AccueilTravailler, étudier, se mobiliser : les étudiant·e·s à l'épreuve de la précarité

AccueilTravailler, étudier, se mobiliser : les étudiant·e·s à l'épreuve de la précarité

Travailler, étudier, se mobiliser : les étudiant·e·s à l'épreuve de la précarité

Working, studying and mobilising: students and the challenge of job security

*  *  *

Publié le mardi 11 mai 2021 par João Fernandes

Résumé

Terme emblématique des mutations du capitalisme, à la fois polysémique et polymorphe, la « précarité » est un phénomène central de l’époque dans laquelle nous vivons. Aujourd’hui, c’est dans le contexte de la crise sanitaire, et alors que la réouverture des universités se fait attendre, que la question plus spécifique de la précarité étudiante réapparaît dans le champ médiatique et politique. La condition étudiante étant concernée par une multitude de situations spécifiques, comment en définir la précarité ? En effet, est-elle une forme de misère ou de pauvreté ? Est-elle partagée par toutes et tous ? Autrement dit, la précarisation des conditions de vie des étudiant·e·s est-elle une forme subjective ou une dynamique sociale ? Est-elle une situation relative ou une condition partagée ?

Annonce

Présentation

Terme emblématique des mutations du capitalisme, à la fois polysémique et polymorphe, la « précarité » est un phénomène central de l’époque dans laquelle nous vivons. Aujourd’hui, c’est dans le contexte de la crise sanitaire, et alors que la réouverture des universités se fait attendre, que la question plus spécifique de la précarité étudiante réapparaît dans le champ médiatique et politique. La condition étudiante étant concernée par une multitude de situations spécifiques, comment en définir la précarité ? En effet, est-elle une forme de misère ou de pauvreté ? Est-elle partagée par toutes et tous ? Autrement dit, la précarisation des conditions de vie des étudiant·e·s est-elle une forme subjective ou une dynamique sociale ? Est-elle une situation relative ou une condition partagée ? Au regard de ces questionnements, il semble essentiel de tracer les contours conceptuels de la précarité étudiante en s'interrogeant sur ses spécificités. L'enjeu de cette journée d'étude sera donc de proposer un espace pour discuter l'articulation des définitions institutionnelles, universitaires et militantes de ce qu'est la précarité étudiante. Car si elle peut être appréhendée à un niveau micro-social – par exemple, quand l’on parle des emplois dits étudiants –, il s'agit également de penser la précarité étudiante comme la conséquence manifeste d'une transformation structurelle de notre société. De manière plus générale, la précarité étudiante peut être pensée comme le point d’articulation entre l’instabilité constitutive du développement du travail à durée déterminée, payé à la tâche et la sous-valorisation – voire la dévalorisation – des diplômes obtenus dans le cadre des études universitaires. Les étudiant·e·s sont donc précaires en tant que futur·e·s travailleur·se·s, quand elles et ils ne le sont pas déjà pour pouvoir financer leur formation. Définir la précarité c’est donc l'envisager dans la complexité de ses interactions avec les sphères politiques, publiques et militantes mais aussi comme point d’articulation des rapports sociaux. Est-il alors possible d’organiser des résistances à partir de la précarité comme condition commune ? Comment, là où confluent les rapports de classe, de race et de genre, la précarité peut-elle émerger en tant qu’objet commun de conscientisation ? Au cours de cette journée d’étude, il s’agira, dans un premier temps, de chercher à définir ce qu’est la précarité étudiante. Dans un second temps, il sera question de s’intéresser de manière plus précise à la précarité telle qu’elle est vécue par les étudiant·e·s étranger·e·s. Enfin, et dans un troisième temps, nous proposerons à des étudiant·e·s travailleur·se·s et syndicalistes de se retrouver autour d’une table ronde afin de discuter des conditions et des spécificités de leur statut d'étudiant·e·s précaires et de leurs luttes.

Programme

09h30 Accueil des participant·e·s

10h Introduction

10h15 -12h Session 1 : Définir la précarité étudiante

  • 10h15 Élise TENRET, « La mesure de la précarité des étudiant·e·s à travers les enquêtes sur les conditions de vie de l’Observatoire de la vie étudiante (OVE) », Université Paris-Dauphine, IRISSO
  • 10h35 Patrick Cingolani, « Étudiants : Des luttes contre la loi travail aux propositions alternatives », LCSP, Université Paris-Diderot
  • 10h55 Julien Scharpé, « Le paternalisme au centre des politiques sociales », ancien syndicaliste USE, Revue Nouvelle

11h30 Discussion avec les intervenant·e·s

12h - 14h Pause déjeuner

14h - 16h Session 2 : Étudiant·e·s « extra-communautaires » : une précarité multiforme

  • 14h Yann Elimbi, « Du départ du pays d’origine jusqu’à l’arrivée en France : la précarité constante du parcours de l’étudiant étranger », ASLM
  • 14h20 Hicham Jamid, « Les étudiant·es étranger·es en France : des démarches épineuses pour un accueil en trompe-l’œil », LPED, CNAM-LISE, ORMES
  • 14h40 Tam, « Retour sur l’enquête MalvenuEs en France. Hausse des frais d’inscription à l’université française : quels enjeux pour les étudiantes et étudiant·e·s LGBTI extra-communautaires ! ? », travailleur socio-éducatif

15h Discussion avec les intervenant·e·s

15h30 Pause

16h - 18h Table ronde : Étudiant·e·s précaires, travail précaire : quelles luttes pour la précarité étudiante ?

Participant·e·s :

  • Chloé Lebas (syndicaliste et doctorante à l’université de Lille),
  • Laura (UEC Saint- Denis),
  • un·e intervenant·e Solidaires étudiant·e·s Saint-Denis,
  • Léo et Déborah des MOET,
  • une intervenant·e du Collectif AED Vie scolaire en colère

16h Introduction de la table ronde

16h10 Partie 1 : Travail et précarité étudiante

16h40 Partie 2 : Les possibilités de mobilisations face au travail précaire

17h10 Temps d’échange avec le public

17h40 - 18h Conclusion générale de la journée

Modalités pratiqudes de participation

Le mercredi 12 mai, de 10h à 18h aura lieu la journée d’étude en ligne sur la précarité étudiante organisée par le master 2 MARGE de @Paris8 !

Journée d'étude ouverte sur inscription : https://bit.ly/2QSGyJH

Dates

  • mercredi 12 mai 2021

Mots-clés

  • étudiant

Source de l'information

  • gabriela mariez
    courriel : journee [dot] etude [dot] precarite [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Travailler, étudier, se mobiliser : les étudiant·e·s à l'épreuve de la précarité », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 11 mai 2021, https://calenda.org/876500

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search