AccueilLes ressorts territoriaux de la coordination des acteurs autour de la transition agroécologique

AccueilLes ressorts territoriaux de la coordination des acteurs autour de la transition agroécologique

Les ressorts territoriaux de la coordination des acteurs autour de la transition agroécologique

Contrat doctoral à l’UMR TREE - Transitions énergétiques et environnementales

*  *  *

Publié le lundi 28 juin 2021 par João Fernandes

Résumé

L’Unité mixte de recherche Transitions énergétiques et environnementales - UMR TREE - (CNRS/université de Pau et des Pays de l’Adour) propose une offre de contrat doctoral sur les ressorts territoriaux de la coordination des acteurs autour de la transition agroécologique. Travaillant plus particulièrement sur quelques communautés de communes ou communautés d'agglomérations, il ou elle sera chargé·e d'analyser plus spécifiquement la façon dont les collectivités territoriales de Nouvelle-Aquitaine interviennent dans la transition agroécologique ; la diversité des réseaux d'acteurs et des projets présents sur les territoires étudiés ; leur articulation au sein des territoires, mais aussi avec les territoires voisins et les échelons d’action supérieurs et ; le rôle que jouent les collectivités territoriales dans l'émergence et le fonctionnement de ces projets.

Annonce

Présentation

L’UMR TREE - Transitions Énergétiques et Environnementales (CNRS/université de Pau et des Pays de l’Adour) propose une offre de contrat doctoral sur les "Les ressorts territoriaux de la coordination des acteurs autour de la transition agroécologique".

Cette offre s’insère dans un programme de recherche interdisciplinaire (TAETERR-NA - Ancrer la Transition AgroEcologique dans les TERRitoires de Nouvelle-Aquitaine : les ressorts territoriaux du développement de systèmes agricoles basés sur la biodiversité), financé par la Région Nouvelle-Aquitaine et porté par l'UMR TREE (CNRS/Université de Pau et des Pays de l'Adour).

En partenariat avec les acteurs socio-économiques et les chercheurs investis dans le projet (18 chercheurs issus de différentes disciplines), le/la doctorant.e s'intéressera à la question de la mise en cohérence de l’action publique et collective autour de la transition agroécologique. Travaillant plus particulièrement sur quelques communautés de communes ou communautés d'agglomérations, il.elle sera chargé.e d'analyser plus spécifiquement 1) la façon dont les collectivités territoriales de Nouvelle-Aquitaine interviennent dans la transition agroécologique, 2) la diversité des réseaux d'acteurs et des projets présents sur les territoires étudiés, 3) leur articulation au sein des territoires, mais aussi avec les territoires voisins et les échelons d’action supérieurs et 4) le rôle que jouent les collectivités territoriales dans l'émergence et le fonctionnement de ces projets.

Contrat doctoral co-financé par la Région Nouvelle-Aquitaine et l'Université de Pau et des pays de l'Adour.

Directrices de thèse et jury de sélection de candidatures

Informations sur le poste

  • Affectation : UMR TREE (Transitions Énergétiques et Environnementales), CNRS/Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Directeur de l’UMR : Xavier ARNAULD DE SARTRE (xavier.arnauld@cnrs.fr)
  • Site internet du laboratoire : https://tree.univ-pau.fr/fr/index.html
  • Date du début du contrat : octobre 2021
  • Durée du contrat : 36 mois
  • Financement : Région Nouvelle-Aquitaine et UPPA-E2S
  • Domaines : géographie, sociologie, sciences politiques, agronomie
  • Mots-clés : transition, agroécologie, biodiversité, territoire, projets coopératifs

Contexte de la recherche

Le travail doctoral proposé s’insère dans un programme de recherche interdisciplinaire centré sur les déterminants territoriaux de la transition agroécologique : Ancrer la Transition AgroEcologique dans les TERRitoires de Nouvelle-Aquitaine : les ressorts territoriaux du développement de systèmes agricoles basés sur la biodiversité (TAETERR-NA).

Financé par la Région Nouvelle-Aquitaine et l'Université de Pau et des pays de l'Adour ce projet est porté par l'UMR TREE. Il repose sur une équipe pluridisciplinaire regroupant des géographes, des économistes, des juristes, des sociologues, des politistes et des agronomes de plusieurs unités de recherche de Nouvelle-Aquitaine (TREE et CRAJ à Pau, RURALITES et CECOJI à Poitiers, Centre Emile Durkheim et INRAE à Bordeaux). Il associe également plusieurs partenaires socio-économiques de la région : le Conservatoire d'espaces naturels (CEN) de Nouvelle-Aquitaine, AgroBio Périgord, le Réseau InPACT Nouvelle-Aquitaine et la Communauté de Communes du Haut Poitou (CCHP).

Partant des travaux qui montrent certaines disparités territoriales de la transition agroécologique[1] et des théories de la transition qui considèrent que les spécificités des territoires jouent un rôle-clé dans sa mise en œuvre[2], ce projet se focalise sur les déterminants territoriaux de la transition agroécologique. À travers une approche comparative et multiscalaire, il étudie donc la façon dont la « spécificité de lieu et de l’échelle influence les processus de transition »[3] en examinant les ressorts territoriaux de l’émergence et de la stabilisation de projets agroécologiques coopératifs de territoire et plus particulièrement ceux cherchant à travailler avec la nature en favorisant la biodiversité (ordinaire, remarquable, mais aussi cultivée et domestique).

Le programme de recherche est organisé en 3 tâches. La première, à l'échelle de la Nouvelle-Aquitaine, doit permettre de caractériser et de localiser les grands types de projets agroécologiques coopératifs de territoire qui cherchent à favoriser la biodiversité. La seconde, à l’échelle des communautés de communes ou d’agglomération, examine comment les différents acteurs interviennent et se coordonnent autour de la transition agroécologique en comparant différentes collectivités territoriales de Nouvelle-Aquitaine. À un niveau plus individuel, la troisième tâche se focalise plus particulièrement sur quelques territoires pour examiner la façon dont les acteurs locaux (notamment les agriculteurs) se sentent plus ou moins concernés par les enjeux de transition agroécologique et les dispositifs proposés localement.

Le projet de thèse proposé viendra plus particulièrement alimenter la tâche 2 tout en faisant le lien avec la tâche 3.

Enjeux et objectifs

Ciblé sur les ressorts territoriaux de la coordination des acteurs en faveur de la transition agroécologique le travail de thèse portera plus particulièrement sur la question de la mise en cohérence de l’action publique et collective au sein des territoires et notamment des EPCI.

Le.la doctorant.e devra mener un important travail d’enquête qualitative auprès de nombreux acteurs (élus, structures para-agricoles, associations environnementalistes, salariés des collectivités territoriales, agriculteurs). Il.elle conduira des entretiens semi-directifs et des focus groups et suivra certaines instances locales de discussion et de concertation de façon à bien cerner les contenus des projets, mais aussi les débats, les positions des acteurs et les réseaux officiels et officieux favorisant les échanges ou au contraire les cloisonnements.

La comparaison de plusieurs communautés de communes ou d’agglomération de Nouvelle-Aquitaine permettra de confronter différents contextes territoriaux et d’examiner ce qui joue dans la mise en cohérence territoriale des différentes initiatives. Les territoires des partenaires institutionnels du projet seront pris en compte, mais le choix des autres territoires à l’étude se fera sur la base des résultats de la tâche 1 et de critères co-construits par l’ensemble du consortium au début du projet.

Le.la doctorant.e travaillera en étroite collaboration avec les juristes, les sociologues, les politistes et les économistes qui examineront cette question sous l’angle de leur discipline.

Productions attendues

  • Rédaction et soutenance d’une thèse.
  • Publication d’au moins deux articles dans des revues internationales à comité de lecture.
  • Présentation d’au moins une communication dans un colloque international et une dans un colloque national.
  • Animation d’un séminaire doctoral du laboratoire.
  • Participation à des ateliers à destination des partenaires socio-économiques du projet.

Présentation de l’UMR TREE

L’UMR TREE (Transitions énergétiques et environnementales) est une unité de Sciences Humaines et Sociales de 57 membres permanents, implantée à Pau et créée au premier janvier 2021 au sein de l’Université de Pau et des pays de l’Adour. Elle associe des géographes, des sociologues, des juristes et des économistes qui travaillent sur les transitions énergétiques et environnementales. Elle participe au projet d’établissement I-site E2S UPPA structuré autour de la recherche de solutions innovantes aux crises énergétiques et environnementales. Le projet de l’UMR pourra être transmis au/à la candidat.e sur demande.

Profil recherché

Les candidat.e.s doivent être titulaires (diplôme obtenu au plus tard en septembre 2021) d’un master 2 en Sciences Humaines et Sociales (géographie, aménagement, sociologie, sciences politiques, anthropologie) et/ou ingénieur.e agronome.

Les compétences suivantes seront nécessaires pour mener à bien le travail de recherche :

  • Maîtrise des techniques d’enquête et de traitement des données qualitatives (enquête par entretiens semi-directifs et focus-group).
  • Maîtrise du français et de l’anglais.
  • Connaissances et intérêt pour les questions agricoles et les enjeux autour de la transition agroécologique.
  • Connaissance du fonctionnement des collectivités territoriales.
  • Intérêt pour l’interdisciplinarité.
  • Autonomie et capacités relationnelles (pour la conduite des entretiens et l’interaction avec les acteurs du territoire, les habitants et les chercheurs impliqués dans le projet).
  • Le permis B et véhicule vivement souhaités.

Conditions de recrutement

Statut : contrat doctoral de 3 ans

Rémunération : Selon grille en vigueur

Frais de mission pris en charge

Dossier de candidature

Les candidat.e.s doivent adresser au plus tard le 12 septembre 2021

les pièces suivantes à Sylvie CLARIMONT (sylvie.clarimont@univ-pau.fr) et Marion CHARBONNEAU (marion.charbonneau@univ-pau.fr) :

  • Curriculum vitae.
  • Lettre de motivation argumentée, positionnant le.la candidat.e par rapport au sujet de thèse.
  • Relevés de notes depuis le BAC.
  • Productions de master (mémoire(s) ou plan de mémoire si master non soutenu à la date de candidature) et publications éventuelles.
  • Un à deux courriers de recommandation émanant(s) de personnes ayant travaillé avec le.la candidat.e.

Processus de recrutement

Les candida.e.s pré-sélectionné.e.s seront invité.e.s à un entretien sur le site palois de l’UMR TREE. Un entretien en visio-conférence pourra éventuellement être organisé pour les candidats éloignés. Ces entretiens seront organisés entre le 16 et le 24 septembre 2021.

Les demandes de renseignements sont tout à fait bienvenues. N'hésitez à nous contacter pour échanger sur le contenu du projet ou du dossier de candidature.

Lieux

  • Domaine universitaire, Institut Claude Laugénie
    Pau, France (64)

Dates

  • dimanche 12 septembre 2021

Mots-clés

  • transition, agroécologie, biodiversité, territoire, projets coopératifs

Contacts

  • Marion Charbonneau
    courriel : marion [dot] charbonneau [at] univ-pau [dot] fr
  • Sylvie Clarimont
    courriel : sylvie [dot] clarimont [at] univ-pau [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Marion Charbonneau
    courriel : marion [dot] charbonneau [at] univ-pau [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les ressorts territoriaux de la coordination des acteurs autour de la transition agroécologique », Bourse, prix et emploi, Calenda, Publié le lundi 28 juin 2021, https://calenda.org/890525

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search