Accueil« Le Forme dell'acqua » dans la « Divine Comédie »

Accueil« Le Forme dell'acqua » dans la « Divine Comédie »

« Le Forme dell'acqua » dans la « Divine Comédie »

Symposium franco-italien à l'occasion du sept centième anniversaire de la mort de Dante Alighieri

*  *  *

Publié le jeudi 09 septembre 2021 par Sarah Zingraff

Résumé

À l’occasion du sept centième anniversaire de la mort de Dante (14 septembre 2021), l’académie française de l’eau, l’institut culturel italien et l’Ambassade d’Italie proposent un après-midi d’échanges franco-italiens consacré à la représentation que Dante fait des fleuves et de l’eau dans toute ses formes, symboles et significations. Une nouvelle lecture « éco-critique » de la littérature dantesque est aujourd’hui possible, afin de restituer la richesse des métaphores aquatiques dans leurs rapports avec l’environnement.

Annonce

Argumentaire

À l’occasion du sept centième anniversaire de la mort de Dante (14 septembre 2021), l’académie française de l’eau, l’institut culturel italien et l’Ambassade d’Italie proposent un après-midi d’échanges franco-italiens consacré à la représentation que Dante fait des fleuves et de l’eau dans toute ses formes, symboles et significations. La Divine Comédie s’organise autour d’une topographie de fleuves, de lacs, de sources, de torrents et de marais, mythologiques, imaginaires et réels. Certains cours d’eau sont inventés par Dante lui-même (le fleuve Eunoé par exemple) ; d’autres le hantent plus que ceux de l’Enfer, l’Arno de sa Florence natale. Des fleuves infernaux à ceux du Paradis, toutes les eaux convergent « per lo gran mar de l’essere ». La mer devient la somme de tous les fleuves de la Création, et le miroir infini de l’humaine pensée.

Une nouvelle lecture « éco-critique » de la littérature dantesque est aujourd’hui possible, afin de restituer la richesse des métaphores aquatiques dans leurs rapports avec l’environnement. C’est à travers la composition et la description des eaux pures et impures, létales ou lustrales que Dante nous donne à voir ce que peut être l’enfer ou le paradis – dans l’au-delà et ici-bas. À une époque où la préservation des ressources en eau constitue l’un des enjeux majeurs du défi climatique, relire Dante autrement nous donne une clef d’actualité pour saisir l’intemporalité de l’œuvre.

Cette rencontre prendra la forme d’une table ronde et visera à croiser les savoirs et les expériences des spécialistes français et italiens avec les productions d’artistes contemporains.

L’évènement s’inscrit dans l’Agenda de l’Ambassade d’Italie à Paris « Dante sept cents : les célébrations de Dante Alighieri en France ».

Organisateurs

  • Académie de l’Eau
  • Institut culturel italien
  • Ambassade d’Italie

Direction scientifique

  • Monica Cardillo
  • Frantz Mynard

Partenaires

  • Université Sorbonne Nouvelle
  • Académie des Sciences d’Outre-Mer
  • Réseau des chercheurs italiens en France (Récif)

Programme

18h00-18h05 : Ouverture

  • Diego Marani, Directeur de l’Institut culturel italien à Paris

18h05-18h15 : Mots introductifs

  • Monica Cardillo, Maître de conférences à l’université de Limoges
  • Frantz Mynard, Maître de conférences à l’université de Nantes

18h15-19h45 : table ronde

  • Animation : François Le Penuizic, agrégé de lettres classiques et docteur en littérature latine

Interventions :

  • Panta rei, l’écoulement de la vie et de la littérature dans la Divine Comédie, Andrea Marcolongo, helléniste et diplômée de lettres classiques de l’université de Milan :
  • Lecture par les étudiants de Sorbonne Nouvelle : Les eaux interdites : Ulysse, Enfer XXVI, 90-142 (traduction de Danièle Robert)
  • La superposition des fleuves dans Divine chromatie, Philippe Fretz, Artiste, graveur et plasticien, professeur de « narrative painting » au Gordon College à Orvieto
  • La justice infernale : hiérarchie des peines et hydrographie des pénitences dans l’œuvre de Dante, Frantz Mynard, Maître de conférences à l’université de Nantes
  • Lecture par les étudiants de Sorbonne Nouvelle : Quand l’eau ne sera plus qu’un rêve : Maestro Adamo, Enfer XXX, 49-72 (traduction de Jean-Charles Vegliante)
  • Réchauffement climatique et cycle de l’eau : une perspective dantesque ? Jean Jouzel, Paléoclimatologue, membre du Conseil économique, social et environnemental
  • Lecture par les étudiants de Sorbonne Nouvelle : Les accidents météorologiques extrêmes : Bonconte da Montefeltro, Purgatoire V, 88-129 (traduction de Félicité Robert de Lamennais)

19h45-20h00 : conclusion générale

  • Brice Lalonde, ancien ministre de l’Environnement
  • Pierre Gény, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences d’outre-mer

Modalité de participation

Entrée libre mais réservation obligatoire en ligne

Lieux

  • Institut Culturel Italien - 50 rue de Varenne
    Paris, France (75007)

Format de l'événement

Événement uniquement sur site


Dates

  • mardi 14 septembre 2021

Mots-clés

  • littérature, éco-poétique, philologie, sciences de la terre, paléoclimatologie, histoire du droit, histoire de l'art

Contacts

  • Monica Cardillo
    courriel : cardillo [dot] monica [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Monica Cardillo
    courriel : cardillo [dot] monica [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« « Le Forme dell'acqua » dans la « Divine Comédie » », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 09 septembre 2021, https://calenda.org/907614

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search