AccueilGuerres de l’eau et paix : socio-écologie de l’eau, économie du partage et intelligence territoriale

AccueilGuerres de l’eau et paix : socio-écologie de l’eau, économie du partage et intelligence territoriale

*  *  *

Publié le vendredi 17 septembre 2021 par Céline Guilleux

Résumé

Ces rencontres scientifiques visent à faire converger les réflexions de la conférence des acteurs et des chercheurs de l’intelligence territoriale (ARTI). En effet, les questions cruciales de transition socio-écologique et de résilience des territoires à l’aune du changement climatique interrogent la question des solidarités territoriales autour de la ressource en eau dans les registres du risque écologique et socio-économique, du droit et des solidarités dans une optique multiscalaire et polydisciplinaire de lecture de la ville.

Annonce

Argumentaire

Ces rencontres scientifiques visent à faire converger les réflexions de la conférence des acteurs et des chercheurs de l’intelligence territoriale (ARTI) dans laquelle est impliqué le laboratoire Passages UMR 5319 avec le ThinkTank du Comité Départemental de l’Eau (CDE) auquel participe l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux, en convoquant les scientifiques bordelais spécialistes de la question. En effet, les questions cruciales de transition socio-écologique et de résilience des territoires à l’aune du changement climatique interrogent la question des solidarités territoriales autour de la ressource en eau dans les registres du risque écologique et socio-économique, du droit et des solidarités dans une optique multiscalaire et polydisciplinaire de lecture de la ville.

Ces rencontres scientifiques visent à faire converger les réflexions de la conférence des acteurs et des chercheurs de l’intelligence territoriale (ARTI) dans laquelle est impliqué le laboratoire Passages UMR 5319 avec le ThinkTank du Comité Départemental de l’Eau (CDE) auquel participe l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux, en convoquant les scientifiques bordelais spécialistes de la question. En effet, les questions cruciales de transition socio-écologique et de résilience des territoires à l’aune du changement climatique interrogent la question des solidarités territoriales autour de la ressource en eau dans les registres du risque écologique et socio-économique, du droit et des solidarités dans une optique multiscalaire et polydisciplinaire de lecture de la ville.

Après avoir participé à éclairer les concepts de transition socio-écologique et de résilience des territoires par la tenue de colloques annuels depuis près de 10 ans,les acteurs et les chercheurs de l’intelligence territoriale se penchent actuellement sur la question des ressources territoriales, leur gestion mais aussi les conditions socio-écologiques de leur existence ainsi que les modalités de leur partage solidaire. Dans le contexte des changements globaux en cours, ce réseau aborde les échelles et leviers de l’action territoriale pour étudier les reconfigurations spatiales liées aux différents moteurs des transitions vers la durabilité : résistance, adaptation, atténuation et résilience.

Dans ce séminaire international qui se tiendra les 4 et 5 novembre 2021 à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux et à la Maison des Suds du CNRS au cœur du campus universitaire bordelais, nous aborderons les questions géopolitiques et sociétales de la ressource territoriale en eau sur les registres non exhaustifs du risque, du droit, de la ville, des risques côtiers et du monde d’après dans cinq ateliers dédiés à ces thématiques.

Modalités de participation

En raison des incertitudes lièes à l’évolution de la Covid, le séminaire sera organisé à la fois en présenciel et à distance, afin que tous les intervenants puissent participer sans qu’il y ait besoin de reporter encore une fois le séminaire, notamment pour les participants qui ne peuvent pas se déplacer.

Programme prévisionnel

  • Conférence invitée de Raùl MONTENEGRO, professeur de biologie évolutive à l’Université Nationale de Cordoba, Argentine, Prix Nobel Alternatif (Stockholm, 2004), directeur de la FUNAM (Fondation pour la protection de l’environnement) : Les deux pandémies : environnementale et sanitaire.

Responsable de la pandémie sanitaire, il existe également une pandémie environnementale. Les activités des entreprises associées à des gouvernements irresponsables détruisent l’environnement de nombreux pays, faisant des centaines de milliers de victimes sans que personne n’en comptabilise les chiffres ni ne diffuse.

  • Conférence invitée Hinde CHERKAOUI DEKKAKI - Professeur d’hydrogéologie et environnement- Université Abdelmalek Essaâdi – Faculté des Sciences et Techniques d’Al Hoceima (Maroc), Secrétaire Générale du Comité Marocain de l’Association Internationale des Hydrogéologues, Éditrice en chef du Journal EWASH & TI Environmental and Water Sciences, Public Health & Territorial Intelligence (ISSN 2509 – 1069) : La gestion des risques côtiers : De la stratégie à l’action. Cas du Maroc.

L’augmentation des risques en zones côtières est un phénomène mondial préoccupant liée notamment à l’accroissement de la densité d’occupation de territoires à risque, soumis à des aléas dangereux. En matière de risques côtiers naturels, le Maroc, à l’instar des pays du bassin méditerranéen et de par sa situation géographique, est exposé aux phénomènes climatiques, météorologiques et géologiques qui peuvent manifester des risques majeurs tels les tsunami, séismes, inondations, glissements de terrains, etc. La conjoncture de ces phénomènes naturels peut conduire à des dommages importants voire compromettre le développement socio-économique des régions exposées.

  • Conférence invitée de Mohamed OUDADA, Professeur de Géographie à l’Université Ibn Zohr d’Agadir, Maroc, Coordinateur de ESEAD (Espaces, Sociétés, Environnement, Aménagement et Développement) : L’eau et les territoires sahariens au Maroc.

Peu accessible et difficile à utiliser, l’eau est une contrainte au Sahara. Son exploitation demeure un enjeu capital qui développe des synergies lorsque la population locale se regroupe et organise un mode de gestion collective. Dans quelle mesure une économie respectueuse de l’environnement et de la fragilité du milieu, peut elle s’installer ?

Atelier 1 : L’eau, du risque à la résilience

  • Eau et risque sanitaire : la préservation de la qualité de la ressource
  • L’eau comme facteur de vulnérabilité face aux aléas climatiques : sécheresses et submersions sont-elles inévitables ?
  • La mutation des écosystèmes aquatiques comme action systémique de résilience territoriale au changement climatique
  • Résistance, adaptation, atténuation et résilience : les échelles et leviers de l’action territoriale

Atelier 2 : Droit à l’eau, institutions et solidarités

  • Le droit à la ressource comme fondement du droit de l’environnement, une question de justice territoriale : continuités écologiques, trames vertes et bleues, agenda 21, SRADDET, SDAGE, SAGE, Agences de l’eau, plans de prévention des risques (PPR) et schémas de mise en valeur de la mer (SMVM).
  • Les conflits générés par la raréfaction de l’eau en droit international, usages et mésusages
  • Eau et solidarités, intérêt général, justice sociale et participation citoyenne : un retour au bien commun ?

Atelier 3 : L’eau à l’épreuve de l’urbain, l’urbanité à l’épreuve de l’eau

  • L’eau, facteur d’équilibre ou de déséquilibre en santé publique dans la ville : rôle de l’eau en tant que vecteur épidémiologique de contamination et facteur environnemental d’hygiène et du cadre de vie
  • Transit sédimentaire, continuités écologiques et décloisonnement de l’habitat : un autre modèle de développement de l’espace urbain
  • Les villes portuaires et la maîtrise topographique et hydrologique des territoires comme modèles des nouvelles synergies éco-socio-environnementales du développement durable urbain
  • L’intégration des milieux aquatiques dans le projet de ville : vers la conception de nouveaux systèmes d’habiter

Atelier 4 : Intelligence Territoriale et risques côtiers

 Lieux d’interactions de différentes zones terrestres (hydrosphère, atmosphère, lithosphère, biosphère et anthroposphère), les zones côtières impliquent une démarche d’étude scientifique “polydisciplinaire” du fait de leur diversité et de leur complexité. Cette approche est pleinement en accord avec l’orientation actuelle de l’intelligence territoriale pour mettre en œuvre toutes les facettes de la connaissance de la géophysique du milieu littoral, l’écologie et les sciences humaines.

La rapidité des changements observés demande une observation territoriale sophistiquée pour anticiper les aléas, les trajectoires de vulnérabilité et de la résilience de ces zones afin d’aider à la prise de décision et à l’adaptation.

L’atelier s’intéressera plus particulièrement :

  • à l’impact actuel de la Politique Maritime Intégrée (PMI) européenne[1] (2002, 2006) et de la gestion intégrée des zones côtière (GIGZ) pour la « protection des patrimoines communs fragiles et vitaux » et la sauvegarde de leur biodiversité marine et terrestre.
  • à la vulnérabilité des zones côtières et aux aléas auxquels elles doivent faire face à l’heure actuelle[2] en raison de l’impact humain sur le climat global [3]

Atelier 5 : L’intelligence territoriale et le monde d’après 

Dans un article récent à propos de la COVID-19, Raul Montenegro fait allusion à l’intelligence territoriale comme moyen de « dépasser les limites nationales » (p. 365). Il fait référence à des discussions que nous avons eues à l’occasion de la publication en français de son article par la revue en ligne EWASH&TI[4].

La pandémie COVID-19 a fortement interrogé l’Intelligence Territoriale principalement sur trois niveaux :

  1. Notre impréparation face à la pandémie apelle le renforcement de la pluridisciplinarité qui est à la base de l’intelligence territoriale, et l’amélioration de nos méthodes et outils de prévision pour mettre en application le principe de précaution face aux risques sanitaires et environnementaux.
  2. L’analyse territoriale de la progression de la pandémie.
  3. La critique des concepts qui provoquent l’effondrement de nos sociétés, et la mise en valeurs des opportunités de transformations qui s’offrent à la transition socio-écologique.

Modalités de contribution

L’inscription à la conférence est ouverte.

Lors des ateliers, les exposés feront l’objet d’une présentation orale de 15mn par l’auteur ou son représentant, en français ou en anglais. Les supports de présentation seront quant à eux rédigés dans la langue complémentaire à celle de la présentation orale.

Pour soumettre une proposition d’intervention (un résumé de 400 mots avant le 30 septembre), veuillez utiliser le formulaire de soumission d’un résumé.

 Dans tous les cas, l’inscription et le paiement est obligatoire. Pour s’inscrire, merci de remplir le formulaire d’inscription.

Les résumés sont à envoyer pour le 30 septembre 2021 au plus tard en utilisant le formulaire d’inscription.

Afin que le résumé soit examiné par le comité scientifique, vous devez indiquer les points suivants dans le formulaire d’inscription :

  • Un titre
  • L’atelier thématique concerné
  • Une liste de 5 mots clés
  • le texte de 400 mots maximum rédigé en anglais ou en français.
  • Nous contacterons les participants à distance, afin qu’ils nous envoient au plus vite une vidéo ou un diaporama (au format .pdf de préférence) de leur intervention.

Évaluation des résumés

Les propositions de communications seront évaluées en double aveugle. Tous les résumés acceptés seront publiés dans un format numérique avant la conférence. Il est impératif que les propositions nous parviennent sans fautes d’orthographe ou de grammaire pour la publication.

Comité Scientifique

Etablissements de recherche de l’Université de Bordeaux / Bordeaux-Montaigne / ENSAPBx

  • Philippe WOLOSZYN, UMR PASSAGES
  • Florence LERIQUE, UMR PASSAGES
  • Béatrice COLLIGNON, UMR PASSAGES
  • Claire PARIN, UMR PASSAGES
  • Bernard DAVASSE, UMR PASSAGES
  • Serge BRIFFAUT, UMR PASSAGES
  • Laura MENATTI, UMR PASSAGES
  • Pablo SALINAS-KRAKEVITCH, UMR PASSAGES
  • Pascal TOZZI, UMR PASSAGES
  • Sandrine VAUCELLE, UMR PASSAGES

Agora ARTI Acteurs et Chercheurs de l’Intelligence Territoriale (non clos)

  • Hinde CHERKAOUI DEKKAKI, Professeur d’hydrogéologie, Université A. Esaadi de Al Hoceima, Maroc
  • Guénaël DEVILLET, Maître de conférences en géographie, directeur du Service d’Etude en Géographie Economique Fondamentale et Appliquée (SEGEFA), de l’Université de Liège, Belgique
  • Paul GIRARD, Laboratoire GERPHAU 7486 ENSA, Paris La Villette
  • Jean-Jacques GIRARDOT, Docteur en économie, Concepteur de l’intelligence territoriale, Maître de Conférences retraité de l’Université de Franche-Comté, France
  • Bahidjeddine HACHEMAOUI, Docteur en économie, Université A. Mira de Bejaïa, Algérie
  • Yolanda HERNANDEZ, Unversidad Distrital Francisco José de Caldas, Colombie
  • Sophie LACOUR, Docteur en sciences de la communication et de l’information, DG Advanced Tourism Prospective et Innovation, France
  • Raùl MONTENEGRO, professeur de biologie évolutive à l’Université Nationale de Cordoba, Argentine, Prix Nobel Alternatif (Stockholm, 2004), directeur de la FUNAM (Fondation pour la protection de l’environnement)
  • Serge ORMAUX, Professeur émérite de géographie de l’Université de Franche-Comté, France
  • Mohamed OUDADA, Professeur de géographie, Université d’Agadir, Maroc
  • Giovanna TRUDA, Professeur de sociologie du Droit, Università degli Studi di Salerno, Italie

Notes

[1] Ghézali M. (2009) De la recommandation de 2002 au Livre Vert de 2006 : quelle stratégie européenne pour la gestion intégrée des zones côtières. Vertigo, HS, https://doi.org/10.4000/vertigo.8327

[2] Programme du colloque « Risques et adaptations en zône cotière dans un contexte de changement climatique et de pression anthropique Croissante », La Rochelle 26/11/2019 ; https://pnr.parc-marais-poitevin.fr

[3] Spooner P. T. & Co (2020). Exceptional 20Th Century Ocean Circulation in The Nordeast Atlantic. Geophysical Research Letters, 47,10. https://doi.org/10.1029/2020GL087577

[4] EWASH&TI, Environmental and Water Sciences, public Health and Territorial Intelligence", ISSN : 2509 - 1069, vol. 4, No 1 (2020) (https://revues.imist.ma/ ?journal =ewash-ti)

Catégories

Lieux

  • 740 Cours de la Libération
    Talence, France (33)
  • Maison des suds : 12, esplanade des Antilles
    Pessac, France (33)

Format de l'événement

Événement hybride sur site et en ligne


Dates

  • jeudi 30 septembre 2021

Fichiers attachés

Mots-clés

  • eau, risque, environnement, urbanité, santé

Contacts

  • Philippe Woloszyn
    courriel : philippe [dot] woloszyn [at] cnrs [dot] fr

Source de l'information

  • Thomas Maillard
    courriel : thomas [dot] maillard [dot] p8 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Guerres de l’eau et paix : socio-écologie de l’eau, économie du partage et intelligence territoriale », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 17 septembre 2021, https://calenda.org/909833

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search