HomeCirculations marchandes et mondialisation des pauvres : transformations sociales et spatiales vues des Suds

HomeCirculations marchandes et mondialisation des pauvres : transformations sociales et spatiales vues des Suds

*  *  *

Published on Wednesday, November 24, 2021 by Lucie Choupaut

Summary

À partir de lieux marchands marqués par l’informalité, lieux d’ancrage de la mondialisation des pauvres (Choplin et Pliez 2018) et/ou de lieux marchands à forte intensité capitalistique, ce numéro des Cahiers d’Outre-Mer porte sur les transformations sociales et spatiales impulsées par les circulations de marchandises, d’acteurs et de capitaux, le long des itinéraires empruntés. Le dossier vise à documenter les effets des circulations marchandes sur la production de l’espace et sur le quotidien des acteurs, que ce soit en tant qu’opportunité économique ou de consommation.

Announcement

Argumentaire

La présence de marchés dits informels est un marqueur paysager incontournable dans les villes des Suds, des mégapoles aux plus modestes bourgades rurales. Insérés dans des réseaux de circulations humaines, matérielles et financières, ces lieux constituent un objet de recherche bien étudié, des enjeux socio-politiques qui s’y nouent à l’échelle locale (Morange 2015, Paulais et Wilhelm 2000, Spire et Choplin 2018) aux mécanismes d’intégration aux échanges transnationaux et mondialisés à l’échelle globale (Bouhali 2015, 2020, Doron 2017, Racaud 2018). La gamme urbaine des points de vente comprend également des dispositifs éprouvés : le supermarché, la boutique et la vente de rue (Racaud et al., 2018). Elle est depuis quelques années enrichie par les shopping malls, centres commerciaux modernes où les nombreuses boutiques sont interconnectées par des allées marchandes (Harroud 2009, 2015). Dans les espaces ruraux, le marché périodique reste un lieu et un moment structurant de la vie et des échanges (Chaléard 1996). C’est aussi un carrefour de plusieurs routes marchandes, une interface entre plusieurs échelles, une vitrine de l’arrière-pays et une porte d’entrée pour les produits importés notamment de Chine (Racaud 2020).

Les données macroéconomiques rendent compte, dans une certaine mesure, des circulations marchandes globales pour lesquelles la Chine joue un rôle majeur. Cette dernière est le principal partenaire commercial de l’Afrique depuis 2009 (Gabas et Chaponnière 2012), les importations en provenance de ses régions industrielles étant passées de 50 milliards de dollars en 2008 à plus de 110 milliards en 2019 (UN Comtrade). À partir de 2008, début de la croissance spectaculaire des échanges de marchandises, elle est aussi le second fournisseur de l’Amérique latine (Kellner et Wintgens 2018). Ces dynamiques illustrent un changement de la géographie du commerce mondial : les Suds en tant que marché final participent à la reconfiguration des flux du commerce global polycentrique (Horner et Nadvi 2017, Pieterse 2012). Des marchés des Suds, en particulier le marché indien et le marché africain, sont devenus attractifs économiquement, compte tenu de la croissance démographique, de l’urbanisation, de la disponibilité d’une population active jeune, d’un marché de consommateurs en plein essor – les fameuses « classes moyennes » (Darbon et Toulabor 2014) – et de forts taux de croissance annuels des PIB nationaux. Les discours positifs sur leur fort potentiel économique accompagnent des flux mondiaux qui se matérialisent in fine dans les marchés et autres lieux commerçants.  

À partir de lieux marchands marqués par l’informalité, lieux d’ancrage de la mondialisation des pauvres (Choplin et Pliez 2018) et/ou de lieux marchands à forte intensité capitalistique, ce numéro des Cahiers d’Outre-Mer porte sur les transformations sociales et spatiales impulsées par les circulations de marchandises, d’acteurs et de capitaux, le long des itinéraires empruntés. Le dossier vise à documenter les effets des circulations marchandes sur la production de l’espace et sur le quotidien des acteurs, que ce soit en tant qu’opportunité économique ou de consommation. En dépassant un clivage urbain-rural, ce volume vise à répondre à deux questions. Premièrement, comment les circulations marchandes transforment-elles et (re)signifient-elles les espaces ruraux et les espaces urbains, y compris les plus modestes (Robinson 2006 et 2008), qui jalonnent les routes empruntées ? Deuxièmement, comment les circulations marchandes ouvrent-elles des opportunités économiques et des espaces de consommation pour les habitants des Suds ? On postule que la production d’espaces, d’opportunités économiques et de consommations spécifiques sont en étroites interrelations. Les circulations d’objets marchands impulsent des rapports sociaux, économiques et politiques singuliers dans les lieux d’ancrage qu’elles traversent : marchés urbains et ruraux, espaces publics, quartiers commerçants, supermarchés, shopping malls, lieux de rupture de charge, etc. 

Ce numéro propose de tisser des liens entre d’une part des approches sur la production contemporaine de l’espace urbain et d’autre part des travaux sur l’entrée de sociétés des Suds dans la consommation globalisée. En s'appuyant sur l'analyse de réseaux de production globaux (Global Production Networks) et en intégrant les apports de la géographie culturelle (Lemarchand 2011), les premières approches questionnent la production de l’espace urbain par les flux de marchandises et les réseaux de production transnationaux (Beyer et al.  2020). Elles identifient de nouveaux champs, comme la prise en compte des infrastructures urbaines comme facteur de production spatiale, l’identification de moteurs discrets de la globalisation et soulignent la nécessité de dépasser les analyses circonscrites aux seuls espaces urbains. Ce dossier cherchera à montrer des interrelations entre différentes formes marchandes, avec par exemple un dépassement de la dichotomie urbain-rural. 

Les recherches qui s’intéressent aux effets des diffusions croissantes de produits globalisés, en particulier ceux importés de Chine, questionnent le développement de la société de consommation dans les Suds. Certains travaux (Khan-Mohammad et Kernen à paraître, Marfaing 2018) examinent comment les produits chinois, largement disponibles sur les marchés des Suds et parce qu’ils sont bon marché, contribuent non seulement à la démocratisation de la consommation de produits importés mais aussi à l’essor d’un entreprenariat à faible capital dont une partie parvient à l'accumulation (Rabossi 2012). Nous proposons également de réfléchir au rôle des objets dans les processus de transformation des espaces et des rapports sociaux (Marcus 1995, Cook 2004, Knowles 2014) au prisme des circulations commerciales. En s'inscrivant dans « le retour du matériel en géographie » (Weber 2016), ce dossier a ainsi pour ambition de recueillir des contributions de disciplines variées partageant l’idée selon laquelle l’objet matériel et les lieux sont révélateurs de phénomènes sociaux. 

Ce numéro des Cahiers d’Outre-Mer, ouvert à toutes les sciences sociales, sera l’occasion de faire dialoguer des recherches croisant l’étude des circulations commerciales avec l’observation des transformations spatiales et sociales qu’elles impulsent. L’objectif est de tisser des liens entre des terrains variés dans les Suds et de dépasser les particularités des objets d’étude pour se concentrer sur l’appréhension des transformations paysagères, sociales, culturelles et politiques induites par ces circulations dans et aux abords des marchés. Les articles peuvent valoriser des recherches abouties ou en cours. Les propositions doivent s’inscrire dans des analyses restituant les logiques d’acteurs, en particulier celles et ceux qui sont encore bien souvent renvoyés à leur situation de marginalité sociale, économique et spatiale. Des contributions avec une ambition théorique et/ou méthodologique sont également les bienvenues. Plusieurs pistes de réflexion sont proposées pour ce dossier.

  1. Transformations des lieux marchands sous l’effet des circulations commerciales

Les lieux marchands, des plus évidents telles les rues commerciales de métropoles, au moins visibles sur le radar de la mondialisation, tels des marchés périodiques ruraux, sont des terrains privilégiés pour analyser les circulations de marchandises, d’acteurs et de capitaux. Ces points d’échange contribuent, chacun à leur niveau, à la construction de réseaux marchands souvent transnationaux, par exemple ceux des produits fabriqués en Asie. Les flux croissants se concrétisent par des dispositifs logistiques qui répondent aux spécificités des lieux dans lesquels ils se déploient. Par exemple, l’essor de marchés chinois dans des métropoles africaines rend compte de formes marchandes globales qui recomposent la rue selon un principe de spécialisation commerciale (Bertoncello et Bredeloup 2009). Cet axe propose de réfléchir aux effets des circulations marchandes sur l’accès au foncier, sur les transformations des paysages urbains et des fonctions urbaines, sur les types d’appropriation de l’espace public ou privé par les différents acteurs, sur la coexistence plus ou moins pacifique entre diverses formes de commerce, du formel à l’informel, sur l’organisation de réseaux marchands, sur les relations urbain-rural, ou encore sur l’intégration de lieu marchands ruraux dans des réseaux d'échange mondiaux.   

  1. Transformations des rapports sociaux, des modes de production et de consommation

On s’intéressera dans ce dossier aux effets des objets marchands en circulation sur les rapports sociaux (Appadurai 1986, Weber 2016) et les modes de production et de consommation. Les marchandises importées bon marché, notamment de Chine, sont révélatrices de changements des représentations et des pratiques quotidiennes. La consommation d'articles made in China apparaît, dans le cas de population d’origine rurale, comme centrale pour la construction d’identités urbaines (Chapatte 2014). La diffusion massive des produits chinois contribue à faire entrer l’Afrique dans une ère de consommation globalisée (Kernen et Khan Mohammad 2014). Cet axe met l’accent non seulement sur la consommation mais aussi sur la production de circulations, ces deux volets du système capitaliste étant des moteurs de rapports sociaux. Les circulations d’objets marchands sont opérées par une myriade d’acteurs du quotidien au capital inégal, des vendeurs ambulants urbains ou ruraux (Rabossi 2012), aux commerçants sédentaires, aux nombreux employés des arrière-boutiques, ou aux grands hommes et femmes d'affaires. Cette économie des circulations organise un espace ressource, c’est-à-dire un espace vecteur d’opportunités (Pliez 2007) à l'image des centralités de passage (Doron 2017) où se maximise la capacité à tisser des relations sociales et d'affaires. Les contributions porteront sur les modalités d’accès à ces opportunités, aux articulations avec les inégalités sociales, économiques, ou encore territoriales.

  1. Enjeux politiques et de régulations des circulations marchandes 

Envisager les transformations sociales et spatiales impulsées par les circulations marchandes de la mondialisation des pauvres ouvre aussi la question des enjeux politiques et de régulation. En effet, le développement d'une économie marchande relevant de circulations transnationales est à même de bouleverser les espaces et les sociétés, urbains ou ruraux, dans lesquels elle s'insère. Ici, un interstice urbain délaissé peut devenir un espace de pression foncière et de concurrence pour l’accès aux locaux commerciaux (Bennafla 2013). Un quartier résidentiel peut être requalifié en quartier-marché (Bouhali 2015) entraînant d’inévitables conflits d'usages. Là, l’arrivée de nouvelles activités portées, sinon captées, par de nouvelles populations peut venir transformer les caractéristiques sociales, économiques et culturelles d’un territoire et soulever des tensions, sinon des conflits.

L’émergence, voire l’irruption, des circulations marchandes de la mondialisation des pauvres dans les territoires est rarement planifiée et vient parfois s’opposer aux projets urbains de mise en ordre et de mise aux normes des espaces urbains (Morange et Spire 2017). Elle appelle souvent dans le même temps une régulation et des aménagements publics, rendus nécessaires par exemple par la transformation d’un espace résidentiel en espace marchand et logistique. Parfois la régulation se réduit au seul projet d’éviction d’activités non désirées. Quels sont alors les arrangement locaux de régulation des circulations ? Quelles sont les normes ? Quels sont les discours de légitimation ou de délégitimations de telles activités ? Comment coexistent ou s'affrontent politiques publiques et logiques privées ? 

Les propositions d’articles pourront s’inscrire dans l’une de ces trois thématiques, même si les approches transversales seront tout particulièrement bienvenues.

Coordination du numéro

  • Anne Bouhali, maîtresse de conférences en géographie, Université de Picardie Jules Verne – UR Habiter le monde
  • Adrien Doron, maître de conférences en géographie, Université de Paris - UMR Géographie-cités
  • Sylvain Racaud, maître de conférences en géographie, Université Bordeaux-Montaigne - UMR Les Afriques dans le Monde

Calendrier

  • Articles attendus pour le 15 mars 2022
  • Retour aux auteurs pour le 15 juin 2022
  • Versions revues attendues pour le 15 octobre 2022
  • Publication premier semestre 2023

Modalités de soumission 

Les propositions sont à envoyer à la coordination du numéro Anne Bouhali (anne.bouhali@u-picardie.fr), Adrien Doron (adrien.doron@u-paris.fr) et Sylvain Racaud (sylvain.racaud@u-bordeaux-montaigne.fr)

Les articles sont attendus pour le 15 mars 2022 et suivront, après anonymisation, la procédure habituelle d’évaluation en double aveugle par des pairs. 

La publication du numéro est prévue au premier semestre 2023. Les instructions pour les auteurs sont disponibles en ligne via ce lien

Il est recommandé de lire la ligne éditoriale de la revue accessible via ce lien

Procédure d’évaluation

La procédure d’évaluation est une procédure en double aveugle. Les articles font donc l’objet d’une évaluation par deux lecteurs identifiés par le comité de rédaction et/ou les coordinateurs du dossier parmi les collègues français et étrangers spécialistes du thème ou de l’espace auquel se réfère l’article. En cas d’évaluations divergentes, un troisième évaluateur peut être mobilisé. L’identité des auteurs et celle des évaluateurs n’est pas communiquée. 

Le texte est soumis à évaluation sans mention du nom de l’auteur et les avis des évaluateurs sont transmis à l’auteur sans que soit précisé le nom de ces derniers. La version corrigée sera relue par les responsables du dossier et si nécessaire par le comité de rédaction avant la mise en ligne. 

La fiche d’évaluation est consultable via ce lien

Références

Appadurai A. (ed). 1986. The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective. Cambridge, Cambridge University Press.

Bennafla K. 2015. Le commerce transnational « informel », vecteur d’une nouvelle hiérarchie de lieux. L’exemple de la périphérie urbaine de Salé (Maroc), Les Cahiers d’EMAM, 26, URL : http://journals.openedition.org/emam/912 

Bertoncello B., Bredeloup S. 2009. Des rues globales marchandes ? Les allées du Centenaire à Dakar, Huanshi middle road à Guangzhou (Canton). Géographie et cultures 71, URL : https://doi.org/10.4000/gc.2001

Beyer E., Hagemann A., Misselwitz P. 2020. Commodity Flows and Urban Spaces. An Introduction. Articulo - Journal of Urban Research 21, DOI.org/10.4000/articulo.4522

Bouhali A. 2015. « Médina J'dida (Oran), un quartier-marché sur les routes algériennes du commerce transnational. Les Cahiers d'EMAM, URL : https://doi.org/10.4000/emam.889

Bouhali A. 2018. Negotiating Streets and Space in Transnational Trade Marketplaces in Oran (Algeria) and Cairo (Egypt): “Place Struggle” in the Commercial City. Articulo - Journal of Urban Research, URL : https://doi.org/10.4000/articulo.3369

Bouhali A. 2020. Vers l’émergence d’un modèle du quartier commercial transnational ? Les quartiers du made in China au Caire et à Oran. Mappemonde, URL : https://doi.org/10.4000/mappemonde.4076

Chaléard J.-L., 1996. Temps des Villes, Temps des Vivres. L’essor du vivrier marchand en Côte d’Ivoire. Paris, Karthala, 660 p. 

Chapatte A. 2014. Chinese Products, Social Mobility and Material Modernity in Bougouni, a Small but Fast-Growing Administrative Town of Southwest Mali. African Studies 73-1 : 22-40.

Choplin A., Pliez O. 2018. La mondialisation des pauvres. Loin de Wall Street et de Davos. Paris, Seuil, Coll. La République des idées, 128 p.

Cook I. 2004 Follow the Thing: Papaya. Antipode 36(4): 642–664. https://doi.org/10.1111/j.1467-8330.2004.00441.x

Darbon D., Toulabor C. (dir.) 2014. L’Invention des classes moyennes africaines. Enjeux politiques d’une catégorie incertaine. Paris, Karthala, 312 p.

Doron A. 2017 Devenir importateur transnational en Tunisie : articulations entre mobilités et relations sociales. Espace, populations, sociétés, n° 2-2017. En ligne : https://journals.openedition.org/eps/7170

Gabas J.-J., Chaponnière J.R., (ed.) 2012. Le temps de la Chine en Afrique. Paris, Karthala.  

Harroud T. 2009. Les nouveaux espaces marchands dans la périphérie de Rabat, Les Cahiers d’EMAM, URL : http://journals.openedition.org/emam/203

Harroud T. 2015. L’arrivée des centres commerciaux dans les marges urbaines de Rabat : Des lieux inédits de sociabilité et de déambulation urbaine, L’Année du Maghreb 12, URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/2391

Henneke L. 2020. Small commodities, big infrastructure, Articulo - Journal of Urban Research 21, URL: http://journals.openedition.org/articulo/4707

Horner, R. and Nadvi K. 2017. Global value chains and the rise of the Global South: unpacking twenty‐first century polycentric trade. Global Network, vol. 18(2): 207-237. doi.org/10.1111/glob.12180

Kernen A., Khan Mohammad G. 2014. La révolution des produits chinois en Afrique consommation de masse et nouvelle culture matérielle ». Politique africaine 134 : 111-132.

Khan-Mohammad G., Kernen A. (à paraître). Chinese goods in Africa. Critical African Studies

Kellner T., Wintgens 2018. La tranquille pénétration chinoise en Amérique latine et Caraïbes. The Conversation, publié le 6 septembre 2018, https://theconversation.com/la-tranquille-penetration-chinoise-en-amerique-latine-et-cara-bes-102277

Knowles C. 2014. Flip-Flop: A Journey Through Globalisation’s Backroads. London, PlutoPress, 217 p.

Lemarchand N. 2011. Nouvelles approches, nouveaux sujets en géographie du commerce, Géographie et cultures 77, URL : http://journals.openedition.org/gc/703

Marfaing L. 2018. Made in China and the China dream: an alternative to the West, in K. Giese, L. Mafaing (ed.), Chinese and African Entrepreneurs. Social Impacts of Interpersonal Encounters, BRILL : 223-252.

Marcus GE. 1995. Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-Sited Ethnography. Annual Review of Anthropology 24(1): 95–117. https://doi.org/10.1146/annurev.an.24.100195.000523.

Paulais T., Wilhelm L. 2000. Marchés d’Afrique. Paris, Karthala. 198 p. 

Pieterse, J. N. 2012. Twenty-first century globalization: a new development era.Forum forDevelopment Studies 39 (3): 367–85. doi: 10.1080/08039410.2012.688859.

Pliez O. 2007. Des jeans chinois dans les rue du Caire, ou les espaces discrets de la mondialisation. Mappemonde 88-4, URL : http://mappemonde-archive.mgm.fr/num16/articles/art07404

Racaud S. 2018. Ramifications discrètes de routes marchandes transnationales : circulation de la pacotille chinoise entre marchés ruraux et villes secondaires au Cameroun. Les Cahiers d’Outre-Mer 278, DOI : 10.4000/com.9441

Racaud S., Kago J. et Owuor S. 2018. Introduction: Contested Street: Informal Street Vending and its Contradictions, Articulo - Journal of Urban Research, URL : http://journals.openedition.org/articulo/3719

Racaud S. 2020. Faire avec les lieux du commerce bon marché entre ville et campagne en Afrique, in Charlery de la Masselière B., Pouzenc M. (dir). Etudier les ruralités contemporaines, Presses universitaires du Midi, Toulouse : 219-237.

Robinson J. 2006. Ordinary cities: Between Modernity and Development, London, Routledge

Robinson J. 2008. Global and world cities: a view from off the map. International Journal of Urban and Regional Research, Volume26, Issue3 : 531-554                

Weber S. 2016. Le retour au matériel en géographie. Géographie et cultures 91-92, URL : http://gc.revues.org/3313


Date(s)

  • Tuesday, March 15, 2022

Keywords

  • circulation, marché, objet, mondialisation, globalisation, commerce

Contact(s)

  • Sylvain Racaud
    courriel : sylvain [dot] racaud [at] u-bordeaux-montaigne [dot] fr

Reference Urls

Information source

  • Sylvain Racaud
    courriel : sylvain [dot] racaud [at] u-bordeaux-montaigne [dot] fr

To cite this announcement

« Circulations marchandes et mondialisation des pauvres : transformations sociales et spatiales vues des Suds », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, November 24, 2021, https://calenda.org/938179

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search