HomeRéconciliation et unité de l’église en Afrique

HomeRéconciliation et unité de l’église en Afrique

Réconciliation et unité de l’église en Afrique

Les théologiens africains parlent

*  *  *

Published on Thursday, November 25, 2021 by Céline Guilleux

Summary

Dans le cadre de la relance des activités de la collection Réflexion Théologique du Sud (RTS) par les éditions CLÉ, il est donné aux théologiens d’Afrique subsaharienne la possibilité de partager leurs expériences à travers la publication des textes tenant compte de la réalité de leurs milieux de vie.

Announcement

Présentation

Dans le cadre de la relance des activités de la collection Réflexion Théologique du Sud (RTS) par les éditions CLÉ, il est donné aux théologiens d’Afrique subsaharienne la possibilité de partager leurs expériences à travers la publication des textes tenant compte de la réalité de leurs milieux de vie.

Le constat a été fait de ce que les ouvrages théologiques qui sont utilisés dans les facultés et instituts de théologie au Cameroun et un peu partout en Afrique subsaharienne  sont conçus et écrits par les théologiens européens et nord-américains. Et dans la plupart des cas, ces ouvrages ne tiennent pas compte du contexte africain et ne correspondent pas à la réalité du continent. 

Il est aujourd’hui admis que le centre de gravité du christianisme s’est déplacé vers le sud avec un nombre croissant de chrétiens et d’églises à travers le continent africain. Ce christianisme dans sa réflexion et dans sa pratique reste très influencé souvent négativement par l’extérieur. Il est donc important que les réflexions théologiques du Sud restent actives et dynamiques afin que le christianisme en pleine expansion en Afrique intègre les réalités socio-culturelles et économiques du continent. D’où la nécessité de redynamiser la collection Réflexion Théologique du Sud des éditions CLÉ.

Pour la production de cet ouvrage collectif, le titre suivant « Réconciliation et unité de l’église en Afrique » a été choisi par le comité scientifique et les  termes de références suivants faciliteront cette mise en œuvre pour la réalisation d’un travail scientifiquement validé dans sa forme et son fond.

Sont concernés par ce numéro, les pasteurs, les théologiens et les étudiants en théologie.

Argumentaire

Il semble difficile de ne pas prendre en compte l’intérêt croissant qu’a suscité, à partir des années cinquante et bien après, la parution de l’ouvrage collectif Des prêtres noirs s’interrogent [1], mais surtout l’apport majeur et significatif qu’il a apporté pour la résurgence d’une identité, d’une conscience d’une culture africaine, confrontée à un besoin d’auto-affirmation et d’être soi-même face aux tribulations et impératifs d’une époque historique imbue d’idéologie civilisatrice et de mépris d’autres peuples du monde et de leurs cultures. Comme le souligne bien Journet-Diallo: « Exception faite de l’Éthiopie, le christianisme, introduit par les Européens sur les côtes occidentales en même temps que la traite atlantique, portera longtemps le fardeau de sa collusion avec les négriers »[2]. Nous voyons donc que la conquête coloniale a imprégné le christianisme transmis en Afrique que d’aucuns n’hésitèrent guère longtemps à appeler ‘’la religion des Blancs’’ et est demeuré, par ricochet, ‘’une religion des vaincus“ comme le désigne Achille MBEMBE[3].

Chemin faisant, le mouvement d’internationalisation des économies et des sociétés induit par le développement des échanges dans le monde, ne s’est pas limité seulement sur les marchandises, mais aussi et surtout sur  les capitaux, la main-d’œuvre, les services, la propriété intellectuelle, les œuvres d’art et bien évidement la religion. Face à ce phénomène,  plusieurs personnes se demandent ce que va bien leur apporter ce prochain millénaire. Leur attente concernant cet avenir est naturellement bien différente d’une  personne à une autre.

Le plus grand nombre des experts diffuse l’optimisme, ayant la confiance que tout va continuer d’aller comme jusqu’à présent et que l’on réussira à maîtriser les grands problèmes de la terre. Cependant, parmi d’autres, règne une humeur de fin du monde, liée à de la perplexité. L’injustice sociale, le chômage, une frappante augmentation de la criminalité, l’abus des drogues, l’apparition de maladies inconnues auparavant, de catastrophes en tout genre, auxquelles nous sommes exposés sans secours possible, les différents troubles et les nouveaux foyers de crises qui surgissent continuellement, occasionnent beaucoup de peur. Tout se modifie irrésistiblement, même l’environnement et le climat. Beaucoup de personnes semblent ne plus comprendre le monde

Devant cet état de chose, il est de bon ton de questionner la mission de la théologie dans le contexte africain face aux défis liés à cette  situation socio-politique, culturo-économique catastrophique, due aussi à la question de la spiritualité sociale, d’intelligence sociale et d’aliénation culturelle. La théologie en Afrique est appelée à se redynamiser dans le processus de la quête de son identité et de son expression afin de stimuler une véritable  réviviscence spirituelle africaine.

 En effet, l’homme africain et sa société doivent toujours être au centre de l’engagement théologique et de l’Église en Afrique, pour l’évangélisation comme pour la promotion sociale. Parce que l’homme africain n’est pas seulement individu, il est aussi société et culture. De ce fait, l’église d’Afrique avec ses différentes formes de théologies, n’existe pas pour elle-même, mais pour annoncer la Bonne Nouvelle aux africains. Cependant, cette Bonne Nouvelle n’a aucune pertinence aux yeux des africains si elle tombe en dehors de l’essentiel de leur vie.

Il faut remarquer que l'Église en Afrique a déjà commencé à apporter une contribution importante au développement humain et à la construction nationale en Afrique à travers l'instruction théologique, comme le montre le grand nombre d'écoles, de séminaires, d'instituts spéciaux pour les études de théologie, d'instituts professionnels, de centres de formation religieuse pour les laïcs.

Malgré cela, il faut augmenter les efforts pour  répondre à tous les défis qui sont ceux de l’Afrique aujourd’hui, continent  encore affligé par de forts indices de sous-développement, comme des taux élevés d'analphabétisme, de pauvreté, de corruption institutionnelle, de chômage de masse...

Les métamorphoses actuelles du paysage religieux en Afrique  suggèrent en effet, une prise en charge intellectuelle de la dynamique organisationnelle et fonctionnelle des organisations religieuses. Celles-ci sont de plus en plus, soumises à de nouveaux enjeux et interpellées par des défis consubstantiels à la déréliction actuelle des sociétés contemporaines. Les diverses confessions religieuses dans le monde en général et particulièrement en Afrique sont confrontées à des problèmes, toujours plus nombreux et plus graves.

L'on parle volontiers aujourd'hui de « malaise » des Eglises. Ceci  n'est que l'aboutissement d'un ensemble de tensions internes et externes qui se sont succédées et ordonnées autour de quatre axes majeures : la notion d'autorité ou du leadership, le tribalisme et le népotisme,  l'orthodoxie doctrinale  œcuménique et la cœxistence avec le monde  dit « profane ». En plus de ces maux, nous avons la crise des vocations, celle du mariage, la crise financière, des abus sexuels  mais aussi de la foi.

Il y a des déchirures a tous les niveaux et l’Eglise en Afrique peine à tenir debout et à être sel de la terre et lumière du monde. Ces luttes en son sein ne sont pas sans conséquences notoires.

Nous observons un peu partout  la baisse du nombre de personnes en matière de fréquentation  des  cultes et autres réunions d’Eglise. Nous notons également le fait que les membres ne sont plus consacrés comme ils l’étaient autrefois. La baisse de leur amour pour l’église se reflète dans la baisse de la fréquence de leur participation aux programmes de l’église. Les célébrations sont empreintes d’un manque de joie et d’exaltation.

L’évangélisation est réduite au dernier rang et la majeure partie du temps est consacrée à la gestion des conflits internes générée par une course effrénée au pouvoir, le tribalisme. Les réunions  se passent de plus en plus sur un ton extrêmement agressif traduisant le malaise, les désaccords  et reflétant la manière évidente de l’amertume et de la colère en son sein. Avec tout ceci on assiste à une sorte de perplexité, de bricolage des croyances, des cheminements chaque fois singuliers dans un monde complexe.

Ici, les représentations de la foi chrétienne qui demeurent dans les esprits sont souvent éclatées, chaotiques et partielles; elles ne permettent pas de la rendre lisible ou désirable; parfois même, elles la rendent haïssable. De ce point de vue, par rapport aux formes héritées du christianisme, on assiste à une véritable rupture de transmission.

Dans ce contexte de turbulences, le principal problème de l’Eglise en Afrique reste celui de son unité, de sa réconciliation  et de sa capacité à inspirer et à produire des chrétiens qui soient de véritables disciples du Christ et acteurs de la transformation positive de la société. Autrement dit, à maintenir allumer la flamme de l’évangile, afin qu’elle puisse contribuer au règne du Seigneur Jésus-Christ dans nos sociétés. Ce problème se décline en diverses préoccupations à la fois théologiques, anthropologiques, sociologiques et managériales.

C’est pourquoi, à cette l’heure où la place et le rôle de l’Église sont de plus en plus remis en question dans des sociétés, où le corps pastoral tend à mépriser l’éthique et la déontologie du ministère pastoral, en dépit des besoins grandissants des fidèles en secours spirituels ; l’urgence d’un temps de réflexion s’impose. L’urgence d’une réconciliation est plus que d’actualité. Comment en effet rester silencieux et indifférent, face aux dérives actuelles qui fragilisent l’Église africaine tout en affectant l’élan missionnaire et la vie chrétienne ?

Problématique

De tout ce qui précède, et  au milieu des difficultés que les temps présents imposent à nos peuples en Afrique, quels modèles de management les églises en Afrique  peuvent-elle mobiliser ou élaborer et gérer la diversité culturelle qui constitue bien souvent des sources de la division et de conflit ? 

Comment parvenir dans le contexte africain à former des consciences prophétiques qui mouvementent et défient les églises à réviser et à actualiser leur discours biblique et théologique ; leur vision ecclésiologique, pour arriver à une église véritablement réconciliée et unie ?

Axes de réflexions possibles

Les contributions peuvent s’orienter vers les axes suivants :

Gestion et résolution des conflits

La gestion des conflits n’est envisageable qu’à condition qu’il y ait des choses que l’on puisse négocier. Les parties impliquées ont chacune des intérêts différents à défendre. Il va falloir négocier dans quelle mesure certains intérêts pourront être préservés, et à quels intérêts il faudra peut-être renoncer. Si l’enjeu n’est pas un intérêt particulier, mais plutôt des besoins fondamentaux, il n’y a pas de négociation envisageable. Les besoins fondamentaux devront quant à eux être exprimés. C’est ici qu’intervient la résolution des conflits. Les deux aspects étant très souvent imbriqués l’un dans l’autre, il n’est pas toujours facile de les dissocier de manière stricte, et l’on a généralement recours aux deux méthodes.

Il faut aussi faire la différence entre le règlement des conflits, la gestion des conflits et la résolution des conflits. Le règlement des conflits a pour but de trouver une solution au plus vite, évitant toute escalade du conflit, et favorisant une reprise du travail dans les meilleures conditions. On ne cherche cependant pas à comprendre vraiment les raisons du conflit. Le règlement des conflits ne poursuit d’ailleurs même pas cet objectif.

La transformation du conflit quant à elle, s’attaque au problème sous l’angle parfaitement opposé : Son but est de trouver des solutions à effet durable. On ne s’intéresse pas tellement au cas concret, mais on cherche à transformer le contexte pouvant engendrer des conflits. On essaie donc d’améliorer la situation globale, pour éviter que les conflits ne surgissent. Les parties impliquées dans le conflit devront cependant être associées à cette transformation permettant de créer un environnement acceptable.

Unité de l’église

Il arrive que chaque chrétien pense que ses opinions sont supérieures à celles des autres. Or, si chacun ne compte que sur sa propre force pour la  réconciliation, l’action est presque vouée à l’échec. Chacun doit apporter sa contribution. Il faut cependant, que Dieu prenne plaisir à nous voir sacrifier nos préférences dans le but d’unifier l’Église. De plus, notre obéissance nous apportera plus de joie que notre entêtement.

Réconciliation

Il ne s’agit pas de voir  la réconciliation comme un événement qui aurait la vertu magique d’effacer le passé. En fait, il s’agit d’un processus dont l’accomplissement échelonné dans le temps nécessite une somme de travail considérable. Par la voie de la réconciliation, il faut arriver à aider les Eglises d’Afrique à opérer des changements majeurs au lendemain d’un conflit.

Calendrier de soumission

  • Publication de l’appel : 23 novembre 2021  

Les résumés des propositions de communications de 300 à 400 mots maximum devront comportés (une idée générale ; les objectifs bien définis ; la problématique ; la méthodologie et l’axe de réflexion.)

Ils sont attendus au plus tard le 15 janvier 2022

  • Les différents contributeurs seront notifiés de l’acceptation ou du rejet de leurs propositions à partir du 15 février 2022
  • La date limite d’envoi des textes complets (en français ou anglais) est fixée au 15 mars 2022

Modalités de soumission

  • Choisir l’axe de réflexion
  • Faire la revue de la littérature sur le champ de la théologie concerné en ce qui concerne les défis dans le domaine
  • Présenter clairement sa problématique
  • Présenter les défis et les enjeux et les solutions à partir d'une situation précise
  • Développer une réflexion dans une démarche de préférence corrélative
  • Proposer une théorie à appliquer à des pratiques d'églises dans le domaine concerné.

Les résumés ou projets d’articles et textes complets devront respecter les modalités de rédactions suivantes :

  • Police : Times New Roman ;
  • interligne : 1,5 ;
  • Taille : 12, assorti de 5 mots clés et, suivi du nom, prénom, affiliation institutionnelle et grade de l’auteur.

Chaque proposition finale, de 12 à 20 pages, devra comporter un résumé final (en Français et Anglais) de 150 à 200 mots au maximum.

Les résumés / textes doivent être envoyés au secrétariat de la Réflexion Théologique du Sud à l’adresse suivante hervedjilo@yahoo.fr et ampliation obligatoire aux adresses suivantes : éditonscle@yahoo.fr , nicosvital74@gmail.com ,  revdrnkolofanga@gmail.com, brigitteatsin@gmail.com

Comité scientifique

  • Rév. Prof.  ALAGBADA Nicodème
  • Rév. Prof. NKOLO FANGA Jean Patrick 
  • Rév. Dr. KUATE DJILO Clément Hervé
  • Très Révde. Dr. DJESSOU Brigitte 
  • Mr LELE Vincent de Paul

Notes

[1] Réédition : Léonard Santedi Kinkupu, Gérard Bissainthe, Meinrad Hebga (présenté par), Des prêtres noirs s’interrogent. Cinquante ans après…, Paris, Karthala, 2006, xxii-301 p. (Coll. “Mémoire d’Églises”)

[2] O. JOURNET-DIALLO, Art. Religions africaines, in: J.-C. ATTIAS, E. BENBASSA, Encyclopédie des religions, Édition revue et corrigée, Fayard/Pluriel, Paris 2010, 595.

[3] On peut lire à ce propos le livre d‘A. MBEMBE, Afriques indociles, Karthala, Paris 1988

Subjects

Places

  • Yaoundé, Cameroon (237)

Date(s)

  • Saturday, January 15, 2022

Keywords

  • Afrique, église, réconciliation, unité

Contact(s)

  • Clément Hervé Kuate djilo
    courriel : hervedjilo [at] yahoo [dot] fr
  • Nicodème Alagbada
    courriel : nicosvital74 [at] gmail [dot] com

Information source

  • Clément Hervé Kuate djilo
    courriel : hervedjilo [at] yahoo [dot] fr

To cite this announcement

« Réconciliation et unité de l’église en Afrique », Call for papers, Calenda, Published on Thursday, November 25, 2021, https://calenda.org/939849

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search