HomeLangues et milieux professionnels : rapports d'(in)égalité

HomeLangues et milieux professionnels : rapports d'(in)égalité

*  *  *

Published on Monday, July 12, 2021 by João Fernandes

Summary

Parmi les facteurs importants qui décident du choix du collaborateur ou du candidat modèle, le facteur linguistique. De toute évidence, l’environnement managérial tend à réhabiliter la langue et à la revendiquer comme une exigence imposée par la force des choses et à laquelle il faut satisfaire. Dans l’exercice de leur métier et de leurs prérogatives dans les structures managériales, les différents collaborateurs sont confrontés aux enjeux linguistiques qui ont une influence directe ou indirecte sur leur travail, leur rendement et l’évolution de leur carrière. En effet, dans les organisations managériales, la maîtrise de la langue est perçue comme une compétence professionnelle.

Announcement

7ème Colloque international, 19-20 mai 2022

Argumentaire

L’évolution de tout domaine ne peut se faire sans tenir compte de la composante linguistique. En effet, la langue, dans tous ses états, ses richesses et ses diversités, accuse des avancées dans tous les domaines et devient ainsi un atout avantageux.

L’entreprise, ou l’organisation managériale, comme structure qui produit et propose des services et des biens à des fins commerciales, se prévaut de sa croissance et des environnements micro et macroéconomiques en constante évolution. Au vu des défis à relever et des enjeux économiques énormes, la structure managériale est appelée à se (re)positionner et à s’adapter aux nouvelles exigences des métiers et aux impératifs du management dans toutes ses déclinaisons.

Dans ce contexte, le potentiel humain s’avère d’une extrême importance pour l’avenir des organisations ; il est impossible de s’insérer dans une évolution quelconque sans tenir compte de cette composante, devenue essentielle. Dès lors, l’organisation managériale est amenée à investir dans cette ressource pour la qualifier et lui permettre de se conformer aux exigences du monde du travail et de contribuer avec ses potentialités à son évolution. Ainsi, l’organisation se voit dans l’obligation d’exiger des critères dans la sélection de ses futurs collaborateurs.

Parmi les facteurs importants qui décident du choix du collaborateur ou du candidat modèle, le facteur linguistique. De toute évidence, l’environnement managérial tend à réhabiliter la langue et à la revendiquer comme une exigence imposée par la force des choses et à laquelle il faut satisfaire. Dans l’exercice de leur métier et de leurs prérogatives dans les structures managériales, les différents collaborateurs sont confrontés aux enjeux linguistiques qui ont une influence directe ou indirecte sur leur travail, leur rendement et l’évolution de leur carrière. En effet, dans les organisations managériales, la maîtrise de la langue est perçue comme une compétence professionnelle.

Les contextes d’usage de la langue sont multiples : communication orale, conduite de réunion, messagerie interne, écrits professionnels, entretiens, etc. Aucune situation ne peut être favorisée au détriment des autres quand il est question d’user de la langue.

L’importance intrinsèque et extrinsèque de la langue est indéniable. La langue présente, détermine, décrit, explique, transmet, déconstruit. Elle renferme des phénomènes linguistiques et des possibilités stylistiques et expressives dont l’étendue s’accroît continûment, usant des richesses qui lui sont conférées et donnant toute latitude à ses utilisateurs pour la matérialiser à travers les usages qu’ils en font.

Au Maroc, la langue française est un outil de travail par excellence, précisément dans les entreprises privées et constitue la langue d’usage lors des épreuves d’entretien et de recrutement. Nul recruteur ou décideur ne peut nier son importance et le rôle qu’elle joue dans ces contextes et à tous les niveaux, à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation. Face à des enjeux linguistiques et économiques urgents, des instances, dans certains pays comme la France et le Canada, ont élaboré des guides des bonnes pratiques en entreprise afin d’adopter de bons principes de gestion et faire face aux exigences de la compétitivité économique des entreprises.

Par ailleurs, il arrive souvent que, dans une organisation, les employés et les collaborateurs développent une langue spécialisée, appelée aussi technolecte, constituée de mots, d’expressions et de procédés linguistiques qui distinguent leur pratique professionnelle et facilitent les échanges entre eux.

Quelles sont les politiques et les pratiques linguistiques des organisations managériales ? Quelle est la nature de l’adéquation entre les exigences de l’organisation et les potentialités et les besoins linguistiques des employés ?

Quelle est la valeur des langues dans l’activité professionnelle et dans le cadre des stratégies linguistiques des organisations ?

Peut-on considérer la langue comme un moyen de sélection qui favorise les (in)égalités des chances et des conditions ?

Quels sont les enjeux et les rôles des différentes langues utilisées, à l’oral et à l’écrit, dans le contexte entrepreneurial marocain ? Quelles sont leurs forces et leurs faiblesses ?

Quelle est la valeur des langues dans l’environnement professionnel et quelle est la nature de la perception des langues chez les décideurs et les employés au Maroc et ailleurs ?

Qu’en est-il de l’hégémonie de la langue française dans l’entreprise marocaine ? et peut-on promouvoir le plurilinguisme dans l’entreprise ?

Comment gérer les compétences linguistiques dans un environnement managérial ?

Quelles sont la nature et la finalité des formations proposées pour assurer et fournir une remédiation linguistique adaptée aux profils demandés ?

D’un point de vue syndical, est-il possible de parler de revendications linguistiques et de la nécessite d’un guide ou d’une charte linguistique en entreprise ?

Peut-on parler d’une opérationnalisation professionnelle des compétences linguistiques et communicatives en entreprise ?

Seront privilégiées les propositions et les communications qui adopteront une démarche d’enquête et d’analyse des différentes situations évoquées.

Modalités de participation

Les propositions de communication sont à envoyer

avant le 30 décembre 2021,

sous forme de résumé de 300 mots au format Word, à l’adresse : colloque.langues22@gmail.com. Le résumé devra contenir le titre de la contribution, le nom et le prénom du chercheur, l’organisme de rattachement et les mots-clés.

Les frais de participation au colloque s’élèvent à 800 dh (80 €) pour les enseignants chercheurs et 500 dh (50 €) pour les doctorants et couvrent les déjeuners, les pauses-café, les déplacements sur place, la logistique et les documents fournis.

La publication des actes est prévue pour 2023. 

Calendrier 

  • 30 décembre 2021 : Date limite d'envoi des propositions de communication.

  • 20 janvier 2022 : Notification des chercheurs.
  • 30 avril 2022 : Date limite d'envoi des textes de communication.
  • 19-20 mai 2022 : Tenue du colloque à Casablanca.

Langue du colloque : Le français.

Comité scientifique

  • Khalil MGHARFAOUI (LERIC, Université Chouaib Doukkali, Maroc)
  • Yves MONTENAY (ICEG Paris, France)
  • Abderrahmane AMSIDDER (Université Ibn Zohr, Maroc)
  • Latifa IDRISSI (LALICO, Université Hassan II de Casablanca, Maroc)
  • Nadia OUACHENE (LALICO, Université Hassan II de Casablanca, Maroc)
  • Mounir OUSSIKOUM (Université Sultan Moulay Slimane)
  • Nabila BHIH (LISMAD, Université Hassan II de Casablanca)
  • Rachid LYADRI (LALICO, Université Hassan II de Casablanca, Maroc)
  • Lahcen OUASMI (LALICO, Université Hassan II de Casablanca, Maroc).

Comité d’organisation

  • Latifa IDRISSI
  • Nadia OUACHENE
  • Lahcen OUASMI
  • Youssef SEFRI.

Institutions organisatrices

  • Université Hassan II de Casablanca,
  • Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Ben M'sik,
  • Laboratoire Langues, Littératures et Communication,
  • Groupe de Recherche en Linguistique, Communication et Médias

Places

  • FLSH Ben M'sik, Hay El Baraka, Sidi Othmane, Casablanca
    Casablanca, Kingdom of Morocco (20000)

Date(s)

  • Thursday, December 30, 2021

Keywords

  • langues, milieu professionnel, ressources linguistiques, entreprise, organisation, gestion, management, inégalités

Contact(s)

  • Lahcen Ouasmi
    courriel : l [dot] ouasmi [at] flbenmsik [dot] ma

Reference Urls

Information source

  • Lahcen Ouasmi
    courriel : l [dot] ouasmi [at] flbenmsik [dot] ma

To cite this announcement

« Langues et milieux professionnels : rapports d'(in)égalité », Call for papers, Calenda, Published on Monday, July 12, 2021, https://calenda.org/896864

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search