HomeLes transformations des mouvements sociaux et de l’espace de la protestation au Maroc

HomeLes transformations des mouvements sociaux et de l’espace de la protestation au Maroc

Les transformations des mouvements sociaux et de l’espace de la protestation au Maroc

تحولات الحركات الاجتماعية وفضاء الاحتجاج في المغرب

*  *  *

Published on Friday, November 19, 2021 by Céline Guilleux

Summary

Ce dossier de la revue Bouhout, ouvert aux chercheurs et aux doctorants de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, vise à dresser un état des lieux du paysage de la mobilisation collective et de la protestation en prenant comme objet les mouvements sociaux et leurs transformations au Maroc.

Announcement

Appel à contribution pour la revue Bouhout en Sciences Humaines et Sociales publiée par la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Mohammedia

Coordonnateur

Kamal Mellakh

Argumentaire

La littérature scientifique sur les mouvements sociaux, l’action collective et la mobilisation sociale est abondante. Au Maroc, la recherche universitaire sur cette question est récente. Elle a abordé plusieurs aspects : le mouvement féminin, le mouvement amazigh, le mouvement islamiste, la protestation collective….Mais les travaux sur des mouvements sociaux spécifiques, leurs transformations et sur les nouvelles dynamiques de la mobilisation sociale partant de la rue et utilisant le relais des réseaux sociaux sont rares. Malgré leur récurrence durant les décennies des années 2000, les nouveaux mouvements sociaux de protestation spontanée ou organisés sont peu étudiés, notamment du point de vue de l’expérience des acteurs. Les analyses ciblées qui abordent les dynamiques internes de ces mouvements et qui suivent de près les expériences, les trajectoires et les pratiques de leurs acteurs, selon une démarche articulant l’analyse du passé et du présent, l’histoire et la mémoire, le spatial et le temporel sont plutôt rares. Pourtant, l’analyse des mouvements sociaux et leurs transformations dans le temps nous donnerait à voir tout le dynamisme social, politique et économique qui anime aujourd’hui la société marocaine. Cette analyse doit également nous pousser à questionner les cadres conceptuels habituels utilisés dans les sciences sociales pour penser les mouvements sociaux et interroger les catégories et les classements que le sens commun (y compris celui des chercheurs) associe à l’idée de mouvement social. Comment penser et comprendre la vigueur des mouvements sociaux de protestations, leurs vivacités et leurs diversités au Maroc durant les trente dernières années ?

Ce dossier de la revue Bouhout, ouvert aux chercheurs et aux doctorants de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, vise à dresser un état des lieux du paysage de la mobilisation collective et de la protestation en prenant comme objet les mouvements sociaux et leurs transformations. A titre indicatif et non exclusif, les contributions attendues peuvent porter sur plusieurs questions :

  • L’état de la recherche : comment les mouvements sociaux parus au Maroc dans les années 2000 ont-ils impacté la recherche en sociologie, anthropologie, géographie, sciences politiques ou en histoire? Les changements politiques et sociaux à l’œuvre impliquent t’ils un renouvèlement des regards et des approches dominantes dans le champ des études sur les mouvements sociaux ?
  • L’histoire sociale de la protestation et le cheminement des mouvements sociaux : dresser un panorama des mouvements sociaux qui agitent aujourd’hui la société marocaine ne peut se faire sans reconstituer le contexte historique sur la base d’observations de longues durées. Les contributions interrogeant le fond historique de ces mouvements et s’inscrivant dans une histoire du temps présent seront particulièrement appréciées.
  • La diversité des trajectoires individuelles et collectives, des pratiques militantes, des formes d’encadrement, des carrières des leaders, des discours et des portraits des mouvements sociaux : Il semble important d’aborder les mouvements sociaux dans leurs pluralités, de prendre en compte la diversité de leurs registres d’actions et de  s’intéresser aussi bien aux mouvements sociaux les plus visibles et les plus dominants qu’à ceux situés à la marge, cherchant à faire entendre la voix de minorités opprimées.
  • L’action de l’Etat face aux mouvements sociaux, les modes de régulation de la protestation sociale et de gestion des « lieux de la colère » : une attention particulière doit être accordée aussi bien à l’analyse de l’action publique, à la gestion étatique des mouvements sociaux qu’aux termes de négociation de ces mouvements avec l’Etat
  • Nouveaux médias et transformation de la protestation : Dans quelle mesure les nouveaux médias ont participé à la formation d’un espace de protestation au Maroc ? Il faut interroger ici l’usage de nouvelles technologies de communication, notamment l’internet et les téléphones portables et appréhender l’effet mobilisateur des images et des  vidéos qui circulent sur le web. Qu’apporte le web aux répertoires d’actions des mouvements sociaux  de protestations? L’utilisation des vidéo/web par les acteurs de ces mouvements inaugure t’elle des nouveaux rapports à l’espace public et au politique ?
  • Espace public et mouvement sociaux : parce que la visibilité d’un mouvement social et sa force de frappe dépend en grande partie de son inscription spatiale, il est important d’analyser la dimension spatiale des mouvements sociaux.  Comment ces mouvements sociaux s’inscrivent dans des espaces multiples ? Comment instrumentalisent-ils l’espace public, l’espace virtuel…? Comment l’espace public sert de support pour les mouvements sociaux ? Il sera donc pertinent d’insister sur la centralité de l’espace et des modes de son appropriation dans l’analyse de ces mouvements.
  • L’éclatement des mobilisations professionnelles et la montée des conflits sociaux liés au travail :  les mobilisations menées par les corps professionnels sont récurrentes tout au long des années 2000. Ces mobilisations sont fragmentaires mais simultanées. La coïncidence temporelle  des mobilisations professionnelles est frappante : les enseignants contractuels, les médecins de secteur public et privé, les étudiants des facultés de médecines, les chauffeurs de taxi….Au-delà de leur caractère sectoriel et corporatiste, ces mobilisations nous donnent à voir des nouvelles formes de conflictualités dans le travail et dans la société et méritent des analyses approfondies.
  • Le genre dans les mouvements sociaux : les espaces des mouvements sociaux et de la protestation regroupent généralement des femmes et des hommes. Analyser les expériences, les  trajectoires et les pratiques des deux sexes au sein de ces mouvements permettra  de mettre en relief la dynamique de la protestation et la mobilisation sociale au Maroc. Comment les mouvements sociaux intègrent les jeunes filles et les femmes ?  Que recouvre la mixité des sexes au sein de ces mouvements? Comment les femmes s’approprient l’espace social de la protestation ?

Les textes attendus doivent aborder, ces questions ou en proposer d’autres à partir de travaux empiriques, d’études de cas et d’analyses basées sur des observations méthodiques, rigoureuses et minutieuses. Des analyses mobilisant l’histoire, l’ethnographie, l’anthropologie, la géographie ou la socio linguistique seront également les biens venus.

Modalités de contribution

Les propositions d’articles peuvent être en arabe ou en français. Elles doivent être accompagnées d’un court résumé et de cinq mots-clés. L’auteur-e est prié-e de  fournir les renseignements suivants : son nom, son adresse professionnelle, son numéro de téléphone, son adresse électronique ainsi que son titre et son établissement de rattachement.

  • Réception des propositions d’articles en arable ou en français au plus tard le 15 Décembre 2021

  • Réponse aux auteurs : le 05 Janvier 2022
  • Dernier délais pour la réception des articles : le 30 Avril  2022
  • Adresse électronique d’envoi des propositions : revuebouhouth1@gmail.com

Évaluation des articles

Conformément au processus d’évaluation adoptée par la Revue « Bouhouth », les propositions et les textes d’articles seront soumises à  une évaluation anonyme par deux auteurs désignés par le comité de la rédaction. Les résultats de cette  évaluation prendront trois formes : acceptation sans modification, acceptation avec modification, rejet.

Places

  • Revue Bouhout - Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Mohammedia, Avenue Hassan II, B.P. 543
    Mohammedia, Kingdom of Morocco (28800)

Date(s)

  • Wednesday, December 15, 2021

Keywords

  • mouvement social, espace public, mobilisation professionnelle, trajectoire d'acteur, mouvement féministe, militantisme numérique, Maroc, militantismes

Contact(s)

  • Kamal Mellakh
    courriel : kmellakh [at] yahoo [dot] fr
  • Revue Bouhout
    courriel : revuebouhouth1 [at] gmail [dot] com

Information source

  • Souad Azizi
    courriel : souad_azizi [at] hotmail [dot] com

To cite this announcement

« Les transformations des mouvements sociaux et de l’espace de la protestation au Maroc », Call for papers, Calenda, Published on Friday, November 19, 2021, https://calenda.org/935883

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search