HomeJustice and Interest / Judicialization

Calenda - The calendar for arts, humanities and social sciences

Justice and Interest / Judicialization

Justice et intérêt / judiciarisation

*  *  *

Published on Friday, July 02, 2021 by Céline Guilleux

Summary

The International workshop on Justice & Interest / Judicialization will bear on issues where the programs intersect, covering three themes in particular: 1°) Definitions, concepts and theories; 2°) Judicialization and governance, governmental legislation and CSR; 3°) Environmental and social justice, lawsuits and judicial decisions. Contributors who work in economic philosophy, law and political sociology in particular are encouraged to submit papers relevant to these themes. Contributions from other closely related disciplines are welcome and need not necessarily be specific to one geographic area, although the focus is on Japan and international comparisons between Eastern Asian countries and Western countries. 

Le workshop international « Justice et intérêt / judiciarisation » se situe à l’intersection des thématiques de « Justice et intérêt » et « Judiciarisation » à trois égards : les définitions générales, concepts et théories ; la gouvernance, le droit administratif et la responsabilité sociale des entreprises (RSE) ; la justice environnementale, la justice sociale et les actions en justice. Nous encourageons les contributeurs travaillant dans le champ de la philosophie économique, du droit et de la sociologie économique, notamment, à soumettre des communications relatives à ces thèmes. Il n’y a pas de spécificités concernant les zones d’études, toutefois les communications qui portent sur le Japon, comme les comparaisons internationales avec des pays d’Asie orientale et d’Occident, sont fortement encouragées.

Announcement

Maison franco-japonaise, Ebisu, Tokyo - Online 

January 26-27, 2022 

Argument

The International Workshop on Justice & Interest / Judicialization will take place online (via ZOOM) on January 26-27, 2022. It is organized by the French Research Institute on Japan in Tokyo (Institut français de recherche sur le Japon at the Maison franco-japonaise UMIFRE 19, CNRS, MEAE) in cooperation with the program “Justice and Interest” (InSHS, CNRS, field: economic philosophy) and the program “Judicialization of social and environmental issues in France and Japan” (IFRJ-MFJ, FFJ at EHESS and Tokyo University, Institute for Social Sciences). This international conference will bear on issues where the programs intersect, covering three themes in particular: 1°) Definitions, concepts and theories; 2°) Judicialization and governance, governmental legislation and CSR; 3°) Environmental and social justice, lawsuits and judicial decisions. Contributors who work in economic philosophy, law and political sociology in particular are encouraged to submit papers relevant to these themes. Contributions from other closely related disciplines are welcome and need not necessarily be specific to one geographic area, although the focus is on Japan and international comparisons between Eastern Asian countries and Western countries.

In the broad sense of the term, economics as the study and analysis of economic phenomena ceaselessly requires choices to be made. The role of the law, both in the form of legislation codes and judgments in courts intertwines with economics. They are sanctions (positive or negative) that mark the success (or failure) of earlier choices that led to decisions within the effective process of decision-making. This applies not only to the representatives of institutions and authorities in charge, but to all economic agents on the whole. The discipline that has grown under the label ‘Law and Economics’ has developed where the two disciplines overlap, intersecting and connecting both justice and interest. 

On the one hand, in addition to the philosophical concept in discussion, ‘justice’ refers to institutions whose structures vary according to country and historical period. On the other hand, clearly understood interest (self-interest and mutual interest) can be seen as a plurality of such interests at the forefront of interactions among economic agents. Economics requires first and foremost selecting the phenomena that deserve scientific attention, and calculating inherently unstable equilibria. Law and justice in the courts require assessing what may enter its jurisdiction. Economics then requires theoretical tools to process these factors, while it is the role of justice to hand down appropriate sentences. Both disciplines link reflection on both the ‘material’ and ‘non-material’ aspects of justice (moral and symbolic), allowing the consequences of options retained at each stage of the economic exchange and of the judiciary process to be determined. Both moral judgement and economic calculation bear on the actions taken by agents and under decisions and choices that are never merely neutral. As inevitable as they are, the choices are never purely methodological, as they intrinsically call for ethical, epistemological and ontological positioning. This pertains to the field of economic philosophy, which provides the means with which to deal with both moral and symbols of what remains an inherently philosophical task. 

In the debates on various theories of justice, notably between Rawls and Habermas (where a parallel is drawn between the modern vision of individual subjective rights and views on participative and deliberative rights engaging the citizen in political life), legal actions as a means to assert and claim one’s rights or access new subjective rights is a topic that is rarely developed. To change social conditions and related injustice, the analysis of social conflicts and struggle recognition focuses more on political channels than judiciary channels (Honneth, 1992; Pourtois 2002). However, the ‘non-material’ aspect of social justice (both moral and symbolic), as well as institutional dysfunction, the replication of social structures and other factors including the privatization of decision-making by interest groups, further limit the role of political channels to account for changes in social conditions, as emphasized by Iris M. Young. 

Against this backdrop, an epistemological approach to legal action will allow us to discuss further theories on both aspects of social justice — the material and the non-material. Indeed, legal action provides an advantage (whether material or moral) to the litigant and is meant to protect the individual, who is otherwise vulnerable and who seems to beat a disadvantage to develop a positive relationship to oneself without this process. Judicialization and legal mobilization theories, the use of law and going to court, depending on the circumstances, are means to contest and defend the interests of the most vulnerable (see Tilly 1989; Shapiro 1999; Israel 2009, 2020). Such works shed light on judges’ authority over bureaucrats, politicians and private actors within the decision-making process, as illustrated for instance by recent environmental lawsuits. The right to challenge administrative decisions provides the judge with control over the regulator, which in turn creates another locus of interaction between State and society. However, the judicialization of politics is subject to normative criticism over the confiscation of democracy by the “power of judges” (Guarnieri & Pederzoli 2002). Moreover, there is inequality in access to courts, accentuated by cost-benefit calculations (there are always matters of trade-off), which determine, on the one hand, whether one chooses to resort to judges or “suffer in silence”, and on the other hand, the outcomes of “non-action” or change. 

This workshop is interdisciplinary and revolves around theoretical and empirical themes relating to justice and interest, as well as to the judicialization process in both the material and non-material (moral and symbolic) aspects of their connection. Three round-tables will be held. 

Round-table I: Definitions, concepts and theories 

“Interest”, in French Law, is the #1 condition for legal action and the basis of the right to act (art. 31 of the French Code of civil procedure). Nevertheless, “interest” appears to be a vague concept. However, the legal action advantage to the litigator is either material or moral when involving “causes” (discrimination, global warming and climate change, for example). A distinction is made between concepts and legal and philosophical definitions, such as individual interest over self-interest, public and collective interest, involving epistemological debates on the notion of justice. Indeed, where and when justice and interest do intersect, justice is formulated with the help of broad theories from ancient times (Aristotle etc.) to current day (John Rawls, Amartya Sen, Michael Walzer etc.). Research is conducted to explore the notion, gather and compare the diversity of practices and notions with a variety of concepts, theories and models. The main schemes find an order through the reflective attitude philosophy brings at the heart of the debate. An increasing number of works are enriching the interaction of philosophy and economics (as the increase in publications suggests). Those works help to structure the field where justice and interest(s) interact, in principle and in various forms both in theory and in practice. 

Round-table I will be the opportunity to discuss theories of social justice, their criticism, as well as judicialization theories. Submissions under the Law and Economics movement and Critical Law Studies are particularly welcome. 

Round-table II: Judicialization and governance, governmental legislation and CSR

The use of law and courts to defend rights or acquire new ones can be a ‘weapon’ for economic and financial actors to enter new markets or to modify restrictive local regulations. East Asian countries are particularly interesting case-studies with regard to the gradual transformation of the power of administrative tribunals in relation to bureaucracy, which has been analyzed as central to the decision-making process, in reference to the concept of the Developmental-state (Johnson 1982). To what extent and under what conditions would the process of “judicialization” replace the process of "bureaucratization" in response to the rise of globalization and internationalized markets? What meaning does the term ‘good governance’ actually suggest to other than its use by institutions that aim for minimal consistency with the fundamental values of economic and political life? As far as theories are concerned, several questions need to be addressed. The idea that anyhow (all) “institutions matter” (see for instance Rutherford 1994) has spread much wider than economic institutionalist schools which claimed this idea as their own. Now, theories are also distinguished by how they are applied. This is where the law, and justice in its practical aspect create a multifaceted notion of interest(s): public (national or local government) as well as private (from firms where CSR is a well-known form of interest). 

Issues raised in Round-table II are not limited to East Asian countries and call for analyses of law and economics, political economy and economic philosophy. 

Round-table III: Environmental and social justice, lawsuits and judicial decisions 

Legal notions of environmental justice and social justice relate to interests for accessing resources (economic, cultural and identity among others) and recognizing collective rights (for instance, the right to live in a healthy environment or in spaces over which groups have rights). Monopolizing the land to which some group lay claim, or exploiting this social group are common actions institutionalized by structures. Such structures challenge the concept of rule of law that underlies liberal political philosophy and the frame to understand freedom claims. In a ‘participatory democracy’, how should citizen take part in the discursive elaboration of the law, if he or she lacks access to the decision-making process? By taking legal action to defend collective interests, does the individual make use of participatory rights that engage him or her in public life? These expressions are crucial in economic and legal philosophy debates, and is undoubtedly due to a pressing social demand. It will be appropriate to question these notions, as well as the actions of the agents of "environmental justice" (special issue “Justice and Environment”, Review of Economic Philosophy, 16/1, 2015). 

The field where philosophy and economics interact provides numerous areas for scientific research: ideas from this sphere loop back to economics at a scientific level and introduce broader areas for discussion around technically complicated environmental and social issues. Informing this are arguments from disciplines neighboring economics ‒ especially law. Justice is multifaceted and encompasses notions like common good, which economists have disputed from the early times to more recent contributions (Tirole 2016), and the value of welfare and well-being. Therefore, self-interest and general interest are conveyed both at individual and collective level. Some difficulties arise when distinguishing the two notions (for instance, Sen 2009) and submissions could be made to find clarification. 

Calendar 

  • June 21, 2021: Call for Papers 
  • September 20, 2021: abstract submission deadline (max. 500 words) 

  • October 18, 2021: notice of accepted abstracts 
  • November 22, 2021: provisional program 
  • January 10, 2022: full text submission deadline (6,000 – 10,000 words for papers aiming to enter the selection for publication) 
  • January 26-27, 2022: online workshop (ZOOM) 
  • A Selection of Papers will be considered for publication (to be discussed during the workshop and thereafter) 

Abstract submission rules 

Abstract word-count of 500 words maximum. Abstracts must be anonymous (for refereeing). 

Abstracts and (later) papers can be written in French or in English. 

Oral communications will be in English. 

Please send to: justice.workshop2022@gmail.com 

Reminder: abstract submission deadline is September 20, 2021. 

Scientific Coordinators

Gilles Campagnolo (gilles.campagnolo@univ-amu.fr) and Adrienne Sala (sala@mfj.gr.jp) 

For more information, please visit the workshop page from the portal http://mfj.gr.jp (site of the IFRJ-MFJ host institution).

Maison franco-japonaise, Ebisu, Tokyo en ligne 26 & 27 janvier 2022 

20 septembre 2021 : date limite pour la soumission des résumés 

Argument

Le Workshop international « Justice & Intérêt / Judiciarisation » se tiendra en ligne (Zoom) les 26 et 27 janvier 2022. Il sera organisé par l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19, CNRS, MEAE), en collaboration avec le programme de Philosophie économique « Justice et Intérêt » (InSHS du CNRS) et le programme « Judiciarisation des enjeux sociaux et environnementaux en France et au Japon » (IFRJ-MFJ, FFJ de l’EHES et l’université de Tokyo [Institut of Social Science]). Le thème de ce colloque international sera l’intersection des thématiques de « Justice et Intérêt » et « Judiciarisation » à trois égards : 1) Définitions générales, concepts et théories ; 2) « Gouvernance, droit administratif et RSE » ; 3) « Justice environnementale, justice sociale et actions en justice ». Nous encourageons les contributeurs travaillant dans le champ de la philosophie économique, du droit et de la sociologie économique, notamment, à soumettre des communications relatives à ces thèmes. Il n’y a pas de spécificités concernant les zones d’études, toutefois les communications qui portent sur le Japon, comme les comparaisons internationales avec des pays d’Asie orientale et d’Occident, sont fortement encouragées.

L’économie, comprise de façon très large comme l’étude et l’analyse des phénomènes économiques, implique toujours de faire des choix. Le droit vient présenter une sanction (positive ou négative) de la mise à l’épreuve de l’exercice de ces choix dans les décisions effectivement prises non seulement par les représentants des autorités institutionnelles responsables, mais encore par tous les agents économiques concernés. La discipline connue sous l’appellation de Law and Economics a prospéré sur cette intersection qu’exprime en quelque sorte mieux que toute autre l’expression « Justice et intérêt », pour autant que, d’une part, la justice signifie, outre un concept philosophique discuté, des structures institutionnelles variables selon les pays et les époques, et que, d’autre part, la notion d’intérêt se comprend aussi au pluriel des intérêts effectivement mis en jeu et/ou en cause. L’économie implique d’abord de sélectionner les phénomènes méritant attention et de calculer des équilibres toujours précaires ; et le droit judiciaire, de savoir ce qui peut venir se présenter devant sa balance. L’économie requiert ensuite de choisir les outils théoriques pour traiter ces derniers, la justice de rendre des décisions appropriées. Les deux disciplines, dans une réflexion sur les deux dimensions de la justice « matérielle » et « non matérielle » (morale et symbolique) conduisent à envisager les conséquences des options retenues à chaque étape tant quant aux jugements moraux portés sur les actions que concernant les décisions de justice. En effet, de tels choix ne sont jamais neutres. Aussi inévitables soient-ils, ils ne sont jamais seulement méthodologiques et ils enveloppent inséparablement tout autant des engagements éthiques, épistémologiques et ontologiques du ressort de la philosophie économique, qui à ce titre donne les moyens de traiter sur le plan moral comme sur le plan symbolique ce qui est intrinsèquement philosophique. 

Si le droit occupe une place dans les débats autour des théories de la justice, notamment le débat entre Rawls et Habermas qui met en parallèle la vision moderniste des droits subjectifs attachés à la personne et la vision des droits participatifs et délibératifs qui engagent le citoyen dans la vie politique, l’action en justice, comme moyen de faire valoir et de revendiquer les droits ou d’accéder à de nouveaux droits subjectifs, y est relativement moins mentionnée. Par exemple, dans l’analyse des conflits sociaux, les tenants de la politique de reconnaissance donnent une moindre importance aux voies juridiques en comparaison des voies politiques dans la transformation des conditions sociales qui génèrent des formes d’injustice (Honneth 1992 ; Pourtois 2002). La dimension non matérielle de la justice sociale - morale et symbolique - occupe une place centrale dans l’ouvrage d’Iris M. Young (1990) qui met en évidence le dysfonctionnement institutionnel et la reproduction des structures sociales en rendant compte des facteurs de leur inertie par l’analyse, entre autres, de la « privatisation » des processus décisionnels politiques par des groupes d’intérêts. Aussi, l’action en justice, dans une démarche épistémologique, permet de discuter les théories de la justice sociale dans sa dimension matérielle et non matérielle. En effet, l’action en justice, en procurant un avantage au plaideur, celui-ci peut être matériel ou moral, s’inscrit dans les dispositifs censés protéger la vulnérabilité de l’individu dans son aptitude à développer un rapport positif à soi. Dans les théories de la judiciarisation et de l’activisme judiciaire (legal mobilization), le recours au droit et aux tribunaux, en fonction des cas et des conditions, représente un moyen de contestation et de défense des intérêts des plus faibles (par exemple : Tilly 1989 ; Shapiro 1999 ; Israël 2009, 2020). Il est question aussi, et plus largement, de l’expansion de l’autorité des juges sur les décisions politiques par rapport à celle des bureaucrates, des politiques et des acteurs privés, comme en témoignent par exemple, les procès environnementaux. En outre, le droit de contester les décisions administratives fournit aux juges un pouvoir de contrôle sur les régulateurs créant, ainsi, un autre lieu d'interaction entre l'État et la société. La judiciarisation politique fait néanmoins l’objet de nombreuses critiques normatives sur la confiscation de la démocratie par le « pouvoir des juges » (Guarnieri & Pederzoli 2002). En outre, l’accès aux tribunaux révèle l’existence d’inégalités accentuées par le calcul entre coût et bénéfice qui détermine, d’un côté, le choix de recourir aux juges ou de « souffrir en silence », et de l’autre côté, la non action ou le changement.

Ce workshop interdisciplinaire s’organisera autour des thèmes théoriques et empiriques relatifs à justice et intérêt et à la judiciarisation selon les dimensions matérielles et non matérielles (morales et symboliques) des trois axes/tables-rondes suivants : 

Axe I : Définitions, concepts et théories

Selon la définition juridique, l’intérêt est la condition essentielle de l’action en justice et la condition d’existence du droit d’agir (art. 31 du Code de procédure civile). L’intérêt serait-il une notion imprécise ? S’agissant de l’avantage que l’action en droit est susceptible de procurer au plaideur, celui-ci peut être matériel ou moral. Par ailleurs, si l’on prend en considération les débats sur l’intérêt individuel autre que l’intérêt personnel du demandeur, la distinction entre intérêt général et intérêt collectif ouvre le champ de l’action en justice vers les « grandes causes » impliquant la notion de justice (lutte contre les discriminations, contre le réchauffement climatique par exemple). Les conceptions de la justice qui s’expriment au croisement de « justice et intérêt » sont évidemment en rapport avec les grandes théories de la justice, d’Aristote à Amartya Sen. Le chercheur est conduit par un intérêt en cela, à rapporter la diversité des pratiques et des notions à des concepts, des théories et des modèles dont les schèmes directeurs imposent un retour réflexif. Au coeur du débat : les réalisations en nombre croissant dans ce champ d’interaction de la philosophie et de l’économie structurent au final le domaine où se croisent la justice et l’intérêt, des théories de la justice ou des formes de justice et des intérêts théoriques comme pratiques. 

La réflexion porte donc sur les concepts et les définitions juridiques et philosophiques de ces termes (justice, intérêt(s), action en justice entre autres), l’axe I devant lier les théories de la justice sociale, leurs critiques et les théories de la judiciarisation. Les travaux qui s’inscrivent dans les mouvements Law and Economics, d’une part, et critical law studies, d’autre part, sont particulièrement bienvenus. 

Axe II : Judiciarisation de la gouvernance, du droit administratif et de la RSE 

Le recours au droit et aux tribunaux pour défendre les droits ou en acquérir de nouveaux peut représenter une arme pour les acteurs économiques et financiers dans le but de s’introduire sur de nouveaux marchés ou modifier une régulation locale contraignante. Les pays d’Asie de l’Est sont particulièrement intéressants au regard de la transformation graduelle du pouvoir des tribunaux administratifs par rapport à la bureaucratie, longtemps analysée comme centrale dans les processus décisionnels, renvoyant au concept d’État développeur (developmental state) (Johnson 1982). Dans quelle mesure et sous quelles conditions, le processus de « judiciarisation » remplacerait-il le processus de « bureaucratisation » en réponse à la montée de la mondialisation et de l’internationalisation des marchés ? La « bonne gouvernance » a-t-elle un sens, en dehors d’une conception des institutions qui tâchent de leur donner une forme de cohérence minimale avec les valeurs fondamentales de la vie économique et politique ? Les théories s’entrecroisent, les questions demeurent. L’idée selon laquelle « les institutions importent » (par exemple, Rutherford 1994) a essaimé bien au-delà des écoles institutionnalistes qui se revendiquées comme telles. Or ce qui distingue ces théories tient à leurs applications, dans l’exercice de la justice, dans les formes croisées de celle-ci et des intérêts, publics (administratifs) comme privés (entreprises où la responsabilité sociale est de mise). 

Les questions soulevées par cet axe ne sont pas limitées à l’Asie et appellent des analyses de droit économique (law and economics), d’économie politique et de philosophie économique. 

Axe III : Justice environnementale, justice sociale et actions en justice 

En droit, les notions de justice environnementale, de justice sociale, concernent l’accès intéressé aux ressources (envisagées à la fois comme base économique, valeurs culturelles et marqueurs identitaires) et à la reconnaissance des droits (des groupements sociaux, des populations, à un environnement sain, à des espaces sur lesquels ces groupes ont des droits notamment). Accaparer un espace sur lequel un groupe pense avoir des droits, exploiter un groupe social, ces actions courantes des acteurs extérieurs à ces groupes se trouvent institutionnalisées par des structures, soulevant des enjeux mobilisant la conception privatiste du droit, la philosophie politique de la liberté en cadre libéral, et des pratiques comme la « démocratie participative ». En effet, comment un citoyen prendrait-il part à l’élaboration discursive de la loi, qui s’impose à tous, s’il lui manque l’accès aux processus de décision publique ? Par l’action en justice pour la défense d’intérêts collectifs, l’individu fait-il usage de droits participatifs l’engageant dans la vie publique ? Ces expressions sont vivaces dans les débats de philosophie économique et juridique, et cela est dû, sans doute, à une demande sociale pressante. Il conviendra donc d’interroger ces notions ‒ comme les actions des sujets de la « justice environnementale » (voir le numéro spécial « Justice et environnement » de la Revue de philosophie économique, 16/1). 

Le champ d’interaction de la philosophie et de l’économie propose des objets de recherches abondants, car les idées font retour dans la science économique confrontée à des enjeux vastes et à des questions techniques, ensemble tous deux légitimes. Ce cadre large s’enrichit par ailleurs d’arguments en provenance des disciplines adjacentes à l’économie et ici en particulier le droit. Or le terme général de « justice » embrasse divers aspects que ce troisième axe propose d’envisager. Par exemple, la notion de « bien commun » (mise en avant par les philosophes et les économistes, voir l’ouvrage de Jean Tirole (2016), et la valeur du « bien-être », à titre individuel et collectif, traduisent l’intérêt de l’individu comme du groupe social. Les difficultés que l’on rencontre, dans la distinction entre les concepts de « welfare » et de « well-being » (par exemple, Sen 2009) pourront être évoquées.

Calendrier 

  • 21 juin 2021 : envoi de l’appel à contributions 
  • 20 septembre 2021 : date limite pour soumission des résumés (max. 500 mots) 

  • 18 octobre 2021 : information aux auteurs quant aux propositions retenues 
  • 22 novembre 2021 : programme provisoire 
  • 10 janvier 2022 : date limite de réception de textes complets (6000 à 10000 mots pour ceux souhaitant être retenus dans la perspective d’une publication) 
  • 26 & 27 janvier 2022 : workshop online (Zoom) 

Publication envisagée (à discuter à l’occasion du workshop et dans la suite) 

Soumission des résumés 

Les résumés (max. 500 mots) doivent être préparés pour des évaluations anonymes. 

Les résumés et les papiers peuvent être écrits en français ou en anglais. Les communications orales seront en anglais uniquement. 

Les résumés et les papiers sont à envoyer à l’adresse suivante : justice.workshop2022@gmail.com 

Coordinateurs scientifiques 

Gilles Campagnolo (gilles.campagnolo@univ-amu.fr) & Adrienne Sala (sala@mfj.gr.jp) 

Rappel : la date limite de soumission des résumés est le 20 septembre 2021. 

Pour plus d’information, merci de visiter la page du worskop dédiée sur le site de l’IFRJ-MFJ : https://www.mfj.gr.jp/index.php


Date(s)

  • Monday, September 20, 2021

Keywords

  • justice, judicialization, environment

Contact(s)

  • Adrienne Sala
    courriel : sala [at] mfj [dot] gr [dot] jp

Reference Urls

Information source

  • Amira Zegrour
    courriel : ebisu [at] mfj [dot] gr [dot] jp

To cite this announcement

« Justice and Interest / Judicialization », Call for papers, Calenda, Published on Friday, July 02, 2021, https://calenda.org/893084

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search