StartseitePerspectives ethnographiques sur la justice au Brésil

StartseitePerspectives ethnographiques sur la justice au Brésil

Perspectives ethnographiques sur la justice au Brésil

Ethnographical perspectives on justice in Brazil

*  *  *

Veröffentlicht am Mittwoch, 06. Oktober 2021 bei Céline Guilleux

Zusammenfassung

L’inégalité sociale étant notoirement l’une des principales caractéristiques de la société brésilienne associée à l’accent ethnographique mis sur les institutions judiciaires et sur diverses demandes de droits ont fait que l’anthropologie juridique ou du droit, telle qu’elle s’est développée au Brésil, s’est caractérisées par une articulation entre l’analyse de l’administration des conflits avec des réflexions sur les dilemmes de la citoyenneté. Dans ce dossier de la revue Brésil(s), à paraitre en 2023, nous cherchons à mettre en évidence la singularité des travaux élaborés dans ce cadre. 

Inserat

Argumentaire

L’inégalité sociale étant notoirement l’une des principales caractéristiques de la société brésilienne associée à l’accent ethnographique mis sur les institutions judiciaires et sur diverses demandes de droits ont fait que l’anthropologie juridique ou du droit, telle qu’elle s’est développée au Brésil, s’est caractérisées par une articulation entre l’analyse de l’administration des conflits avec des réflexions sur les dilemmes de la citoyenneté. A nos yeux, telle serait la principale contribution de l’anthropologie brésilienne aux travaux de ce champ disciplinaire qui est né et a connu un grand essor dans le monde anglo-saxon.

Dans ce dossier, à paraitre en 2023, nous cherchons à mettre en évidence la singularité des travaux élaborés dans ce cadre. Nous mettrons l’accent sur l’analyse des modèles d'inégalités de traitement qui imprègnent nos institutions et d’un vaste univers d'interactions entre citoyens dans l'espace public que nous pourrions aussi désigner de monde civique. Malgré les principes égalitaires exaltés dans notre Charte constitutionnelle de 1988, des travaux ethnographiques ont montré que nos audiences judiciaires ne respectent pas l'égalité des armes et ne sont pas non plus guidées par des critères d'évaluation clairs et transparents. Des cas identiques peuvent être traités avec des décisions opposées au nom d'un « principe » : la « libre conviction motivée » de chaque juge (qui autoriserait, du fait de la garantie d'indépendance de leurs décisions, la libre interprétation non seulement de la définition des preuves, mais aussi des lois). C’est ainsi que se met en place un modèle récurrent de décisions arbitraires. A titre d’exemple, il est possible de reprendre deux récentes décisions monocratiques par deux juges du Tribunal suprême fédéral brésilien en habeas corpus concernant des demandes de mise en liberté de citoyens accusés de crimes dits de bagatelles (les montants volés sont d'une importance minime). L'un des juges a choisi la remise en liberté de celui qui était accusé d'avoir volé un kilo de rumsteck. L'autre a décidé de laisser en prison celui qui était accusé d'avoir volé deux bouteilles de produits d'hygiène personnelle. En plus du fait que notre propre structure normative relativise l'égalité des droits dans certaines circonstances (par exemple, l'institut d'emprisonnement spécial pour les titulaires de diplômes universitaires), ce qui se reflète fortement dans le manque d'uniformité dans l'application judiciaire de la loi, les études sur les pratiques policières révèlent l'existence d'une éthique policière qui légitime et oriente le traitement inégal selon le statut et la condition sociale du citoyen. Or, ce traitement s’oppose complètement aux règles formelles prévues par la Constitution et les règlements de la corporation.

Modalités de contribution

Les auteurs devront suivre toutes les normes éditoriales de la revue Brésil(s).

Les manuscrits doivent être soumis dans leur langue originale sous forme électronique. Ils sont adressés à bresils-revue@ehess.fr (avec demande de confirmation de lecture)

avant le 30 juin 2022.

Ce sont des inédits. Ils n’ont été publiés auparavant ni sous forme papier ni sur Internet dans aucune langue et n’ont pas été soumis simultanément à d’autres revues.

Chaque article doit être accompagné d’une fiche d’identification de l’article trilingue (français, portugais, anglais) comportant le titre de l’article (dans les trois langues), les noms d’auteur dans l’ordre souhaité, un résumé de 500 signes environ (espaces compris) avec 5 mots-clés, le tout dans les trois langues. On y ajoutera, pour chacun des auteurs, son ou ses affiliations universitaires et son numéro d’identification ORCID (les auteurs qui ne possèdent pas un compte ORCID peuvent l’ouvrir très aisément à l’adresse : https://orcid.org)

Le manuscrit doit être présenté en format Word (.doc ou .docx) sans mise en page particulière (surtout ne pas utiliser de feuille de style). 

Si l’article est soumis dans une langue autre que le français, il ne sera traduit qu’après son acceptation.

Responsables

  • Luís Roberto Cardoso de Oliveira (UnB),
  • Roberto Kant de Lima (UFF)
  • Jussara Freire (UFF)

Daten

  • Donnerstag, 30. Juni 2022

Schlüsselwörter

  • Brésil, inégalité, justice

Kontakt

  • Schpun Mônica
    courriel : bresils-revue [at] ehess [dot] fr

Informationsquelle

  • Karine Penalba
    courriel : karine [dot] penalba [at] ehess [dot] fr

Zitierhinweise

« Perspectives ethnographiques sur la justice au Brésil », Beitragsaufruf, Calenda, Veröffentlicht am Mittwoch, 06. Oktober 2021, https://calenda.org/917330

Beitrag archivieren

  • Google Agenda
  • iCal
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search