HomeLes notes de cours des enseignants : un objet écrit non identifié ?

HomeLes notes de cours des enseignants : un objet écrit non identifié ?

*  *  *

Published on Tuesday, November 02, 2021 by Lucie Choupaut

Summary

L’intérêt porté depuis plusieurs années aux gestes professionnels des enseignants a fait émerger la question de leurs pratiques d’écriture. Les écrits sans visée réflexive ni formative produits par les professeurs dans l’exercice de leur métier sont largement occultés par l’importance accordée à l’oralité du temps d’enseignement et, de ce fait, relativement peu étudiés. L’objectif de cette journée d’études est de contribuer à cerner cet objet écrit, quotidien dans la pratique mais peu visible, en confrontant trois points de vue : linguistique, didactique et anthropologique.

Announcement

Présentation de la journée

L’objectif de cette journée d’études est de contribuer à cerner cet objet écrit, quotidien dans la pratique mais peu visible, en confrontant trois points de vue.

  • Les notes de cours, des « avant-dire » ?

Un premier point de vue abordera les notes de cours dans une perspective linguistique et génétique. Il s’agira de s’interroger sur la textualité de ces écrits et sur la relation qu’ils entretiennent avec des cours professés oralement. Quel statut donner à ces écrits, intermédiaires entre deux moments qui sont deux situations d’énonciation, celui de l’enseignant face à lui-même et celui du face à face pédagogique ? Comment décrire les différentes temporalités qu’articule l’écriture de ces notes : avant le cours mais aussi pendant et après pour un éventuel réemploi ? Peut-on les ranger véritablement dans la catégorie des « avant-dire » (Philippe 2014) comme y invite l’approche génétique ? Sont-ils uniquement préparatoires à l’enseignement oral ? Si non, quelles sont leurs autres fonctions ?

  • Les notes de cours, traces et media de la transposition didactique ?

La question des fonctions de ce type d’écrits se pose aussi d’un point de vue didactique. En effet, la relation entre savoirs savants et savoirs enseignés, autrement dit la transposition didactique (Verret 1975; Chevallard et Johsua 1991), passe par la « mise en texte » du savoir pour qu’il devienne enseignable, phénomène visible dans les manuels scolaires en particulier. Cependant, les notes de cours, propres à chaque enseignant, ne sont-elles que le reflet d’injonctions quant aux savoirs à enseigner ? L’appropriation et l’organisation du savoir qui s’y matérialisent relèvent-elles exclusivement du processus de transposition didactique ? Quels liens les notes de cours entretiennent-elles avec les notions de « programmation » et de « planification » (De Kesel et al. (éds.) 2013) ?

  • Les notes de cours, une écriture professionnelle parmi d’autres ?

Le regard anthropologique et sociologique constituera le troisième point de vue de la journée. Depuis une vingtaine d’années, les travaux sur la « part langagière du travail » (Borzeix et Fraenkel (éds.) 2001) ont montré l’importance décisive des conditions matérielles de l’énonciation dans les pratiques langagières professionnelles. Ancrée dans des situations historiquement construites, l’écriture, comme la parole, est indissociable tant des attentes sociales et institutionnelles auxquelles elle doit répondre que des technologies disponibles. Quelle est la part des prescriptions dans l’écriture de ces notes ? Dans quelle mesure sont-ils standardisés (Barrère 2011) ? Quelles conséquences les évolutions de la profession ont-elles sur les pratiques d’écriture des enseignants ? Les spécificités de l’activité enseignante traduisent-elles un rapport à l’écriture particulier (Barré-de Miniac 2015), différent des autres professions ?

Programme

9h00-9h30 Accueil – Introduction de la journée

  • 9h30-10h15 Nicolas Sembel (INSPE d’Aix-Marseille / ADEF – EA 4671) Les écrits pour les cours des enseignant·es : une activité d’intellectuel·les professionnel·les prise entre deux dynamiques, le « moribond » contre le vivant

Pause-café

  • 10h30-11h15 Martine Jaubert (université de Bordeaux / Lab-E3D) Les écrits professionnels, des outils pour les enseignants, un observatoire de questions vives pour les didactiques
  • 11h15-12h00 Caroline Scheepers (pôle académique de Bruxelles) Les notes de cours des enseignants du supérieur : quels écrits, quelles procédures ?

Pause déjeuner

  • 14h00-14h45 Muriel Jorge (INSPE de Paris, Sorbonne Université / HTL – UMR 7597) Entre écriture et enseignement, le temps des notes de cours
  • 14h45-15h30 Luc Trouche (école normale supérieure de Lyon, institut français de l’éducation / S2HEP) Comprendre le travail des professeurs à travers leurs interactions avec les ressources de leur enseignement, questions de méthode

Pause-café

  • 16h00-16h45 Malory Leclère (université Sorbonne Nouvelle / Diltec – EA 2288) Supports pédagogiques pour la classe et notes de cours : entre complémentarité et concurrence

16h45-17h00 Conclusion

Organisation

Journée d’études organisée par Muriel Jorge et Pierre-Yves Testenoire avec le soutien de l’INSPE de Paris, du laboratoire Histoire des théories linguistiques et de Conscila

Bibliographie

Adam Jean-Michel (éd.), 2015, Faire texte : frontières textuelles et opérations de textualisation, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Barré-de Miniac Christine, 2015, Le rapport à l’écriture : aspects théoriques et didactiques, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Barrère Anne, 2002, Les enseignants au travail. Routines incertaines, Paris, L’Harmattan.

Barrère Anne, 2004, « Le travail enseignant » in Travailler à l’école. Que font les élèves et les enseignants du secondaire ?, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 89-125.

Barrère Anne, 2011, « La double dialectique de la préparation de cours » in Bertrand Daunay (éd.), Les écrits professionnels des enseignants. Approches didactiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 141-145.

Borzeix Annie & Fraenkel Béatrice (éds), 2001, Langage et travail : communication, cognition, action, Paris, CNRS Éditions.

Bride Patrice & Chenot Philippe (éds), 2015, Les Cahiers pédagogiques, no 518 : “Enseigner, former : écrire”.

Chevallard Yves & Johsua Marie-Alberte, 1991 [1985], La transposition didactique : du savoir savant au savoir enseigné, Grenoble, La Pensée sauvage.

Clerc Françoise, 1999, « Écrire et enseigner », Les langues modernes, no 1999/1 : “Les mémoires professionnels à l’IUFM”, p. 8-17.

Daunay Bertrand (éd.), 2011, Les écrits professionnels des enseignants. Approches didactiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

De Kesel Myriam, Bouhon Mathieu, Dufays Jean-Louis & Plumat Jim (éds), 2013, La planification des apprentissages: comment les enseignants des différentes disciplines programment-ils et préparent-ils leurs cours ?, Louvain-la-Neuve (Belgique), Presses universitaires de Louvain.

Dufour Marie, 2013, « Points communs et variations entre affichages selon les disciplines », in Bertrand Daunay, Yves Reuter & André Thépaut (éds), Les contenus disciplinaires. Approches comparatistes, Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Dufour Marie, 2016, Les pratiques d’affichage : points communs et variations selon les disciplines et les modes de travail pédagogiques, thèse de doctorat, Université Charles de Gaulle - Lille III.

Elalouf Marie-Laure, 2016, « L’analyse linguistique des textes d’élèves au travers des annotations, 1982-2014 », Pratiques [En ligne], no 169-170.  URL : http://journals.openedition.org/pratiques/3150.

Fialip-Baratte Martine, 2011, « Préparations », in Bertrand Daunay (éd.), Les écrits professionnels des enseignants. Approche didactique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 117-140.

Halté Jean-François, 1984, « L’annotation de copies, variété ou base du dialogue pédagogique », Pratiques, no 44, p. 61-69.

Hassan Rouba, 2010, « Écrire au tableau entre pratique langagière et geste professionnel », Travail et formation en éducation [En ligne], no 59. URL : http://journals.openedition.org/tfe/1053.

Jaubert Martine & Rebière Maryse, 2002, « La préparation écrite de la classe, un outil de formation pour les professeurs d'école ? », Enjeux, no 54 : “L’écrit dans l’enseignement supérieur”, p.130-141.

Jorge Muriel & Testenoire Pierre-Yves, 2017, « Écrire pour enseigner : modalités du réinvestissement textuel dans les notes de cours de trois linguistes », Pratiques [En ligne], no 173-174. URL : https://pratiques.revues.org/3296.

Le Ferrec Laurence & Leclère Malory, 2015, « Les supports au cœur des pratiques en classe de langue », Recherches en didactique des langues et des cultures [En ligne], no 12/2. URL : http://journals.openedition.org/rdlc/748.

Morisse Martine, 2011, « Les supports de cours : parties visibles et invisibles du métier de l’enseignant », in Bertrand Daunay (éd.), Les écrits professionnels des enseignants. Approche didactique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 147-174.

Nonnon Elisabeth, 2004, « Travail visible et invisible : la trace écrite au tableau », Recherches, no  41, p. 17-30.

Nonnon Elisabeth, 2000, « Le tableau noir de l’enseignant, entre écrit et oral », Repères, no 22, p. 83-119.

Nonnon Elisabeth, 1991, « Mettre au tableau, mettre en tableau, ou comment structurer les discussions d’enfants », Études de linguistique appliquée, no 81, p. 95-118

Philippe Gilles, 2014, « Écrire pour parler. Quelques problématiques premières », Genesis. Manuscrits, Recherche, Invention, no 39, p. 11-28.

Pilorgé Jean-Luc, 2010, « Un lieu de tension entre posture de lecteur et posture de correcteur : les traces des enseignants de français sur les copies des élèves », Pratiques [En ligne], no 145-146. URL : http://journals.openedition.org/pratiques/1513.

Scheepers, Caroline, 2014, « Les préparations de cours : apprendre à écrire, écrire pour faire apprendre », Le français aujourd'hui, no 184/1, p. 17-28.

Sembel Nicolas, 2005, « “Être prof”. Pour une sociologie cognitive du travail enseignant », Éduquer [En ligne], no  10. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/367.

Verret Michel, 1975, Le Temps des études, Paris, Honoré Champion, 2 vol.

Places

  • Amphithéâtre 1 - 10 rue Molitor
    Paris, France (75)

Event format

Full on-site event


Date(s)

  • Wednesday, December 01, 2021

Keywords

  • écrit professionnel, enseignant, enseignement, formation, planification, didactique, savoir, écriture, pratique langagière, ressource, support pédagogique

Contact(s)

  • Pierre-Yves Testenoire
    courriel : pierre-yves [dot] testenoire [at] inspe-paris [dot] fr
  • Muriel Jorge
    courriel : muriel [dot] jorge [at] sorbonne-nouvelle [dot] fr

Reference Urls

Information source

  • Muriel Jorge
    courriel : muriel [dot] jorge [at] sorbonne-nouvelle [dot] fr

To cite this announcement

« Les notes de cours des enseignants : un objet écrit non identifié ? », Study days, Calenda, Published on Tuesday, November 02, 2021, https://calenda.org/929415

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search