HomeC’est carnaval !

Calenda - The calendar for arts, humanities and social sciences

C’est carnaval !

C’est carnaval !

The politics and policy of Carnival

Approches politiques du carnaval

*  *  *

Published on Wednesday, October 20, 2021 by Lucie Choupaut

Summary

The interdisciplinary research unit TRANSFO (Research Center for Social Change, université libre de Bruxelles) organizes a two-day conference that aims to shed light on the political dynamics of contemporary carnivals. The conference welcomes both junior and senior scholars, in the following disciplines: political sociology, especially in the fields of social movement study and artivism; political anthropology; festive studies; urban studies; public policy; history and social geography.

Le centre interdisciplinaire TRANSFO (Research center for social change, université libre de Bruxelles) organise une conférence de deux jours sur les dynamiques politiques qui traversent les carnavals contemporains. La conférence est destinée aux chercheurs et chercheuses juniors et seniors, issus des disciplines suivantes : sociologie politique, plus spécifiquement centrée sur l’étude des mouvements sociaux et de l’artivisme ; anthropologie politique ; études festives ; sociologie urbaine ; études des politiques publiques ; histoire et géographie sociale.

Announcement

Argument

This conference aims to shed light on the political dynamics of carnivals. It takes roots in a longer tradition of interdisciplinary exchanges addressing the links between carnival and politics (Biringanine, 2010; Godet, 2020). More specifically, this conference wishes to deepen our understanding of carnival as ‘politics’ on the one hand, and as ‘policy’ on the other hand. The conference’s ambition is also to draw attention towards the interconnection between the politics and policy dimensions of carnivals, across contexts.

1. Carnival as politics

The first dimension, carnival as politics, refers to bottom-up processes through which individuals and collectivities use carnivals as modes of politicization, political expression, or political action. This dimension of carnival partly relates to the foundational work of Bakhtine (Bakhtine, 1982) and subsequent interpretations (Godet, 2020, pp. 6–9) according to which carnivals and carnavalesque constitute potential sources of, or tools for, rebellion, subversion or resistance. Hence, carnivalesque strategies would be mobilized in order to mock, defy, or contest dominant norms and power, as well as to assert a distinctive collective identity (Arnaud, 2020; Arnaud and Sala Pala, 2005; Baldini, 2016; Deharbe and Maccagnan, 2008; Mathieu and Balasinski, 2006; Sombatpoonsiri, 2016). Carnivals would also be used as a resource allowing minorities to shed light on and politicize a latent conflict (Salzbrunn, 2011; Sergidou, 2020). Yet, what specific aspects of the carnivalesque do produce mobilization and reaction? To what extent and in which circumstances do carnivals (and carnivalesque) truly lead to political changes? How much carnivals affect in the long run participants, as individuals and as collectivities?

2. Carnival as policy

The second dimension, carnival as policy, refers to top-down processes through which public (or private) authorities use carnivals as a mode of governance, with diverse objectives that can be more or less stated explicitly: controlling and containing contestation, enforcing social cohesion, building or preserving a collective memory, or promoting the city’s culture (Arnaud, 2010; Delorme, 2020; Ferdinand and Williams, 2018; Raziano, 2019; Sabev, 2003). This conception is partly entrenched in Gluckman’s (Gluckman, 1954) approach of public rituals, which may serve as a ‘safety valve’ for the social and political elites (Godet, 2020, p. 9). But what is the reality of carnivals as public policy instruments? How much elites’ discourses, public actions and their effects do corroborate or differ? What are the consequences of (different types of) carnival on a city’s development and reputation, but also on the public’s perception of (regulated) festivities?

3. Micro politics and macro policies of carnival

Ultimately, the conference aims to provide insights on the interconnection between the micro politics and macro policies of carnival. This relationship may take multiple forms (Arnaud, 2008; Chouitem, 2017; Cunegatto, 2020), such as mediation, negotiation, contention or clash. But to what extent does the nature of this interplay vary across time and space? How much does this relationship depend on the social, economic, political, or institutional contexts? How much values intervene in the definition and dynamics of this relationship? The recent withdrawal of the Aalst Carnival (Belgium) from the Representative List of the Intangible Cultural Heritage of Humanity (UNESCO) due to antisemitism (Fournier and Giancristofaro, 2020) illustrates well some of these issues.

The conference aims to gather contributions discussing carnival as politics and/or as policy, as well as contributions addressing the articulation of both. The conference welcomes case studies as much as comparative examinations, from various disciplinary perspectives and methodological angles. The conference will give preference to empirical research and field works, although advanced conceptual and theorical papers will also be considered. Finally, this conference wishes to gather contributions that reflect as much as possible the diversity of contemporary carnivals and festive events, without any specific geographical scope.

Submission guidelines

Proposals (250 words) need to be sent to transfo@ulb.be by November 10th 2021 at the latest. Participants will be notified of their acceptance by November 20th 2021. Contributions can be submitted and presented in English or French.

Organising committee

  • Fanny Arnulf, université libre de Bruxelles
  • Caroline Close, université libre de Bruxelles
  • Manon Istasse, centre culturel Eden & université libre de Bruxelles
  • Maité Maskens, université libre de Bruxelles
  • Marco Martiniello, université de Liège
  • Elodie Verlinden, université libre de Bruxelles

Argumentaire

Cette conférence se propose d’interroger les dynamiques politiques qui traversent les carnavals contemporains, s’inscrivant ainsi dans une longue tradition d’échanges interdisciplinaires autour des dimensions politiques du carnaval (Biringanine, 2010 ; Godet, 2020). Plus spécifiquement, l’ambition de cette conférence est d’approfondir notre compréhension du carnaval comme acte ou pratique « politique » d’une part, et du carnaval comme instrument de politique publique d’autre part. L’objectif de cet évènement est également de réfléchir aux interconnections entre les différentes dimensions politiques du carnaval, à partir de contextes d’études variés et situés.

Axe 1. Le carnaval comme acte politique

La première dimension, qui s’intéresse au carnaval comme acte politique, réfère au processus ascendant (bottom-up) à partir duquel les individus ou les collectifs s’emparent du carnaval comme d’une modalité de politisation, d’expression politique ou encore d’action politique. Cette dimension politique du carnaval trouve un ancrage dans le travail fondateur de Bakhtine (1982) et de ses interprètes ultérieurs (Godet, 2020, pp. 6–9) selon lesquels le carnavalesque constitue une ressource potentielle de résistance, de subversion ou encore de rébellion. Ainsi, les stratégies carnavalesques sont déployées afin de tourner en dérision, de défier ou encore de contester les normes dominantes et le pouvoir en place et, dans le même mouvement, il s’agit aussi d’une manière d’affirmer une identité collective distincte (Arnaud, 2020 ; Arnaud and Sala Pala, 2005 ; Baldini, 2016 ; Deharbe and Maccagnan, 2008 ; Mathieu and Balasinski, 2006 ; Sombatpoonsiri, 2016). Les carnavals sont également mobilisés comme une ressource permettant aux minorités de rendre visible et de politiser un conflit latent (Salzbrunn, 2011 ; Sergidou, 2020). On peut alors se demander quels sont les aspects spécifiques du carnavalesque qui amènent à la réaction ou à la mobilisation ? Dans quelle mesure et dans quelles circonstances les carnavals conduisent à un réel changement politique ? Dans quelle mesure encore la participation au carnaval affecte les participant.e.s sur le long terme, en tant qu’individu et/ou que collectif ?

Axe 2. Le carnaval comme instrument de politique public

La seconde dimension, celle du carnaval comme instrument de politique publique, réfère à l’approche descendante (top-down) et désigne le processus au travers duquel les autorités publiques ou privées utilisent le carnaval comme un mode de gouvernance, poursuivant ainsi des objectifs divers, plus ou moins formulés de manière explicite : contrôler et contenir la contestation, renforcer la cohésion sociale, construire ou préserver une mémoire collective, ou encore promouvoir l’ethos de la ville (Arnaud, 2010 ; Delorme, 2020 ; Ferdinand and Williams, 2018 ; Raziano, 2019 ; Sabev, 2003). Cette conception s’inscrit dans le sillage des travaux de Gluckman (1954) lorsqu’il analyse la fonction des rituels publics, comme autant de « soupape de sécurité » assurant la stabilité des élites sociales et politiques en place (Godet, 2020, p. 9). On peut alors se demander quelle est la réalité de l’usage des carnavals comme instrument de politique publique ? Dans quelle mesure les discours des élites locales, la mise en œuvre d’actions publiques et les effets de ces actions concordent ou diffèrent ? Quelles sont les conséquences des différents types de carnavals sur le développement urbain, sur la réputation des villes en question ainsi que sur la perception publique de ce type de festivités régulées ?

Axe 3. Micro et macro politiques du carnaval

Et enfin, la conférence entend fournir des perspectives sur l’interconnexion entre les dimensions micro et macro politiques du carnaval. Cette relation peut prendre plusieurs formes (Arnaud, 2008 ; Chouitem, 2017 ; Cunegatto, 2020), comme la médiation, la négociation, la contention ou encore le clash. Mais dans quelle mesure la nature de ce jeu d’échelle complexe varie selon le temps et l’espace ? Dans quelle mesure cette relation dépend-t-elle des contextes sociaux, économiques, politiques ou institutionnels ? Quelles sont les idées/valeurs qui interviennent dans la définition et la dynamique de cette relation ? Le retrait récent du Carnaval d’Alost de la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO pour cause d’antisémitisme (Fournier and Giancristofaro, 2020), illustre bien ce type d’enjeux contemporains.

Cette conférence réunira des contributions portant autant sur le carnaval comme acte politique que comme instrument de politique publique, et également des contributions articulant ces deux approches. Cette conférence accueillera la présentation d’études de cas ou d’explorations comparatives, depuis des perspectives disciplinaires et méthodologiques diverses. Si les approches ancrées empiriquement seront privilégiées, les contributions plus spécifiquement conceptuelles et théoriques seront également considérées. Enfin, cette conférence souhaite réunir des contributions qui reflètent la diversité des formes festives et carnavalesques contemporaines en Belgique mais aussi à l’international, sans aucune limite géographique.

Modalités de soumission

Les propositions (250 mots) sont à envoyer à transfo@ulb.be pour le 10 novembre 2021.  

Les participant·e·s seront informés de leur admission le 20 novembre 2021 au plus tard. Les contributions peuvent être soumises et présentées en français ou en anglais.

Comité d'organisation

  • Fanny Arnulf, université libre de Bruxelles
  • Caroline Close, université libre de Bruxelles
  • Manon Istasse, centre culturel Eden et université libre de Bruxelles
  • Maité Maskens, université libre de Bruxelles
  • Marco Martiniello, université de Liège
  • Elodie Verlinden, université libre de Bruxelles

Places

  • Charleroi, Belgium (6000)

Event format

Full on-site event


Date(s)

  • Wednesday, November 10, 2021

Keywords

  • carnaval, festivité, résistance, politique publique, fête

Contact(s)

  • Elodie Verlinden
    courriel : elodie [dot] verlinden [at] ulb [dot] be

Reference Urls

Information source

  • Maïté Maskens
    courriel : Maite [dot] Maskens [at] ulb [dot] be

To cite this announcement

« C’est carnaval ! », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, October 20, 2021, https://calenda.org/923748

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search