HomeÉtude des relations entre humains et prédateurs des agroécosystèmes périurbains

HomeÉtude des relations entre humains et prédateurs des agroécosystèmes périurbains

*  *  *

Published on Monday, November 15, 2021 by Lucie Choupaut

Summary

Nous recherchons, pour un stage en ethnoécologie au laboratoire Écologie systématique évolution (ESE, université Paris Saclay) sur le thème des relations humains-prédateurs des milieux périurbains, un·e étudiant·e suivant une formation en sciences humaines et soicales (anthropologie / ethnologie, ethnosciences, sociologie, géographie…) intégrant des sciences de la vie ou avec un fort intérêt pour les problématiques de gestion de la biodiversité, ou un·e étudiant·e en sciences de la vie avec des connaissances et expériences avérées dans une ou des disciplines pertinentes en SHS, et très motivé par la conduite d’enquêtes qualitatives. 

Announcement

Contexte du stage : le projet Top_Pred

Ce stage s’intègre au programme de recherche pluridisciplinaire TOP_PRED, centré sur l’étude des prédateurs des espaces périurbains.

Les chats domestiques (Felis catus) en liberté et les renards roux (Vulpes vulpes) sont parmi les prédateurs les plus représentés en zone périurbaine et présentent des caractéristiques écologiques proches. Ces mésoprédateurs peuvent fournir des services aux humains et en particulier participer à la régulation des consommateurs de culture. Cependant, dans les écosystèmes perturbés tels que les agroécosystèmes périurbains, les pratiques locales de gestion de ces animaux peuvent contribuer à de fortes fluctuations de leurs populations [1,2] et de leurs proies, lesquelles peuvent à leur tour engendrer des conflits entre les acteurs des territoires concernés. Ces phénomènes restent néanmoins peu documentés en raison de la complexité des interactions impliquées [3]. Les perceptions et pratiques de gestion qu’ont les acteurs locaux vis-à-vis de ces animaux dépendent notamment des savoirs qu’ils possèdent sur ces espèces. Le projet pluridisciplinaire Top_Pred prévoit parmi ses axes de recherche l’étude des relations hommes-animaux dans lesquelles sont impliqués les chats domestiques en liberté et les renards roux.

Les recherches seront menées dans le territoire de Saclay et à proximité (Yvelines et Essonne, Ile-de-France). Le plateau de Saclay en particulier est un territoire marqué par l’implication de groupes d’acteurs (agriculteurs, associations) et une fréquentation humaine importantes (dont résidents, visiteurs, chasseurs, piégeurs).

Objectifs du stage

La personne recrutée se centrera sur l’analyse de la diversité des relations avec les prédateurs et/ou leurs proies entretenues par les agriculteurs et les habitants.

Il s’agira (1) d’examiner en particulier par une approche ethnoécologique la diversité de ces relations et les liens entre le statut du prédateur (animal de compagnie vs. nuisible), les perceptions et les pratiques de gestion réalisées par ces acteurs locaux ; (2) de déterminer dans quelle mesure ces perceptions et pratiques dans leurs caractéristiques et leurs articulations rejoignent la façon dont les modèles fonctionnels développés par les scientifiques décrivent ces prédateurs, leurs comportements et leurs effets (en particulier l’importance de ces animaux dans la régulation des prédateurs de cultures) ; (3) et d’identifier comment les acteurs locaux et leurs savoirs pourraient combler de potentiels manques de données sur le comportement de ces animaux et les pratiques de gestion dont ils font l’objet.

Il s’agira en particulier de :

  • réaliser un état des lieux des perceptions et des pratiques d’habitants, identifiés via les réseaux associatifs et informels (e.g. réseaux sociaux), ayant un potentiel impact sur les dynamiques de populations des mésoprédateurs (influence positive ou négative de leur survie par des pratiques par exemple de nourrissage ou autres soins) ; (10 entretiens et observation participante).
  • rendre compte de la façon dont se présentent et sont vécues les problématiques de ravageurs de culture selon le profil des agriculteurs, le type d’exploitation et leur contexte local, et les éventuels effets perçus de la présence des mésoprédateurs dans les agroécosystèmes (15 à 20 entretiens et observation participante prévus en Essonne auprès d’exploitations en agriculture conventionnelle et non conventionnelle).

Il est notamment fait l’hypothèse de différences entre les perceptions et pratiques d’acteurs locaux et les rôles de ces prédateurs dans le contrôle des ravageurs de culture tels que décrits par les modèles scientifiques, ainsi que l’importance du statut juridique dans le spectre des perceptions relatives à chacun des exemples étudiés.

Parmi les principales activités du stage

  • Prise de connaissance de la documentation déjà réunie et produite dans le cadre du volet SHS du projet Top_Pred (références et synthèse bibliographique, protocole, etc.)
  • Poursuite de la recherche bibliographique ciblée sur les pratiques de gestion du grand public (parmi lesquelles le nourrissage) et des agriculteurs 
  • Précision des protocoles d’enquête, identification complémentaire d’acteurs pour les entretiens et l’observation participante 
  • Collecte de données via la réalisation d’entretiens qualitatifs et d’observation participante auprès des acteurs
  • Analyse des données collectées

Connaissances, compétences et qualités attendues

  • connaissance et expérience de mobilisation des outils d’enquête qualitative (construction d’un guide d’enquête, conduite d’entretiens semi-directifs, observation participante)
  • connaissances et intérêt pour le domaine de l’agriculture
  • fort goût pour le travail en équipe
  • qualités relationnelles requises pour les enquêtes en face à face
  • capacités d’analyse et d’écriture

Le permis B et un véhicule personnel seront utiles.

Conditions pratiques

  • Structure d’accueil : Unité Écologie, systématique et évolution (ESE), 91400 Orsay - Université Paris-Saclay
  • Durée : 6 mois
  • Période : Février/mars 2022 à Juillet/Août 2022
  • Gratification de stage : selon les règles en vigueur
  • Encadrants du stage : Anne-Claire Maurice, postdoctorante ; Elsa Bonnaud, enseignante-chercheure.
  • Membre d’équipe en appui : Samuel Roturier, Améline Vallet, Emmanuelle Baudry (enseignants-chercheurs).  

Modalités de candidature

Les candidatures seront examinées au fil de l’eau.

Merci d’envoyer un CV, une lettre de motivation et les relevés de notes de l’année précédente avant le 15 décembre à :

  • anne-claire.maurice@universite-paris-saclay.fr

et

  • elsa.bonnaud@universite-paris-saclay.fr

Références indicatives

[1] Castaneda, I. et al. (2019) Trophic patterns and home range size of two generalist urban carnivores: a review. J. Zool. 307,79–92.

[2] Recio, M.R. et al. (2015) Changes in Mediterranean mesocarnivore communities along urban and ex-urban

[3] Tryjanowski, P. (2000) Changes in breeding populations of some farmland birds in W Poland in relation to changes in crop structure, weather conditions and number of predators. Folia Zool. 49, 305–315

[4] Plummer, R. et al. (2012) Adaptive comanagement: A systematic review and analysis. Ecol. Soc. 17

Places

  • Orsay, France (91)

Date(s)

  • Wednesday, December 15, 2021

Keywords

  • stage, internship, tthnoecology, human-predator relationship, relation humain-prédateur

Contact(s)

  • Anne-Claire Maurice
    courriel : anne-claire [dot] maurice [at] universite-paris-saclay [dot] fr

Information source

  • Anne-Claire Maurice
    courriel : anne-claire [dot] maurice [at] universite-paris-saclay [dot] fr

To cite this announcement

« Étude des relations entre humains et prédateurs des agroécosystèmes périurbains », Scholarship, prize and job offer, Calenda, Published on Monday, November 15, 2021, https://calenda.org/933148

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search