HomeEntre la recherche et l’action : intentionnalité, collaboration et transformation

HomeEntre la recherche et l’action : intentionnalité, collaboration et transformation

*  *  *

Published on Thursday, August 26, 2021 by João Fernandes

Summary

Ce colloque s’inscrit dans le prolongement des réflexions et échanges de deux précédentes rencontres autour de la recherche en action : « Faire avec et pour : quelle posture du·de la chercheur·se dans la recherche en action ? Du terrain à l’épistémologie » (2019) et « Le savoir de l’action. Quand le terrain se met en recherche » (2020). Ces journées interrogeaient respectivement la posture du·de la chercheur·se au regard des acteur·rices et ses implications sur le statut des connaissances produites. Elles questionnaient les conditions épistémiques, méthodologiques et pratiques de la recherche en action en liant le terrain et la réflexivité des acteur·rices. S'inscrivant dans la continuité des réflexions sur les relations entre chercheur·ses et acteur·rices, cette troisième rencontre est l’occasion de mettre en lumière différents processus impliqués dans les démarches de recherche-action : les transformations, l’intentionnalité, la collaboration.

Announcement

Argumentaire du colloque

La transformation au cœur de la recherche-action

Les intentions de transformation sur le terrain font de la recherche-action un outil cognitif et politique de production de connaissances tel qu’a pu le concevoir John Dewey (1939) pour qui l’enquête sociale consiste à accompagner et à trouver des solutions, plutôt qu’à chercher des vérités. Elle est ainsi considérée comme une alternative aux recherches à dominance positiviste (Lenoir, 2012). La recherche-action continue de se construire au gré des études menées selon des positionnements méthodologiques et épistémologiques hétérogènes. Dernièrement, cette démarche s’est enrichie d’un questionnement concernant les échanges et les modalités relationnelles entre les acteur·rices et les chercheur·ses. Ces évolutions nous invitent à penser de nouvelles épistémologies par lesquelles chercheur·ses et acteur·rices entrent dans un rapport de coproduction des connaissances (Coenen, 2012) et interrogent la scientificité des savoirs pratiques et la légitimité des savoirs non-scientifiques et qui incite à la production de savoirs intelligibles et applicables sur le terrain. La recherche par l’action s’inscrit ainsi dans une perspective de transformation collaborative d’une situation donnée. Cette troisième rencontre sera l’occasion d’interroger, dans un premier axe de travail, la nature ou le type de transformation dont la recherche-action est génératrice. D’autre part, cette dimension transformatrice implique un certain degré d’intentionnalité et d’engagement mutuel entre chercheur·ses et acteur·rices qui constitueront les deuxième et troisième axes de réflexion.

L’intentionnalité dans la démarche

La recherche par l’action se met en place au carrefour entre chercheur·ses, acteur·rices et terrain. C’est dans cet espace que se définissent les buts et objectifs de la recherche et que se croisent des intentions multiples voire contrastées. Ces intentions s’imbriquent dans des dispositifs préexistants à la recherche (Monceau, 2016) et peuvent aussi évoluer en fonction du contexte institutionnel, social, politique ou des relations entre les participant·es. Ces évolutions et rencontres d’intentions peuvent contribuer, en tant que telles, à une transformation des actions de terrain et d’une recherche qui s’élabore. Elles peuvent également changer lesmodalités de la recherche qui peut ainsi être repensée, adaptée ou transformée dans cette dialectique d’intentionnalités sur le terrain. Ce deuxième axe de travail propose d’explorer quelques-uns des enjeux de l’intentionnalité des chercheur·ses et acteur·rices et ses incidences sur la démarche.

L’engagement mutuel : constituer des réseaux ou communautés de recherche ?

Enfin, la recherche par l’action se réalise à travers des modalités participatives et des degrés d’engagement qui dépendent des objectifs et des positionnements de chacun·e. Différents types de recherche-actions peuvent être mises en place autour de diverses modalités d’engagement avec les sujets et dans le monde (Ingold, 2013). C’est alors le degré de participation des chercheur·ses et des acteur·rices qui est mis à penser (Giddens, 1987, Vinatier & Morrissette, 2015). Il peut s’appréhender du côté de la prise en compte des actions ou créations des acteur·rices ou d’une visée participative ou collaborative. Cet engagement réciproque peut également impliquer la constitution d’une communauté de recherche ou d’un collectif œuvrant vers la transformation sur un terrain donné. Nous posons ainsi la question, dans ce troisième axe de travail, de la construction du rapport entre le·la chercheur·se et les acteur·rices et de la manière de concevoir le niveau d’implication ; deux éléments qui peuvent influer sur les modalités de la recherche : faire avec, faire ensemble ?

La visée transformative de la recherche-action peut se jouer à la fois dans les interactions entre chercheur·ses, acteur·rices et terrain et dans la dynamique de la recherche. Nous proposons d’interroger la démarche de recherche-action du point de vue de son processus, de ses entraves, perturbations, improvisations et transformations multiples. Un processus de co-construction du terrain de recherche, mais également de la démarche de recherche même, au regard des situations rencontrées (Kagan, 2007).

Axes de travail

  • De quels types de transformations la recherche-action peut-elle être génératrice ? Quel est le statut des savoirs et des connaissances produites, au regard du type de transformation ?
  • Quelles intentions du·de la chercheur·se et des acteur·rices prennent place dans la collaboration ? Comment sont-elles modifiées ou clarifiées par la confrontation avec les réalités du terrain ?
  • Quelle est la relation entre la transformation de la réalité et le degré d’engagement des chercheur·ses et acteur·rices sur le terrain ?
  • Dans quelles mesures ce processus peut-il permettre de constituer des communautés de recherche et d’action par une intention commune ?
  • Quelles limites peut-on envisager, comment, quand et pourquoi les définir ?

Programme

Vendredi 1er octobre 2021

8h30-9h00 – Accueil des participant·es

9h00-9h15 – Mot d’ouverture

9h15-10h15 – Panel 1 : Penser et agir en commun sur l’espace, dans la multiplicité des perceptions

Description : ce panel articule des projets de recherche-action soulevant des questions épistémologiques et pragmatiques propres à la co-constitution de l’espace à la fois comme concept théorique et expérience vécue. Les intervenant·es y abordent différentes manières d’envisager les enjeux liés à l’espace. Tels que les modalités et temporalités de la constitution d’une connaissance partagée ou le rôle que peuvent avoir des étudiants dans la constitution d’un regard critique et affranchi.

  • Valérie Foucher-Dufoix – Ce que peut faire l’enseignement à une recherche-action Allers-Retours entre Grande-Synthe et Belleville (2016-2018)
  • Marie-Kenza Bouhaddou, Sandra Fiori, Yannick Hoffert & Léna Josse – Faire architecture pour l’agriculture paysanne, de l’intentionnalité des chercheur·ses au « faire-avec »

10h15-10h30 — Pause-café

10h30-12h15 — Panel 2 : Quelles postures pour quelles transformations ? Penser les intentionnalités dans la construction de la recherche collaborative

Description : Ce panel interroge différentes manières d’établir les bases scientifiques et pragmatiques visant à transformer l’action en commun. Les intervenant·es aborderont en particulier l’élaboration de la posture dans le cadre d’une recherche collaborative et la question de l’intégration d’intentionnalités multiples afin de co-produire un savoir commun, à la fois scientifique et transformateur.

  • Jérémy Baudier, Jean-Bartélemi Debost, Delphine Leroy, Évangeline Masson-Diez & Annaëlle Piva — Rosmerta, vers un projet de recherche-action : l’expérience du rapport d’étonnement collectif
  • Nadja Monnet & al. — Un terrain d’aventure pour (re)donner toute leur place aux enfants ? Retours réflexifs autour d’une recherche en acte
  • Nathalie Monguillon — Recherche-action ou recherche collaborative : De la nécessité d’une éthique de la posture de la recherche-action

12h15-14h00 — Pause-déjeuner

14h00-15h30 — Tables rondes 1

  • Table ronde 1.A — Intentionnalité et engagement envers la transformation

Intervenant·es/modérateur·rices :

  • Maria Ianeva & Amélie Sandoval
  • Laurence Appriou Ledesma
  • Marlène Dulaurans & Jean-Christophe Fedherbe

Thématique traitée : Quelles intentions du·de la chercheur·se et des acteur·rices prennent place dans la collaboration ? Quelle est la relation entre la transformation de la réalité et le degré d’engagement des chercheur·ses et acteur·rices sur le terrain ? Cette table ronde est l’occasion d’interroger la nature ou le type de transformation dont la recherche-action est génératrice, ainsi que l’intentionnalité et l’engagement mis au service de cette transformation. Elle propose d’explorer quelques-uns des enjeux de l’intentionnalité des chercheur·ses et acteur·rices et ses incidences sur la démarche.

  • Table ronde 1.B — Évolutions et adaptations dans le parcours de recherche

Intervenant·es/modérateur·rices :

  • Justine Cesari
  • Mathieu Dupuis
  • Anne Masselin-Dubois

Thématique traitée : Cette table ronde propose d’interroger la démarche de recherche-action du point de vue de son processus, de ses entraves, perturbations, improvisations et transformations multiples. Un processus de co-construction du terrain de recherche, mais également de la démarche de recherche même, au regard des situations rencontrées (Kagan, 2007) ». Elle interroge l’évolution du parcours de recherche et d’action et les adaptations qu’il engendre, ainsi que les limites à envisager et leur définition.

15h30-16h30 — Pause-café et performance artistiques

  • Edna PEZA , Installations interactives
    • confined coneys / lapins confinés
    • li(e)r(r)e
  • Marianne Boiral, Performance artistique participative et recherche-création
    • « Tenir Tête », « La matière de l’œuvre, c’est vous »
  • Benoit Mars, Experience vidéo de recherche action in-situ
    • Première fois

16h30-18h00 — Panel 3 : Transformation et apprentissages mutuels dans la rencontre de mondes pluriels

Description : ce panel pose des questions épistémologiques sur les conditions de possibilité du faire ensemble et de la transformation dans un contexte de pluralité des expériences, des formes de vie et des connaissances situées. Les intervenant·es exploreront le rôle des jeux de langage, de l’intuition et de la réciprocité dans la constitution d’un dialogue permettant de fonder la recherche-action.

  • Nicholas Saul — Formes de vie et pluralité des mondes : Intégration d’une recherche-action dans des collectifs souverains
  • Mauricio Corba – Le chercheur et le travail intuitif du consultant : transformation de l’action dans la production architecturale en Afrique subsaharienne

Samedi 2 octobre 2021

9h00-9h30 — Accueil

9h30-10h30 — Panel 4 : Les limites de la collaboration : opportunités d’adaptation face à l’incertain

Description : ce panel propose une réflexion sur les obstacles rencontrés dans le cadre de deux projets de recherche collaborative. Les intervenant·es aborderont notamment la façon dont certains obstacles ont émergé, quels types d’ajustements ils ont commandés, comment penser les limites que ces difficultés représentent et en quoi elles sont des opportunités d’adaptation face à l’incertain de la recherche dans un monde en mouvement permanent.

  • Jonathan Chibois & Alessia Smaniotto — Articuler les cultures épistémiques. Soutenir les collaborations entre journalistes et chercheurs, un enjeu de société
  • Georges-Henry Lafont — Recouvrer la conscience du lieu : Chroniques d’une recherche-action à Saint-Victor

10h30-11h00 — Pause-café

11h00-12h30 — Tables rondes 2

  • Table ronde 2.A — Faire communautés de recherche et d’action 

Intervenant·es/modérateur·rices :

  • Edna Peza
  • Sara Martouzet
  • Quentin Legouy

Thématique traitée : Comment constituer des réseaux ou communautés de recherche ? Quels sont les modalités participatives et les degrés d’engagement pouvant permettre d’impliquer la constitution d’une communauté de recherche ou d’un collectif œuvrant vers la transformation sur un terrain donné ? C’est la question de la construction du rapport entre le·la chercheur·se et les acteur·rices et de la manière de concevoir le niveau d’implication.

  • Table ronde 2.B — Quels espaces pour une redéfinition de la RA ?

Intervenant·es/modérateur·rices :

  • Élodie Ros & Hugues Bazin
  • Jean-Luc Dumont
  • Emily Mugel

Thématique traitée : Cette table ronde est à la fois une conclusion des réflexions du colloque et une ouverture vers la suite. Elle nous invite à penser de nouvelles épistémologies et de nouveaux espaces de la production de savoirs intelligibles et applicables sur le terrain, au regard des réflexions construites lors du colloque, et ouvre des possibilités nouvelles de la pratique de la recherche-action.

12h30-13h15 — Clôture du colloque

Places

  • Esplanade Erasme, Université de Bourgogne
    Dijon, France (21000)

Event format

Full on-site event


Date(s)

  • Friday, October 01, 2021
  • Saturday, October 02, 2021

Keywords

  • recherche-action, recherche collaborative, épistémologie, méthodes d'enquête, savoirs pratiques, interdisciplinarité, pluridisciplinarité

Contact(s)

  • Bastien Charaudeau
    courriel : bastien [dot] charaudeau [at] sciencespo [dot] fr

Reference Urls

Information source

  • Bastien Charaudeau
    courriel : bastien [dot] charaudeau [at] sciencespo [dot] fr

To cite this announcement

« Entre la recherche et l’action : intentionnalité, collaboration et transformation », Conference, symposium, Calenda, Published on Thursday, August 26, 2021, https://calenda.org/904909

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search