AccueilTransitions énergétiques : innovations, gouvernance et sociétés de part et d’autre des frontières

AccueilTransitions énergétiques : innovations, gouvernance et sociétés de part et d’autre des frontières

Transitions énergétiques : innovations, gouvernance et sociétés de part et d’autre des frontières

Energy transitions: innovations, governance and societies on either sides of borders

Qui dicte les choix du nouveau mix, les politiques, les citoyens, les scientifiques ou le marché? A quel niveau cela se fait-il:supra national ? national? local?

Who dictates choices in the new mix: politicians, citizens, scientists or the market? And at what level is it taking place: supra-national, national, and local?

*  *  *

Publié le lundi 07 juin 2021 par João Fernandes

Résumé

L’énergie est un besoin vital dans nos sociétés. Au cours des siècles,le passage du travail humain ou animal au charbon et aux hydrocarbures a permis les révolutions industrielles des XIXe et XXe siècles. Cette école d’été se propose de dresser un panorama des questions auxquelles font face les différentes parties prenantes. Nous analyserons les différences tant dans les choix stratégiques des pays que des groupes industriels qui y produisent et distribuent l’énergie. Pour cet opus 2021, un focus particulier sera mis sur les zones transfrontalières France-Espagne,afin de comparer les choix faits de part et d’autre de cette frontière pyrénéenne et montrer comment la coordination des acteurs des deux côtés est porteuse de nouvelles solutions.

Annonce

École d’été pluridisciplinaire, Bayonne, 30 août - 3 septembre 2021

Présentation

La prochaine édition de l’école d’été pluridisciplinaire sera dédiée aux politiques et innovations énergétiques transfrontalières, grâce à un partenariat avec l’Université de Pau et des Pays de l’Adour , Sciences Po Bordeaux et le GECT Eurorégion Nouvelle-Aquitaine Euskadi Navarre.

Celle-ci se déroulera sur le campus de Bayonne du 30 août au 03 septembre 2021. Des visites de sites technologiques sont prévues en Euskadi et en Navarre, ainsi que des soirées « hors les murs ».

Cette formation pluridisciplinaire offrira un panorama des questions, politiques, juridiques, économiques et technologiques auxquelles font face les différentes parties prenantes dans le cadre de la mise en œuvre de la transition énergétique avec un focus particulier sur les zones transfrontalières France-Espagne.

Elle s’adresse à un public large : doctorants, étudiants niveau BAC+5, post doc, chercheurs, salariés, agents des collectivités territoriales et membres de la société civile. Scientifiques, juristes, spécialistes des sciences sociales et politiques et toutes autres spécialités sont attendus.

Le nombre de participants est limité à 40. La sélection se fera sur la base de l’adéquation de la formation et du parcours professionnel, en veillant à la diversité des profils afin de garantir la pluridisciplinarité voulue. Les langues parlées seront le français et l’espagnol mais il ne sera pas nécessaire de parler les deux pour suivre.

Objectifs

L’énergie est un besoin vital dans nos sociétés. Au cours des siècles, le passage du travail humain ou animal au charbon et aux hydrocarbures a permis les révolutions industrielles des xixe et xxe siècles. Mais ces énergies fossiles ont un coût environnemental et un large éventail de nouvelles solutions sont apparues : d’abord l’énergie hydraulique, la géothermie et le nucléaire, puis plus récemment le solaire, l’éolien, la biomasse, le biogaz, les énergies marines ; l’hydrogène, quant à lui, a fait des débuts remarqués. Ces différentes sources d’énergie ont toutes des avantages et des inconvénients… qui doivent être jaugés et comparés en fonction des spécificités de chaque territoire. En même temps, les populations ne peuvent plus se passer d’énergie, et le fait d’avoir aujourd’hui plus d’un milliard d’individus n’ayant accès à aucune source d’énergie est inacceptable.

Les responsables politiques veulent l’accès à une énergie sûre, durable et bon marché. Les citoyens aussi, mais « sûre » peut vouloir dire beaucoup de choses. Dans certaines parties du globe cela signifie 24 h sur 24, alors que de plus en plus, pour d’autres, cela signifie produite de manière propre et locale. Et quand il s’agit d’un territoire transfrontalier, les solutions doivent être les mêmes des deux côtés de la frontière :  à quoi servirait un carburant vert produit localement si le véhicule qui l’utilise ne peut pas faire le plein de l’autre côté de la frontière ?

Au cœur de ce débat, de nombreux acteurs interagissent. Les ingénieurs et scientifiques proposent chaque jour de nouvelles solutions. Les financiers orientent le marché par leurs investissements. Les pouvoirs publics mettent en place des stratégies qui reposent de plus en plus sur une logique de concertation multi-niveaux (échelle internationale avec l’Accord de Paris ; échelle européenne ; échelles nationale et locale avec un nombre croissant de documents de programmation et de planification). Les citoyens choisissent, quand ils ont le choix, leur fournisseur d’énergie ou leur moyen de mobilité, deviennent parfois producteurs d’énergie ou s’engagent au sein de communautés énergétiques, et revendiquent davantage la parole dans la définition des orientations dont ils subiront assurément les conséquences. Les énergéticiens, des multinationales aux entreprises locales, font des choix et transforment leurs activités et structures.  Le contexte n’est pas simple, car les contraintes sont nombreuses et parfois contradictoires. Il est aussi passionnant et porteur d’opportunités puisqu’un nouveau monde de l’énergie se dessine !

Cette école d’été se propose de dresser un panorama des questions auxquelles font face les différentes parties prenantes. Nous analyserons les différences tant dans les choix stratégiques des pays que des groupes industriels qui y produisent et distribuent l’énergie. Pour cet opus 2021 (l’école existe depuis 2019), un focus particulier sera mis sur les zones transfrontalières France-Espagne, afin de comparer les choix faits de part et d’autre de cette frontière pyrénéenne et montrer comment la coordination des acteurs des deux côtés est porteuse de nouvelles solutions.

Pour qui ?

Un des objectifs de cette école est de montrer que l’ancien monde de l’énergie où des ingénieurs décidaient seuls du positionnement des moyens de production est dépassé, tous les acteurs ont leur rôle à jouer, mais le problème a différentes facettes. Thésards, étudiants niveau BAC+5, post doc, chercheurs, mais aussi enseignants, salariés et membres de la société civile sont les bienvenus, ils représenteront la diversité des points de vue. Scientifiques, juristes, spécialistes des sciences sociales et politiques et toutes autres spécialités sont attendus.

Inscription et informations pratiques

Le nombre de participants est limité à 40. La sélection, réalisée par les membres du comité de pilotage de l’école d’été (Isabelle Moretti / Xavier Arnauld de Sartre / Louis de Fontenelle – UPPA, Sylvain Roche / Hubert Delzangles – Sciences Po Bordeaux) sur la base de l’adéquation de la formation et du parcours professionnel, en veillant à la diversité des profils afin de garantir la pluridisciplinarité voulue. Les langues parlées seront le français et l’espagnol mais il ne sera pas nécessaire de parler les deux pour suivre.

Déposer votre candidature avant le 30 juin 2021 sur le site :

https://formation.univ-pau.fr/fr/catalogue/summer-schools-ecoles-d-ete/transitions-energetiques-30-aout-3-sept-2021.html, contact : alice.moulene@univ-pau.fr

Lieu : UPPA Bayonne, logement libre à la charge des participants.

Frais d’inscription :

  • 150 € pour les étudiants niveau M2 et les demandeurs d’emplois,
  • 250 € pour les étudiants en thèse ou postdoc ainsi que pour les enseignants chercheurs de l’académie de Nouvelle-Aquitaine,
  • 1000 € pour la formation continue. Comprend enseignement, repas de midi et visite.

Programme

 Partie 1 : Panorama

  • Qui consomme quoi aujourd’hui ?
  • La problématique énergétique sur les cinq continents • Les acteurs du monde de l’énergie (produire / transporter / distribuer / financer…) et leur  positionnement
  • Les différences entre l’Espagne et la France
  • Le cadre politico-juridique pour promouvoir le nouveau mix énergétique ; le cas particulier des zones frontalières

Partie 2 : Les fondamentaux technologiques 

  • Panorama des solutions énergétiques vertes pour produire, stocker, consommer
  • Avantages et limites de chaque technologie
  • Le rôle du numérique et de la data
  • Variabilité et diversité des ressources énergétiques renouvelables des territoires

Partie 3 : Décentralisation  de  la  production énergétique

  • Dans les pays développés
  • Dans les territoires en voie de développement (sans connexion à la grille)
  • Comment et avec qui se monte un projet, gouvernance de la politique de transition
  • Questions transfrontalières
  • Subsidiarité énergétique des territoires
  • L’autonomie énergétique des territoires
  • L’autoconsommation individuelle et collective, les communautés énergétiques
  • Nouveaux enjeux de la mobilité

Partie 4 : Les challenges 

  • Technologiques
  • Économiques
  • Normatifs

Choix pédagogique et évaluation

Chaque journée comprendra des cours, puis des études de cas en sous-groupes, suivies de présentations et débats. L’évaluation sera faite sur ces présentations. Pour les doctorants UPPA, validation 25 h.

Encadrants principaux

  • Dr. Isabelle Moretti : Dr en géoscience et spécialiste de l’énergie - 30 ans en recherche, 10 ans dans l’industrie. Membre de l’académie des technologies, ancienne directrice scientifique d’Engie, chercheuse à  E2S UPPA.
  • Bernard Blez : Ancien directeur du centre de recherche Engie Lab Crigen, ancien élève de l’école polytechnique et de Supelec, 40 ans d’expérience dans l’industrie de l’énergie (EDF puis Engie).
  • Dr Xavier Arnauld de Sartre : Directeur de recherche CNRS, directeur de la chaire Territoires dans les transitions énergétiques et environnementales (E2S UPPA).
  • Dr Louis De Fontenelle : Maître de conférences en droit public (UPPA), chaire E2S UPPA MOVE, codirecteur du master droit des transitions énergétiques et environnementales.
  • Dr Sylvain Roche : Docteur en sciences économiques de l’Université de Bordeaux, consultant en politiques d’innovation dans le secteur des énergies renouvelables. Ingénieur de projets à la chaire TRENT de Sciences Po Bordeaux.
  • Prof Hubert Delzangles : Droit Public, responsable de la chaire TRENT, du Master Expertise en affaires publiques-Droit public des affaires et du Diplôme universitaire de doit de l’environnement de l’Université de Bordeaux.
  • Dr. Carlos del Río: Directeur de l’ISC (Instituto Smart Cities) de l’Université Publique de Navarre (150 chercheurs en particulier en analyse de données, traitement du signal, efficacité énergétique et durabilité).
  • Dr. Jesús M. Blanco: Directeur des Masters Erasmus Mundus REM y REM+ de l’Université du Pays Basque, chercheur associé à Tecnalia et IP du groupe de recherche du gouvernement basque ECLEDER en énergie renouvelable marine.

Lieux

  • Bayonne, France (64)

Dates

  • mardi 15 juin 2021

Mots-clés

  • transition énergétique transfrontalière

Contacts

  • Alice Moulene Dauba
    courriel : alice [dot] moulene [at] univ-pau [dot] fr

Source de l'information

  • Alice Moulene Dauba
    courriel : alice [dot] moulene [at] univ-pau [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Transitions énergétiques : innovations, gouvernance et sociétés de part et d’autre des frontières », École thématique, Calenda, Publié le lundi 07 juin 2021, https://calenda.org/880655

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search