Página inicialPolitique de l’humanitaire, humanitaire politique ?

Página inicialPolitique de l’humanitaire, humanitaire politique ?

*  *  *

Publicado terça, 06 de abril de 2021 por Céline Guilleux

Resumo

Ancrer l’action humanitaire dans des entrelacs politiques, parfois circonstanciels, permet de penser l’humanitaire aujourd’hui. Ce numéro thématique de la revue Les Cahiers d’Outre-Mer s’intéresse aux relations entre humanitaire et politique par le biais de trois axes. Quelle que soit la phase du processus humanitaire (allant des décisions stratégiques de bailleurs aux interactions avec les populations vulnérables sur le terrain) ou le type d’acteurs impliqués (organismes onusiens, coopérations internationales, membres de la société civile, ONG internationales (ONGI) ou locales, financés par des bailleurs privés ou publics, etc.), il s’agit de s’interroger sur l’humanitaire malgré la politique et l’humanitaire en tant que politique. Des contributions d’ordre méthodologiques sont aussi attendues.

Anúncio

Argumentaire

A ses débuts au XIXème siècle, les objectifs et pratiques humanitaires semblaient clairs : en opérant dans un espace « à part » suivant les principes de neutralité, impartialité, indépendance et humanité (qui furent définis par la Croix Rouge), les acteurs humanitaires se situaient en dehors du champ politique. Leur but était d’alléger la souffrance humaine, et ils ne se positionnaient pas quant aux causes de cette souffrance. L’époque de la guerre froide et son monde bipolaire constituèrent une autre époque charnière pour l’humanitaire : on y vit éclore nombre d'ONG encore aujourd'hui actives. Se positionnant dans un monde divisé, certaines organisations humanitaires dites « tiers-mondiste » prenaient résolument le parti anticolonial quand d’autres, notamment en Afghanistan, s’inscrivaient dans une logique d’opposition au communisme.

Deux grandes évolutions ont pu être observées depuis.

D'une part, on note une diversité croissante des acteurs impliqués dans l'humanitaire. Le travail humanitaire s'est de plus en plus professionnalisé, s'appuyant sur des pratiques et des normes internationales (Le Naëlou, Hofmann, Kojoué, 2020). La société civile des pays « des Suds » a évolué, parfois en développant des ONG nationales et locales, des collectifs citoyens, etc. Certains États ont accru leurs dispositifs internes de gestion des crises, comme par exemple l’Éthiopie, qui chapeaute les programmes d'aide alimentaire et accueillait en 2017 près de 900. 000 réfugiés venus des pays limitrophes (UNHCR, 2017). Le domaine militaire a déployé des stratégies humanitaires, mêlant techniques de contre-insurrection et de pacification en parallèle de leurs interventions militaires comme en Afghanistan où l’armée américaine distribuait des biens – parfois en échange d’informations (Jeangène Vilmer, 2014).

D'autre part, on note une complexification croissante des situations géopolitiques de conflit. Les ONG qui se destinaient auparavant à l'international, voire dans ce qui était appelée « tiers monde » puis le monde « en développement », se consacrent aujourd'hui aussi à des terrains proches, occidentaux, dans les Etats auparavant décrits comme « forts » et ne nécessitants pas d'aide. A travers le monde, la persistance de conflits complexes et la réduction de l'espace humanitaire – surtout pour des raisons de sécurité, devenu un thème prédominant dans le secteur – ont fait de l'intervention humanitaire un enjeu politique ou symbolique (Donini, 2012).

Cette diversité d'acteurs humanitaires et la complexification géopolitique va de pair avec un positionnement de plus en plus disparate des acteurs humanitaires quant à la politique. La lecture des notions de « bien » et de « mal » est devenue plus complexe (Gordon, Donini, 2015). Certaines organisations prennent ouvertement le parti de populations marginalisées, par exemple par le plaidoyer, quand d'autres se revendiquent toujours « neutres » et « apolitiques » (Leebaw, 2007). D’autres encore utilisent les formes ONG pour agir et déployer leur influence : on pense aux groupes de prédication (Da’wa) transnationaux, qui pratiquent de l’« islamisation par le bas » via des actions au plus près du social, des ONG saoudiennes qui s’exportent avec un but d’aide autant que de prosélytisme (Bellion-Jourdan, 2006, Abbassi, 2016), ou encore des nombreux mouvements évangélistes qui prêchent leur parole à travers des outils humanitaires (Kraft, Smith, 2019).

L'histoire de l'humanitaire montre donc comment, malgré les valeurs fondatrices du milieu et notamment les principes hérités de la Croix Rouge, l'action humanitaire est liée à la politique (Leebaw, 2007). D'abord, l'humanitaire – et, dans une moindre mesure, le temps du développement – intervient pour pallier à des souffrances causées par un conflit ou d'autres dynamiques d'ordre politique (même indirectement, comme lorsqu'une région n'est pas développée par l’État central et ainsi plus vulnérable aux aléas naturels). Ensuite, l'humanitaire est souvent confronté aux politiques locales, régionales ou nationales : la distribution d'aide alimentaire liée à la politique de déplacements forcés sous le président Éthiopien Mengistu en 1984-1986, menant au départ de l'ONG Médecins sans Frontière (MSF), en est un exemple connu (De Waal, 2018).

Beaucoup de ces dilemmes (Schloms, 2005 ; Bruman, Petit, 2002) sont discutés au sein des ONG internationales (en particulier par MSF : Weissman 2003 ; Brauman, Petit, 2007 ; Magone, Neuman, Weissman, 2012), et les acteurs humanitaires sont traversés par de nombreuses tensions, notamment sur leur place dans le monde actuel et sur leur instrumentalisation possible, tel que dans des conflits qualifiés de "guerres justes". Plusieurs groupes, tels que le CRASH (https://www. msf-crash. org/fr/home), la Revue Alternatives Humanitaires, The New Humanitarian ou le blog Stuffexpataidworkerslike (https://stuffexpataidworkerslike. com/) animent ces complexes débats. Ils sont profondément d’actualité avec les reconfigurations humanitaires depuis le Sommet mondial sur l’action humanitaire à Istanbul en 2016 (qui initie le « grand bargain » et la « localisation de l’aide » (TNH, 2016)) et la multiplicité des conflits ou catastrophes dites « naturelles » qui demandent au milieu de s’adapter, voire de se réformer.

Ainsi, les modes d’action des ONG à travers le monde sont de plus en plus différents, alors même que les principes (neutralité et impartialité notamment) sont déclinés de manière variable selon les organisations. Dans quelle mesure les acteurs humanitaires sont-ils proches de l’Etat d’origine ou d’accueil, avec qui ils mélangent parfois leurs principes ou passent de l'un à l'autre (Dauvin, Siméant, 2002), en particulier dans le temps de l'urgence ? Ce numéro souhaite comprendre où sont les limites entre une nécessité d'aide et un désir d'aider d'une part, et les lectures locales de cette aide, entre ingérence et perceptions parfois fausses (mais aux effets concrets) de l'autre. Désanctuarisé, l'humanitaire est perçu comme un agent politique, un moyen de pression sur les logiques internationales, et son personnel est devenu une cible (Stoddard, Harvey, Czwarno, Breckenridge, 2020). Les personnels humanitaires se protègent d’ailleurs de manière accrue derrière des principes sécuritaires qui ne font qu’augmenter leur séparation du milieu d’accueil, la perception qu’ils ont de ceux qu’ils aident, et pour ceux-ci de ceux qui donnent (Collinson, Duffield, 2013).

Par ailleurs, l'intervention humanitaire se positionne parfois en dehors de tout cadre légal – que ce soit du droit humanitaire (Buirette, Lagrange, 2008) ou du droit international qui garantit le respect des conditions d'entrée et de comportement dans un état de droit – même s'il est en guerre. La nécessité d'intervention prend alors le dessus sur les règles et les lois, comme si l'emprise légale et politique pouvait être bafouée par une logique plus grande. C'est ce qui est rappelé dans les articles du droit humanitaire sur le « droit d'initiative humanitaire » ou « droit d'accès » dont les modalités sont discutées entre « droit » d'ingérence et « responsabilité de protéger » (Herlemont-Zoritchak, 2009). Ce numéro interroge aussi ce « besoin » d'aider, qui répond le mieux aux notions d'assistance à l'humanité qui soutiennent l’idéologie humanitaire. Est-il, pour autant, apolitique (ou au-delà du politique) dans le sens où l'aide, généralement indistincte quelles que soient les victimes, supplante les contraintes politiques d'origine de l'organisation d'aide et les contraintes politiques du lieu d'intervention (Atlani-Duault, 2011) ? Intervenir comme dans les années 1980, en faisant fi des règles internationales, pose aussi des questions juridiques. Le métier « d'humanitaire » est maintenant régit par le droit et des services juridiques sont consultés en amont des missions, car faire « ce qu'on veut » peut maintenant exposer à de lourdes sanctions. L'humanitaire aujourd’hui semble donc osciller entre cette normalisation et bureaucratisation de l'activité, qui peut restreindre son action pour des raisons juridiques et sécuritaires, et des besoins forts, qui exigent de défier des lois, de transgresser.

En prenant en compte les différentes approches disciplinaires, les articles attendus doivent s'inscrire dans des perspectives multi-scalaires et dépasser les frontières idéologiques : « la critique est aisée, mais l'art est difficile ». Alors que certains acteurs humanitaires doivent s'accommoder d'un environnement politique pour mener à bien leur travail (axe 1), se substituer à lui ou s'en passer (axe 2), on peut se demander si certaines organisations « non gouvernementales » sont aujourd'hui plus devenues « non gouvernables » tant elles sont empreintes de la question politique, par connivence ou évitement. La place du chercheur, tant méthodologique qu’éthique, envers des relations compliquées est alors une question primordiale pour interroger la démarche de recherche (axe 3). Les analyses abordant ces axes de manière transversale sont les bienvenues.

L'humanitaire malgré la politique (navigating politics)

En Éthiopie, le régime s'appuie sur des pratiques autoritaires. Il y a un « trop-plein » d’État qui traverse toute la société, et notamment le travail des acteurs humanitaires. Par exemple, leur enregistrement est très contrôlé, les visas des expatriés difficiles à obtenir, courts et révocables en temps de tensions, et les fonds employés sont sujets à des règlementations souvent floues, donc propices à la « surinterprétation » (Corbet, Bayle, Labzaé, 2017 ; Desportes, Mandefro, Hilhorst 2019). Le personnel humanitaire doit se plier à ces contraintes d'un pays emblématique de l'histoire humanitaire, où les mêmes ONGI sont parfois présentes depuis les famines des années 1980, reniant certains de leurs principes et valeurs (Corbet, 2021). En même temps, les besoins sont très présents, entre des crises longues telle que celle de l'accueil des réfugiés soudanais à Gambela, d'autres plus récentes telle que la guerre au Tigré, et les questions récurrentes de changement climatique dans des zones à prédominance agricole où la tension foncière ne cesse de s'accroître.

Cet exemple est une illustration du premier axe de cet appel : l'action humanitaire est sujette aux interventions politiques, en particulier en ce qui concerne ses interactions avec le pays d'accueil de l'aide, qui reste souverain sur son territoire. Les acteurs humanitaires doivent se positionner face à l'ingérence qu’elles peuvent avoir, car dans beaucoup de pays – et contrairement à ce qui a parfois été le cas au début de l’histoire des ONG – ils ne peuvent pas faire « tout ce qu'ils veulent n'importe où ». Mais à partir de quand et comment les autorités influencent-elles l'intervention humanitaire, et jusqu’à où est-ce acceptable pour les acteurs humanitaires ? En somme, quand est-ce que l'indépendance de l'action humanitaire se trouve compromise ? Comment et où trouver la limite, alors que de plus en plus de pays font valoir leur droit de souveraineté et leur capacité à s'occuper eux-mêmes des personnes vulnérables ? Quels sont les instruments des pays qui posent des limites à travers des restrictions claires, par exemple en interdisant l'accès à certaines régions, ou par des moyens bureaucratiques plus insidieux, par exemple en contrôlant les enregistrements, les fonds et le périmètre de l’intervention ? Quelle est la marge de manœuvre d’une intervention menée sur des fonds internationaux qui déterminent, en amont, ses objectifs et modes d’action ?

L'humanitaire en tant que politique (doing politics)

En Haïti, les organismes d'aide se sont massivement activés après le séisme de 2010. Les fonds amassés, notamment en raison de la médiatisation de la situation, ont provoqué un « rush » humanitaire, souvent critiqué pour avoir été mal coordonné et avoir abouti à des pratiques inefficaces, voire non éthiques (Katz 2014, Farmer 2011). Beaucoup de programmes d'aide ont été effectués en parallèle, ou même au dépend, des personnels et infrastructures locales, menant non pas à un renforcement mais à un effacement des ressources locales (Schwartz, 2010). Ce cas nous amène à nous demander si l'intervention humanitaire peut déstabiliser et peut instaurer un système parallèle au système étatique, et questionne l'efficacité à moyen et long terme d'une aide décontextualisée d'un environnement politique souvent complexe. Il relève aussi d’un monde où les normes de « bonne gouvernance » ont tendance à s’appliquer uniformément, notamment par le biais des ONGI et des organes de l’ONU qui transposent des programmes, des normes et des objectifs identiques et dépossèdent des Etats de la réponse humanitaire. Des pays occidentaux voient d’ailleurs également des ONG se substituer aux prérogatives de l'Etat dans des domaines comme la santé, l'éducation, les services techniques (en agriculture, eau et assainissement, santé...) sous la pression des organisations internationales (Banque mondiale, FMI...).

L’exemple haïtien est une illustration du second axe de cet appel, qui interroge les décisions prises par les bailleurs et organisations humanitaires, mais aussi par d'autres acteurs qui s'engagent sur ce terrain (société civile, gouvernement, groupes armés, groupes privés...). Nombre de chercheurs récusent l'idée que l'humanitaire serait apolitique. Au contraire, pour certains, il serait intimement lié à des projets impérialistes, militaires ou géopolitiques (Baughan, Fiori, 2015 ; Lopez, Bhungalia, Newhouse, 2015). Sur le lieu d'intervention, une ONGI elle-même sélectionnée arrive avec des fonds, choisit du personnel qualifié (international ou local) et met en place des dispositifs d'aide qui ont tendance à perdurer son action, ce qui peut mener à un rééquilibrage des relations de pouvoir et de légitimité entre différents acteurs (Kleinfeld, 2007 ; Mosse, 2005). Plus globalement, l'aide humanitaire peut s'articuler autour de stratégies de diplomatie douce et de plaidoyer. Concernant la diplomatie douce, comment les acteurs humanitaires choisissent-ils d’interagir avec les bailleurs de fond (et les pays d'origine associés) qui les financent ? Prioritisent-ils certains pays, parfois en lien avec des politiques de développement elles-mêmes liées aux intérêts économiques, menant alors une action de « diplomatie douce » (ou diplomatie humanitaire : De Lauri, 2020) : une « main gauche », curative, intervenant après un problème (Agier 2003) ? Concernant le plaidoyer, celui-ci est devenu, ces dernières années, une manière d'agir visant à exposer l'ONG pour recevoir plus de fond, mais aussi à agir politiquement pour plus de cohérence dans l'action. Ce plaidoyer devient alors militant (ce qui reflète aussi de nouveaux profils d’engagement : Collovald, 2001), et montre que de plus en plus d'organisations humanitaires ne peuvent et ne veulent plus se contenter de panser les plaies, mais essaient de les éviter en amont. Ces nouvelles pratiques posent des questions plus générales quant à l'interprétation et l'application des principes humanitaires, en particulier l'impartialité et l'humanité. Cette tendance s'accroit d'autant plus que nombre de crises deviennent chroniques, telles que celles associées au changement climatique.

Étudier les interactions entre humanitaire et politique (researching humanitarian politics)

Tout terrain d'enquête comporte des difficultés, mais ceux qui traitent de situations touchant à l'humanitaire, c'est-à-dire à l'intime (par exemple sur la santé ou à la « vie nue ») et à tous les appareils qui se déploient autour en situations de tensions, peuvent donner lieu à des situations et à des dilemmes spécifiques dans le cadre d’enquêtes longues, qualitatives, mouvantes (Ayimpam, Chelpi-den Hamer, Bouju, 2014). La dimension politique de cet appel ajoute à ces questions méthodologiques une dimension éthique et politique, car le chercheur doit aussi se positionner entre les multiples enjeux du terrain d'étude.

Ce dernier axe d'ordre méthodologique permet de se poser la question de la place du chercheur et de l'interprétation qui lui est donné, dans les recherches sur / dans les organisations humanitaires. En étudiant les interrelations entre humanitaire et politique sur le terrain, les chercheurs sont confrontés à bon nombre de questions d'ordre méthodologique et éthique (Laurens, Neyrat, 2010). Comment accéder aux interlocuteurs que l'on souhaite rencontrer, tout en garantissant son indépendance de chercheur, et sa santé physique et mentale ? Peut-on mener une recherche en étant soi-même acteur de solidarité ? Comment se présenter à ses interlocuteurs, comment gagner leur confiance et garantir leur propre sécurité ? Une fois le terrain clos, à fortiori dans des zones de conflit ou de fortes tensions politiques, y-a-t-il des informations qu'il vaut mieux taire pour protéger les stratégies humanitaires ou de futures recherches ? De la prise de contact à la rédaction en passant par l'analyse des données, les dilemmes sont nombreux et le chercheur qui mène une enquête sur les terrains d’intervention humanitaire peut osciller entre différents rôles, tour à tour perçu comme chercheur, lanceur d'alerte, agent de l'état, journaliste d'investigation ou même espion... Nous invitons au partage d'expériences et à la réflexion honnête et ouverte quant à ces dilemmes, à l'image de ce qui a été fait au sujet des terrains de recherche menés au Rwanda (Fujii, 2010 ; Chakravarty, 2012), en Birmanie (Matelski 2014), ou plus largement dans des contextes à pratiques autoritaires (Glasius et al. , 2019).

Modalités de soumission

Ce numéro des COM s'intéresse aux différents espaces du politique dans l'action humanitaire, en particulier des ONGI. Nous attendons des articles qui sont ancrés dans des études de cas, mais interrogent clairement les enjeux de l'humanitaire aujourd'hui. Dans les cas de contributions d'ordre méthodologique (axe 3), une réflexion ouverte et honnête est attendue.

Les COM ont vocation à publier majoritairement en français. Néanmoins, certains articles peuvent être acceptés en anglais, afin de construire des ponts entre la recherche humanitaire francophone et anglophone. Nous insistons également sur la dimension multidisciplinaire des COM, et notamment la prise en compte des relations et dynamiques spatiales. Les propositions sont à envoyer à la coordination du numéro composée de Alice Corbet (a.corbet@sciencespobordeaux.fr) et de Isabelle Desportes (desportes@iss.nl).   

Les articles sont attendus pour le 30 septembre 2021

et suivront, après anonymisation, la procédure habituelle d'évaluation en "double aveugle" par des pairs.

La publication du numéro est prévue en 2022.

Les instructions pour les auteurs sont disponibles en ligne.

Coordination

Alice Corbet est chargée de recherche au CNRS, accueillie au laboratoire LAM : a.corbet@sciencespobordeaux.fr

Isabelle Desportes est chercheuse associée à l'International Institute of Social Studies, Erasmus University Rotterdam : desportes@iss.nl

Procédure d'évaluation

La procédure d’évaluation est une procédure en double aveugle. Les articles font donc l’objet d’une évaluation par deux lecteurs identifiés par le comité de rédaction et/ou les coordinateurs du dossier parmi les collègues français et étrangers spécialistes du thème ou de l’espace auquel se réfère l’article. En cas d’évaluations divergentes, un troisième évaluateur peut être mobilisé. L’identité des auteurs et celle des évaluateurs n’est pas communiquée.

Le texte est soumis à évaluation sans mention du nom de l’auteur et les avis des évaluateurs sont transmis à l’auteur sans que soit précisé le nom de ces derniers. La version corrigée sera relue par les responsables du dossier avant sa mise en ligne.

Outre une évaluation générale, la relecture critique d’un article comprend une appréciation plus technique (contenu scientifique, structure, concordance du titre et du texte, illustrations, tableaux, documents, etc.).

La fiche d’évaluation est consultable sur le site de la revue.

Références

Abbassi, F. , 2016. « La dynamique de recrutement chez les Frères musulmans : La da’wa, un processus de mobilisation », in F. Kaouès, M. Laakili, (Eds. ), Prosélytismes : Les nouvelles avant-gardes religieuses, Paris, CNRS Éditions 266 p. (pp. 213 – 228).

Agier, M. , 2003. « La main gauche de l'Empire. Ordre et désordres de l'humanitaire ». Multitudes, vol. 11, n° 1, pp. 67-77.

Atlani-Duault L. (ed), 2011. « Ethnographies de l’aide ». Paris, PUF-Ethnologie française, Vol. 41, 148 p.

Ayimpam, S. , Chelpi-den Hamer, M. , Bouju, J. (coord), 2014. « Les terrains du développement et de l'humanitaire ». Anthropologie et développement, n° 40-41, pp. 21-41.

Baughan, E. , Fiori, J. 2015. « Save the Children, the Humanitarian Project, and the Politics of Solidarity: Reviving Dorothy Buxton’s Vision ». Disasters, vol. 39, n° S2, pp. 129–45.

Bellion-Jourdan, J. , 2006. « Les ONG islamiques sont-elles purement humanitaires ? réflexions sur une vraie fausse question ». Vacarme, vol. 34, n° 1, pp. 183-188.

Brauman, R. , Petit, P. , 2002. Humanitaire, le dilemme. Paris, Editions Textuel, 120 p.

Buirette, P. , Lagrange P. , 2008. « IV. Droit international humanitaire et ONG : le dépassement de l'action humanitaire traditionnelle », in P. Buirette (éd. ), Le droit international humanitaire, Paris, La Découverte, 128 p. (pp. 69-80).

Chakravarty, A. 2012. « “Partially Trusting” Field Relationships Opportunities and Constraints of Fieldwork in Rwanda’s Postconflict Setting ». Field Methods, vol. 24, n° 3, pp. 251–71.

Collinson, S. , Duffield, M. , 2013. Paradoxes of presence: Risk management and aid culture in challenging environments. London, Humanitarian Policy Group, Overseas Development Institute, 47 p.

Collovald, A. , 2001. « De la défense des « pauvres nécessiteux » à l'humanitaire expert. Reconversion et métamorphoses d'une cause politique ». Politix, vol. 4, n° 4, pp. 135-161.

Corbet, A. , Bayle, G. , Labzaé, M. , 2017. Agents de l’État et acteurs humanitaires : enjeux d’une interdépendance négociée. Étude de cas à Gambella. Paris, Fonds Croix Rouge Française, 26p.

Corbet, A. , 2021. « Quand la faim demeure. Politique et aide humanitaire dans une région marginalisée (Ethiopie) ». Tracés, n°40 [à paraître]

Dauvin, P. , Siméant, J. , 2002. Le travail humanitaire : Les acteurs des ONG, du siège au terrain. Paris, Presses de Sciences Po, 446 p.

De Lauri, A. , 2020. La diplomatie humanitaire. Bergen, CMI Brief, 4p.

De Waal, A. , 2018. Mass Starvation, The History and Future of Famine. Cambridge, Polity Press, 264 p.

Donini, A. (éd. ), 2012. The golden fleece: manipulation and independence in humanitarian action. Sterling, VA, Kumarian Press, 356 p.

Farmer, P. , 2011. Haiti after the earthquake. New York, Public Affairs, 480 p.

Fujii, L. A. , 2010. « Shades of Truth and Lies: Interpreting Testimonies of War and Violence ». Journal of Peace Research, vol. 47, n°. 2, pp. 231–41.

Glasius, M. , de Lange, M. , Bartman, J. , Dalmasso, E. , Lv, A. , Del Sordi, A. , Marcus, Michaelsen M. , Ruijgrok, K. , 2018. Research, Ethics and Risk in the Authoritarian Field. Cham, Palgrave MacMillan, 122p.

Gordon, S. , Donini, A. 2015. « Romancing Principles and Human Rights: Are Humanitarian Principles Salvageable? ». International Review of the Red Cross, n°97, pp. 77–109.

Herlemont-Zoritchak, N. , 2009. « « Droit d’ingérence » et droit humanitaire : les faux amis ». Humanitaire, n° 23, en ligne : https://journals. openedition. org/humanitaire/594

Hilhorst, D. , Desportes, I. , de Miliano, C. , 2019. « Humanitarian governance and resilience building: Ethiopia in comparative perspective ». Disasters, n°43, pp. 109-131.

Jeangène Vilmer, J. , 2014. « Du Kosovo à la Syrie : l’intervention humanitaire armée », in V. Holeindre (éd. ), La guerre : Des origines à nos jours, Auxerre, Éditions Sciences Humaines, 272 p. (pp. 239-245).

Katz, J. , 2014. The Big Truck That Went by: How the World Came to Save Haiti and Left behind a Disaster. Basingstoke, Palgrave Macmillan, 314 p.

Kleinfeld, M. , 2007. « Misreading the Post-Tsunami Political Landscape in Sri Lanka: The Myth of Humanitarian Space ». Space and Polity, vol. 11, n° 2, pp. 169–84.

Kraft, K. , Smith, J. D. , 2019. « Between international donors and local faith communities: Intermediaries in humanitarian assistance to Syrian refugees in Jordan and Lebanon ». Disasters, n° 43, pp. 24-45.

Laurens, S. , Neyrat, F. , 2010. Enquêter : de quel droit ? Menaces sur l'enquête en sciences sociales. Paris, Editions du Croquant, 320 p.

Le Naëlou, A. , Hofmann, E. , Kojoué, L. , 2020. « L'aide internationale au développement. Acteurs, normes et pratiques ». Revue internationale des études du développement, vol. 1, n° 241, 240 p.

Leebaw B. , 2007. "The Politics of Impartial Activism: Humanitarianism and Human Rights". Perspectives on Politics, vol. 5 no. 2, pp. 223–39.

Lopez, P. J. , Bhungalia, L. , Newhouse, L. S. , 2015. « Geographies of Humanitarian Violence ». Environment and Planning, vol. 47, n° 11, pp. 2232–39.

Magone C. , Neuman M. , Weissman F. , 2011. Agir à tout prix ? Négociations humanitaires : l'expérience de MSF. Paris, La Découverte, 256 p.

Matelski, M. , 2014. « On Sensitivity and Secrecy: How Foreign Researchers and Their Local Contacts in Myanmar Deal with Risk under Authoritarian Rule ». Journal of Burma Studies, vol. 18, n° 1, pp. 59–82.

MDM (Médecins du Monde), 2020, Podcast « La voix est libre », Episode 6 « Même les guerres ont des règles », en ligne : https://podcast. medecinsdumonde. org/

Mosse, D. , 2005. Cultivating development. An Ethnography of Aid Policy and Practice. London, PlutoPress, 315 p.

Schloms, M. , 2005. « Le dilemme inévitable de l’action humanitaire ». Cultures & Conflits, n°60, pp. 85-102.

Schwartz, T. , 2010. Travesty in Haiti: a true account of Christian missions, orphanages, fraud, food aid and drug trafficking. North Charleston, BookSurge Publishing, 332 p.

Stoddard, A. , Harvey, P. , Czwarno, M. , Breckenridge, M. J. , 2020. « Aid Worker Security Report 2020: Contending with threats to humanitarian health workers in the age of epidemics ». Humanitarian Outcomes, 22p.

The Syria Campaign, 2016, Taking Sides: The United Nations' loss of impartiality, independence and neutrality in Syria, en ligne : http://takingsides. thesyriacampaign. org/wp-content/uploads/2016/06/taking-sides. pdf

TNH (The New Humanitarian), 2016 « Sommet humanitaire Mondial : gagnants et perdants », Heba Aly, en ligne 26 mai 2016 : https://www. thenewhumanitarian. org/fr/2016/05/26/sommet-humanitaire-mondial-gagnants-et-perdants

UNHCR - Agence des Nations Unies pour les refugiés, Ethiopie, en ligne : https://www. unhcr. org/fr/ethiopie. html.

Weissman F. , 2003. A l’ombre des guerres justes. Paris, Flammarion, 375 p.

Locais

  • Bordéus, França (33)

Datas

  • quinta, 30 de setembro de 2021

Palavras-chave

  • humanitaire, politique, accès, gouvernement, méthodologie, éthique

Contactos

  • Anthony Goreau
    courriel : anthonygoreau [at] yahoo [dot] fr

Urls de referência

Fonte da informação

  • Anthony Goreau
    courriel : anthonygoreau [at] yahoo [dot] fr

Para citar este anúncio

« Politique de l’humanitaire, humanitaire politique ? », Chamada de trabalhos, Calenda, Publicado terça, 06 de abril de 2021, https://calenda.org/861633

Arquivar este anúncio

  • Google Agenda
  • iCal
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search