InicioJustice en scène(s)

InicioJustice en scène(s)

Justice en scène(s)

Justice staged

Le jugement dernier. La justice scénarisée du Moyen Âge à nos jours

The last judgment. Justice on stage from the Middle Ages to the present day

*  *  *

Publicado el jueves 07 de octubre de 2021 por Céline Guilleux

Resumen

Au cours des trois dernières décennies, plusieurs ouvrages ont labouré le champ alors méconnu en France des images de la justice et du jugement dernier. L’idée que le droit serait d’abord un texte, autrement dit une espèce de capital linguistique et herméneutique, soumis à des normes de conservation et des règles procédurales de reproduction fait ainsi l’objet d’une réévaluation.

Anuncio

Argumentaire

Au cours des trois dernières décennies, plusieurs ouvrages ont labouré le champ alors méconnu en France des images de la Justice (Robert Jacob) et du Jugement dernier (Jerôme Baschet). L’idée que le droit serait d’abord un texte, autrement dit une espèce de capital linguistique et herméneutique, soumis à des normes de conservation et des règles procédurales de reproduction fait ainsi l’objet d’une réévaluation. L’articulation du droit à la justice ne se réduit pas à des codes écrits. Tout acte juridique, dans la mesure où il est performatif (serments, contrats, obligations, pactes) s’inscrit d’abord dans un champ de vision. L’importance du corps dans la délivrance de la loi, bien que constitutive de notre culture occidentale romano-canonique, n’a pas été explorée dans sa dimension visuelle. Selon les mots de Justinien, l’empereur porte toutes ses lois dans sa poitrine ». Pendant des siècles et avec des survivances qui nous mènent parfois jusqu’au XIXe siècle, le Christ a été l’incarnation vivante de la loi de Dieu. Robert Jacob (1994) a même proposé que la naissance du juge des débuts de l’ère moderne soit fondée sur l’acte même de tenir une image devant soi. Ce colloque vise à questionner l’iconographie judiciaire d’une manière innovante : les images de justice doivent être considérées comme des éléments constitutifs de la naissance du jugement en Europe.

Il s’agira de s’interroger sur ce qui se passe lorsqu’un spectateur rencontre une image incarnée de la justice, que cet artefact soit une peinture, une sculpture ou un objet, inséré dans un rituel judiciaire significatif (par exemple, les pratiques d’humiliation, l’amende honorable, les rituels d’exécutions en effigie et de désamorçage de l’image). Une image de justice ne peut plus être considérée comme une œuvre d’art immobile, ou une occasion de déployer un récit religieux ou historique hors de son contexte judiciaire initial, mais comme un processus imaginal impliquant plusieurs fonctions (didactique, persuasive, mnémonique et surtout déontologique). Réunissant des chercheurs et des professionnels du droit, ainsi que des conservateurs et des spécialistes du patrimoine, cet événement souhaite également connecter les participants aux manières dont la figure du jugement dernier a été constamment réinventée au cours des siècles. L’idée est d’examiner les œuvres d’art « in situ » d’un point de vue juridique et sociétal, en expliquant le rôle-clé qu’ils jouent comme symboles.

Programme

Lundi 11 octobre : Le jugement dernier

(Salle d’assises du tribunal judiciaire de Tours)

Présidence de séance : Antoine Garapon (Sciences-Po Paris)

  • 08:30 : Accueil des participants - Merci de vous présenter à l’heure, les contrôles de sécurité sont longs à l’entrée du Tribunal.
  • 09:00 : Mot d’accueil de Colombine Madelaine (Vice-Présidente, Relations Internationales, Université de Tours), Benoist Pierre (Directeur du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance - CESR) & Sophie Gabillet (Secrétaire Générale de LE STUDIUM), 
  • 09:45 : Valérie Hayaert - Regards sur le décor allégorique de la salle
  • 10:15 : Georges-Elia Sarfati (Professeur d’université - linguistique - et professeur d’études bibliques à l’Institut universitaire Elie Wiesel - Paris) - Significations et portée de l’expression « le jour de Yahwé » dans la Bible hébraïque
  • 11:00 : Robert Jacob (directeur de recherche au CNRS et professeur d’histoire du droit à l’Université de Liège) - Le juge sans la grâce. Rituels judiciaires de la Rome antique
  • 11:45 : Discussions

12:15 : Déjeuner

Présidence de séance : Olivier Beaud (Paris II, Assas)

  • 14:00 : Christophe Bouton (Professeur de Philosophie à l’Université Bordeaux Montaigne) - Le tribunal de l’histoire - Le thème du jugement dernier dans les philosophies de l’histoire
  • 14:45 : Noëlle Herrenschmidt (journaliste reporter) : « 45 années de dessins d’audience aux côtés d’Antoine Garapon »
  • 15:30 : Antoine Garapon - Le Jugement Dernier
  • 17:00 : Hommage à Antoine Garapon à la Basilique Saint-Martin (visite de la crypte et hommage sur le parvis de la basilique : capacité d’accueil 60 à 70 personnes sur le parvis).

Sacha Philip (école Émile Cohl, Lyon) croquera les orateurs pendant les débats et fera un compte-rendu illustré de la journée, dans la tradition des dessins d’audience. Les illustrations seront réalisées et filmées sur la journée, avec des projections ponctuelles sur grand écran.

Mardi 12 octobre 2021 : La justice scénarisée du Moyen Âge à nos jours

(Salle Olivier Debré du musée ds Beaux-Arts de Tours)

Président de séance : Robert Jacob (CNRS, Université de Liège)

  • 08:30 : Accueil des participants
  • 09:00 : Mot d’accueil de la directrice, Hélène Jagot,et de la conservatrice, Elsa Gomez (peintures médiévales et Renaissance)
  • 09:15 : Valérie Hayaert - Deux tableautins (tavolette) encadrant le rituel d’exécution à Bologne (vers 1350) conservés au Musée des Beaux-Arts de Tours: l’image narcotique-salvifique dans le rite judiciaire.
  • 10:00 : Dominic-Alain Boariu (Université de Fribourg, Suisse) - Fieschi à la Cour des pairs. Répondant : Raphaël Cahen (POLEN, Orléans)
  • 10:45 : Pause
  • 11:00 : Pierre Henri Biger & Samuel Devisme - La Justice sur un éventail : une allégorie critique de la politique judiciaire de Louis XIV ?
  • 11:45 : Jean-Paul Jean (Président de chambre honoraire à la Cour de cassation et secrétaire général de l’AHJUCAF (Cours de cassation du réseau francophone) - « Le N’Kisi Kongo comme symbole de justice ».
  • 12:30 : Déjeuner

Président de séance : Harold Epineuse (Institut des Hautes Études sur la Justice)

  • 14:00 : Adrien Pitor & Nicolas Lyon-Caen - Assister à la scène judiciaire. Le public dans le Palais de Paris au XVIIIe siècle
  • 14:45 : Xavier Rousseaux (Université de Louvain) « La spectacularité des peines dans les Pays-Bas (rituels de pèlerinage ou de pardon, amendes honorables, ex-votos) au 15e-17e siècles. »
  • 15:30 : Pause
  • 15:45 : Stéphane Moure (MCF à la faculté de Droit de Tours) -  « La nouvelle architecture judiciaire. Remarques sur un langage symbolique. »
  • 16:30 : Manuela Bragagnolo (Max Planck Institute for Legal History and Legal Theory, Francfort)  - Physiognomy and Law at the Early Modern Period. Répondante : Concetta Pennuto (CESR, Tours)
  • 17:15 : Fin de la conférence

Modalités pratiques

Pour participer, il est nécessaire de s'inscrire en suivant ce lien : http://www.lestudium-ias.com/fr/evenement/justice-scenes

Categorías

Lugares

  • Salle d'assises du tribunal judiciaire de Tours, 35 Rue Édouard Vaillant
    Tours, Francia (37)

Formato del evento

Evento en presencial


Fecha(s)

  • lunes 11 de octubre de 2021
  • martes 12 de octubre de 2021

Palabras claves

  • justice, jugement dernier, Moyen Âge

Fuente de la información

  • Chloé Bigot
    courriel : chloe [dot] bigot [at] lestudium-ias [dot] fr

Para citar este anuncio

« Justice en scène(s) », Coloquio, Calenda, Publicado el jueves 07 de octubre de 2021, https://calenda.org/919655

Archivar este anuncio

  • Google Agenda
  • iCal
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search