HomeAstroturfing, de l’usurpation à la manipulation du débat public ?

HomeAstroturfing, de l’usurpation à la manipulation du débat public ?

*  *  *

Published on Tuesday, November 09, 2021 by Lucie Choupaut

Summary

L’astroturfing fait référence à la création et à l’utilisation de faux mouvements spontanés de citoyens ou de consommateurs pour faire la promotion d’un produit ou d’une idée. C’est le sénateur du Texas Lloyd M. Bentsen qui utilise en 1986 cette expression pour la première fois pour condamner un mouvement citoyen qu’il jugeait « artificiel » (Lits, 2020). En effet, le terme fait référence à une célèbre marque nord-américaine de pelouse artificielle, « AstroTurf », utilisée dans les stades sportifs et qui imite une pelouse naturelle. Face à ce phénomène dont l’ampleur est mal connue, le prochain séminaire de l’Académie des Controverses et de la Communication Sensible sera consacré à la question de l’astroturfing, de l’usurpation à la manipulation du débat public ?

Announcement

Présentation

L’astroturfing fait référence à la création et à l’utilisation de faux mouvements spontanés de citoyens ou de consommateurs pour faire la promotion d’un produit ou d’une idée. C’est le sénateur du Texas Lloyd M. Bentsen qui utilise en 1986 cette expression pour la première fois pour condamner un mouvement citoyen qu’il jugeait « artificiel »(Lits, 2020). En effet, le terme fait référence à une célèbre marque nord-américaine de pelouse artificielle, « AstroTurf », utilisée dans les stades sportifs et qui imite une pelouse naturelle. Cette technique de communication, qui soulève de nombreux questionnements éthiques, consiste essentiellement à commanditer la mise en place de groupes de citoyens qui prendront publiquement position sur un enjeu sans que le commanditaire ne soit ni connu ni mentionné et qui, par leur action, viseront à influencer l’opinion ou à faire pression sur un autre acteur du débat public (Libaert & Allard-Huver, 2014).

Le terme a émergé en opposition aux mouvements grassroot, définis comme des « mouvements locaux nourris par la communauté qui donne son temps et ses ressources pour soutenir une cause spécifique. Leur objectif primaire est donc de gravir les échelons à partir d’efforts collectifs pour supporter une cause sociale ou politique que ces volontaires considèrent significative pour le bien commun de la société. » [traduction libre] (Cho et al., 2011, p. 573). En reprenant les codes d’un mouvement de citoyen « grassroots », le commanditaire d’un groupe astroturf s’assure d’une présence légitime dans l’espace public sans qu’il ne soit mentionné, donnant ainsi un poids et une indépendance plus grandes aux idées véhiculées par des personnes ignorant tout des ficelles derrière le mouvement auquel elles s’associent. D’autres déclinaisons du phénomène se retrouvent aussi sous le vocable astroturf. Le terme peut ainsi faire référence à des « groupes de façades », coquilles vides qui se présentent comme des groupes citoyens mais qui de fait, n’ont pas de membres. Sur le web, l’astroturfing digital consiste enfin à imiter les actions citoyennes « bottom-up », en appui à un projet, une entreprise ou une cause, par l’entremise de dispositifs technologiques (sock puppet ou clik farm, par exemple) ou par le recours à un grands nombres d’individus rémunérés à cette fin.

S’appuyant sur la dissimulation de l’émetteur réel du message et sur le simulacre d’un mouvement citoyen (Boulay, 2012, 2015) l’astroturfing constitue donc une remise en question du dire-vrai et de la crédibilité de la parole dans la sphère publique, qu’elle soit en ligne ou dans la rue (Gilewicz & Allard-Huver, 2013; Lits, 2019). Plus encore, dans un monde de plus en plus polarisé, c’est la posture et l’éthique des communicants et des organisations qui recourent à ce processus qui interroge et qui questionne les rapports de nos sociétés à ces phénomènes (Foucart et al., 2020)

Face à ce phénomène dont l’ampleur est mal connue, le prochain séminaire de l’Académie des Controverses et de la Communication Sensible, le 24 novembre 2021, de 14h à 18h, en ligne, sera consacré à la question de l’astroturfing, de l’usurpation à la manipulation du débat public ?

Inscription obligatoire via eventbrite

Programme

14 h 00 – Introduction

  • Thierry Libaert, président de l’ACCS

14 h 10 – Conférence d’ouverture

  • Sylvain Laurens, directeur d’études à l’école des hautes études en sciences sociales

14 h 45 – Première partie. Typologie, tactiques et médias

  • Modérateur : François Allard-Huver, secrétaire Général ACCS

14 h 50 – « Upgrade, Name, Shame and Make fun : le grand écart des médias d’information entre promotion involontaire et dévoilement des opérations d’astroturfing »

  • Lucile Desmoulins et Zineb Serghini, université Gustave Eiffel, Marne-la-Vallée

15 h 10 – « Communauté de pairs : l’hybridation numérique au service de l’astroturfing »

  • Vanessa Mohli, université Gustave Eiffel, Marne-la-Vallée

15 h 30 – « Circonscrire l’astroturfing par ses usages : des mobilisations citoyennes à la communication d’influence »

  • Camille Alloing, université du Québec, Montréal

15 h 50 – Débat et échanges avec les participants

16 h 10 – Pause

16 h 25 – Deuxième partie. Témoignages et réflexions des professionnels

  • Modérateur : Rita Fadh, présidente du comité d’orientation ACCS

16 h 30 – « Les faux nez du lobbying lors de la loi Climat et Résilience »

  • Khaled Gaiji, président Les Amis de la Terre

16 h 50 – « Désinformation, fake news et astroturfing »

  • Nicolas Vanderbiest, fondateur de l’agence Saper Vedere, chroniqueur sur les phénomènes d’influence

17 h 10 – « Black PR, Le regard des professionnels des Relations Publiques »

  • Stéphane Billiet, vice-président de l’agence WeChange. Ex Président du syndicat français des RP

17 h 30 – Débat et échanges avec les participants

17 h 50 – Synthèse & Conclusion

  • Valérie Lehmann, présidente du comité scientifique ACCS et professeure UQAM
  • Bernard Motulsky, vice-président ACCS et professeur UQAM

18 h 00 – Fin du séminaire

Subjects

Event format

Full online event


Date(s)

  • Wednesday, November 24, 2021

Attached files

Keywords

  • astroturfing, lobbying, communication, environnement

Contact(s)

  • François Allard-Huver
    courriel : francois [dot] allard-huver [at] univ-lorraine [dot] fr

Information source

  • François Allard-Huver
    courriel : francois [dot] allard-huver [at] univ-lorraine [dot] fr

To cite this announcement

« Astroturfing, de l’usurpation à la manipulation du débat public ? », Study days, Calenda, Published on Tuesday, November 09, 2021, https://calenda.org/931862

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search