HomeQu'est-ce qu'une poète femme ? Histoire, création, politique

Calenda - The calendar for arts, humanities and social sciences

*  *  *

Published on Tuesday, April 20, 2021Tuesday, April 20, 2021 by João Fernandes

Summary

Le festival Poet⋅e⋅s⋅s⋅e⋅s est le fruit d’échanges réguliers d’un collectif de 10 doctorant⋅es, de chercheur⋅euses et de poètes, depuis l’automne 2019. Ce qui nous a d’abord rassemblé.es est la conscience d’un manque flagrant dans la façon dont le paysage poétique français est défini par la recherche existante : le manque de femmes, de personnes racisé⋅es, de personnes queer. Pour parler et faire parler de ce manque ensemble, nous avons décidé de nous adresser aux premier⋅es concernées : les poètes. Elles sont plus d’une vingtaine à prendre la parole durant ce festival. Pour éviter de séparer théorie et pratique, poètes, acteur⋅rices du monde éditorial et critiques, nous avons décidé d’articuler un colloque universitaire, des soirées de lectures et performance, des conférences de poètes, et des ateliers pratiques (d’écriture, de traduction, de fanzines). Pour créer du commun.

 

Announcement

Argumentaire

Le festival Poet⋅e⋅s⋅s⋅e⋅s est le fruit d’échanges réguliers d’un collectif de 10 doctorant⋅es, de chercheur⋅euses et de poètes, depuis l’automne 2019. Ce qui nous a d’abord rassemblé.es est la conscience d’un manque flagrant dans la façon dont le paysage poétique français est défini par la recherche existante : le manque de femmes, de personnes racisé⋅es, de personnes queer.

Pour parler et faire parler de ce manque ensemble, nous avons décidé de nous adresser aux premier⋅es concernées : les poètes. Ielles sont plus d’une vingtaine à prendre la parole durant ce festival. Pour éviter de séparer théorie et pratique, poètes, acteur⋅rices du monde éditorial et critiques, nous avons décidé d’articuler un colloque universitaire, des soirées de lectures et performance, des conférences de poètes, et des ateliers pratiques (d’écriture, de traduction, de fanzines). Pour créer du commun.

Ce commun est certes amoindri par la distance imposée par la situation sanitaire. Mais nous avons décidé de faire vivre l’événement coûte que coûte, quitte à nous rencontrer en chair et en os quand l’époque sera plus propice, et que cela soit prétexte à d’autres événements encore.

Notre démarche est profondément féministe : c’est-à-dire transféministe, queer, nonessentialiste, anti-raciste. Les poet⋅e⋅s⋅s⋅e⋅s invité⋅es, celleux qui prennent la parole, celleux qui sont évoqué·e·s, sont éminemment pluriel⋅les. De cette diversité-là, le Festival Poet⋅e⋅s⋅s⋅e⋅s a voulu aussi se faire la caisse de résonance.

La poésie a fait l’objet d’une capture, qui réduit son espace et tient à distance nombre de celleux qui la pratiquent : les femmes*, les personnes queer, les personnes racisées. Le Festival Poet⋅e⋅s⋅s⋅e⋅s veut occuper ce mot, le réclamer, se le réapproprier. Réinventer les définitions. Pousser les murs1.

Cet espace que nous ouvrons, nous le savons précaire, précieux, fragile. Il existe comme une contrariété, ou comme une contre-attaque. Comme une menace qui gronde. Ou le signal qu’écoute Jodie Foster dans Contact2.

À celleux qui sont menaçant⋅es, qui ont mauvaises réputations ou mauvais goût, qui exagèrent, qui outrepassent, mais aussi celleux qui agissent de manière souterraine, les absent⋅es. Nous disons que nous voulons les lire, nous voulons en hériter, nous voulons que leurs mots inondent le paysage, qu’ielles le noient s’il faut.

Ce festival n’est pas une parenthèse, il ouvre un espace à l’écoute des histoires discrètes, des lignées obscures ou invisibilisées, à la recherche d’héritages comme de communautés possibles.

Chaque mot prononcé est du terrain que nous gagnons. Nous initions des gestes.Nous tissons des toiles. Nous tirons des fils.Nos théories sont des filles* entrelacées3.

Références

1."Réinvente les définitions. Pousse les murs", Kiyémis, À nos humanités révoltées, Premiers Matins de Novembre éditions, 2020.

2.Mia Brion, lors de la séance de présentation du Festival Poet.e.s.s.e.s du Chicago Center à Paris organisée par Christine Planté et Damien Zanone, 07/04/2021.

3."Mes théories sont des filles entrelacées", Liliane Giraudon, La Poétesse, Paris, P.O.L, 2009.

Infos pratiques

  • Tous les ateliers de la résidence poétique sont à prix libre et limités à 10 personnes. Inscription obligatoire à l'adresse : colloquefemmespoetes@gmail.com
  • Les trois soirées de lectures e tperformances seront diffusées sur la chaîne YouTube du festival/colloque : Festival - qu'est-ce qu'une femme poète ? puis rendues temporairement disponibles sur le site du festival. La soirée de clôture sera retransmise en direct par La Maison de la poésie

Programme

I. Résidence poétique 3, 4, 5 mai 2021

Résidence poétique à Un lieu pour respirer (Les Lilas), au cours de laquelle auront lieu ateliers d’écriture, de traduction, de création de fanzine, une performance et une lecture publique ouverte.

Lundi 03 mai 2021

Un lieu pour respirer (aux Lilas) 

10h : Début de la performance poétique de Marion Renauld aux abords d’Un lieu pour respirer 

 10h-12h : Ateliers de traduction poétique (en parallèle)

  • atelier de traduction anglaise (avec Camille Blanc et Lénaïg Cariou, du Collectif Connexion Limité                                                              
  • atelier de traduction espagnole (avec Camille Islert, Aurore Turbiau et Marys Renné Hertiman, du Collectif Les Jaseuses)
  • atelier de traduction arabe (avec Nessrine Naccach et Emna Abroug)

14h-16h : atelier d'écriture (avec Natacha Guiller)

Mardi 04 mai 2021

Un lieu pour respirer (aux Lilas) 

10h :  Début de la performance poétique de Marion Renauld aux abords d’Un lieu pour respirer 

10h-12h : Ateliers de traduction poétique (en parallèle)

  • atelier de traduction anglaise (avec Camille Blanc et Lénaïg Cariou, du Collectif Connexion Limitée)
  • atelier de traduction espagnole (avec Camille Islert, Aurore Turbiau et Marys Renné Hertiman, du Collectif Les Jaseuses)
  • atelier de traduction arabe (avec Nessrine Naccach et Emna Abroug)

14h-16h : atelier d'écriture (avec Riddim Mal Kassé et Lau Ralin-Nollet)

Mercredi 05 mai 2021

Un lieu pour respirer (aux Lilas)

 10h : Début de la performance poétique de Marion Renauld aux abords d’Un lieu pour respirer 

10h-12h : Ateliers de traduction poétique (en parallèle)

  • atelier de traduction anglaise (avec Camille Blanc et Lénaïg Cariou, du Collectif Connexion Limitée)
  • atelier de traduction espagnole (avec Camille Islert, Aurore Turbiau et Marys Renné Hertiman, du Collectif Les Jaseuses)
  • atelier de traduction arabe (avec Nessrine Naccach et Emna Abroug)

14h-16h : Atelier fanzine (avec Louise Barrière)

16h : Lecture et restitution de Marion Renauld         

Pot de fin de résidence         

Restitution des traductions et open mike poétique

II. Colloque (en ligne)

10, 11, 12 mai 2021 : Le colloque universitaire se déroulera en ligne et s’intégrera dans une programmation culturelle plus large qui réunira poètes, traducteur·rice·s, éditeur·rice·s, libraires et chercheur·euse·s autour de tables rondes et de lectures. Il est à suivre en direct sur la chaîne YouTube de l'événement : "Festival - qu'est-ce qu'une femme poète ?", ou en différé sur le site du festival : https://poetesses.hypotheses.org/ 

Lundi 10 mai 2021

 9h-9h45 :  « I crave uncomplicated quiet, and the sky »

Une poète, une pratique : Marilyn Hacker Présentation de Claire Finch 

Pause

10h - 11h : Questions de catégorisation 

Modération : Delphine Naudier

  • Christine Planté : « Quel compte donc fait-on des femmes poètes ? Les devenirs d’une "violente contradiction". »
  • Audrey Lasserre, « La "poésie féminine": histoire d'une catégorie critique (et de ses enjeux) au XXe siècle. »

 Pause café

 11h30 - 12h30 : Autour du neutre

Modération : Abigail Lang

  • Benoît Auclerc : « Persistance du neutre. »
  • Alpheratz : « "Parce que les outils du maître ne détruiront jamais la maison du maître" (Audrey Lorde, 1979). Le français inclusif et le genre grammatical neutre comme outils linguistiques dans la traduction française de la pensée et de la poésie d'Audre Lorde. »

 Pause déjeuner

 14h - 14h30 : « Espoir : que chaque rencontre soit poème/Et que chaque poème soit rencontre »

Lecture : Michèle Finck, Connaissance par les larmes (Arfuyen, 2017), Poésie Shéhé Résistance (Le Ballet Royal, 2019), Sur un piano de paille/Variations Goldberg avec cri (Arfuyen, 2020).

 14h30 - 15h30 : Faire école ?

Modération : Lénaïg Cariou

  • Jeanne Bacharach : « Joyce Mansour : "le poète-femme du groupe surréaliste" (A. Breton) ?»
  • Vincent Broqua : « Anne Waldman : Fast Speaking Woman. »

 Pause

15h45 - 16h45 : Intégration et/ou dissidence

Modération : Solène Méhat

  • Aurore Sasportes : « Être une poeta, une poetisa ou ne pas être ? Dissidence, intégration et redéfinition du canon. L’exemple de trois poétesses espagnoles : Ernestina de Champourcín, Carmen Conde et Concha Méndez (1926-1936). »
  • Clarissa Charles-Charlery : « Le discours poétique de Suzanne Dracius et de Gerty Dambury: quels regards féminins sur la quête identitaire ?»

17h00 - 18h00 : Table ronde : quelles pratiques poétiques ?

Modération : Claire Finch

Mia Brion, Marilyn Hacker, Zebulon Hurst, Marion Renauld.

Soirée [voir programme dédié] Lectures de Cole Swensen, Suzanne Doppelt, Liliane Giraudon, Anne Portugal [avec Vincent Broqua].

Mardi 11 mai 2021

9h-9h45 : «  En el vaivén del viento/atada a mis raices »

Une poète, une pratique : Luisa Ballesteros Rosas

Présentation de Camille Islert

10h-11h00 : La marge ou le centre ?

Modération :  Martine Créac'h 

  • Anne Debrosse : « "La poésie est un amusement propre a leur besoin : c'est un art follastre, et subtil, desguise, parlier, tout en plaisir, tout en montre, comme [les femmes]". La poésie, un genre pour le beau sexe ? »
  • Chloé Thomas : « Une femme qui chante : ne pas se dire poète. »

11h30 -12h30 : Ripostes

Modération : Nessrine Naccach

  • Mounira Chatti : « Fadwâ Touqân, une poète palestinienne. »
  • Camille Back : « Gloria Anzaldúa/Pat Parker et la riposte queer, ou Revolution : It’s Not Neat or Pretty or Quick. »

 Pause déjeuner

 14h – 14h30 : « Vous désarticulées »

Lecture, Aurélie Foglia, Comment dépeindre, dernière "saison" (Corti, 2020).

14h30 - 15h30 : Poésie hors du livre

Modération : Lionel Ruffel

  • Francesca Maffioli, « Canto et poésie sonore. En dialogue avec Ida Travi et Laura Vazquez. »
  • Marie-Anaïs Guegan : « Devenir poétesses. Trajectoire collective d’un corpus de poétesses numériques. »

15h45 – 16h45 : Hybride(s)

Modération : Mathilde Leïchlé

  • Éléonore Berger : « Le Gang du roman poétique : édition et mélange des genres. »
  • Marie-Dominique Garnier & Lucy Ives : « Chem text. Lire-écrire-éditer Word rain de Madeline Gins (1941-2014). »

17h– 18h   Table ronde : stratégies de visibilisation

Modération : Lucile Dumont & Elvina Le Poul 

Charlotte Blanchard (traductrice), Isabella Checcaglini (Éd. Ypsilon), Marie Fabre (traductrice, revuiste), Élodie Petit (poète, Éd. Douteuses), Aurélie Olivier (programmatrice).

Soirée performance [voir programme dédié]Lectures et performances de Zebulon Hurst, Lucy Ives, Anne Waldman, Yarrow Woods.

Mercredi 12 mai 2021

9h – 9h45 : « Réquisitionnée pour révolter »

Une poète, une pratique : Kiyémis Présentation de Mathilde Leïchlé

10h-11h : Stratégie(s) de contournement

Modération : Camille Islert

  • Nupur Patel : « L’art de déconstruire la pudeur selon les femmes poètes du XVIe siècle. »
  • Dinah Ribard : « "À une dame, ou soi-disant telle". La femme poète comme révélateur. »

 11h30-12h30 : Histoire et réception(s)

Modération : Khadija Benfarah

  • Cécile Dolisane-Ebosse : « Les voix poétiques féminines camerounaises : une réception et portion congrues. »
  • Nicole G Albert : « Edith Södergran et Karin Boye, re-création du lyrisme suédois et détournement des codes. »

  Pause déjeuner

14h – 15h « Est un loup quiconque de la nature et par/nécessité à elle »

Lecture, Sophie Loizeau, Les Loups (Corti, 2019).

« Le nombril du neuvième mois est une nudité totale »

Lecture : Rim Battal, L’eau du bain (Supernova, 2019).

Présentation de Elvina Le Poul

15h15 – 16h15 : Entrelacs

Modération : Zsófia Szatmári

  • Luigi Magno : « Ajustements de mécanique : Notes autour du travail de Suzanne Doppelt. »
  • Abigail Lang : « Dire la poésie au féminin. »

16h30 - 17h30 : Rouvrir le futur

Modération : Françoise Simasotchi-Brones 

  • Anna Tje : « For Colored Girls de Ntozake Shange, une oeuvre poétique marronne. »
  • Héloïse Thomas : « "There is a dawn between my legs" : la poésie de Natalie Diaz. »

Soirée [voir programme dédié]Lectures et performances de Caroline Bergvall, Camille Bloomfield, Mia Brion, Kyiémis.

III. Soirées

10, 11, 12 mai 2021 : Les trois journées du colloque seront suivies de soirées de lectures et de performances, à suivre en direct sur la chaîne YouTube du festival, puis temporairement sur le site. La soirée de clôture sera rediffusée en direct depuis la Maison de la poésie.

Infos pratiques : Les trois soirées de lectures et performances seront diffusées sur la chaîne YouTube du festival/colloque : Festival - qu'est-ce qu'une femme poète ? puis rendues temporairement disponibles sur le site du festival. La soirée de clôture sera retransmise en direct par La Maison de la poésie.

10 mai 2021 - 19h : Lectures

Suzanne Doppelt écrit et fait des photographies. Dans la plupart de ses livres, publiés aux éditions P.O.L, de Totem (2002) à Rien à cette magie (2018) il est question de perception. Que voyons- nous ? A cette interrogation banale les images spirites, Le pré est vénéneux (2007), les anamorphoses, Lazy Suzie (2009), le tableau de Jacopo di Barbaro, La plus grande aberration (2012) le théâtre saturé de signes d’Amusements de mécanique (2014) la boîte d’optique de Vak spectra ou encore la bulle de savon du tableau de Chardin tentent une réponse. Son dernier ouvrage, Meta donna (2020) s’intéresse à la morsure de la tarentule des Pouilles dans les années 60. 

Cole Swensen is the author of 17 collections of poetry, one of critical essays, and one of hybrid lyric poetry-essays on issues of landscape art. Much of her work addresses and questions the concept of nature and tries to erode the human/nature binary to argue a more fluid understanding of animal relationships to land. Several volumes have been translated into French, including four by Maïtreyi and Nicolas Pesquès; the most recent, Poèmes à pied, is coming out this spring. She has also translated over 20 books of contemporary French work in a variety of genres and translates contemporary art texts for galleries in France and Belgium. She is also a professor in the Literary Arts Department at Brown University in the United States.

 Liliane Giraudon. Née en 1946, Liliane Giraudon vit à Marseille. Son travail d’écriture, situé entre prose (la prose n’existe pas) et poème (un poème n’est jamais seul) semble une traversée des genres. Entre ce qu’elle nomme «littérature de combat » et «littérature de poubelle », ses livres, publiés pour l’essentiel aux éditions P.O.L dressent un spectre accidenté. A son travail de « revuiste » (Banana Split, Action Poétique, If, la gazette des jockeys camouflés…) s’ajoute une pratique de la lecture publique et de ce qu’elle appelle son « écrire dessiner » (tracts, livres d’artiste, expositions, ateliers de traduction, feuilletons, video (Akram Zatari Patrick Laffont Marc-Antoine Serra), théâtre (Hubert Colas, Geoffrey Coppini, Yves Noel Genot, Robert Cantarella), radio (ACR et Fictions France Culture), actions minuscules)… « Une existence tordue » pourrait être le titre de son laboratoire d’écriture où circulent des voix. Publications récentes : L’amour est plus froid que le lac, P.O.L, 2016. Le travail de la viande, P.O.L, 2019.

Anne Portugal et Vincent Broqua Anne Portugal, poète et traductrice, a écrit une douzaine de livres, publiés pour la plupart aux éditions P.O.L, De quoi faire un mur (1987), Le plus simple appareil (1992), définitif bob (2002), la formule flirt (2010), et comment nous voilà moins épais (2017), et chez d’autres éditeurs, en parlant de salut public, lnk (2011), voyer en l’air, l’Attente (2001), et les gens contents de se baigner, rup&rud (2010), fichier, Michel Chandeigne (1992) et la licence, qu’on appelle autrement parrhésie, Gallimard (1980). Elle a traduit Paramour (P.O.L) de Stacy Doris, avec Caroline Dubois, L’anglais mêlé de Caroline Bergvall, Presses du réel (2018), avec Abigail Lang et Vincent Broqua, et sonnets sonnants d’Andrew Zawacki, Joca seria (2019). Anne Portugal s’intéresse à la syntaxe, ou plus précisément à la « fantaxe », en cherchant à produire des effets de déliaison, de sauts, d’accélération et de ralentissement. Elle s’amuse à déconstruire les lieux communs de la poésie qu’elle associe au flirt et définit comme « un art de ne pas y toucher ».

11 mai 2021 - 19h : Lectures et performances

Zebulon B. Hurst (he/they) is a multidisciplinary poet, artist + scholar who came of age in Iowa City, IA. In 2019, he graduated with his BA cum laude from the University of Illinois at Chicago in French and Francophone Studies. Though Hurst feels a deep affinity to the Midwest, he also lived abroad in Tours, FR and Gland, SZG. Occasionally going by his hebrew name - Zuriel Biran - Hurst serves as a Cultural Organizer with Linke Fligl, a queer, radical, Jewish + Diasporist land project in upstate New York. He co-edits the project’s zine publication: Ki Li Ha’Aretz (for the land is Mine). Currently a graduate student at a seminary in Berkeley, CA, Hurst is a Presidential Scholar who will receive his Masters of Theological Studies as well as his Certificate in Sexuality and Religion. His research emphases are translation and embodiment, respectively.

 Lucy Ives is the author of two novels: Impossible Views of the World, published by Penguin Press and selected as a New York Times Book Review Editors' Choice, and Loudermilk: Or, The Real Poet; Or, The Origin of the World, published by Soft Skull Press and also a New York Times Book Review Editors' Choice. Her essays and stories have appeared in Art in America, Artforum, frieze, Granta, and Vogue, among other publications. In spring 2020, Siglio Press published The Saddest Thing Is That I Have Had to Use Words: A Madeline Gins Reader, the first definitive collection of Gins's poetry and prose, edited and with an introduction by Ives; a collection of Ives's short stories, Cosmogony, is forthcoming from Soft Skull Press in early 2021.

Anne Waldman is a poet, performer, professor, curator, and co-founder with Allen Ginsberg of the Jack Kerouac School at Naropa University, where she has worked for 47 years. Author of more than 50 publications of poetry, her most recent works include: Sanctuary (Spuyten Duyvil, 2020), Songs of the Sons and Daughters of Buddha (co-translated with Andrew Schelling, Shambhala, 2020), the album SCIAMACHY with Levy Gorvy Gallery, Laurie Anderson, William Parker, and others (Fast Speaking Music, 2020), Trickster Feminism (Penguin Books, 2018), Extinction Aria (Pied Oxen, 2017). Forthcoming works include: BARD, Kinetic (Coffee House, 2021) The New Weathers (Nightboat, 2022). Waldman is an internationally recognized performer of her own work, and has had recent travels to Finland, Berlin, Casablanca, Tangiers, Paris, Geneva for conferences and festivals. She is a recipient of a Lifetime Achievement Award from the American Book Awards, a PEN Center Literary Award in Poetry, the Shelley Memorial Award for Poetry, and has been deemed a “counter- cultural giant” by Publisher’s Weekly. She is a Chancellor Emeritus of the Academy of American Poets and recipient of the 2013 Guggenheim Fellowship. Forthcoming: Bard, Kinetic, Coffee House, March 2022, and a new book from Penguin in summer of 2O22.

 Yarrow Woods is the name of a trans poet/artist/etc. and various kinds of laborer in Chicago. Her work asks what it is to feel always inadequate to better the material conditions we and our close ones are subject to? What is it to begin to change (one's body, relationships, society, et al), when the tools we wield are the same instruments that we have been inflected with? Is it only a question of method? Constant rebuilding, crumbling, and reiterations of gestures and acts form together in yarrow's work as an attempt to envision, create, and evaluate alternatives to these inherited, violent systems. Her first full-length Death and is forthcoming from Inside the Castle, 2023. A portion of her chapbook The Dick the Bitch and the Baby is forthcoming in Hype Train: @rlysrslit Anthology (Thirty West Publishing House). You can find her other books Drupe Fist and FEVER DREAM / FROM THE FIRE PIT through https://gumroad.com/yyeswoods.

12 mai 2021 - 19h : Soirée de clôture, Maison de la poésie

Camille Bloomfield est franco-anglaise. Née entre les langues et élevée entre les pays, elle cultive l’hybridité dans sa pratique artistique comme dans son travail, mêlant les formes poétiques, et les supports. Ses explorations touchent aussi aux formes de diffusion de la poésie hors du livre : en performance, avec des musiciens, sur Internet, ou sur des supports uniques créés pour l’occasion. Elle a co-fondé en 2014 l’Outranspo (Ouvroir de translation potencial), un collectif consacré à la traduction créative et ludique, et est également membre du groupe italien l’Oplepo (Opificio di letteratura potenziale), deux « OuXpo » fondés dans le sillage de l’Oulipo, objet de sa recherche en littérature (elle enseigne à l’Université Sorbonne Paris Nord). Ses poèmes sont parus dans plusieurs revues (L’Intranquille, Chroniques errantes et critiques, Pratik, Mudlark...), sites web (Remue.net, Internet Exploreur, Zetmag…), et recueils de poésie (Drôles de Valentines, Héros-Limite, 2016, Paris, Dostoyevski Wannabe, 2019).

Caroline Bergvall est une artiste franco-norvégienne. Elle vit aujourd’hui en Angleterre, ou elle enseigne à l’Université de Southampton. Son travail embrasse un spectre très large de medium et techniques : elle dessine, réalise des installations (exposées dans plusieurs musées du monde, au MoMa, à la Tate Modern) et des performances audio-visuelles (Ragadawn, 2016 ; Oh My Oh My, 2017), et a publié six livres de poésie depuis 1996 (le plus récent, Alisoun Sings, a été publié chez Nightboat Books en 2019). Elle voyage et collabore avec de nombreux artistes, en Europe et en Amérique du nord, et son travail explore des formes d’écriture émergentes, à la croisée des arts et des langues. Elle a reçu le prix Bernard Heidsieck de littérature hors du livre en 2017.

Mia Brion est auteurice et performeuse. Elle sort diplômée des Beaux-arts de Paris en 2018. Dans la foulée, l’a la le est édité chez Théâtre Typographique. Cette balade-essai sur la poésie amoureuse met en jeu la reconnaissance que l’on a de rencontrer de nouvelles formes et personnes. Les poèmes surprise sonnet (Journal des Labos d’Aubervilliers), take me with you! (TRAM / Bétonsalon) et a name ore (éditions Suck Campari Dyke), sont trois des galeries souterraines transtextes d’un second livre à paraître bientôt. Dans Combien d’un nom es-tu contre toi, des sujets s’éclatent, se saisissent de rôles et / ou les jettent, d/sans une solution de continuité.

Kiyémis est une autrice, poétesse afroféministe et conférencière. Elle travaille sur la question de l’amour de soi, du body positive et la question du la place des afrodescendantes dans les espaces européens. Elle a écrit de nombreux articles dans des revues (Deuxième Page, Simonae), des sites d’informations comme Slate et Buzzfeed sur les questions féministes et de body positive. Ayant à coeur de véhiculer son message d’émancipation des normes et d’épanouissement des femmes, elle a participé à des conférences en France (ENS, Science Po) et à l’étranger (Institute of Radical Arts à Londres, université d’Edimbourg), et organise des ateliers d’écriture. Elle a publié en mars 2018 son premier recueil de poésie À nos humanités révoltées aux éditions Métagraphes, republié aux éditions Premiers Matins de Novembre. Après avoir participé à plusieurs ouvrages collectifs, elle est en préparation de son deuxième ouvrage.

Places

  • Paris, France

Date(s)

  • Monday, May 03, 2021Monday, May 03, 2021
  • Wednesday, May 12, 2021Wednesday, May 12, 2021

Keywords

  • Colloque, Festival, Poésie, Femme poète, poétesse, Traduction, Atelier d'écriture

Contact(s)

  • Nessrine Naccach
    courriel : nessrine [dot] naccach [at] sorbonne-nouvelle [dot] fr

Information source

  • Nessrine Naccach
    courriel : nessrine [dot] naccach [at] sorbonne-nouvelle [dot] fr

To cite this announcement

« Qu'est-ce qu'une poète femme ? Histoire, création, politique », Conference, symposium, Calenda, Published on Tuesday, April 20, 2021Tuesday, April 20, 2021, https://calenda.org/867109

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search