Página inicialLe crime de sorcellerie en débat

Página inicialLe crime de sorcellerie en débat

Le crime de sorcellerie en débat

Debating the crime of witchcraft

Définitions, réceptions et réalités (XIVe-XVIe siècle)

Definitions, receptions and realities (14th-16th century)

*  *  *

Publicado segunda, 04 de outubro de 2021

Resumo

Comment penser le crime de sorcellerie à la fin du Moyen Âge et au début de l'époque moderne ? Les journées d’étude organisées à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) se proposent de poser le débat autour de cette question, de faire le bilan des travaux engagés sur ce terrain et d'en renouveler l'approche avec des enquêtes inédites.

Anúncio

Argumentaire

Ces dernières décennies, la multiplication des travaux dans le champ des Witchcraft Studies a profondément renouvelé la compréhension du phénomène de la répression de la sorcellerie dans les derniers siècles du Moyen Âge et au début de l’époque moderne.

Par la même, les recherches dans ce domaine ont permis de préciser les différentes modalités et configurations (idéologiques, politiques et doctrinales) qui ont concouru à la genèse de la « chasse aux sorcières ». Les nombreuses études portant sur différentes régions d’Europe, voire au-delà, ont souligné que la répression de la sorcellerie pouvait montrer des caractéristiques spécifiques en fonction des contextes et des espaces analysés ainsi que des sources étudiées, signalant ainsi l’extrême plasticité de l’accusation de sorcellerie et des catégories de ce crime. Malgré cela, les chercheurs s’accordent à dire qu’il existe une part essentielle de mécanismes communs qui font de la répression de la sorcellerie un phénomène pertinent à étudier dans sa globalité.

Les journées d’étude organisées à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, par Maxime Gelly-Perbellini (doctorant, EHESS/CRH-AHLOMA) et Olivier Silberstein (doctorant, Université de Neuchâtel), se donnent ainsi pour objectif de poser le débat autour du crime de sorcellerie. Les communications se proposent d’explorer les définitions de ce crime, ses différentes réceptions (entre adhésion et mécanismes de résistance) ainsi que l’épineuse question de sa réalité (défendue ou combattue). Enfin, en confrontant diverses échelles d’analyse, mais aussi de nouveaux terrains et des enquêtes inédites, les journées se proposent d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche en suggérant, notamment, d’établir des ponts entre les études locales de la répression de la sorcellerie à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne.

Programme

Jeudi 7 octobre

14h00-18h00

  • Etienne Anheim (École des Hautes Etudes en Sciences Sociales) Introduction
  • Martine Ostorero (Université de Lausanne), Franck Mercier (Université de Rennes 2), Jean Hennet (École nationale des chartes) « L’un des plus anciens traités contre la chasse aux sorcières : le De synagoga demonum d’Humbert de Costa, o. carm (1470) »
  • Pauline Meylan (Université de Lausanne) « Les sources comptables comme indices de la répression de la sorcellerie dans les châtellenies bressanes (XVe siècle) »

Vendredi 8 octobre

9h00-12h00 & 14h00-18h00

  • Alessia Belli (Université de Lausanne) « Corporaliter et realiter, ac veraciter. La construction du crime de sorcellerie dans l’Italie du Nord (début XVIe siècle) »
  • Pau Castell Granados (Universitat de Barcelona) « La naissance du crime de sorcellerie diabolique au XVe siècle : le Pyrenean paradigm »
  • Silvia Bertolin (Université de Genève) « Le crime de sorcellerie en Vallée d’Aoste (XVe siècle) » 
  • Maryse Simon (Université de Strasbourg) « La sorcellerie urbaine : une réalité ? »
  • Gwendoline Ortega (Fondation des sources du droit suisse) « Du registre au numérique. 100 ans de recherche autour du registre Ac 29 »
  • Anne Guérin (Université de Rennes 2) « Carnes parvulorum edere non formidastis. La nourriture des sorciers au sabbat et le crime de sorcellerie au XVe siècle »
  • Chloé Roberts (UCSB, University of California Santa Barbabara) « Henri Boguet: Judicial Deviation and Demonology in Saint-Claude, 1596-1602 » 
  • Maxime Gelly-Perbellini (École des Hautes Etudes en Sciences Sociales ; Université Libre de Bruxelles), Olivier Silberstein (Université de Neuchâtel) « Bilan, nouveaux terrains et perspectives : quel.s devenir.s pour les Witchcraft Studies ? »

Categorias

Locais

  • Salle AS_08 - 54, boulevard Raspail
    Paris, França (75006)

Formato do evento

Evento apenas no local


Datas

  • quinta, 07 de outubro de 2021
  • sexta, 08 de outubro de 2021

Palavras-chave

  • sorcellerie, crime

Contactos

  • Maxime Perbellini
    courriel : maxime [dot] perbellini [at] ehess [dot] fr
  • Olivier Silberstein
    courriel : olivier [dot] silberstein [at] unine [dot] ch

Urls de referência

Fonte da informação

  • nadja vuckovic
    courriel : nadja [dot] vuckovic [at] ehess [dot] fr

Licença

CC0-1.0 Este anúncio é licenciado sob os termos Creative Commons CC0 1.0 Universal.

Para citar este anúncio

« Le crime de sorcellerie en débat », Jornadas, Calenda, Publicado segunda, 04 de outubro de 2021, https://doi.org/10.58079/17cb

Arquivar este anúncio

  • Google Agenda
  • iCal
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search