HomeGouvernementalité, territorialité et statolité africaines en crise

HomeGouvernementalité, territorialité et statolité africaines en crise

*  *  *

Published on Thursday, October 21, 2021 by Sarah Zingraff

Summary

À travers une homogénéisation des cultures et des stimuli de la globalisation, des infiltrations des communautés locales les conditionnent à enclencher des sécessions, séparatismes, revendications ethniques, alimentés par toutes sortes de trafics. Ces prétextes aux interventions des Nations unies et grandes puissances consolidant les logiques de tutélarisation remettent au goût du jour la rémanence des ardeurs néocoloniales. Considérant la persistance et la redondance des nationalismes du passé et les nombreuses revendications contemporaines, associées à la normalisation de la mal-gouvernance, l’hypothèse selon laquelle les archétypes de gouvernance transposés ne fonctionnent pas, est définitivement évoquée comme piste sérieuse à explorer, eu égard au déchirement idéologique de l’homme politique devant choisir entre l’indocilité, l’importation mimétique et la reconstruction originale du système des valeurs historiques des sociétés africaines. Quel est le bilan de l’État importé en Afrique à l’orée 2020 ? Comment comprendre la relativisation de l’historicité des sociétés africaines ou « l’absence » de l’Afrique dans l’histoire alors qu’elle possède des tissus vivants de communautés de cultures qui pourraient lui permettre de reprendre l'initiative et de participer de façon originale et créatrice, à une communauté mondiale (Person, 1981) au XXIe siècle ?

Announcement

Argumentaire

À travers une homogénéisation des cultures et des stimuli de la globalisation, des infiltrations des communautés locales les conditionnent à enclencher des sécessions, séparatismes, revendications ethniques, alimentés par toutes sortes de trafics. Ces prétextes aux interventions des Nations unies et grandes puissances consolidant les logiques de tutélarisation remettent au goût du jour la rémanence des ardeurs néocoloniales. Considérant la persistance et la redondance des nationalismes du passé et les nombreuses revendications contemporaines, associées à la normalisation de la mal-gouvernance, l’hypothèse selon laquelle les archétypes de gouvernance transposés ne fonctionnent pas, est définitivement évoquée comme piste sérieuse à explorer, eu égard au déchirement idéologique de l’homme politique devant choisir entre l’indocilité (Mbembe, 1988), l’importation mimétique et la reconstruction originale du système des valeurs historiques des sociétés africaines. Par ailleurs, quel est le bilan de l’État importé en Afrique à l’orée 2020 ? Comment comprendre la relativisation de l’historicité des sociétés africaines ou « l’absence » de l’Afrique dans l’histoire alors qu’elle possède des tissus vivants de communautés de cultures qui pourraient lui permettre de reprendre l’initiative et de participer de façon originale et créatrice, à une communauté mondiale (Person, 1981) au XXIe siècle ?

Si les réflexions sur l’État ont couvert des champs assez vastes notamment la nature, la légitimité, les pratiques, la viabilité, la crédibilité de l’État en Afrique, elles n’offrent pas encore les clefs pour mettre fin à ce phénomène créationnel ni d’endiguer les dynamiques entropiques par fissiparité et scissiparité, avec à la base, l’activation du principe de l’autodétermination des peuples à disposer d’eux-mêmes. Quelles formes proposer qui prendraient en compte les préoccupations de légitimité, de stabilité, de statolité (Kontchou Kouemegni, 1989), de gouvernementalité (Foucault, 1994 : 656), de crédibilité et de prospérité de l’État africain sur la scène internationale ? Telles sont sous formes interrogatives, les objectifs de cet événement scientifique.

Axes thématiques

Les thématiques à aborder et sans prétention d’exhaustivité, pourront s’articuler autour des axes ci-après :

  • Axe 1 : Épistémologie de la fragilisation de l’État africain au XXIe siècle ;
  • Axe 2 : Sociogenèse et socioanthropologie de l’État africain ;
  • Axe 3 : Chronotopie de l’État résilient africain ;
  • Axe 4 : Géopolitique des dynamiques créationnelles étatiques ;
  • Axe 5 : Analyses corrélationnelles des éléments et facteurs structurants des États stables en Afrique ;
  • Axe 6 : Déconstruction et reconstruction de l’État en Afrique : entre désétatiser l’Afrique et africaniser l’État ;
  • Axe 7 : L’Union africaine et le principe de l’intangibilité des frontières ;
  • Axe 8 : États modèles et modèles d’États pour l’Afrique.

Tous les domaines de la société sont concernés par cette œuvre heuristique : politique, relations internationales, droit, éducation, sociologie, anthropologie, géographie, histoire, historiographie, économie, santé, etc.

Modalités de soumission

Les chercheurs individuels et/ou en groupe de tous horizons sont invités à proposer des réflexions inédites dans cette thématique.

Des résumés d’environ 200 mots, soit une page, en français ou en anglais, sont attendus, accompagnés des coordonnées des postulants (prénoms, noms, attaches institutionnelles, emails, téléphones, numéros WhatsApp), avant le 20 janvier 2022, à envoyer aux adresses emails suivantes :

Calendrier

  • 20 Octobre 2021 : Publication de l’annonce
  • 20 Janvier 2022 : Réception des propositions
  • 20 Février 2022 : Réponses aux postulants
  • 20 Juin 2022 : Articles complets
  • 20 Juillet 2022 : Fin de l’évaluation des articles
  • 20 Août 2022 : Retour des papiers finalisés
  • 20 Novembre 2022 : Date probable de publication de l’ouvrage
  • 15-16 Décembre 2022 : Tenue du colloque international à Yaoundé

Coordination et contact

Comité scientifique

  • Pr Mehdi ABBAS, Université de Grenoble-Alpes, Grenoble, France.
  • Tossou ATCHRIMI, Université de Lomé, Lomé, Togo.
  • Pierre BAKENGA SHAFALI, Université Officielle de Bukavu, Bukavu, République démocratique du Congo.
  • Charles BASHIGE ATSI BUSHIGE, Philosophie, Philosophie du Droit, Université officielle de Bukavu, Bukavu, R. D. Congo.
  • Raphaël BATENGUENE, Université de Douala, Douala, Cameroun.
  • Sariette BATIBONAK, ICT-University, Université de Yaoundé I, UEC, S&D, Yaoundé, Cameroun.
  • Élisabeth BUM, Université de Maroua, Maroua, Cameroun.
  • Jacques CHATUÉ, Université de Dschang, Dschang, Cameroun.
  • Chandel EBALÉ MONEZE, Université de Yaoundé I, Cameroun.
  • Innocent FOZING, École Normale de Yaoundé, Université de Yaoundé I, Yaoundé, Cameroun.
  • Emmanuel KAM YOGO, Université de Douala, Douala, Cameroun.
  • Nadine MACHIKOU, Université de Yaoundé II, Yaoundé, Cameroun.
  • Pr KAWAYA MEYA, Université de Bandundu, Bandundu, R. D. du Congo.
  • Pr Brice Arsène MANKOU, Université du Littoral Côte d’Opale, Dunkerque, France.
  • Pr Maixant MEBIAME-ZOMO, Université Oumar Bongo, Gabon.
  • Yves Paul MANDJEM, Université de Yaoundé II/IRIC, Yaoundé, Cameroun.
  • Luc MEBENGA TAMBA, Université de Yaoundé I, Yaoundé, Cameroun.
  • Pr Gérard NGOUMTSA ANOU, Université de Perpignan-Via Domitia, Perpignan, France.
  • Pr Marcel Bruce NGOUYAMSA MEFIRE, Université de Ngaoundéré, Ngaoundéré, Cameroun.
  • Jean NZHIE ENGONO, Université de Yaoundé I, Cameroun.
  • Célestin TAGOU, Université Protestante d’Afrique Centrale, Yaoundé, Cameroun.
  • Gérard TCHOUASSI, Université de Yaoundé II, Yaoundé, Cameroun.
  • Pr Herman TOUO, Université de Ngaoundéré, Ngaoundéré, Cameroun.
  • Pr Roger ZERBO, Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique, Ouagadougou, Burkina Faso.

Bibliographie indicative

Badié, B., 1992, L’État importé. L’occidentalisation de l’ordre politique, Paris, Fayard.

Batha, M.-A., 1997, La dynamique sécessionniste dans l’Afrique indépendante (1960-1995), Yaoundé, Thèse de doctorat, IRIC.

Batibonak, P., 2019, Indépendances inachevées en Afrique. « Nous n’avons jamais été indépendants », Paris, L’Harmattan.

Batibonak, S. et Batibonak, P., 2019, Indépendances inachevées en Afrique. Rémanence de la tutélarisation, Yaoundé, Monange.

Bayart, J.-F., 1989, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard.

Bezes, P., 2009, Réinventer l’État, Les réformes de l’administration française (1962–2008), Paris, Presses universitaires de France. (519 p.)

Borrel, T., Boukari Y. A., Collombat, B. et Deltombe, T., 2021, L’empire qui ne veut pas mourir. Une histoire de la françafrique, Paris, Éditions du Seuil.

Delcourt, B., 2006, Théories de la sécurité, Cours de relations internationales, Bruxelles, Université Libre de Bruxelles.

Duprat, G., 1990, Connaissance du politique, Paris, PUF.

Foucault, M., 1994, Dits et écrits 1954-1988, Tome III (1976-1979), Paris, Gallimard.

Kontchou Kouomegni, A., 1989, « De la statolité en Afrique : À la recherche de la souveraineté », Revue science technique, science humaine, vol. VI, n° 3-4, Juillet-décembre 1989, pp. 19-33.

Latouche, S., 1989, L’occidentalisation du monde : essai sur la signification, la portée et les limites de l’uniformisation planétaire, Paris, La Découverte.

Mbembe, A., 1988, Afriques indociles : Christianisme, pouvoir et État en société postcoloniale, Paris, Karthala.

Mo Ibrahim Foundation, 2021, 2020 Ibrahim Index of African Governance, https://mo.ibrahim.foundation/iiag, Consulté le 30 juin 2021.

Mouton, J.-D., 2012, « État fragile », une notion de droit international ? », in Revue Civitas Europa, n° 28, pp. 5-18.

Observatoire de l’Afrique, 2008, Les États fragiles en Afrique : un paradigme utile pour l’action ? Rapport de la Conférence de Didimala Lodge, Bruxelles, EGMONT.

Pavia, J. F., 2021, « Nation State and Armed Conflicts », Academia Letters, Article 1633.

Péan, P., 2010, Carnages. Les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique, Paris, Fayard.

Person, Y., 1981, « L’État-Nation et l’Afrique », in Revue française d’Histoire d’outre-mer, tome 68, n° 250-253, État et société en Afrique Noire, pp. 274-282.

Tonda Maheba, 2021, L’État vampire. Don de sang, transfusion sanguine et politiques de la vie au Gabon, Paris, EHESS.

USAID, 2005, Fragile states strategy, Washington, USAID.

Weber, M., [1919] 1963, Le savant et le politique, Paris, Union Générale d’Éditions.

Event format

Hybrid event (on site and online)


Date(s)

  • Thursday, January 20, 2022

Keywords

  • gouvernementalité, territorialité, statolité, Afrique

Contact(s)

  • Paul Batibonak
    courriel : prbatibo [at] gmail [dot] com

Information source

  • Paul Batibonak
    courriel : prbatibo [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Gouvernementalité, territorialité et statolité africaines en crise », Call for papers, Calenda, Published on Thursday, October 21, 2021, https://calenda.org/926807

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search