HomeL’invisibilité sociale en question

HomeL’invisibilité sociale en question

*  *  *

Published on Monday, December 13, 2021 by Lucie Choupaut

Summary

À partir des travaux qui ont été menés à la suite des travaux d’Axel Honneth et de Kimberlé Crenshaw, et depuis d’autres traditions philosophiques (phénoménologie, théories contemporaines de la justice, théories critiques de la race, études féministes et postcoloniales), ces deux journées de colloque entendent 1/ réexaminer la notion d’invisibilité sociale et ses difficultés propres (et notamment son caractère métaphorique et analogique), 2/ rendre raison de la multiplicité de ses usages en sciences sociales et dans les discours militants contemporains et, enfin, 3/ évaluer la pertinence heuristique de la théorie honnethienne de la reconnaissance et des théories de l’intersectionnalité pour décrire et critiquer l’ensemble des phénomènes actuels d’invisibilité sociale.

Announcement

Argumentaire

Depuis les premières études sur l’invisibilité en psychologie sociale (Clifford, 1963), en sociologie de la marginalité et du travail (Barel, 1982 ; Daniels, 1987), dans les études féministes (Collins, 1986 ; Crenshaw, 1989), les études critiques sur la race (Williams, 1991) ou les études queer (Sedgwick, 1991), cette notion a connu un succès toujours grandissant dans l’ensemble des sciences sociales. Ces usages n’ont pourtant pas toujours accompagnés d’efforts de définition ou de problématisation (Beaud (dir.), 2008 ; Rosanvallon, 2014). Dans le même temps, le vocabulaire de l’invisibilité est devenu l’instrument privilégié d’une multiplicité de groupes et de mouvements sociaux partout dans le monde pour exprimer leurs revendications politiques et faire reconnaître leurs droits, leur activité, leur identité ou leur existence (songeons récemment aux mouvements Black Lives Matter, #MeToo et aux Gilets Jaunes en France). De manière symptomatique, des institutions et organismes gouvernementaux (ONPES, 2016) en ont fait le concept le plus opératoire pour décrire les inégalités et injustices sociales actuelles.

En philosophie et en épistémologie des sciences sociales (Le Blanc, 2009 ; Faes (dir.), 2013), le soubassement théorique de ces usages scientifiques et politiques a été et reste le plus souvent la théorie de la reconnaissance d’Axel Honneth (2004). Ce dernier définit l’invisibilité sociale comme un déni de reconnaissance, comme un défaut de perception et d’évaluation de la valeur positive de certains individus. La théorie de l’intersectionnalité qui apparaît dans deux articles fondateurs de Kimberlé Williams Crenshaw (1989 ; 1991) fait de l’invisibilité le symptôme d’une incapacité des sciences sociales, des systèmes juridiques et des luttes sociales à tenir compte de l’intrication de multiples discriminations que subissent certains individus. Ces deux modèles, la reconnaissance et l’intersectionnalité, servent d’arrière-fond aux discours scientifiques et militants sur l’invisibilité sociale, faute de mieux. En effet, aucune théorie critique de l’invisibilité sociale, capable de compléter ou de concurrencer ces deux paradigmes, n’a à ce jour été formulée.

À partir des travaux qui ont été menés à la suite des travaux de Honneth et de Crenshaw, et depuis d’autres traditions philosophiques (phénoménologie, théories contemporaines de la justice, théories critiques de la race, études féministes et postcoloniales), ces deux journées de colloque entendent 1/ réexaminer la notion d’invisibilité sociale et ses difficultés propres (et notamment son caractère métaphorique et analogique), 2/ rendre raison de la multiplicité de ses usages en sciences sociales et dans les discours militants contemporains et, enfin, 3/ évaluer la pertinence heuristique de la théorie honnethienne de la reconnaissance et des théories de l’intersectionnalité pour décrire et critiquer l’ensemble des phénomènes actuels d’invisibilité sociale.

Programme

Journée 1 : Vers une épistémologie de l’invisibilité sociale

9h30-10h : Accueil des participants et introduction

  • Camille Ferey (Paris-Nanterre, Sophiapol)
  • Emmanuel Levine (Univ. Paris-Nanterre, IRePh)
  • Zacharias Zoubir (Univ. Paris-Nanterre, Sophiapol) 

10h-12h : L’invisibilité sociale à la croisée des champs

Modération : Pierre Niedergang (Univ. Paris-Nanterre, IRePh)

  • 10h-10h45 : Guillaume Le Blanc (Univ. de Paris, LCSP), « Éléments pour une théorie de l’invisibilité sociale »
  • 10h45-11h30 : Kim Sang Ong-Van-Cung (Univ. Bordeaux Montaigne, SPH), « “La souffrance est le négatif d’un besoin nouveau”. L’invisibilité sociale est-elle un problème moral, éthique ou politique ? »
  • 11h30-12h : Discussion

12h-13h30 : Déjeuner

13h30-15h : De quoi l’invisibilité sociale est-elle le nom ? Concept, métaphore et ambiguïté

Modération : Valentina Santoro (Univ. Paris-Nanterre, Sophiapol)

  • 13h30-14h15 : Olivier Voirol (Univ. de Lausanne, LACCUS), « Voir comme un dominant. L’invisibilité sociale et l’emprise des habitudes »
  • 14h15-15h : Emmanuel Renault (Univ. Paris-Nanterre, Sophiapol), « Invisibilité et inaudibilité. Sur la portée des métaphores visuelles et auditives de l’ignorance sociale »
  • 15h-15h30 : Discussion

15h30-16h : Pause

16h-18h : (In)visibilité sociale : catégorie, matrice, processus

Modération : Zacharias Zoubir (Univ. Paris-Nanterre, Sophiapol)

  • 16h-16h45 : Andrea Mubi Brighenti (Univ. de Trente), « L’invisible dans la constitution de la vie sociale » – à distance
  • 16h45-17h30 : Magali Bessone (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS), « Le racisme comme matrice d’invisibilisation » – à distance
  • 17h30-18h : Discussion

Journée 2 :  L’invisibilité sociale, aujourd’hui : paradigmes, critiques et usages

10h-10h30 : Accueil des participants

10h30-12h : Table ronde 1 : Invisibilité et reconnaissance

Modération : Cécile Lavergne (Univ. de Lille, STL)

Texte : Axel Honneth, « Invisibilité : sur l’épistémologie de la “reconnaissance” » (2004)

12h-14h : Déjeuner

14h-15h30 : Table ronde 2 : Invisibilité et intersectionnalité

ModérationPauline Vermeren (Univ. de Paris, LCSP)

Texte : Kimberlé Williams Crenshaw, « Cartographier les marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur » (1991)

15h30-16h : Pause

16h-17h : Conférence de Lewis Gordon (Univ. du Connecticut), « Beyond Recognition » – à distance

17h-17h30 : Remarques conclusives

  • Camille Ferey (Paris-Nanterre, Sophiapol)
  • Emmanuel Levine (Univ. Paris-Nanterre, IRePh)
  • Zacharias Zoubir (Univ. Paris-Nanterre, Sophiapol)

Informations pratiques

En raison de la situation sanitaire, le colloque se tiendra uniquement en distanciel.

Lien Zoom du 13/01/22 : ID de réunion : 849 7963 3693 - Code secret : 938481

Lien Zoom du 14/01/22 : ID de réunion : 882 2387 3331 - Code secret : 956437

Organisation

  • Camille Ferey (Paris-Nanterre, Sophiapol)
  • Emmanuel Levine (Univ. Paris-Nanterre, IRePh)
  • Zacharias Zoubir (Univ. Paris-Nanterre, Sophiapol)

Event format

Full online event


Date(s)

  • Thursday, January 13, 2022
  • Friday, January 14, 2022

Keywords

  • reconnaissance, intersectionnalité, épistémologie, science sociale, racisme, invisibilité

Contact(s)

  • Camille Ferey
    courriel : camille [dot] ferey [at] gmail [dot] com

Information source

  • Camille Ferey
    courriel : camille [dot] ferey [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« L’invisibilité sociale en question », Conference, symposium, Calenda, Published on Monday, December 13, 2021, https://calenda.org/945967

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search