problème NEET » au Québec. De l’usage de la catégorie au point de vue des jeunes ni en études ni en emploi sur leurs situations.  

Session 3 - 15h30 à 17h00 - Politiques envers la jeunesse et politiques sectorielles

Président de session : Nicolas KACIAF, CERAPS, Sciences Po Lille

Discutante : Florence ABADIE, DRDJSCS Nouvelle Aquitaine

  • ALAMEL Alexis, Géographie, Université de Lille, TVES (ULR 4477), LIEFOOGHE Christine, Géographie, Université de Lille, TVES (ULR 4477) Jeunes et entrepreneuriat : quelle place dans les politiques publiques et les dispositifs territoriaux à l’échelle de la métropole de Lille ?
  • MORHAIN Chloé - Aménagement, Université de Lyon, LAET (UMR CNRS 5593) Gouvernance et sectorisation des politiques publiques à destination des étudiants : analyse des dispositifs du logement étudiant dans la Métropole de Lyon
  • PETIT-BESSY Audrey - Science Politique, Université de Lille, CERAPS (UMR CNRS 8026) La politique d’égalité filles-garçons à l’école primaire en France.

Jeudi 18 mars

9h00 à 10h10 - Keynote Speaker - Patricia Loncle-Moriceau, Professeur en sociologie et en science politique, EHESP  

Session 4 - 10h20 à 11h50 - Politiques sectorielles et politiques envers la jeunesse Présidente de session : Anne-Cécile DOUILLET, CERAPS, Université de Lille

Discutant : Jordan PARISSE, INJEP

  1. GAZO Cécile - Sociologie, Institut National Polytechnique de Toulouse (INP-ENSAT-INRAE AGIR) Émergence de nouveaux instruments et remise en question d’une politique publique dédiée aux jeunes : le cas de la politique d’aide à l’installation en agriculture.
  2. BROUARD-SALA Quentin - Géographie, Université de Caen Normandie, Espaces et Sociétés (UMR CNRS 6590), LE GUERN Anne-Laure - Sciences de l'éducation et de la formation, Université de Caen Normandie (GRD Ruralités et "ambition scolaire") Dépassement des fonctions sectorielles des politiques à destination des jeunes : tensions et complémentarités avec l'aménagement des bourgs de Normandie.  

Session 5 - 13h00 à 15h40 - Les politiques de la jeunesse comme co-constructions institutionnelles

Présidente de session : Florence ABADIE, DRDJSCS Nouvelle Aquitaine

Discutant : Marc DUMONT, TVES, Université de Lille

  • PHILIPPE Marion - STAPS, Université Gustave Eiffel, ACP (EA 3350) Associations de tourisme sportif et régions, un travail de collaboration pour le développement de la pratique des sports de pleine nature chez la jeunesse populaire (1980-2000).
  • MOALIC Maëlle - Science Politique, Université Rennes 2, ARENES (UMR CNRS 6051)
  • PARISSE Jordan - Science Politique, INJEP Les conseils régionaux dans la gouvernance des politiques de jeunesse : de l'éclatement du fait régional à l'inégale affirmation d'un rôle d'impulsion et de coordination.
  • DUBUIT Camille - Sociologie du droit, Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis
  • ZOUGBEDE Émeline - Sociologie, ICM-CNRS "Comme ça, quand nous on sera plus là, tu sauras tout faire". L’APJM aux mineur.es non accompagné.es : enjeux, mise en œuvre et pratiques professionnelles.
  • SOUSSOKO Lili, Science Politique, Université de Strasbourg, SAGE (UMR CNRS 7363) "La radicalité chez la jeunesse est un état normal !". Représentations et usages de la catégorie jeunesse au sein d’un dispositif local de prévention de la radicalisation.
  • FERCHAUD Flavie, Aménagement, Urbanisme, Université Gustave Eiffel, Lab’Urba (EA 3482), KERGOSIEN Éric, Sciences de l’information et de la communication, Université de Lille, GERiiCO (ULR 4073) Le programme d’expérimentations PIA Jeunesse fait-il territoire dans le champ de l’action sociale et   de la jeunesse ?  

Session 6 - 15h50 à 17h20 - La place des « jeunes » dans les politiques de la jeunesse

Président de session : Lorenzo BARRAULT-STELLA, CRESPPA/CSU, CNRS

Discutante : Sabrina SEMACHE, TVES, Université du Littoral Côte d’Opale

  • EL MNASFI Mustapha - Science Politique, Université Moulay Ismaïl (Maroc) et IREMAM (UMR CNRS 7310) Jeunes et dispositifs participatifs au Maroc. Usages du conseil des jeunes de la ville de Ouarzazate.
  • JAMES Samuel - Sociologie, INJEP, BRICET Roxane - Économie, INJEP, Regards sur l’expérimentation sociale à partir d’une enquête auprès des porteurs de projet du Fonds d’Expérimentation pour la Jeunesse.
  • HBILA Chafik - Sociologue (Jeudevi) - Chercheur associé ARENES (UMR CNRS 6051) Les politiques globales et intégrées de jeunesse : enjeux et mise en œuvre.    

Session 7 - 17h30 à 19h00 - Politiques de la jeunesse et domestication

Présidente de session : Céline MATUSZAK, GERiiCO, Université de Lille

Discutant : Jean-Gabriel CONTAMIN, CERAPS, Université de Lille

  • LEPROUX Olivier - Sociologie, Université Paris Nanterre, IDHE.S (UMR 8533) et LIRTES (EA 7313) L’institution d’individus minoritaires dans le service civique.
  • DEFACQUES-CROUTELLE Émilie - Sociologie, Université de Picardie-Jules-Verne, CURAPP-ESS (UMR CNRS 7319) Les expériences d’accompagnement en mission locale des jeunes étiquetés comme invisibles.
  • BAUVET Sébastien - Sociologie, Frateli Lab Les sens de la réflexivité dans les dispositifs de valorisation des soft skills.  

Vendredi 19 mars  

  • 9h00 à 10h10 - Keynote Speaker - Marlène Loicq, Maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication, UPEC, Ceditec  

Session 8 - 10h20 à 12h50 - Politiques de la jeunesse et empowerment

Présidente de session : Susan KOVACS, GERiiCO, Université de Lille

Discutant : Julien TALPIN, CERAPS, Université de Lille

VILCHES Océane - Sciences de l'éducation,Université de Bourgogne, IREDU (EA 7318) Effets et implication des jeunes au sein du dispositif "Garantie jeunes".

  • KOVACS Suzan - Sciences de l'information et de la communication, Université de Lille, (GERiiCO- ULR4073), BOLKA TABARY Laure - Sciences de l'information et de la communication, Université de Lille, GERiiCO ULR 4073), ANDLAUER Laeticia - Sciences de l'information et de la communication, Université de Lille, GERiiCO ULR 4073) "Sensibiliser les collégiennes à l'informatique : une voie pour l'émancipation?"
  • KERVELLA Amandine - Sciences de l'information et de la communication, Université de Lille, GERiiCO ULR 4073) & ENPJJ, MATUSZAK Céline - Sciences de l'information et de la communication, Université de Lille, GERiiCO ULR 4073), CHAMPEAU Florène - Sciences de l'information et de la communication, Université de Lille, GERiiCO ULR 4073) Un dispositif d’EMI au cœur des tiraillements publics : à qui profite "vraiment" le projet ?
  • DYMYTROVA Valentyna - Sciences de l'information et de la communication, Université Lyon3, ELICO (EA 4147), ARNOULT Audrey – Sciences de l'information et de la communication, Université Toulouse3, LERASS (EA 827) Co-construire des dispositifs de prévention avec les jeunes : Une analyse des campagnes sur les risques du binge drinking.
  • SEMACHE Sabrina, Sciences de gestion, Université du Littoral Côte d’Opale, TVES (ULR 4477), ALAMEL Alexis, Géographie, Université de Lille, TVES (ULR 4477) Repérage et valorisation des compétences des jeunes.  

Clôture  

Places

  • Lille, France (59)

Date(s)

  • Wednesday, March 17, 2021Wednesday, March 17, 2021
  • Thursday, March 18, 2021Thursday, March 18, 2021
  • Friday, March 19, 2021Friday, March 19, 2021

Keywords

  • jeunesse, politique publique, citoyenneté, territoire, engagement, gouvernance

Contact(s)

  • Jean-Gabriel Contamin
    courriel : jean-gabriel [dot] contamin [at] univ-lille [dot] fr

Reference Urls

Information source

  • Jean-Gabriel Contamin
    courriel : jean-gabriel [dot] contamin [at] univ-lille [dot] fr

To cite this announcement

« La juvénilisation des politiques publiques : engagements, gouvernances et territoires », Conference, symposium, Calenda, Published on Monday, March 15, 2021Monday, March 15, 2021, https://calenda.org/855446

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search