HomeLa presse comme source

HomeLa presse comme source

La presse comme source

Retours d’expériences et mode d’emploi

*  *  *

Published on Wednesday, November 10, 2021 by Lucie Choupaut

Summary

L’histoire générale de la presse est aujourd’hui globalement bien connue. Aussi est-ce une autre veine que nous souhaiterions explorer avec cette démarche, celle consistant à produire un véritable guide pratique destiné aux étudiants et aux étudiantes et permettant, à partir de retours d’expériences de chercheurs et de chercheuses confirmés, d’utiliser cette source particulière. Que trouve-t-on dans la presse et que n’y trouve-t-on pas ? Quels sont les pièges à éviter et, au contraire, quelles portes ouvre cette archive ? Réceptive aux échanges interdisciplinaires, notre démarche entend également s’inscrire dans une perspective transnationale favorisant les comparaisons. Il en est de même en ce qui concerne l’éventail chronologique qui devra être le plus large possible, ce qui pourra nous amener à interroger les sources disponibles voire équivalentes pour les périodes préexistant à la presse.

Announcement

Argumentaire

L’histoire générale de la presse est aujourd’hui globalement bien connue. Aussi est-ce une autre veine que nous souhaiterions explorer avec cette démarche, celle consistant à produire un véritable guide pratique destiné aux étudiants et aux étudiantes et permettant, à partir de retours d’expériences de chercheurs et de chercheuses confirmés, d’utiliser cette source particulière. Que trouve-t-on dans la presse et que n’y trouve-t-on pas ? Quels sont les pièges à éviter et, au contraire, quelles portes ouvre cette archive ? Réceptive aux échanges interdisciplinaires, notre démarche entend également s’inscrire dans une perspective transnationale favorisant les comparaisons. Il en est de même en ce qui concerne l’éventail chronologique qui devra être le plus large possible, ce qui pourra nous amener à interroger les sources disponibles voire équivalentes pour les périodes préexistant à la presse.

Avec cet appel à contributions, il ne s’agît pas pour nous de produire une histoire générale de la presse, ni même de nous inscrire dans une approche économique, politique, juridique ou encore sociale et culturelle de cet objet. Nombreuses sont les initiatives ayant déjà développées dans cette perspective et il ne nous semble pas utile de rajouter une nouvelle pierre à un édifice déjà lourdement chargé[1].

Ce que nous entendons proposer ici se situe à un autre niveau, beaucoup plus pratique, pour ne pas dire utilitaire, ce qui ne signifie pas pour autant qu’il soit dénué d’ambition. Nous souhaitons réunir un éventail de communications – d’abord dans le cadre d’une journée d’études qui se tiendra le 8 juin 2022 à Vannes, dans les locaux l’Université Catholique de l’Ouest – Bretagne-Sud (UCO-BS), puis dans un recueil élargi d’actes – montrant ce que permet et ce que ne permet pas la presse en tant que source. En d’autres termes, il s’agit de produire une sorte de mode d’emploi basé sur des retours d’expériences de chercheurs et de chercheuses ayant déjà employé cette archive dans le cadre de leurs travaux. L’idée est donc de s’attacher au rôle de la presse dans la fabrique de l’Histoire, de décrire la place que tient cette archive dans le répertoire d’action historien. Comment doit-on l’utiliser et, au contraire, quelles sont les circonstances où l’on doit éviter de recourir à cette source ? Quelles sont les erreurs à ne pas commettre et les pièges à éviter ? A terme, le recueil devra pouvoir être utilisé par des étudiants au seuil de leur parcours de recherche, à la manière d’un manuel méthodologique ou de ces fameux handbooks anglosaxons.

Pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés, une attention toute particulière devra être portée aux nouvelles modalités de consultation de la presse qui, désormais régulièrement en ligne, bénéficie de surcroît bien souvent d’une OCERisation qui change la matérialité même du rapport aux documents[2]. On s’attachera donc à produire une histoire sensible de l’archive qui ne devra faire l’impasse ni sur le papier, ni sur le microfilm, et associera autant historiens et historiennes qu’archivistes, bibliothécaires et conservateurs de musées.

On s’intéressera bien entendu à la presse dans toutes ses composantes, dans toute sa variété : quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle, magazine ou illustrée, nationale, régionale ou locale, politique ou non, confessionnelle ou non, catégorielle ou généraliste… ce sans privilégier une rubrique ou une ligne éditoriale plutôt qu’une autre. A la suite de nombreux travaux, dont ceux par exemple de C. Deloporte, nul ne songerait par exemple à négliger les dessins de presse[3]. D. Fouchard a, pour sa part, montré tout l’intérêt du courrier des lectrices des magazines féminins pour entrer dans la chambre à coucher des poilus revenus des tranchées et ainsi saisir bon nombre de symptômes de chocs post-traumatiques passant sous le radar des taux de pensions[4].

Périmètre

En revanche, pour des raisons de cohérence, il apparaît opportun de circonscrire la démarche et d’exclure du périmètre de la réflexion les médias que sont la radio, les actualités filmées et la télévision, sans parler d’internet. La presse, dans le cadre de ce projet, ne sera entendue que dans sa composante écrite et nativement papier. Rien néanmoins interdit d’interroger sur le même mode, lors d’une prochaine journée d’études, une source telle que le cinéma. Les travaux d’un historien comme L. Veray montrent tous les possibles que laisse envisager une archive telle que celle-ci.

Les différentes contributions réunies dans le cadre de ce projet – textes qui devront comporter entre 30 et 40 000 caractères espaces compris – prendront soin de revenir sur un certain nombre de termes qui sont bien souvent associés à la presse et qui, véritables mots-valises, finissent à force d’être employés par être complètement vidés de leur substance. On pense ainsi à l’idée de « propagande », déjà analysée au début des années 2000 par F. d’Almeida, ou encore à celle de « censure »[5].

On l’aura compris, notre démarche vise moins à examiner une période donnée ou un objet historique spécifique à travers la presse qu’à voir en quoi cette source est utile, voir même indispensable, ou au contraire aucunement, pour l’édification des connaissances sur une séquence chronologique particulière ou un champ spécifique. Quelles sont les informations qu’on trouve dans cette archive et qu’on ne trouve pas ailleurs et, à l’inverse, quels sont les éléments que l’on peut puiser ailleurs et qui n’apparaissent pas dans la presse, le croisement des archives constituant de toute manière l’alpha et l’oméga de la méthode historique ? Ce sont en quelques sorte ces retours d’expérience que nous souhaiterions réunir dans le cadre de ce projet que nous concevons avant tout comme un guide pratique à l’attention d’étudiants amenés à effectuer leurs premiers pas dans le monde dans la recherche. Il va de soi que cette démarche doit se conjuguer sur un mode transnational et autant que faire se peut transdisciplinaire, le tout dans le cadre de bornes chronologiques qui seront aussi larges que possible.

Modalités de soumission

Le comité scientifique souhaite recevoir des propositions de contributions comportant un titre, une présentation n’excédant pas 3 000 caractères espaces compris ainsi qu’une présentation bio-bibliographique de l’auteur, avant le 1er mars 2022.

Les propositions de contributions sont à adresser à acollas@uco.fr et elegall@uco.fr

Calendrier prévisionnel

  • Date limite d’envoi des propositions : 1er mars 2022.
  • Réponse du comité d’organisation : 15 mars 2022.
  • Rendu des textes : 1er septembre 2022.
  • Publication des actes : 2023.

Organisation

  • Alain Collas, agrégé et docteur en histoire moderne, chargé d’enseignement à l’UCO-BS, directeur d’études à l’ICP.
  • Erwan Le Gall, docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC EA - 4451 / UMS 3554) et chargé de cours à l’UCO-BS.

Comité scientifique en charge des sélections

  • Alain Collas, agrégé et docteur en histoire moderne, chargé d’enseignement à l’UCO-BS, directeur d’études à l’ICP.
  • Erwan Le Gall, docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC EA - 4451 / UMS 3554) et chargé de cours à l’UCO-BS.
  • Sophie Sibson, maîtresse de conférences 11e section UCO-BS, docteure en civilisation britannique.

Notes

[1] Parmi de nombreuses références bibliographiques citons, sans aucune once d’exhaustivité Avenel, Henri, Histoire de la presse française depuis 1789 à nos jours, Paris, Flammarion, 1900 ; Bellanger, Claude, Godechot, Jacques, Guiral, Pierre et Terrou, Fernand, Histoire générale de la presse française (5 tomes), Paris, Presses universitaires de France, 1969-1973 ; Charle, Christophe, Le Siècle de la presse (1830-1939), Paris, Le Seuil, 2004 ; D’Almeida, Fabrice et Delporte, Christian, Histoire des médias en France de la Grande Guerre à nos jours, Paris, Flammarion, 2010 ; Delporte, Christian, Blandin, Claire et Robinet, François, Histoire de la presse en France. XXe-XXIe siècles, Paris, Armand Colin, 2016 ; Albert, Pierre, Histoire de la presse, Paris, Que sais-je ?, 2018 ; Haffemayer, Stéphane, L'information dans la France du XVIIe siècle. La Gazette de Renaudot de 1647 à 1663, Paris, Champion, 2003 ; Feyel, Gilles, L’Annonce et la Nouvelle : la presse d’information en France sous l’Ancien Régime (1630-1788), Oxford, Voltaire Foundation, 2000 ; Labrosse, Claude et Rétat, Pierre, L’Instrument périodique. La fonction de la presse au XVIIIe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1985 ; Kalifa, Dominique, Régnier, Philippe, Thérenty, Marie-Eve et Vaillant, Alain (dir.), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011 ; Jeanneney, Jean-Noël, Une histoire des médias des origines à nos jours, Paris, Seuil, 2000 ; Demougin, Laure, L’Empire de la presse. Une étude de la presse coloniale française entre 1830 et 1850, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2021 ; Lagree, Michel, Harismendy, Patrick, Denis, Michel (dir.), L’Ouest-Eclair. Naissance et essor d’un grand quotidien régional, 1899-1939, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000.

[2] Dans le prolongement de Farge, Arlette, Le Goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989 voir la démarche initiée par Clavert, Frédéric et Muller, Caroline, Le Goût de l’archive à l’ère numérique [https://gout-numerique.net/ ǀ page consultée le 29 septembre 2021].

[3] Delporte, Christian, Les Crayons de la propagande : dessinateurs et dessins politiques sous l’Occupation, Paris, CNRS Editions, 1993.

[4] Fouchard, Dominique, Le Poids de la guerre. Les poilus et leur famille après 1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

[5] D’Almeida, Fabrice, « Propagande, histoire d’un mot disgracié », Mots. Les langages du politique, n°69, 2002, p. 137-148 ; Forcade, Olivier, La Censure en France pendant la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2016.

Subjects


Date(s)

  • Tuesday, March 01, 2022

Attached files

Keywords

  • presse, archive, histoire

Contact(s)

  • Erwan Le Gall
    courriel : elegall [at] uco [dot] fr
  • Alain Collas
    courriel : acollas [at] uco [dot] fr

Information source

  • Erwan Le Gall
    courriel : elegall [at] uco [dot] fr

To cite this announcement

« La presse comme source », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, November 10, 2021, https://calenda.org/931652

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search