StartseiteDe quelques défis épistémologiques, méthodologiques et technologiques de la formation des enseignants au XXIe siècle

StartseiteDe quelques défis épistémologiques, méthodologiques et technologiques de la formation des enseignants au XXIe siècle

De quelques défis épistémologiques, méthodologiques et technologiques de la formation des enseignants au XXIe siècle

Epistemological, Methodological and Technological Challenges of Teachers’ Trainings in the 21st Century

Revue « Didactica »

*  *  *

Veröffentlicht am Dienstag, 25. Januar 2022

Zusammenfassung

Cet appel à contribution est dédié au premier numéro de la revue scientifique Didactica, publiée par l’École supérieure de l’éducation et de la formation de Béni Mellal. Ce numéro aura pour objet de repenser la formation des enseignants dans une ère où les situations d’enseignement/apprentissage croissent continûment en complexité. Dès lors, toute tentative de réforme dans le domaine de l’éducation et de la formation ne peut réussir que si l’on prépare les futurs enseignants aux réalités mouvantes de la classe.

Inserat

Didactica : Appel à contribution (1er numéro, 2022.)

Argumentaire

Ce premier numéro aura pour objet de repenser la formation des enseignants dans une ère où les situations d’enseignement/apprentissage croissent continûment en complexité. Dès lors, toute tentative de réforme dans le domaine de l’éducation et de la formation ne peut réussir que si l’on prépare les futurs enseignants aux réalités mouvantes de la classe.

Le défi est donc de taille. Il s’agit de mettre en place une formation initiale susceptible de transmettre les fondamentaux, et une formation professionnalisante permettant aux enseignants la conception et la gestion optimale de leurs pratiques de classe. C’est dans ce sens qu’une didactique de l’intervention (Vannier, 2006) a vu le jour, attendu que son objet substantiel tend à la fois à la description et à l’action. C’est dans cette interaction entre théorie et praxis que se modifient les habitus et les orientations des acteurs, que la didactique s’érige comme une discipline interventionniste, voire actionnelle, et que prennent davantage d’importance les concepts de professionnalisation (Tardiff, 2013) et de pratique réflexive (Schön, 1996).

On ne peut, en effet, parler de praticien réflexif que si l’on articule deux paradigmes de réflexion : le premier est dans l’action, tandis que le deuxième est sur l’action. Deux temps qui correspondent à la fin d’une ère où la recherche pédagogique se limitait à la production des savoirs à appliquer, et, par ailleurs, au début d’une quête de professionnalisation de la formation et du métier d’enseignant. Il sied, sur ce point, d’une part, d’interroger la nature des savoirs sur lesquels s’érige la réflexion dans l’action, attendu qu’ils s’inspirent, en partie, de ce qui relève de l’agir et s’éloigne du scientifique. Ces savoirs d’expérience, difficilement partageables, car en s’accumulant ils sont souvent intériorisés, émanent également de la réflexion sur l’action, laquelle, d’autre part, se fait dans l’après action afin d’évaluer ses propres réactions, son propre agir, face aux différents événements survenus tout au long du cours.

La formation initiale que proposent les universités marocaines (la Faculté des Sciences de l’Éducation, les Facultés des Lettres et des Sciences Humaines, les Facultés des Langues, Arts et Sciences humaines, l’École Supérieure de l’Éducation et de la Formation et l’École Normale Supérieure), en licences fondamentales et en licences d’éducation, prend-elle en charge la construction d’une posture réflexive ? Peut-on aspirer à la formation d’une compétence réflexive en accolant- tout bonnement- théorie et pratique dans le même programme ? Il nous semble que la posture réflexive passe obligatoirement par l’analyse des pratiques pédagogiques et des situations d’enseignement/apprentissage, mais elle ne peut être subsumée sous une disciplinarisation  académique, enseignable dans une durée limitée dans le temps. Elle ne relève pas de l’ordre du savoir, mais du rapport au savoir, du regard sur l’action et de la posture critique (Perrenoud, 2001).

Si la formation des enseignants est perpétuellement repensée, c’est parce que les pratiques pédagogiques de ceux-ci ne peuvent faire l’économie d’évolutions et d’adaptations aux nouvelles réalités de la classe du 21ème siècle. L’une d’elles s’avère être le recours aux technologiques éducatives, lequel recours, la pandémie de la covid-19 oblige, n’est plus considéré comme un ornement de luxe, mais est devenu imparable. À cet égard, plusieurs disciplines des Sciences de l’éducation et des Sciences humaines et sociales sont sollicitées, dans l’objectif d’articuler, dans des dispositifs de formation adaptés aux besoins des générations futures, les versants théoriques, méthodologiques et pratiques.

Un tel objectif repose, semble-t-il, sur la pluralité des interventions et interpelle, par voie de conséquence, plusieurs acteurs : didacticiens, psychologues, pédagogues, linguistes et bien d’autres. Ainsi donc, les contributions pourront s’inspirer de l’un des axes suivants, sans que cette liste, notons-le, ne prétende à l’exhaustivité.

  • Le concept de « réflexivité » dans les programmes de formation des formateurs ;
  • La « transposition » et le « transfert » en didactiques des langues et des cultures ;
  • La formation initiale et la formation professionnalisante des enseignants ;
  • Le micro-enseignement et la maitrise des gestes professionnels ;
  • La construction des compétences professionnelles à l’ère des technologies éducatives ;
  • Les nouvelles postures de l’enseignant face aux différentes exigences des sociétés du 21ème siècle ;
  • Les représentations autour du métier d’enseignant entre hier et aujourd’hui ;
  • Ce que le système « Bachelor » prévoit pour les formations initiales, professionnalisantes et continues des enseignants ;
  • La linguistique appliquée et l’enseignement des langues.

Modalités de contribution

Ce premier numéro de la revue Didactica accueillera des articles en français, en arabe et en anglais dans l’un des axes susmentionnés, ou dans un autre s’en approchant. L’article complet doit être envoyé à l’adresse électronique suivante didacticaesefb@gmail.com, accompagné d’une brève notice biobibliographique, d’un résumé de 150 mots en français, en arabe et en anglais et de cinq mots-clés.

Calendrier

  • Le 21 janvier 2022 : Publication de l’appel à contribution.
  • Le 15 mai 2022 : Date limite d’envoi des articles.

  • Le 15 juillet 2022 : Réponses aux auteurs, retours de l’évaluation des articles.
  • Le 1er septembre 2022 : Remise des versions finales des articles.
  • Le 1er octobre 2022 : Mise en ligne du premier numéro de la revue Didactica.

Directeur de la revue

  • Pr. Ali LAMNOUAR, École Supérieure de l’Éducation et de la Formation, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.

Directeur de publication

  • Pr. Zakaria GHAZI, École Supérieure de l’Éducation et de la Formation, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.

Comité scientifique

  • Pr. Abdellah BENATOU, Faculté des Sciences de l’Éducation, Université Mohammed V de Rabat, Maroc.
  • Pr. Abdellah EL HOULALI, Faculté des Sciences et Techniques, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.
  • Pr. Ali LAMNOUAR, École Supérieure de l’Éducation et de la Formation, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.
  • Pr. Amal OUSSIKOUM, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.
  • Pr. Bernard LAHIRE, Institut Universitaire de France, France.
  • Pr. Brahim OUMEROUCH, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.
  • Pr. Catherine SABLE, Institut Mines-Télécom Atlantique, France.
  • Pr. Hassan YOUSSEFI, Faculté des Sciences de l’Éducation, Université Mohammed V de Rabat, Maroc.
  • Pr. Jean-Louis DUMORTIER, Université de Liège, Belgique.
  • Pr. Khadija TAOUFIK, l’École Supérieure de l’Éducation et de la Formation, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.
  • Pr. Marlène LEBRUN, Université de Montpellier, France.
  • Pr. Mohamed BOUCHEKOURTE, Faculté des Sciences de l’Éducation, Université Mohamed V de Rabat, Maroc.
  • Pr. Mounir OUSSIKOUM, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.
  • Pr. Najat OUSSIKOUM, École Supérieure de l’Éducation et de la Formation, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.
  • Pr. Noreddine HANINI, Faculté Polydisciplinaire, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.
  • Pr. Rachid JAMA, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.

Comité de lecture

  • Pr. Abbdellatif ASBAHANI, École Supérieure de l’Éducation et de la Formation, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.
  • Pr. Abdellah HADDADI, École Supérieure de l’Éducation et de la Formation, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.
  • Pr. Abderahim AIT ABDESSALAM, École Supérieure de l’Éducation et de la Formation, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.
  • Pr. Aicha KOULOU, École Supérieure de l’Éducation et de la Formation, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.
  • Pr. Anass EL GOUSAIRI, Faculté des Sciences de l’Éducation, Université Mohammed V de Rabat, Maroc.
  • Pr. Asmae LAHLOU, École Supérieure de l’Éducation et de la Formation, Université Hassan 1er, Maroc.
  • Pr. Mustapha MALEK, École Supérieure de l’Éducation et de la Formation, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.
  • Pr. Nouredine FADILY, Faculté des Langues, Arts et Sciences Humaines, Université Hassan 1er, Maroc.
  • Pr. Reitha BEN ROCHD, École Supérieure de l’Éducation et de la Formation, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.
  • Pr. Salma EL IBRAHIMI, Faculté des Langues, Arts et Sciences Humaines, Université Hassan 1er, Maroc.
  • Pr. Soulaimane ZINELABIDINE, École Supérieure de l’Éducation et de la Formation, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.
  • Pr. Yassamine FERTAHI, École Supérieure de l’Éducation et de la Formation, Université Ibn Zohr, Maroc.
  • Pr. Yassine ELHAJOUBI, École Supérieure de l’Éducation et de la Formation, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc.

Normes rédactionnelles

Les auteurs désireux de soumettre un article à la revue Didactica sont priés de se conformer aux normes rédactionnelles suivantes :

  • Format : Word.
  • Longueur des articles : 20 000 à 40 000 signes : espaces, bibliographie et notes comprises (soit environ 5000 à 8000 mots).
  • Présentation de l’auteur: l’auteur(e) joindra à son article une notice biographique qui inclut : le nom, le prénom, la profession, l’institution, le champs de recherche ou la spécialité et le courriel.
  • Police utilisée : Garamond, taille 12.
  • Interligne : simple.
  • Alinéa : 0,5 cm.
  • Notes de bas de page : Toutes les notes seront ramenées en bas de page et numérotées en continu sur l’ensemble de l’article. Elles ne doivent comporter ni tableau ni graphique, et être relativement succinctes.
  • Citations :

Pour les citations de moins de trois lignes, elles seront placées dans le texte, en italique et entre des guillemets français (« ... »).

Quant aux citations de plus de trois lignes, elles seront détachées du texte (saut de ligne et retrait 0,5 cm à gauche), toujours en italique et entre des guillemets français.

  • Les voyelles écrites en majuscules portent, s’il le faut, l’accent graphique (À, É, Ê, Î).
  • Pour les graphies œ, æ utiliser un seul caractère (œ, Œ, æ, Æ).
  • Pour l’indication des siècles, le E est toujours en caractère réduit et en haut (XVIe siècle).
  • Les références bibliographiques doivent être conformes aux normes de l’APA.

N.B. La rédaction se réserve le droit d’apporter des corrections et des modifications, s’il s’agit de petites retouches. Les articles non retenus pour la publication ne sont pas rendus.

Présentation de la revue

La revue Didactica est une revue académique annuelle, publiée au début du mois d’octobre par l’École Supérieure de l’Éducation et de la Formation (ESEF), relevant de l’Université Sultan Moulay Slimane de Béni Mellal (USMS). Privilégiant la pluridisciplinarité et le croisement des regards épistémologiques et méthodologiques, elle publie des articles portant sur l’éducation, la formation des enseignants, la didactique des langues et des cultures, la didactique des disciplines, les politiques linguistiques, les nouvelles technologies, les mathématiques pour la science des données, le e-learning, etc.

Didactica s’adresse aussi bien aux chercheuses et chercheurs académiques (doctorants et docteurs dans les différentes spécialités susmentionnées) qu’aux praticiennes et praticiens (enseignants des secteurs public et privé), puisque nulle recherche ne peut aboutir sans le concours des uns et autres. Elle se donne donc pour objectif principal de contribuer à la diffusion des savoirs issus de la recherche en didactiques, et ce conformément à des normes de scientificité rigoureuses.

Chaque numéro s’érige sur une thématique transversale permettant une réflexion commune à plusieurs langues et à plusieurs disciplines scolaires. En sus des articles qui répondent aux questions posées dans l’argumentaire, chaque numéro contient deux rubriques supplémentaires : si la première, intitulée Varia, accueille les différents articles hors thème acceptés par nos évaluateurs, la deuxième, nommée Recensions des écrits, mettra en avant les nouvelles parutions en éducation, en formation, en didactique des langues et des cultures et en technologies de l’information et de la communication. Sont également publiés, dans des numéros spéciaux, les actes des colloques et des journées d’études organisés au sein de l’École Supérieure de l’Éducation et de la Formation de Béni Mellal.

Disponible en Open-Access, la revue Didactica publie des articles originaux rédigés en français, en arabe et en anglais. Chaque article envoyé est soumis à l'évaluation de deux évaluateurs de façon anonyme. Si les deux évaluations s’opposent, nous sollicitons un troisième avis, lequel sera déterminant dans l'acceptation ou le refus de l'article. Les textes soumis ne doivent pas dépasser les 40 000 signes, références incluses. L’ensemble du texte doit être à double interligne, en caractères Garamond 12 points. Le gabarit proposé par la revue sera mis à la disposition des auteurs dont les articles ont été définitivement acceptés.

Bibliographie

Altet, M. (1994). La formation professionnelle des enseignants. Paris : PUF.

Castellotti, V., De Carlo, M. (1995). La formation des enseignants de langue. Paris : CLE International.

Coste, Daniel. (2003). Construire des savoirs en plusieurs langues. Les enjeux disciplinaires de l’enseignement bilingue. ABED.

Gallisson, R. (1999). La formation en question. Paris : CLE International.

Marcel, J.-F., & Rayou, P. (2004). Recherches contextualisées en éducation, Paris : INRP.

Meirieu, P. (1996). La pédagogie entre le dire et le faire. Paris : ESF.

Merini, C., & Ponte, P. (2008). « La recherche-intervention comme interrogation des pratiques, dans Savoirs »,16, http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=SAVO_016_0077 (Consulté le 12 septembre 2021).

Tardif,  M.  & Borges,  C. (2009).  Internationalisation de  la professionnalisation  de la  formation  à l’enseignement secondaire et retraductions dans des formes sociales nationales : poids et sens du “savoir professionnel” dans les programmes du Québec et de la Suisse romande. Raisons éducatives, 13.

Tardif,  M., Lessard,  C. &  Gauthier,  C.  (éd.)  (1998).  Formation  des  maîtres  et  contextes  sociaux. Paris : Presses universitaires de France.

Vannier, M.-P. (2006). « Fonctions critiques de la tutelle auprès d’élèves en échec scolaire. » Nouveaux cahiers de la recherche en éducation, 9(2), 169-186.

Orte

  • L’École Supérieure de l’Éducation et de la Formation de Béni Mellal - Université Sultan Moulay Slimane
    Beni Mellal, Marokko

Daten

  • Sonntag, 15. Mai 2022

Schlüsselwörter

  • formation, enseignant, pratique réflexive, professionnalisation

Kontakt

  • Zakaria GHAZI
    courriel : ghazi [dot] zakaria [at] gmail [dot] com

Informationsquelle

  • Zakaria GHAZI
    courriel : ghazi [dot] zakaria [at] gmail [dot] com

Lizenz

CC0-1.0 Diese Anzeige wird unter den Bedingungen der Creative Commons CC0 1.0 Universell .

Zitierhinweise

« De quelques défis épistémologiques, méthodologiques et technologiques de la formation des enseignants au XXIe siècle », Beitragsaufruf, Calenda, Veröffentlicht am Dienstag, 25. Januar 2022, https://calenda.org/944500

Beitrag archivieren

  • Google Agenda
  • iCal
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search