HomeSmall societies viewed from Quebec. Assessments and prospectives

Calenda - The calendar for arts, humanities and social sciences

Small societies viewed from Quebec. Assessments and prospectives

Les petites sociétés vues du Québec: bilan et prospective

*  *  *

Published on Tuesday, May 04, 2021Tuesday, May 04, 2021 by Céline Guilleux

Summary

Ce numéro spécial de Recherches sociographiques a pour objectif principal de fournir un bilan prospectif du champ d’études québécois des petites sociétés, tout en accueillant des études de cas sur le Québec qui placent en leur centre la notion ou la réalité des petites sociétés, notamment dans une perspective comparée. Par exemple, quels sont les principaux travaux sur le Québec comme petite société? Quelles questions soulèvent-ils? À quoi reconnaissent-ils et mesurent-ils la petitesse? Quelles disciplines en font un objet et un prisme d’analyse? Quel concept plus précis emploient-elles, et pourquoi? À quelles petites sociétés compare-t-on le Québec, et pourquoi? Quels sont les défis de ce champ d’études à la fois ancien et en émergence? Comment cette notion est-elle reçue et travaillée dans les réseaux savants internationaux? Peut-elle être élargie à l’étude de sociétés non occidentales? Quelles solidarités pourraient en émerger?

Announcement

Argumentaire

« La plupart des comparaisons, que ce soit en Occident ou avec des pays en voie de développement, se sont limitées aux plus grandes et aux plus influentes unités sociales et ont eu tendance à négliger les expériences riches et variées des petites entités politiques, en particulier les nombreux ‘États sécessionnistes’ européens après 1814, 1830 et 1918, et leurs histoires de construction nationale: ce sont, après tout, les entités les plus immédiatement comparables aux États récemment formés au Tiers-monde. »

 Stein Rokkan, 1971, p. 10-11[1]

La taille des sociétés revêt un intérêt de connaissance classique auquel réfléchissaient déjà d’illustres penseurs tels Platon, Aristote, Montesquieu et Rousseau (Dahl and Tufte, 1973). Il s’agit aussi d’un enjeu contemporain, celui d’un monde globalisé où les grands États-nations font de moins en moins figure de modèles universels. Selon le politologue catalan Joseph M. Colomer, deux tiers de la population mondiale vivrait aujourd’hui dans une « petite nation » (2007). C’est dire que sous diverses acceptations que résume la notion de « petites sociétés » (petites nations, petits États, petits pays, micro-États, sociétés insulaires, etc.), celles-ci posent autrement les enjeux de la politique internationale (Steinmetz et Wivel, 2010), les opportunités du marché mondial (Van Den Bulcke, Verbeke et Yuan, 2009), les normes démocratiques et étatiques (Keating et Harvey, 2014), les formes de nationalisme (Laniel et Thériault, 2020) et les imaginaires collectifs (Delsol, Maslowski et Nowicki, 2002), pour ne nommer qu’eux.

En effet, les petites sociétés soulèvent des questions épistémologiques et méthodologiques originales et heuristiques pour des sciences sociales et humaines habituées aux perspectives de sociétés de moyennes et grandes tailles. Que voit-on et que vit-on à l’autre bout du regard que les grandes sociétés projettent sur le monde (Boucher et Thériault, 2005)? Peut-on faire de ce regard autre, de ce regard petit, non hégémonique et fragile, un outil heuristique pour comprendre les enjeux de nos sociétés contemporaines? Comment y réagit-on aux grands processus modernes, par exemple la mondialisation et ses appels à une convergence des cultures? Quelles sont les expressions les plus courantes de la « petitesse », ainsi que ses cas types historiques et contemporains? Comment entre-t-on, comment sort-on, comment mesure-t-on la « petitesse », politiquement, économiquement, culturellement, religieusement et cognitivement?

Ces questions sont discutées et ces notions sont employées au Québec depuis longtemps, et avec une vitalité renouvelée depuis quelques années. Déjà, François-Xavier Garneau, Lionel Groulx et Fernand Dumont réfléchissaient au Canada français et au Québec comme « petite nation ». Plus récemment, on recense notamment les ouvrages de Gérard Bouchard en études des mythes (2013a,b), Alain-G. Gagnon en études des sociétés plurinationales (2011), Stéphane Paquin (2001, 2016) et Hubert X. Rioux (2020) en économie politique, François Paré (1994a,b) et Isabelle Daunais (2015) en littérature,  et Joseph Yvon Thériault (2005, 2020) en sociologie politique, souvent dans une perspective comparée, avec pour vis-à-vis les nations d’Europe centrale et orientale, les États scandinaves, les nations sans États souverains d’Europe de l’Ouest. Parfois même, ce sont des universitaires étrangers qui invitent les chercheurs québécois à concevoir leur société au prisme de la petitesse (Hughes, 1953). Cette fécondité pérenne du prisme d’analyse des petites sociétés invite à en consolider l’objectivation et à en poursuivre la problématisation (Cardinal et Papillon, 2011; Laniel, 2018, 2021).

Ce numéro spécial de Recherches sociographiques a pour objectif principal de fournir un bilan prospectif du champ d’études québécois des petites sociétés, tout en accueillant des études de cas sur le Québec qui placent en leur centre la notion ou la réalité des petites sociétés, notamment dans une perspective comparée. Par exemple, quels sont les principaux travaux sur le Québec comme petite société? Quelles questions soulèvent-ils? À quoi reconnaissent-ils et mesurent-ils la petitesse? Quelles disciplines en font un objet et un prisme d’analyse? Quel concept plus précis emploient-elles, et pourquoi? À quelles petites sociétés compare-t-on le Québec, et pourquoi? Quels sont les défis de ce champ d’études à la fois ancien et en émergence? Comment cette notion est-elle reçue et travaillée dans les réseaux savants internationaux? Peut-elle être élargie à l’étude de sociétés non occidentales? Quelles solidarités pourraient en émerger?

Le numéro spécial rassemblera les articles produits par des chercheur.euse.s issu.e.s des sciences sociales et humaines, ou d’autres disciplines apparentées.

Soumission d'une proposition de contribution

Pour soumettre une contribution à ce numéro spécial, les auteur.trice.s sont invité.e.s à nous faire parvenir en premier lieu une proposition d’article comprenant les informations suivantes :

  • Nom de ou des auteur.trice.s, incluant l’affiliation, les coordonnées complètes ainsi qu’une courte notice biographique;
  • 3 à 5 mots-clés;
  • Proposition d’article sous forme de résumé (entre 250 et 500 mots, police Times New Roman 12 pts, double interligne), incluant une problématique, l’approche méthodologique privilégiée et un minimum de 5 références bibliographiques.

Les propositions de communication doivent être envoyées par courriel à jean-francois.laniel@ftsr.ulaval.ca

avant le 1er septembre 2021.

Coordination

Ce numéro spécial est dirigé par le sociologue Jean-François Laniel, professeur à la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval.

Calendrier

  • 26 avril 2021 : Lancement de l’appel à contributions
  • 1 septembre 2021 : Date limite pour la soumission d’une proposition

  • 15 septembre 2021 : Notification aux auteur.trice.s de l’acceptation de leur proposition
  • 15 mars 2022 : Date limite pour la remise de l’article par les auteur.trice.s

Bibliographie

Bouchard, Gérard, « The Small Nation with a Big Dream: Québec national myths (eighteenth-twentieth century) », dans G. Bouchard (dir.), National Myths: Constructed Pasts, Contested Presents, New York, Routledge, 2013a, p. 1-23.

Bouchard, Gérard, « Neoliberalism in Québec: The Response of a Small Nation Under Pressure », dans P. A. Hall et M. Lamont (dirs.), Social Resilience in the Neoliberal Era, Cambridge, Cambridge University Press, 2013b, p. 267-292.

Boucher, Jacques L. et Joseph Yvon Thériault (dirs.), Petites sociétés et minorités nationales. Enjeux politiques et perspectives comparées, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 2005.

Cardinal, Linda et Martin Papillon, « Le Québec et l’analyse comparée des petites nations », Politique et Sociétés, vol. 30, no 1, 2011, p. 75-93.

Colomer, Josep M., Great Empires, Small Nations. The Uncertain Future of the Sovereign State, London & New York, Routledge, 2007.

Dahl, Robert A. et Tufte, Edward R., Size and Democracy, Stanford, Stanford University Press, 1973.

Daunais, Isabelle, Le roman sans aventure, Montréal, Boréal, 2015.

Delsol, Chantal, Michel Maslowski et Joanna Nowicki (dirs.), Mythes et symboles politiques en Europe centrale, Paris, Presses Universitaires de France, 2002.

Gagnon, Alain-G., Essais sur le fédéralisme et la diversité nationale, Québec, Presses de l’Université Laval, 2011​.

Hughes, Everett C., « Regards sur le Québec », dans Jean-Charles Falardeau (dir.), Essais sur le Québec contemporain, Québec, Presses de l’Université Laval, 1953, p. 224.

Keating, Michael et Harvey, Malcom, Small Nations in a Big World. What Scotland Can Learn, Edinburgh, Luath Press Limited, 2015.

Laniel, Jean-François, « Le Québec, petite nation ou société neuve? Regard sur les paradigmes comparatifs du Québec », Jean-François Laniel et Joseph Yvon Thériault (dirs.), Le Québec et ses autrui significatifs, Montréal, Éditions Québec Amérique (à paraître, 2021).

Laniel, Jean-François, « On the Relevance of Small Nations. Religion and Politics in S.N. Eisenstadt’s Multiple Modernities Paradigm », Nations and Nationalism, vol. 24, no 4, 2018, p. 1076-1096.

Laniel, Jean-François et Joseph Yvon Thériault (dirs.), Les Petites Nations. Culture, politique et universalité, Paris, Classiques Garnier, 2020.

Paquin, Stéphane, La revanche des petites nations: Le Québec, l'Ecosse et la Catalogne face à la mondialisation, Montréal, Vlb éditeur, 2001.

Paquin, Stéphane, « Small nation versus small states: the case of Quebec », dans H. Baldersheim et M. Keating (dirs.), Small States in the Modern World. Vulnerabilities and Opportunities, Cheltenham & Northampton, Edward Elgar Publishing, 2016, p. 131-144.

Paré, François, Les littératures de l’exiguïté, Ottawa, Éditions du Nordir, 1994a.

Paré, François, Théories de la fragilité, Ottawa, Éditions du Nordir, 1994b.

Rioux, Hubert X., Small Nations, High Ambitions. Economic Nationalism & The Politics of Venture Capital in Quebec and Scotland, Toronto : University of Toronto Press, 2020.

Rokkan, Stein, « Nation-Building: A Review of Models and Approaches », Current Sociology, vol. 19, no 3, 1971, p. 7-38.

Steinmetz, Robert et Wivel, Anders (éd.), Small States in Europe. Challenges and Opportunities, Aldershot & Burlington, Ashgate, 2010.

Van Den Bulcke, Daniel, Alain Verbeke and Wenlong Yuan, Handbook on Small Nations in the Global Economy, Edward Elgar Publishing, 2009.

 

[1] Nous traduisons.

Places

  • Quebec City, Canada

Date(s)

  • Wednesday, September 01, 2021Wednesday, September 01, 2021

Keywords

  • petite société, petite nation, petit État, centre, périphérie

Contact(s)

  • Jean-François Laniel
    courriel : jean-francois [dot] laniel [at] ftsr [dot] ulaval [dot] ca

Information source

  • Jean-François Laniel
    courriel : jean-francois [dot] laniel [at] ftsr [dot] ulaval [dot] ca

To cite this announcement

« Small societies viewed from Quebec. Assessments and prospectives », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, May 04, 2021Tuesday, May 04, 2021, https://calenda.org/871029

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search