HomeGenre(s) et méthodes

HomeGenre(s) et méthodes

*  *  *

Published on Friday, April 16, 2021Friday, April 16, 2021 by Céline Guilleux

Summary

L'objectif de ce séminaire est d’étudier les questions féministes, intersectionnelles et de genres en matière de méthodes, méthodologies et épistémologies.

Announcement

Programme

Séance 2 : 23 avril 2021

9h-12h (15h-18h à Paris)

Étudier la migration – de l’ethnographie à la recherche collaborative

  • Claire Cosquer (ICM – Ined, France) : Conditions épistémologiques et éthiques d’une ethnographie de migrant·es blanc·hes

Je reviendrai dans cette communication des conditions éthiques et épistémologiques de l’ethnographie des migrations françaises à Abu Dhabi (Émirats arabes unis). Cette ethnographie analysait en particulier la position de ces migrant-es dans les rapports sociaux de race, en l’appréhendant par le concept de blanchité. La communication explorera les avantages et les tensions méthodologiques associés à l’usage de l’entretien biographique et de l’observation non-déclarée, en prenant au sérieux leur spécificité et leur plus-value épistémologique respectives, mais également en nuançant leur opposition terme à terme. J’y réfléchis à l’indissociabilité des choix épistémologiques et éthiques, en ce qu’il n’est pas de parti pris éthique qui n’ait de conséquence épistémologique, et inversement.

  • Caterine Bourassa-Dansereau (UQàm – GERACII, Canada): Recherche collaborative et approches féministes : apports et tensions de la recherche par, pour et avec les femmes.

Dans le cadre du séminaire Genre(s) et méthodes organisé par le CRICIS et le LabSIC, je propose d’aborder les enjeux méthodologiques et éthiques qui caractérisent la recherche collaborative féministe menée par, pour et avec les femmes. Ces enjeux concernent l’ensemble des étapes de la recherche; de la définition des objectifs, à la diffusion des résultats, en passant par la construction des outils de collecte et l’analyse des données. Au cœur de cette communication, je m’attarderai aux défis liés à l’importance de reconnaitre et de valoriser les différents types de savoirs, à la nécessité d’identifier et de nommer les relations de pouvoir et à l’engagement visant à s’assurer que les apports et retombées de la recherche collaborative féministe profitent à toutes les actrices de la démarche. À travers quelques exemples de projets de recherche, j’illustrerai de plus les enjeux spécifiques qui caractérisent la recherche collaborative avec les femmes immigrantes et réfugiées. 

Si cette communication propose des pistes de réflexion sur la posture de la personne chercheuse, elle s’intéresse aussi aux principales actrices de la recherche collaborative féministe : les professionnel·les des groupes partenaires, les intervenant·es et les femmes elles-mêmes, actrices au cœur de ces démarches.

Séance 3 : 21 mai 2021

9h-12h (15h-18h à Paris)

Méthodologies et décolonisation: enjeux, débats et outils

  • Sandeep Bakshi (Université de Paris – LARCA, France) : Queeritude décoloniale. Quels objets, quelles possibilités ?

Visant à ouvrir le champ décolonial et les études queer aux possibilités d’une lecture croisée, cette présentation prend appui sur deux théories, deux analytiques véritables d’études critiques œuvrant pour la transformation des relations sociales tout en relevant l’absence d’articulation d’un cadre de queeritude décoloniale. Il convient de souligner que les deux outils théoriques ne peuvent s’ignorer pendant longtemps car même si les deux champs de recherche demeurent rigoureusement disciplinaires, voire disciplinés, les possibilités de croisement restent souvent nombreuses et mal exploitées.

Situant les questions sur le positionnement éthique de la recherche et les objets de recherche dans le cadre épistémologique, l’exemple phare de cette présentation tend vers une analyse géo-culturelle, aspirant à formuler une critique du mouvement queer indien dominé par l’élite et la langue anglaise – une des six langues impériales dans le monde, selon les études décoloniales. En se décentrant de la langue anglaise, cette recherche amende l’équilibre des pratiques culturelles queer indiennes de façon à renouveler la problématique queer dans la région. Cette approche interdisciplinaire embrasse à la fois les grilles de lecture établies par les théories queer et décoloniales dans le but de proposer des outils pour une critique décoloniale des énonciations transnationales de queeritude.

  • Naïma Hamrouni (UQTR – CRIDAQ, Canada) : Rechercher pour réparer – desiderata en vue d’une éthique féministe de la recherche

Dans Moral Repair, Reconstructing Moral Relations After Wrongdoing (2006), la philosophe Margaret Urban Walker propose une théorie de la justice réparatrice guidée par l’exigence de réparer les relations morales intergroupes dégradées par une histoire de violence, d’exploitation et d’oppression. Dans cette présentation exploratoire, nous proposons de poser les premières bases d’une approche éthique féministe de la recherche qui s’inscrirait dans un paradigme de justice réparatrice.

Modalités de participation

L’ensemble des séminaires aura lieu sur Zoom. Ils sont gratuits et ouverts à toutes et à tous.

L’inscription est requise en écrivant à cricis@uqam.ca (SVP mentionnez le nom et la date du séminaire auquel vous voulez participer).

Date(s)

  • Friday, April 23, 2021Friday, April 23, 2021
  • Monday, May 03, 2021Monday, May 03, 2021

Keywords

  • genre, féminisme, intersectionnalité, méthode, méthodologie, épistémologie

Contact(s)

  • Hélène Bourdeloie
    courriel : Helene [dot] bourdeloie [at] gmail [dot] com

Information source

  • Hélène Bourdeloie
    courriel : Helene [dot] bourdeloie [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Genre(s) et méthodes », Seminar, Calenda, Published on Friday, April 16, 2021Friday, April 16, 2021, https://calenda.org/866983

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search